Christophe Ginisty

"A ton avis, il a changé, Bayrou ?"


Rédigé le Mardi 20 Décembre 2011



"A ton avis, il a changé, Bayrou ?"
Hier, je déjeunais avec un de mes vieux amis, quelqu'un que je n'avais pas vu depuis longtemps. A la fin de notre repas, nous avons parlé un peu politique.

Sachant que j'avais côtoyé Bayrou de près pendant deux ans, de 2007 à 2009, et pour commenter la progression du candidat centriste dans les sondages, il me demanda :

- "A ton avis, est-ce qu'il a changé Bayrou ? Et est-ce la raison d'un nouvel engouement des personnes que l'on interroge dans les sondages."

J'ai réfléchi quelques secondes puis je lui ai répondu :

- "Non, il n'a pas changé, il ne changera d'ailleurs jamais, et c'est justement ce que les gens semblent apprécier en lui."

Ce qui est en train de se passer dans l'opinion publique autour de la candidature de François Bayrou n'est pas le résultat d'une soudaine ou récente transformation. C'est même l'inverse qui se produit.

En ces temps tourmentés, les électeurs redécouvrent les vertus de la constance et de la fidélité à ses idées qui apparaissent soudain comme des valeurs sûres.

Rendons à César ce qui appartient à César, Bayrou était l'un des premiers à faire campagne en 2007 sur la maîtrise des déficits.

Je me souviens notamment d'un discours en février 2007 dans lequel il évoquait trois dettes que nous creusions dangereusement : un dette publique, une dette générationnelle et une dette environnementale. J'avais trouvé intéressant cette approche responsable de la politique.

En 2011, les propos de 2007 sont toujours martelés et les électeurs les découvrent, l'actualité leur offrant une fabuleuse prime à la nouveauté. Car ce ne sont pas les propos qui sont nouveaux, c'est ce qui se passe dans le monde qui les rend d'actualité.

Mais si Bayrou n'a pas changé comme je le crois, les électeurs devront se poser la question de savoir si celui qu'ils n'ont pas voulu aux plus hautes responsabilités en 2002 et 2007, celui qu'ils ont rejeté dans toutes les consultations électorales depuis cinq ans, est finalement en mesure de diriger la France en 2012.

Pour ma part, je ne le crois pas.

Sans animosité aucune et sans aigreur non plus, je pense qu'il n'en est pas capable. Non pas qu'il ait de mauvaises idées (j'ai toujours loué la lucidité de sa vision) mais il est sévèrement handicapé par un entourage qui, lui non plus, n'a pas changé depuis des années et dont les compétences pour diriger la France sont juste inexistantes.

Il ne faut pas se laisser piéger : la pertinence des idées n'entraine pas automatiquement la capacité à faire.

Pour moi, Bayrou est quelqu'un dont il faut écouter la parole avec le plus grand respect mais auquel il ne faut pas faire confiance dans son aptitude à organiser le gouvernement de la France. Car je suis très dubitatif sur ses qualités de manager et d'organisateur.

               Partager Partager
Notez


Lu 2060 fois

Commentaires articles

1.Posté par romain blachier le 20/12/2011 12:12
sur l'Europe son discours a changé et est devenu plus nationaliste (cf voitures)

2.Posté par Spountz le 20/12/2011 12:52
Je suis assez d'accord avec votre vision des choses.
Mais alors, si on se dit que les idées de Bayrou sont intéressantes mais qu'il ne sera pas l'homme à mettre aux manettes, car il se doit d'avoir un vrai sens de l'action, du management, et une véritable équipe autour de lui... Qui donc peut nous sortir de l'impasse?
Votre avis m'intéresse, sérieusement... Je veux dire par là que le discours bayrouiste a eu chez moi (comme beaucoup) un échos véritable en 2007. je me suis comme d'autres encore, aperçu ensuite des défaillances que vous lister. Et aujourd'hui, je ne vois personne pour qui voter autrement que par dépit...

3.Posté par CedricA le 20/12/2011 14:08
@Christophe: je ne suis pas convaincu que ce que l'on attend d'un chef d'état est d'être un bon manager: ce n'est pas lui qui doit gérer le conseil des ministres, ce n'est pas lui qui doit gérer les fonctionnaires. C'est justement la vision et la lucidité qui peut en faire un bon diplomate, un bon traceur de route.

Ce n'est pas forcément vrai pour un ministre ou un maire, mais pour un président de la république, sincèrement, qu'il soit un bon manager, je vois vraiment pas ce que ça apporte.

4.Posté par Christophe Ginisty le 20/12/2011 14:30
Cédric, manager n'est pas un mot sale. C'est avoir une vision, rassembler autour de soi, développer du leadership, créer une équipe, la faire avancer, faire exécuter les décisions, organiser le pouvoir et la prise de décision,...


5.Posté par ElDesdichado le 20/12/2011 23:07
OK, je partage en grande partie votre analyse. Cependant, je considère quand même que Bayrou est plus digne de confiance pour diriger le pays que Hollande ou Sarkozy.
Et vous, qu'en pensez-vous ?

6.Posté par JML17 le 20/12/2011 23:07
Vous vous trompez
Chacun change.
A chaque instant.
Personne n'échappe à ça.
Ni vous, ni moi, ni Bayrou.

L'équipe autour de Bayrou tient mieux le route , je trouve en 2012 qu'en 2007

A Romain Blachier : le nationalisme est une idéologie. Ou voyez-vous du nationalisme chez Bayrou ? Vous citez l'exemple des voitures.
Bayrou dans ses discours cite Toyota qui fabrique la Yaris à Valenciennes. Ce n'est pas une marque française. Il faut arrêter d'écrire n'importe quoi.

7.Posté par papy5951 le 21/12/2011 08:32
remarques intéressantes d'un proche qui s'est ééloigné...les propos plus négatifs viennent peut-être de cet aspect très subjectif ! je crois que personne n'est réellement fait pour la fonction présidentielle mais celui qui doit l'assumer change radicalement de nature. Les français n'ont pas voulu Chirac à plusieurs reprises et l'ont élu deux fois de suite...... par ailleurs le modem n'existe que par Bayrou , sa faiblesse vient plus des militants eux-mêmes (il faut redéfinir l'engagement politique de base et accepter que le but n'est pas seulement de devenir un élu) .
Bayrou élu le mouvement démocrate change de fonction , Bayrou non élu ... le petit modem continue à vivoter ou disparaîtra vite.
Bayrou reste bien le vrai homme nouveau dans cette élection.. il ne faut pas bouder notre chance!
Vainqueur, il ne manquera pas de conpétence pour l'eentourer: le plus dur sera de faire le tri!

8.Posté par Danièle le 21/12/2011 09:02
Christophe, tu crois que Churchill, De Gaulle, Schröder ou Merkel étaient des "managers"?

Non, pas du tout, mais ils avaient une vision claire et nette de leur pays et des mesures à prendre dans la situation où il se trouvait.

Le reste est fait par les structures diverses auxquelles ont accès les dirigeants et auxquelles ils impriment leur vision, ministères, administrations, etc...

Je suis du même avis que toi, F. Bayrou n'est pas un manager, de plus il était entouré d'une équipe de bras cassés fortement imbus d'eux-mêmes et ayant peu d'humour - c'est peu dire - ces dernières années.

Un de ses proches m'écrivait en 2008: "Je continue de croire en l'intégrité de François Bayrou, ... [...]
Par ailleurs il y a dans son entourage proche, effectivement, pas mal de morgue et de mépris pour les non-courtisans. C'est regrettable."

Entre-temps, des gens comme Robert Rochefort et d'autres l'ont rejoint qui, eux, ont aussi une vision claire et étayée du pays.

A suivre donc...

9.Posté par sanker le 21/12/2011 11:14
Allons bon, non seulement notre président actuel est sans réelle diplôme...mais voici qu'un politique appelé aux plus hautes instances ne serait pas un manager; c'est à dire un chef de parti ? Nous nous promettons de belles années de vide institutionnel ! oui un chef de parti est un manager qui sait prendre les rennes quand la conjoncture faillit, oui il peut renoncer à ses désirs quand la perennité et le long terme sont en jeu...et surtout pour ses petites besognes, il ne regarde pas dans son rétro (car celui-ci lui donne trop le reflet de ses compromis antérieurs...)...Alors non Bayrou n'a pas changé, il écoute toujours son Ego et Arthuis.....

10.Posté par Zenon le 21/12/2011 13:34
Je rejoins l'analyse de Cédric et de Danièle, en 2012 nous élisons un chef de l' Etat, pas un chef de Gouvernement . Ce que nous attendons c'est quelqu'un capable d'analyser la situation dans laquelle se trouve le pays, d'anticiper et de fixer un cap pour nous en sortir . Manager une équipe et mettre en place les modalités pratiques pour atteindre les objectifs fixés, c'est le rôle du 1er Ministre . Le problème c'est qu'en 2007 nous avons élu un postulant au poste de 1er Ministre, qui se prenait pour un Président, et que depuis cette date la fonction présidentielle est inoccupée . J'espère que l'élection de F. Bayrou en 2012 mettra un terme à cette situation, en période de crise, plus que jamais, nous avons besoin de savoir où nous allons .

11.Posté par Lorraine le 21/12/2011 15:47
De Gaulle n'était pas un manager , Mitterrand non plus .C'est le rôle du premier ministre.
Est-ce que Obama est un bon manager ?

12.Posté par bmalaguti le 21/12/2011 16:09
Christophe, de nous "tes copains", tu es celui qui l'a le mieux connu et c'est pour cette raison que tu as le premier pris tes distances.

Donc il serait logique de penser que rien ni personne n'a changé. Hélas beaucoup de choses ont changé depuis 2007 et les marges de manœuvre qui existaient alors ont toutes été largement dépassées du fait d'une crise systémique dont personne ne peut dire avec certitude jusqu'où elle ira et du fait d'une politique irresponsable de plusieurs dirigeants occidentaux au rang desquels Nicolas SARKOZY qui nous vaut de perdre ce fameux triple A qui sanctionne toute politique budgétaire rigoureuse.

On ne peut en permanence faire de procès d'intentions aux gens, c'est à l'exercice du pouvoir qu'on les juge, la dette française est le fait d'une manière de gérer droite et gauche confondues qui se repassaient la patate chaude en pratiquant la méthode Coué. Le premier, le seul à dire depuis cinq ans qu'on va se prendre le boomerang dans la tête, c'est François BAYROU et notre pays n'aime pas les Cassandre.

Aujourd'hui, nous sommes au pied du mur et le problème est si grave que plusieurs responsables politiques parlent d'union nationale, ce qu'il défend depuis des années en dénonçant les méfaits du clivage droite/gauche.

Le problème n'est pas de savoir si BAYROU a changé, c'est celui de savoir qui peut aujourd'hui trouver les solutions pour redresser la barre. On est en droit de douter que l'équipe actuelle en soit capable tant ses changements de cap imprévisibles nous ont envoyé dans le mur, on peut légitimement se demander si un PS divisé allié à des Verts rétrogrades fera mieux compte tenu des douze ans pendant lesquels il a gouverné et accru les inégalités, alors pourquoi jeter le bébé avec l'eau du bain en évacuant un homme dont tu soulignes la constance.

Pour mémoire, Mitterrand s'est présenté trois fois avant d'être élu, Chirac également, chacun ayant traîné dans son sillage son lot de casseroles et de défaites électorales, pourquoi ne serait-ce pas le tour d'un homme qui ne change pas en bien et en mal, qui a des racines terriennes dans lesquels de nombreux Français se reconnaissent, qui préfère un discours austère et sérieux à des promesses "débiles" du genre ramener l'âge de la retraite à 60 ans ou créer 60 000 emplois dans l'Education Nationale tout en revenant aux critères de Maastricht ou à l'inverse aux positions idéologiques d’ une UMP dont les frontières avec l'extrême droite sont de moins en moins évidentes?

J'ai entendu une candidate que nous connaissons bien, toi et moi, dire sur un plateau télé "il ne sera pas au second tour et c'est une chance pour la France", libre à elle de le dire et le penser. Je ne sais pas si c'est une chance pour la France, mais compte tenu du bilan des deux autres challengers, fera-t-il plus mal? Quant à l'équipe, tout le monde sait que la victoire attire vers soi des ambitions et... des compétences, ce n'est pas le problème.

Et puis c’est bien connu « il n’y a que les imbéciles qui ne changent jamais », il est tout sauf bête.

13.Posté par Dave96 le 18/01/2012 11:59
Christophe j'ai le meme diagnostic.

Bayrou est le meilleur pour ennoncer les bonnes idees, et tres bon egalement pour trouver des excuses de ne pas les mettre en place.

J'ai adhere au Modem sur la foi des bonnes idees, et j'ai attendu plus de 2 ans qu'il commence a les mettre en pratique ses discours en interne, en vain!! J'ai donc claque la porte du Modem, comme une grande majorite des adherents de 2007 qui sont venu, qui y ont cru, et ont ete decus.

Sur le "j'ai change" on a deja vu ce que cela donnait avec Sarkozy en 2007...

Si Bayrou etait honnete il dirait: "je veux etre le chef et je suis bien oblige de vous dire des trucs sexy pour que vous votiez pour moi".

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter


Dans la même rubrique :

Douce France ? - 08/06/2016

1 2 3 4 5 » ... 7

Politique | Opinion | PERSO | Libertés | Communication | WebDiversity | Culture | ReputationTime



Professionnel de la communication, optimiste exigeant et idéaliste compulsif, j'essaye de consacrer du temps au projet de changer le monde.

Professionnel de la communication, optimiste exigeant et idéaliste compulsif, j'essaye de consacrer du temps au projet de changer le monde.


Facebook
LinkedIn
Skype
Twitter
Slideshare

@cginisty
RT @jjdeleeuw: Des Experts très animés demain à 12h30 mvanhees @doulkeridis @cginisty @JulieTestAchats @Karimfadoul @chauchau60 https://t…
Vendredi 9 Décembre - 18:39
Ne manquez pas demain Les Experts sur @BX1Officiel autour de @jjdeleeuw @JulieTestAchats @Karimfadoul @Marco_VanHees @doulkeridis et moi
Vendredi 9 Décembre - 17:58
Très bonne tribune de @FaljaouiAmid dans @redacTendances de cette semaine "Comment les réseaux sociaux nous ramènent à la préhistoire"
Vendredi 9 Décembre - 13:55
#FFback and a great week-end to you too @berteloot @Orange_conseil @ACF_France
Vendredi 9 Décembre - 11:59
E-réputation : quels enseignements tirer de 2016 ? https://t.co/FE48EdlskW
Vendredi 9 Décembre - 10:25
"E-réputation : quels enseignements tirer de 2016 ?" https://t.co/gQSIrx3J3D Décryptage perso de quelques événements clés via @Emarketing_fr
Vendredi 9 Décembre - 10:20

Recherche