Christophe Ginisty

Ça ne doit pas être simple d’être gay en ce moment en France ou chronique d'une communication ratée


Rédigé le Jeudi 7 Février 2013



Ça ne doit pas être simple d’être gay en ce moment en France ou chronique d'une communication ratée
L’actualité est parfois d’une douloureuse perversité car les batailles de communication occasionnent souvent des dommages collatéraux.
 
Alors que les députés débattent depuis quelques jours déjà du mariage pour tous, que le public en parle depuis des mois, que les passions se sont exacerbées, on devient peu à peu spectateur d’un débat public qui s’est insidieusement déplacé de la question posée au fait d’être ou non gay dans la société française.
 
Vous le savez, je scrute passionnément la société sous l’angle de la communication et je suis frappé de voir que le projet de mariage pour tous a laissé place à une traque nauséabonde contre les homosexuels.
 
Tout se passe comme si le projet de loi était désormais accessoire et qu'il avait ouvert la boite de Pandore d’un débat de société sur l’homosexualité.
 
Je ne suis pas homo — et d’ailleurs peu importe — et je suis assez interpellé par ce hors-sujet dans lequel veulent nous entrainer les communautés résistantes à la loi.
 
Mais pourquoi le débat a-t-il dérapé ?
 
Parce qu’il a trainé en longueur et tout débat qui traine en longueur se détourne de son objet principal. C'est une règle d'or en communication.
 
En Grande Bretagne, la question du mariage pour tous a été réglée en quelques heures à peine, de sorte qu’il n’y a que cette question qui a été mise à l’ordre du jour et réglée.
 
En France, le sujet s’éternise. Il était dans le programme du candidat Hollande mais il a fallu attendre 9 mois — le temps d’une gestation (sic) — pour qu’il arrive dans l’hémicycle de l’Assemblée Nationale.
 
Or, ce temps est propice à tous les détournements.
 
Dans le cours d’influence et de lobbying que je donne à mes élèves de l’INSEEC en Master 2 Communication, je leur dis toujours de se servir du temps pour concevoir et mener leurs actions. C'est la variable principale de l'influence.
 
Je leur explique que le temps qui s’écoule entre le moment où l’autorité publique annonce une intention et le moment où il va saisir le législateur est le temps du combat qu’il faut utiliser à son profit pour éventuellement influer sur la suite de la réforme promise.
 
Plus ce temps est long et plus on donne aux opposants le loisir de se déchainer et de faire des dégâts dans l’opinion. Le temps est une opportunité formidable.
 
C’est ce qui s’est produit avec le projet de loi sur le mariage pour tous.
 
Sur un sujet aussi fondamental pour la société française, l’exécutif s’est donné le bâton pour se faire battre et les victimes en sont les homosexuels qui doivent aujourd’hui quasiment se justifier d’exister et d’avoir la vie qu’ils ont choisie.
 
On le voit chaque jour un peu plus sur les réseaux sociaux et je ne vous reproduirai pas les liens pour ne pas leur offrir le moindre écho mais on voit fleurir des vidéos, des articles qui replongent nos concitoyens au moyen-âge et se servent de l’actualité pour dénoncer les homosexuels comme jadis les sorcières et tenter de les excommunier civiquement.
 
Nous ne sommes plus dans le débat. D'ailleurs, les ténors de l'UMP l'ont bien compris, eux qui ne s'affichent plus en première ligne de peur d'être instrumentalisés et marqués au fer rouge par ce flot de haines.

Ce n’est pas de la politique, c’est de la communication.
 
L’art de la communication influente repose sur la maîtrise du temps et du rythme.
 
L’opinion est constituée d’individus qui zappent d’une information à l’autre et qui n’ont pas la capacité de se concentrer sur un même sujet pendant des mois.
 
Aussi paradoxal que cela puisse paraître, plus une réforme est importante et plus il faut savoir la mener rapidement.
 
En l’espèce, nous aurions sans doute évité le caniveau si l’exécutif avait mis symboliquement ce texte à l’ordre du jour de la toute première session de l’Assemblée Nationale, invoquant la campagne présidentielle comme le temps du débat et l’élection des députés comme le signe ultime de l’expression du peuple français.
 
Cela n’a pas été fait ainsi. Espérons que nous n’en ayons plus pour trop longtemps.
 
Et que les esprits puissent s’apaiser de nouveau. A suivre…

               Partager Partager
Notez


Lu 1138 fois

Commentaires articles

1.Posté par jean-Pascal le 07/02/2013 16:01
D'accord sur le fait que ce soit trop long
Absolument pas sur le dérapage évoqué, je suis au contraire agréablement surpris de la dignité du débat sur ce point
il est vrai que je ne fie pas aux réseaux sociaux qui ne représentent pour moi que le fond du seau et à ce titre négligeables

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter


Dans la même rubrique :

Douce France ? - 08/06/2016

1 2 3 4 5 » ... 7

Politique | Opinion | PERSO | Libertés | Communication | WebDiversity | Culture | ReputationTime



Professionnel de la communication, optimiste exigeant et idéaliste compulsif, j'essaye de consacrer du temps au projet de changer le monde.

Professionnel de la communication, optimiste exigeant et idéaliste compulsif, j'essaye de consacrer du temps au projet de changer le monde.


Facebook
LinkedIn
Skype
Twitter
Slideshare

@cginisty
RT @jjdeleeuw: Des Experts très animés demain à 12h30 mvanhees @doulkeridis @cginisty @JulieTestAchats @Karimfadoul @chauchau60 https://t…
Vendredi 9 Décembre - 18:39
Ne manquez pas demain Les Experts sur @BX1Officiel autour de @jjdeleeuw @JulieTestAchats @Karimfadoul @Marco_VanHees @doulkeridis et moi
Vendredi 9 Décembre - 17:58
Très bonne tribune de @FaljaouiAmid dans @redacTendances de cette semaine "Comment les réseaux sociaux nous ramènent à la préhistoire"
Vendredi 9 Décembre - 13:55
#FFback and a great week-end to you too @berteloot @Orange_conseil @ACF_France
Vendredi 9 Décembre - 11:59
E-réputation : quels enseignements tirer de 2016 ? https://t.co/FE48EdlskW
Vendredi 9 Décembre - 10:25
"E-réputation : quels enseignements tirer de 2016 ?" https://t.co/gQSIrx3J3D Décryptage perso de quelques événements clés via @Emarketing_fr
Vendredi 9 Décembre - 10:20

Recherche