Christophe Ginisty

Ainsi va [mal] le monde


Rédigé le Mercredi 14 Décembre 2016



Les images sont insoutenables et les fils d’actualité donnent la nausée : Alep est en train d’être minutieusement détruite par les militaires du régime syrien appuyés par la force de frappe aveugle et considérable des russes. Et ça tire dans le tas, touchant les civils innocents immédiatement ensevelis sous des amas de bêton qui sont leurs premières sépultures. Les gens s’indignent sur les réseaux sociaux car il y a vraiment de quoi mais qu’ont-ils attendu tout ce temps pour afficher leur dégoût ? Le conflit n’a pas démarré la semaine dernière mais en 2010, il y a 6 longues années au cours desquelles les parties en présence se sont affrontées dans un conflit dont les conséquences ont été des centaines de milliers de mort, une crise de réfugiés historique, le renforcement de l’islamisme intégriste, la prolifération du terrorisme, tout ceci faisant le lit du populisme dans les pays occidentaux.

Aux États-Unis, le Président élu nomme avec un cynisme surréaliste un pétrolier à la tête de la diplomatie américaine et un climato-sceptique à la tête de l’agence environnementale, juste pour confirmer à ceux qui en doutaient encore que, d’une part, les relations internationales sont dictées par des contingences commerciales bien pragmatiques et que, d’autre part, le meilleur moyen de « Make America Great Again » c’est d’envoyer chier tous ces lanceurs d’alerte qui empêchent les bons industriels de polluer en rond en précipitant gaiment notre planète à sa destruction anticipée. Pourvu que les résultats du « quarter » soient à la hauteur des espérances des loups de Wall Street !

Aux Etats-Unis encore, le toujours Président élu a repoussé à janvier la conférence de presse prévue pour annoncer la manière dont il allait se retirer de ses propres business et ainsi éviter tout conflit d’intérêt potentiel. L’annonce ne lui parait sans doute plus aussi importante à faire. C’est plus sympa de parler des choses de la vie avec un rappeur psychotique. Dans une semaine (le 19 décembre), les grands électeurs, sensés voter pour confirmer son élection à la tête de la première puissance mondiale, s’apprêteront donc à donner un blanc-seing à un businessman dont personne ne sait comment il va garantir l’intégrité de sa fonction présidentielle à l’abri de ses propres intérêts privés.

En France, la Présidente du FMI est auditionnée par la Cour de Justice de la République pour connaître son rôle dans le règlement litigieux de l’affaire Tapie qui s’est soldé par le versement de 403 millions d’euros à l’ancien homme d’affaire, dont 45 millions au titre du préjudice moral (un record historique dans toute l’histoire de la justice française). Bruno Bézard, l’ancien directeur de l’Agence des participations de l’Etat dénonce le recours à l’arbitrage et évoque les notes qu’il a remis au directeur de cabinet de la Ministre pour tenter de l’alerter, lequel directeur de cabinet, Stéphane Richard, actuellement patron de France Telecom et ami intime de Nicolas Sarkozy, vient de décider qu’il ne souhaitait pas venir témoigner.  Il a piscine.

A gauche et toujours en France, tels des moustiques attirés par la lumière des lampes médiatiques, les candidats se bousculent pour exister et capter une part même modeste de ces minutes d’antenne lors de cette élection pour-de-faux qui devrait désigner le prochain candidat de la gauche à la présidentielle de 2017 en France, près d’une quinzaine de prétendants à dominance masculine tentent de se créer un espace entre Mélenchon et Macron, irréductibles séparatistes, bruyants opposants narcissiques à l’idée même d’une alliance qui leur volerait la vedette.

En Belgique, Une famille de Namur voulait accueillir chez elle une famille de Syriens de manière légale. Les démarches ont donc été entreprises pour leur octroyer un visa. L'Office des étrangers a refusé de leur accorder, mais le Conseil du Contentieux des Etrangers (CCE), un organe d'appel, a décidé, lui, de leur octroyer. C’est donc une décision de justice qui désormais s’impose à tous. C’était sans compter le secrétaire d'État à l'Asile et aux Migrations, Theo Franken, un homme politique nationaliste flamand, populiste et membre de la N-VA, qui a tout simplement décidé de ne pas respecter cette décision de justice avant de s’en moquer publiquement dans une série de tweets aussi grotesques que contraires à l’esprit même de la démocratie.

Moi je vous le dis… Ce monde va bien.

A suivre… 

               Partager Partager
Notez


Lu 1943 fois

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter


Dans la même rubrique :

Il y a un an... - 22/03/2017

Voilà c'est fini - 21/11/2016

1 2 3 4 5

Politique | Opinion | PERSO | Libertés | Communication | WebDiversity | Culture | ReputationTime



Professionnel de la communication, optimiste exigeant et idéaliste compulsif, j'essaye de consacrer du temps au projet de changer le monde.

Professionnel de la communication, optimiste exigeant et idéaliste compulsif, j'essaye de consacrer du temps au projet de changer le monde.


Facebook
LinkedIn
Skype
Twitter
Slideshare

@cginisty
#Fillon sur écoute ? Bien oui, y'a des millions de français qui attendent qu'il dise quelque chose de censé depuis des mois !
Samedi 25 Mars - 20:16
Non, #Fillon n'est pas mis en cause par la presse mais par des juges, la presse ne se contentant de relayer
Samedi 25 Mars - 20:07
Ce que l'on ne sait pas, par contre, c'est si #Fillon fait aussi de beaux cadeaux à ses amis #costumes #montres #quandonaimeonnecomptepas
Samedi 25 Mars - 20:06
RT @NatachaQS: Sur les réseaux, on fait davantage confiance à la personne qui partage qu’à la source de l’information https://t.co/QtPUjMDb…
Samedi 25 Mars - 19:26
RT @AlexFarro: TF1 lance une offre d’info dédiée aux réseaux sociaux https://t.co/iYTVTEUvMV via @LesEchos @JesuisMy @Lesemotionneurs
Samedi 25 Mars - 19:20
RT @jjdeleeuw: Les Experts à 12h30 Beau duo @Julie_deGroote @AhmedLaaouej + @Bea_Ercolini @marcelsel @Karimfadoul et Yvan VDBergh https://…
Samedi 25 Mars - 18:43

Recherche