Christophe Ginisty

Affaire Cahuzac : l'impossible communication de crise


Rédigé le Mercredi 3 Avril 2013



Affaire Cahuzac : l'impossible communication de crise
Difficile de dire des choses qui n'ont pas déjà été dites sur l'affaire Cahuzac tant les révélations de l'ancien ministre du budget, coup de tonnerre dans la classe politique dans son ensemble, ont été commentées.

Et je dois dire pour ma part que je remercie une nouvelle fois Mediapart d'avoir en l'espèce fait ce travail journalistique remarquable.

Ce qui me semble intéressant ce matin de relever, c'est l'incroyable complexité de la communication des membres du gouvernement et de la majorité dans son ensemble face à cette crise.

Il y a trois éléments qui rendent les choses très compliquées ce matin du point de vue de la communication de crise, trois éléments qui mettent le gouvernement et la majorité dans un embarras quasi inextricable.

Le "bal des cocus"
Il n'y a pas que Jérôme Cahuzac dont l'image ait été abimée dans une telle séquence, ceux qui ont soutenu l'ancien ministre en affirmant sur ce qu'ils avaient de plus cher que les allégations de Mediapart étaient fausses se retrouvent aujourd'hui à devoir incarner le fait d'avoir été trompés.

L'image n'est pas très valorisante et les personnes qui sont exprimées ce matin dans le camp de la majorité ont toutes été porteuses de cette image misérable.

A tel point que je me suis sincèrement demandé s'il était finalement judicieux d'inviter autant de personnalités à faire le tour des plateaux télévisés pour assurer le service après-vente, jouer ouvertement les "cocus" et assumer le fait d'avoir été si naïvement trompés.

L'improbable manque d'informations exclusives
Sur toutes les ondes, on nous a dit que le Président de la République et les autres membres du gouvernement avaient appris les aveux de Jérôme Cahuzac en lisant son blog hier soir.

Je ne sais pas qui a conseillé cette posture aux personnalités concernées mais personne ne peut croire ça !

Je ne prétends pas qu'il y a une cellule secrète qui mènerait des enquêtes clandestines sur les membres du gouvernement mais, moi qui vous parle et qui ne suis pourtant pas le mieux informé du monde, je savais depuis des semaines que tout le monde savait et que les infos sur les comptes offshore du ministre étaient exactes, l'ayant entendu de la bouche d'un grand nombre d'observateurs très bien placés.

Bref, le petit monde médiatico-politique savait et les aveux n'ont rien apporté sinon la confirmation scénarisée et quelque peut théâtrale de la vérité.

La difficulté que cela pose en termes de communication est que le fait d'affirmer avoir appris l'info via le blog de l'ancien ministre est une forme d'aveu d'incompétence. C'est aussi le signe donné à l'opinion que l'on n'est pas mieux informé qu'elle des affaires du sommet de l'état, ce qui là encore n'est pas une formidable nouvelle.

Pour tout dire, j'aurais pour ma part préféré entendre de la bouche du chef de l'exécutif que c'est parce qu'il avait finalement appris la véracité des faits qu'il avait demandé à son ministre de démissionner. Cette stratégie aurait montré l'intransigeance salutaire de François Hollande et sa maîtrise de l'agenda.

Le retour du "tous pourris"
On l'a entendu toute la matinée. Les hommes et les femmes politiques de droite et de gauche se sont succédés sur les antennes pour envoyer Cahuzac à l'échaffaut en nous précisant qu'il ne fallait par pour autant que les français cèdent à la tentation de les considérer tous pourris.

Or, quand dans la même semaine on apprend qu'un ministre du budget faisait de l'évasion fiscale, que la patronne du FMI est perquisitionnée dans le cadre de l'affaire Tapie, qu'un ancien président de la République est mis en examen,... il est assez difficile de s'enlever de la tête cette suspicion de "pourriture" à l'égard de ceux qui nous dirigent.

C'est une posture désormais intenable en termes de communication.

Si l'on ne veut pas que le FN soit le seul gagant de la séquence, la bonne méthode n'est pas selon moi de venir s'en défendre dans les studios de radio ou les plateaux de télévision — ça ne marche plus, plus personne n'y croit — mais de réfléchir à une mesure symbolique forte que l'on pourrait prendre dans les semaines qui viennent pour convaincre l'opinion que l'on a enfin pris la mesure de cette défiance généralisée qui est chaque jour alimentée par un fait d'actualité.

Après tout, le politique est toujours très prompt à réagir aux faits-divers qui provoquent l'émotion de public. Il est temps que ce gouvernement socialiste que j'ai appelé de mes voeux remette à l'agenda une réforme d'envergure qui pourra à terme réconcilier les français avec leurs leaders politiques.

L'affaire Cahuzac est gravissime de ce point de vue là. Elle peut représenter une opportunité pour faire avancer la démocratie.

Les chinois vous enseignent que l'ideogramme de "crise" et le même que celui qui désigne "opportunité."

Sachons nous servir d'un cas comme celui-ci pour construire sur des bases neuves.

A suivre...

Edit au 3/04/13 à 11:30 : Sur le même sujet, regardez l'indignation superbe et émouvante de cet élu socialiste sur le plateau de LCI hier soir.


               Partager Partager
Notez


Lu 10823 fois

Commentaires articles

1.Posté par fultrix le 03/04/2013 15:30
Pour les mesures qui s'imposent et que vous appelez de vos voeux, il semblerait que le président de la République ait quelque chose de prévu ...
http://www.lexpress.fr/actualite/politique/affaire-cahuzac-ce-qu-a-dit-francois-hollande_1236932.html

Du coup, je me coche une alerte sur le site "légifrance" ...

2.Posté par Frederic M Chevalier le 03/04/2013 15:49
Christophe,

Il semblerait que François Hollande (ou du moins son équipe) lise ton blog ;)

Le mesure symbolique que tu évoques, le Président semble l'avoir trouvée "Les élus condamnés pour fraude fiscale ou corruption seront interdits de tout mandat public". C'est la moindre des choses... mais ça sonne encore l'improvisation d'une mesure ad-hoc sous le coup de l'actualité. Pas sûr que cela parvienne à convaincre l'opinion publique. Pourquoi un président de la République qui avait promis une "République exemplaire" a-t-il attendu qu'un de ses ministres soit pris la main de le pot de confiture pour agir ? C'était avant qu'il fallait le faire. Maintenant, c'est bien. Mais c'est trop tard.

Cette séquence m'inspire une autre réflexion. Comment ne pas penser que la mise en examen de Nicolas Sarkozy pouvait ouvrir une séquence de communication destinée à faire diversion 2 jours après la démission de Cahuzac ? Si c'est le cas... le gouvernement se trouve placé dans le rôle de l'arroseur arrosé. Reste à suivre attentivement l'issue de l'affaire contre Nicolas Sarkozy. S'il est condamné, on aura à coup sûr un regain de convaincus du "tous pourris". S'il est blanchi, cela posera un problème de confiance en ceux qui nous gouvernent...

Enfin, ce que je trouve triste dans la séquence de communication actuelle, c'est la violence du déchaînement de ses ex-amis. Certes Cahuzac a commis une série de fautes. Il fait désormais face aux conséquences judiciaires de ses actes et son mensonge caractérisé a achevé de ruiner sa carrière politique. Il en paiera donc le prix. Faut-il en plus faire face ainsi à la vindicte populaire déchainée et attisée par ceux-là même qui, si comme tu le dis ils étaient au courant de la vérité, se sont rendus complices. Il ne reste plus qu'à espérer que la pression déployée depuis hier sur Cahuzac ne le conduisent pas à commettre un acte irréparable, sans commune mesure avec la faute commise.

3.Posté par Colrat le 10/04/2013 11:01
Christophe, il n'y a pas que des membres de la majorité à avoir cogné sur Mediapart au moment où Mediapart a sorti l'affaire. Il y avait aussi des membres de l'opposition, et aussi des journalistes de tous bords.

4.Posté par Colrat le 12/04/2013 23:25
Christophe, quant à Gérard Filoche, "militant socialiste" serait plus juste que "élu socialiste". Et, pour avoir vu la vidéo en question, il dégage de cet homme une grande sincérité. Ne voyons pas forcément la duplicité dans toutes les réactions des personnalités politiques à propos de cette affaire. Il existe des gens sincères, et il parait vraiment avoir été blessé par cette affaire. C'est son droit.....

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter


Dans la même rubrique :

Douce France ? - 08/06/2016

1 2 3 4 5 » ... 7

Politique | Opinion | PERSO | Libertés | Communication | WebDiversity | Culture | ReputationTime



Professionnel de la communication, optimiste exigeant et idéaliste compulsif, j'essaye de consacrer du temps au projet de changer le monde.

Professionnel de la communication, optimiste exigeant et idéaliste compulsif, j'essaye de consacrer du temps au projet de changer le monde.


Facebook
LinkedIn
Skype
Twitter
Slideshare

@cginisty
Nice read! https://t.co/7emrU7422u
Mercredi 7 Décembre - 12:44
Great series of GIF created by Twitter ⚡️ “The Top 10 Global Conversations of 2016” by @twitter https://t.co/tbEPaGPTBy
Mercredi 7 Décembre - 08:00
Manuel Valls : la gauche sans lyrisme https://t.co/V33ua6UkFn
Mardi 6 Décembre - 11:39
Manuel Valls : la gauche sans lyrisme: Hier soir, j’ai regardé attentivement la... https://t.co/RNF0sSpEt4 https://t.co/chZ53Eo2YO
Mardi 6 Décembre - 10:11
En même temps, il parait que réduire de 20km/h la vitesse à Paris, ça revient à aller en marche arrière https://t.co/ouRNnfcfV9
Lundi 5 Décembre - 13:21
@PolitiqueInfo au contraire, je trouverais ça très malin
Lundi 5 Décembre - 12:49

Recherche