Christophe Ginisty

Chronique critique sur le classement des 50 personnalités préférées des Français


Rédigé le Dimanche 4 Août 2013



Chronique critique sur le classement des 50 personnalités préférées des Français
C'est ce qu'on appelle un marronnier dans la presse.

Tous les 6 mois, le JDD et l'Ifop publient le "Classement des 50 personnalités préférées des français" et tous les 6 mois, les éditorialistes commentent abondamment les résultats en s'arrêtant sur celui ou celle qui occupe la tête, ceux qui progressent, ceux qui dégringolent mais personne ou presque n'entre dans le détail de cette enquête que je trouve, pour ma part, infiniment contestable pour au moins deux raisons. 

Un vote sur une liste établie de manière opaque
Ne croyez pas qu'un "échantillon de 1001 personnes, représentatif de la population française agée de 15 ans et plus" qui a répondu au questionnaire de l'Ifop ait eu la liberté de citer les personnalités de son choix. Ce n'est pas ainsi que les choses se passent.

Pour le vérifier, il suffit de consulter le document de référence de l'institut de sondage. Les personnes qui répondent au questionnaire sur Internet y sont invitées par la question suivante : "Vous allez voir une série de 50 personnalités françaises. Nous aimerions savoir quel(le)s sont, parmi les suivant(e)s, les dix Français(es) qui comptent le plus pour vous aujourd'hui, et que vous trouvez les plus sympathiques." 

Les 50 personnalités en question sont donc choisies de manière arbitraire par l'institut ou par le JDD et la seule chose que doivent faire les français interrogés est d'établir un classement parmi elles. 

Lorsque j'ai découvert cela, je me suis alors mis en tête de trouver un document ou une source qui nous permettrait de savoir comment cette liste était établie. Mais je n'ai rien trouvé. 

Et cela me pose un vrai problème car nous sommes face à un choix éditorial qui conditionne absolument tout. Je n'ai absolument rien contre les personnalités qui font partie de cette liste mais on pourrait par exemple se demander ce qui justifie la présence ou l'absence de certaines d'entre elles : pourquoi Omar Sy et pas François Cluzet, pourquoi Simone Veil et pas Valéry Giscard d'Estaing, pourquoi Gérard Jugnot et pas Christian Clavier,... On peut continuer comme ça indéfiniment, ôter ou ajouter des noms en fonction de nos sensibilités personnelles. 

Le plus gênant dans cette histoire est l'absence de transparence dans la constitution de cette liste. Qui décide des 50 noms ? Qui fait entrer/sortir les personnalités ? Et pouquoi pas 200 noms dont 50 ressortiraient en tête ? (1)

Je crois qu'il serait éclairant de publier les critères qui, aussi contestables pourraient-ils être, auraient le mérite de valoriser encore davantage ce classement et de le rendre lisible pour tout le monde. 

L'arbitraire est acceptable à condition d'être explicite. 

L'ambiguïté de la question posée 
Le deuxième point est encore plus gênant. Là encore, il faut aller voir du côté du document de l'Ifop pour découvrir le point qui m'a franchement interpellé. Voici la question telle qu'elle est posée aux français interrogés :

"1) Pour chaque personnalité qui va s’afficher, merci d’indiquer si vous considérez qu’elle compte et/ou que vous l’aimez bien ou si vous ne l'aimez pas (ou que vous ne la connaissez pas)."

Je ne sais pas ce que vous en pensez mais je ne trouve pas que l'on puisse mettre sur un même plan le fait "de compter" et "d'aimer" quelqu'un. Je dirais par exemple que Nicolas Sarkozy est quelqu'un qui compte et pourtant ceux d'entre vous qui me suivent depuis des années savent à quel point je ne l'aime pas. A l'inverse, j'adore Jean-Paul Belmondo comme homme/acteur/personnalité/légende mais je ne dirais pas qu'il compte au sens traditionnel de l'influence.  

Et puis il y a aussi la confusion entre trouver quelqu'un sympathique et aimer quelqu'un. Il y a des gens que je peux aimer dans la liste des 50 (Zidane, Hulot,...) mais que je ne trouve pas sympathiques du tout. 

La deuxième question est plus explicite. Quoique... 

"2) Parmi les personnalités que vous avez retenu comme étant des personnes qui comptent pour vous ou que vous aimez bien, quelles sont les dix qui comptent le plus pour vous ou que vous aimez le mieux ?"

Là encore, il y a la confusion entre le fait de compter et le fait d'être aimé. Mais l'institut a ici rajouté "pour vous" après "qui comptent" ce qui, dans la langue française peut renvoyer à la même idée que l'affection : on aime les gens qui comptent pour nous.

Mais là encore, c'est ambigu. La question n'est pas vraiment bien formulée.  

C'est peut-être volontaire, histoire de s'assurer que les gens qui comptent dans la vie publique française ressortent en tête du classement. Je n'en sais rien. C'est en tout cas très ambivalent et source de confusion pour les répondants. 

Car si vous vous attachez aux gens qui comptent, vous vous attachez inévitablement à leur influence. Et si vous ne vous intéressez qu'aux gens que vous aimez, qu'ils soient influents ou non est le cadet de vos soucis. 

Vous l'aurez compris, je trouve ce classement totalement biaisé et opaque.

Et même si j'ai une immense admiration pour Jean-Jacques Goldman qui occupe la tête de la dernière livrée, je trouve qu'il serait utile de communiquer sur les règles de constitution de la liste de finalistes qui ne sont pas ceux des français mais ceux des journalistes.

Je trouve aussi qu'il serait salutaire que les questions ne portent que sur de l'affection et pas sur l'influence. Deux notions très différentes en communication et en matière de gestion de la réputation ! 

A suivre... 

(1) Edit du 5 août : la meilleure illustration que la constitution de cette liste est totalement arbitraire est que Jean-Jacques Goldman, grand vainqueur du tout dernier classement, ne figurait même pas dans la liste proposée lors du précédent classement de décembre dernier. Le seul fait de l'avoir "proposé" cette fois-ci l'a fait entrer directement à la première place, ce qui prouve assez facilement que s'il avait été proposé lors des éditions précédentes, il aurait sans aucun doute occupé un place de choix. 

               Partager Partager
Notez


Lu 7614 fois

Commentaires articles

1.Posté par fultrix le 06/08/2013 22:29
Ah, ah, cela me rappelle le classement de Time il y a quelque mois pour le numéro 100.Nous avions eu droit aux 100 personnalités qui comptent dans le monde ... que des anglo-saxons, ou presque, et tous "people", ou presque.
J'avais déjà fulminé sur le choix des "têtes" par cooptation et réseaux des premières personnalités interrogées, tel que l'expliquait en fin de magasine l'équipe de rédaction.

http://time100.time.com/

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter


Dans la même rubrique :

Douce France ? - 08/06/2016

1 2 3 4 5 » ... 7

Politique | Opinion | PERSO | Libertés | Communication | WebDiversity | Culture | ReputationTime



Professionnel de la communication, optimiste exigeant et idéaliste compulsif, j'essaye de consacrer du temps au projet de changer le monde.

Professionnel de la communication, optimiste exigeant et idéaliste compulsif, j'essaye de consacrer du temps au projet de changer le monde.


Facebook
LinkedIn
Skype
Twitter
Slideshare

@cginisty
Ce soir, table ronde & 'speed mentoring sessions' avec les étudiants @ihecs avec @EliseGuillet @avaltat @colingoeu
Jeudi 8 Décembre - 16:03
Et maintenant, il va falloir expliquer pourquoi un type condamné à 3 ans de prison ferme n'est pas incarcéré https://t.co/A9HkhujIOx
Jeudi 8 Décembre - 15:33
Très drôle ! https://t.co/4Fn2ubjbEm
Jeudi 8 Décembre - 11:06
Nice read! https://t.co/7emrU7422u
Mercredi 7 Décembre - 12:44
Great series of GIF created by Twitter ⚡️ “The Top 10 Global Conversations of 2016” by @twitter https://t.co/tbEPaGPTBy
Mercredi 7 Décembre - 08:00
Manuel Valls : la gauche sans lyrisme https://t.co/V33ua6UkFn
Mardi 6 Décembre - 11:39

Recherche