Christophe Ginisty

Aides en faveur des PME : Pourquoi ne pas faire simple ?


Rédigé le Lundi 5 Octobre 2009



Aides en faveur des PME : Pourquoi ne pas faire simple ?
Alors que le Président de la République va annoncer ce jour de nouvelles mesures en faveur des PME, moi, simple patron de PME, je n'arrive pas à comprendre la logique de l'intervention de l'état et surtout sa philosophie qui me parait d'une complexité inouïe.

Voici ce que le chef de l'état devrait proposer, si l'on en croit le Figaro :

La semaine dernière, le premier ministre mettait en place le fonds de consolidation, doté de 200 millions d'euros, pour intervenir dans les entreprises sélectionnées par le médiateur du crédit. Lundi matin, le président de la République va détailler les mesures pour renforcer les fonds propres des PME afin de leur permettre d'investir et de grandir. L'enveloppe s'élèvera à «environ deux milliards d'euros», assure une source gouvernementale : un milliard via un mécanisme de prêts subordonnés accordés par Oséo et un milliard investit par le Fonds stratégique d'investissement (FSI), notamment sous forme d'obligations convertibles.


Ce qui me gène dans ces mécanismes, c'est le côté élitiste des aides et la nécessité d'y être éligible. L'état cible des "PME innovantes qui investissent" mais quid de ces centaines de milliers d'entreprises de petite taille qui se posent simplement la question de leur survie et qui, soit par nature, soit par décision n'ont aucune intention d'investir ? Le prisme qui consiste à voir les problèmes des PME à travers la difficulté à financer leur innovation est déformant. Je ne dis pas que ce n'est pas une question, je dis que c'est loin d'être la plus fondamentale.

En étant plus terre à terre, je crois que le gouvernement devrait agir sur des leviers simples "pour tout le monde" et intervenir à la source du premier problème qui va se présenter à une entreprise qui traverse une crise : la trésorerie.

C'est le nerf de toutes les guerres, c'est ce qui va faire plonger la plupart des entrepreneurs selon une mécanique diabolique que tous les patrons connaissent parfaitement.

De la façon la plus classique possible, les crises produisent une baisse des commandes et un allongement du délai de règlement des clients. La conséquence immédiate va être la tension de la trésorerie car il faut financer le paiement des salaires ainsi que les charges correspondantes. Si les clients qui vous payaient sous 60 jours mettent désormais 90 jours à payer, votre besoin de trésorerie va augmenter d'autant.

Afin de pouvoir faire face, l'entreprise va céder ses factures à des organismes d'affacturage. Ce sont des sociétés à qui vous cédez vos factures (et ils vont se charger de récupérer l'argent de vos clients) en échange d'argent immédiat, moins les commissions. Les services de ces sociétés sont extrêmement chers et les commissions qu'elles prennent vont avoir un impact immédiat négatif sur le compte d'exploitation.

Sans compter que dans le cadre d'une crise systémique, beaucoup d'entreprises ne vont plus présenter de garanties suffisantes aux yeux des sociétés d'affacturage qui vont donc refuser de financer certaines de vos factures. Vos clients vont peu à peu perdre leur solvabilité théorique. En l'espace d'un trimestre, une PME peut disparaître. Vous vous adressez à votre banque mais celle-ci, crise oblige, est super prudente et ne financera pas votre besoin de cash. Le médiateur du crédit ? Oseo ? Mais pour financer quel projet ? Vous ne voulez pas investir, vous voulez juste avoir de quoi payer vos salaires à la fin du mois puis les charges le 15 du mois suivant. Vous êtes pris dans une spirale infernale qui peut vous amener au dépôt de bilan.

Que pourrait faire l'état pour aider les entreprises à traverser ces problèmes de trésorerie ? J'ai toujours pensé qu'une piste pourrait être d'aligner les appels à charge sur le poste client en donnant notamment plus de temps aux entreprises pour payer leurs impôts et leurs charges légales. Offrir plus de souplesse dans le règlement des échéances fiscales, supprimer les majorations de 10% en cas de paiement en retard, permettrait, sans réduire la fiscalité, d'aider considérablement les patrons de PME.

               Partager Partager
Notez


Lu 3778 fois

Commentaires articles

1.Posté par Ch. Romain (Nanterre) le 05/10/2009 11:39
Entièrement d'accord avec ce billet. Vouloir aider l'investissement est logique, dans la perspective d'un plan de relance ; mais il serait tout aussi logique d'aider la création d'emplois et surtout de commencer par éviter leur suppression. Or les difficultés de trésorerie se traduisent presque inévitablement par des suppressions de postes.

Il y a déjà eu un effort de fait via la modification des paiements de TVA (plus exactement, des acomptes de TVA). Mais le simple fait d'aligner les paiements de charges sociales sur les règlements de factures serait déjà un énorme ballon d'oxygène.

Une autre piste serait de créer une sorte de "service public du crédit" en obligeant les banques à remplir un quota de soutien à la trésorerie des PME. Mais ce serait un interventionnisme peu à la mode chez nos gouvernants actuels.

2.Posté par Danièle Douet le 05/10/2009 11:50
Absolument d'accord avec toi, Christophe...

3.Posté par Fotini le 05/10/2009 13:15
Merci pour ces explications, notamment le rôle des sociétés d'affacturage, et la piste proposée.


4.Posté par stephane le 05/10/2009 13:51
C'est assez rare pour le signaler !
Entièrement d'accord !

5.Posté par JF le démocrate le 05/10/2009 14:11
Oui, bien d'accord car combien d'entreprises "tombent" du fait de problèmes de trésorerie? Avant de voir le moyen / long terme, il faut régler le court terme. Je trouve les pistes proposées intéressantes.

6.Posté par Thierry P. le 05/10/2009 14:21
Intéressant.
- deductibilité des prestations versées aux sociétés d'affacturage ?
- cautionnement mutuel réalisé par des PME sur la base du volontariat ?
- priorité aux paiements de certaines charges fixes (salaires, fournisseurs) par rapport au paiements d'autres charges (charges sociales, TVA) ?

7.Posté par FrédéricLN le 05/10/2009 14:50 (depuis mobile)
Je crois lire ce qui arrive a mon principal client (et débiteur...).

8.Posté par CK le 05/10/2009 16:39
Pas connaisseur de ces problèmes, mais très intéressé par vos suggestions précises.

9.Posté par JF le démocrate le 05/10/2009 17:40
Et pourquoi ne pas imaginer en temps de crise, un cautionnement de certaines sociétés d'affacturage par l'Etat? Pour couvrir le rachat de certaines créances à un niveau de risque un peu plus élevé (sans aller trop loin toutefois) que ce que des institutions privées sont prêtes à faire. Après tout, c'est déjà ce qui se passe avec la Coface pour l'export, et l'Etat n'a aucun intérêt à voir des entreprises chuter les unes après les autres par effet de "dominos"...

10.Posté par Sébastien le 05/10/2009 18:00
Ah enfin on parle de trésorerie !!!!!! C'est le nerf de la guerre, et j'ai pas lu encore un seul et bel article dans la presse sur ce sujet. A croire que les journalistes qui parlent des PME n'ont jamais lu un compte d'exploitation de leur vie... bref...

On peut remercier la LME de Luc Chatel qui a diminué les délais de paiement aux fournisseurs, en pleine actualité des subprimes aux USA : comme Tchernobyl, le nuage ne devait pas nous atteindre. Tu parles Charles... Alors certains ont pu négocier des accords dérogatoires, mais pas tous. Alors vive les centrales d'achats en Suisse ou Belgique, ni vu ni connu. Double effet kisscool.

Et les innovations au bon dos, surtout dans le secteur de la distribution, intermédiaire commerciale entre un fournisseur et un client...

Je n'arrive toujours pas à comprendre comment un gouvernement de droite peut être aussi éloigné de la réalité des entreprises... mais c'est vrai que les PME, c'est moins bankable que le CAC40 et c'est beaucoup plus bling-bling de jouer avec EDF et Veolia...

11.Posté par Pierre Guillery le 05/10/2009 18:31
Épatant billet, Christophe - pour ce que ça vaut :)

Le bon sens éclatant d'un patron de PME qui connait la réalité du terrain. Rien à rajouter. A diffuser, à exposer, en parler. Je vois que Fotini a apprécié de mieux comprendre le rôle de l'affacturage. Si tous les Français savaient ça...

Remarquables commentaires de JF et Sébastien, aussi. Si on demandait aux patrons de PME et aux entrepreneurs quelles sont les mesures qui pourraient vraiment les aider à préserver des jobs, ou à en créer? Ca me rappelle "commentonfait.fr" d'Alexandre Jardin...

12.Posté par juju41 le 05/10/2009 19:34
et les TPE? tout le monde s'en fout...
j'en sais quelque chose, puisque de 8 salairés, nous sommes passés à 5, avec les ennuis financiers qui vont avec... parce que lorsqu'on licencie pour raison économique, 3 personnes , c'est un licenciement collectif, donc convention de reconversion, départ immédiat des salariés sans effectuer leur préavis, et les 2 mois correspondant au préavis, payés charges comprises au Pôle Emploi.. je vous laisse imaginer ce que ça représente pour une TPE artisanale qui doit sortir l'équivalent de 20 000 euros pour 3 salariés, sans avoir facturé quoique ce soit qui corresponde à ce travail... et que le carnet de commande est bien bas.. La trésorerie étant forcément limitée, on n'a plus qu'à renflouer la boite avec nos biens propres..pour éviter de couler, et d'envoyer 5 autres personnes au chomage, et nous au RMI à 55 ans...voilà ce que c'est que la réalité des TPE, dont sarko se fout comme de sa première rollex...quand à la banque elle nous tolère un découvert de 30 000 euros.. et faut se démerder avec ça... ça en fait des nuits de cauchemards..et on ne voit pas le bout.. on renfoue encore et encore avec nos économies, on finira sur la paille , si ça continue..au bout de 35 ans de travail acharné et passionnant, on a quelques envies de meurtres, et le dégout au bord des lèvres...

il y en a combien comme nous qui ont fait marcher la machine économique durant des années, honnêtement, en payant bien leurs salariés, en payant des impots assez consistants,sans rechigner et sans en mettre à gauche à l'étranger,et qui aujourd'hui crèvent en silence...

Ras le bol !!!!

13.Posté par Isabelle le 05/10/2009 22:24
Quel plaisir d'apprendre des choses, ou de lire des expériences de vies dans un domaine que je ne connais que de très loin, tant du post que des commentaires, le tout exposé clairement, sans bla bla ni polémiques ...
A renouveler, sans modération !

14.Posté par Françoise Boulanger le 06/10/2009 08:17
D'accord avec cette analyse au sujet des problèmes de trésorerie "quotidienne" mais également d'accord avec (pour une fois !) avec la proposition du gouvernement.
Qui a déjà essayé de faire de l'innovation vous dirait la difficulté de faire un prévisionnel : Comment en effet inspirer la "confiance" nécessaire aux investisseurs, aux banques, si vous êtes dans l'impossibilité hélas d'évaluer avec précision quelque chose qui n'existe pas encore ?!!! C'est exactement le même problème des jeunes et leur premier emploi à qui on demande de l'expérience au lieu de regarder le potentiel... Stupide.
Oseo évalue le projet mais aussi le potentiel. Forcément c'est perçu comme élitiste mais il faut pouvoir faire émerger les compétences.
Il faudrait bien évidemment traiter les deux aspect en même temps.
Même problème en politique, n'est-ce pas ?!

15.Posté par Martine le 06/10/2009 08:57
Et les brevets??

16.Posté par christophehumbert le 06/10/2009 17:00
As tu remarqué, Christophe, que tes posts "constructifs" attirent moins de commentaires que ceux qui sont polémiques ?

17.Posté par Christophe Ginisty le 06/10/2009 19:55
Christophe Humbert -> C'est sans doute parce que les militants du MoDem ont besoin de prendre la parole et de trouver un espace sur lequel partager leurs craintes sur la gestion de leur mouvement.

18.Posté par juju41 le 07/10/2009 10:14
je vois que la nouvelle discussion du jour est de taper sur l'Hérétique.. ouais... c'est vrai que c'est vachement important! et que nul doute , il y aura des dizaines de posts enflammés, et pour certains comme d'habitude suggérant des choses qui au bout du compte sont fausses...
je vais vous dire moi, ce que j'en pense.. je pense que le Modem n'a que faire de gens qui se regardent le nombril et préfèrent ergoter , et lacher leur bile , nuit et jour...pendant que le peuple lui, n'en peut plus.. moi je suis Modem, je suis engagée, et pourtant je suis dans la merde, actuellement, mon entreprise tient sur un fil.. ça n'a pas l'air de vous émouvoir plus que ça.. dans votre bulle "anti-Modem"..; personnellement je prefère me mettre au service de ceux qui en chient, plutôt que de me plaindre de l'organisation interne du Modem... vous donnez une image du Modem tellement immonde; que je comprends mieux , que les électeurs aillent voir ailleurs... c'est dommage pour tous ceux du Modem qui partout, luttent avec les gens, au quotidien, partagent leur misère, et leurs angoisses...
allez y.. traitez moi de courtisane, c'est très "mode " en ce moment ici... heureusement que dans la vraie vie, je rencontre des gens nettement plus interessants que vous tous...et franchement, tant mieux...

19.Posté par Pernisek Marie-Christine le 18/03/2010 15:37
Et pourquoi pas une fédération de PME-PMI qui mettrait des fonds en commun pour ceux qui ont des problèmes de trésorerie. Une banque coopérative qui servirait autant à soutenir sur un temps la trésorerie de ceux qui sont en difficulté, que des futurs projets.

20.Posté par Mélissa le 13/11/2013 19:04
merci pour ces infos très intéressantes et intrigantes. l'avenir me semble flou pour les pme et tpe

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Démocratie | Valeurs | Poléthique | Gouvernement | Parti Socialiste | UMP | Sarkozy | Communication | MoDem | Présidentielle 2012 | Numérique



Professionnel de la communication, optimiste exigeant et idéaliste compulsif, j'essaye de consacrer du temps au projet de changer le monde.

Professionnel de la communication, optimiste exigeant et idéaliste compulsif, j'essaye de consacrer du temps au projet de changer le monde.


Facebook
LinkedIn
Skype
Twitter
Slideshare

@cginisty
Manuel Valls : la gauche sans lyrisme https://t.co/V33ua6UkFn
Mardi 6 Décembre - 11:39
Manuel Valls : la gauche sans lyrisme: Hier soir, j’ai regardé attentivement la... https://t.co/RNF0sSpEt4 https://t.co/chZ53Eo2YO
Mardi 6 Décembre - 10:11
En même temps, il parait que réduire de 20km/h la vitesse à Paris, ça revient à aller en marche arrière https://t.co/ouRNnfcfV9
Lundi 5 Décembre - 13:21
@PolitiqueInfo au contraire, je trouverais ça très malin
Lundi 5 Décembre - 12:49
Allez, je parie sur Najat Vallaud Belkacem pour remplacer @manuelvalls à Matignon @najatvb
Lundi 5 Décembre - 12:39
Fait pas chaud en moto https://t.co/DFdoxOWc5O
Lundi 5 Décembre - 08:47

Recherche