Christophe Ginisty

Bernard de la Villardière tâcle François Bayrou et sort de son devoir d'indépendance


Rédigé le Lundi 23 Mars 2009



Bernard de la Villardière tâcle François Bayrou et sort de son devoir d'indépendance
Vue ce matin sur le site Ozap, cette vidéo; où Bernard de la Villardière, deux ans après la présidentielle et un échange très tendu entre lui et le leader du MoDem, récidive en traitant François Bayrou de "Le Pen light".

Je le cite :

(A propos du débat lors des présidentielles) « J'avais l'impression qu'il s'en prenait à ce que j'étais, à ce que je représentais, au fait que peut-être j'avais une particule [...] Je continue de penser que ce type est un Le Pen light [...] parce qu'il est très populiste [...] Mais mon rôle là n'est pas de régler mon compte avec François Bayrou. »

Tu parles, Charles... Après la discrimination raciale ou ethnique, voilà un nouvel épisode de la discrimination à la particule. Cela n'a pas de sens. Il est urgent que le présentateur de M6 reprenne ses esprits, même si la tentation peut lui paraître grande de tacler un opposant au régime en place pour en obtenir les faveurs et, le cas échéant, sortir du placard dans lequel il se prélasse.

Voilà un journaliste-producteur; qui se targue de faire un travail d'investigation objectif et indépendant et qui marque clairement et publiquement sa sensibilité politique en insultant purement et simplement un homme qui a recueilli près de 20% des suffrages exprimés lors de la dernière élection présidentielle et qui, contrairement au leader du Front National, est un authentique démocrate, attaché plus que tout aux valeurs de la République.

Alors évidemment, vous me direz qu'il n'a pas comparé les idées des deux hommes mais la posture de communication, ce qu'il appelle avec mépris le populisme. De quoi s'agît-il ?

Selon le dictionnaire, le populisme est une "attitude politique consistant à se réclamer du peuple, de ses aspirations profondes, de sa défense contre les divers torts qui lui sont faits." C'est encore un de ces termes de la langue française qui sont utilisés de façon caricaturale et péjorative. Dans la bouche de Bernard de la Villardière, on imagine que le fait de se réclamer du peuple est dégradant.

Mais alors comment qualifier un journaliste qui tire ses subsides d'une société de production dont le positionnement est résumé ainsi :

Société de production indépendante, Ligne de front a pour ambition de raconter et de décrypter notre environnement, trouver un sens au monde d’aujourd’hui en respectant la véracité des faits et des hommes.
À travers les documentaires, les films institutionnels et la production d’événements, l’équipe de Ligne de Front met en valeur les notions d’engagement, de solidarité et d’authenticité.

Ne se réclame-t-on pas du peuple (des téléspectateurs) lorsque l'on produit des émissions d'investigation ? Ne peut-on pas affirmer que l'on prend sa défense contre les divers torts qui lui sont faits ? Ne doit-on pas être nécessairement populiste dans le bon sens du terme lorsque l'on fait ce métier ?

Bernard de la Villardière mélange les genres et se livre à une critique publique qui ne le grandit pas. Outre qu'il confonde populisme et démagogie, il s'installe sur un registre polémique qui décrédibilise totalement son affirmation d'indépendance. Lui qui a présidé au Press Club de France; et qui est (ou fut) membre du Club des Vigilants aux côtés notamment de Christian Blanc (actuellement au gouvernement), de Bernard Esambert (Bolloré, Lagardère, Edmond de Rotschild,...), lui qui a enseigné au Centre de Formation des Journalistes devrait tenter de proposer un autre visage de la presse.

Vous voyez. Lorsque François Bayrou prétend qu'il n'existe pas de séparation de pouvoir entre l'exécutif et le médiatique, il ne se trompe pas. L'exemple de Bernard de la Villardière est à ce titre particulièrement révélateur de ce qu'il dénonce.

               Partager Partager
Notez


Lu 12935 fois

Commentaires articles

1.Posté par carignano le 23/03/2009 22:12
Je ne comprends pas ton titre ! Oublions le fond car effectivement la parole est malheureuse, certainement. Le mot "populiste" pouvait qualifier Sarkozy pendant cette campagne mais certainement pas Bayrou. En revanche, quelques militants du Modem appartiennent à cette catégorie que l'on pourrait appeler l'extrême centre.
En outre, tu dis que BDV "sort de son devoir d'indépendance"... De quel devoir parles-tu ? Un journaliste n'a pas ce devoir d'indépendance 24h/24 à chaque seconde de sa vie... un journaliste peut s'exprimer comme n'importe quel citoyen. A titre d'exemple, crois-tu réellement que les journalistes qui répondent aux demandes de ton agence ont toujours cette possibilité d'indépendance vis-à-vis de toi ??? Réfléchis bien... Je pense que tu comprends "exactement" de quoi je parle. Cette indépendance est donc toute relative. Et chacun à notre niveau nous "nuisons" à l'indépendance de l'autre.
Dommage aussi que tu cites Christian Blanc... ça rend ta note tout de suite moins crédible alors qu'elle est assez bien écrite pourtant.

2.Posté par JF le démocrate le 23/03/2009 22:11
On ne peut pas tout avoir! Vouloir la pluralité et l'indépendance des médias, et en même temps refuser leur critique. Je ne connais pas personnellement suffisamment le "cas" de la Villardière pour me prononcer vis-à-vis de son éventuelle dépendance au pouvoir en place. Et je me garderai donc de tout jugement.
Pour le reste, bien que j'ai ma carte au MoDem, Bayrou populiste? Ben oui, un peu quand même il faut bien le reconnaître... Personne n'est parfait, ce qui veut dire aussi à contrario que personne ne doit être considéré comme "trop imparfait". Ce qui vaut aussi pour les journalistes. A. Duhamel serait le journaliste idéal, parce qu'il s'est fait lyncher après avoir dit qu'il voterait Bayrou en 2007, et tous ceux qui critiquent notre leader seraient des pourris? Un peu simpliste...

3.Posté par Fotini le 23/03/2009 22:14
Il "n'a fait que" rependre l'expression employée par Alain Minc à l'encontre de François Bayrou.
A quand un "Besancenot light" dans la bouche de ces porte-flingues ?

4.Posté par Alexandre le 23/03/2009 22:18
Je continue de penser que M6 est un TF1 light [...] parce qu'elle est très populiste [...] Mais mon rôle là n'est pas de régler mon compte avec M6.

5.Posté par Fotini le 23/03/2009 22:26
Pour ce qui est du "devoir d'indépendance", cette expression me choque car soit on est indépendant et on dit ce qu'on pense et dans ce cas ce monsieur a fait ce qu'il pense être son devoir alors qu'il s'exprimait à titre personnel, soit on ne peut être vraiment indépendant pour des raisons liées à la configuration de l'organe médiatique pour lequel on travaille et dans ce cas je ne vois pas en quoi c'est un devoir du journaliste.

C'est plus un fait subi, un pré-requis. C'est à l'organe médiatique lui-même d'assurer l'indépendance de ses journalistes. Il faudrait plutôt parler de devoir d'investigation, d'information objective (pour ce qui est de la relation des faits), d'analyse et d'argumentation que de devoir d'indépendance en soi pour un journaliste. Il me semble que l'indépendance devrait être le souci de son employeur, de son chef de rédaction, pas le sien.

6.Posté par Christine le 24/03/2009 00:06
Comme le reconnaît naïvement lui-même la Villardière, tout est une question de particule...
« J'avais l'impression qu'il s'en prenait à ce que j'étais, à ce que je représentais, au fait que peut-être j'avais une particule [...] il est très populiste »
Il est très "peuple", ce Bayrou, n'est-ce pas ?

7.Posté par Fanal Safran le 24/03/2009 07:51
François Bayrou a remonté fortement dans les sondages au moment des présidentielles chaque fois qu'il était attaqué de cette façon. avec des inexactitudes et des outrances.

Attendons donc ....

8.Posté par Christophe Ginisty le 24/03/2009 09:09
Vous avez raison, le mot "Indépendance" n'est probablement pas le mieux choisi. J'aurais sans doute dû parler d'un devoir de neutralité, du moins en public.


9.Posté par JD le 24/03/2009 13:55
Il y a quand même des limites qui, lorsqu'elles sont franchies, abaissent franchement les auteurs de ces actes.

Mr de la Villardière est dans ce cas. Il compare Le Pen qui se réclame des aspirations du peuple, pour appeler à la haine raciale ou religieuse, le pire de ce qui peut être en nous, et Bayrou qui se réclame du peuple aussi, mais en faisant appel aux valeurs de respect mutuel, d'humanisme, bref le meilleur de nous. la comparaison ne tient pas une seconde.

Cette déclaration fait effectivement écho à celle du désespéré Minc, qui ne sait plus quoi dire pour se faire bien voir, et soupçonne Bayrou de fascisme. On aura tout vu, et tout entendu!

Pour se faire une idée du fascisme de Bayrou, je vous invite tous à voir la débat François Bayrou/Régis Debray, lors de l'émission "Ce soir ou jamais" (France3, de la semaine dernière, je crois). C'était rafraichissant, et honnêtement très rassurant de constater que certains des hommes politiques ont encore de l'épaisseur, notamment sur des sujets clés.


10.Posté par Fotini le 24/03/2009 14:58
Ce qui est inquiétant c'est qu'à force de favoriser le populisme d'un Besancenot pour se protéger de Bayrou et du PS ils vont finir par être dépassés par l'ampleur de ce qu'ils auront attisé comme haine des "élites" par leur autisme de classe. Car c'est bien de cela qu'il s'agit finalement.

11.Posté par Eric le 25/03/2009 20:04
Plus j'entends Villardière, que j'ai croisé à maintes reprises, plus je me dis que, chez certains, la particule est plus développée que la partie tête...

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Libertés | Télévision | Pouvoir et médias | Presse | Blogosphère



Professionnel de la communication, optimiste exigeant et idéaliste compulsif, j'essaye de consacrer du temps au projet de changer le monde.

Professionnel de la communication, optimiste exigeant et idéaliste compulsif, j'essaye de consacrer du temps au projet de changer le monde.


Facebook
LinkedIn
Skype
Twitter
Slideshare

@cginisty
Voilà la dernière trouvaille de Francois Sarkozy - ça ne vole pas haut tout de même ! https://t.co/1mSZ14NtCD
Jeudi 30 Mars - 13:00
Quand @OuestFrance,1er quotidien français, titre une fausse info. Le #Brexit n'est pas prononcé aujourd'hui mais of… https://t.co/8z3l0TbKBA
Mercredi 29 Mars - 16:05
En route pour Rennes pour aider ma fille à déménager ;-)
Mercredi 29 Mars - 10:53
Tellement surréaliste de voir #Trump signer le décret pour relancer les centrales au charbon entouré de supporters hilares
Mercredi 29 Mars - 09:53
Quand la cupidité et la bêtise mènent au crime contre l'humanité https://t.co/0esI0biaVK
Mardi 28 Mars - 22:00
Etats-Unis : elle a voté pour Trump, son mari mexicain sans papiers va être expulsé https://t.co/8oiFG0JBSe via @LeParisienMonde
Dimanche 26 Mars - 18:09

Recherche