Christine Lagarde ou l'exemplarité oubliée


Rédigé le Mardi 29 Mai 2012


Christine Lagarde ou l'exemplarité oubliée
L'épisode que nous venons de vivre avec Christine Lagarde qui fustige le fait que les grecs ne payent pas leurs impôts avant que la terre entière n'apprenne que ses revenus à elle ne sont pas soumis à l'imposition illustre incroyablement cette distance infinie qui existe entre les élites et le peuple.

Toute la question que l'on peut se poser ici est celle de la valeur de l'exemplarité.

L'autorité est fondamentalement insupportable si elle n'est pas parée de l'exemplarité de celui qui détient le pouvoir.

C'est plus qu'une question de bon sens, c'est un point essentiel.

C'est vrai dans toutes les relations de pouvoir, qu'elles soient dans la sphère privée ou dans la sphère professionnelle. On est d'autant plus prêt de suivre quelqu'un que l'on a la conviction qu'il ou elle s'applique les règles édictées.

La confiance est fille de l'exemplarité.

Or, dans la société dans laquelle nous vivons, de très nombreuses personnes exercent un pouvoir uniquement parce qu'ils appartiennent à un groupe humain précis, une caste, une élite autoproclamée, une amicale d'anciens,... Ils détiennent leurs prérogatives d'une nomination elle-même autoritaire et se contre-fichent de ce qui pourrait susciter l'adhésion des publics qu'ils administrent.

Cette dernière sortie de Chrstine Lagarde est une illustration de cette dérive.

S'en prendre à un peuple de cette manière et lui attribuer les causes de la crise en oubliant que ce sont les gouvernants, d'autres élites, qui sont la source de la situation catastrophique du pays est déjà assez préoccupant. Mais donner des leçons de bons contribuables alors que l'on ne paye soi-même aucun impôt sur des revenus confortables est au-delà de l'indécence.

Vous me direz que ce ne sont pas les impôts de Madame Lagarde qui vont résoudre la crise grècque et vous aurez à la fois raison et tort.

Car tout est une question de symbole et si l'on veut mobiliser le contribuable grec pour qu'il consente à accomplir cet acte citoyen élémentaire qui consiste à payer ses impôts sur ce qu'il gagne, il faut veiller à donner une autre image du personnel dirigeant. 

Encore une fois, ne croyez pas que ce genre d'histoires soit du domaine du détail.

C'est sur ces petites choses que les grandes révolutions ont parfois débuté.


               Partager Partager

Christophe Ginisty
Notez

Commentaires articles
Nouveau commentaire :
Facebook Twitter


Dans la même rubrique :
1 2 3

Citoyenneté | PERSO | Libertés | Communication | WebDiversity | Culture