Christophe Ginisty

Chronique désabusée d'un français vivant à Bruxelles


Rédigé le Mardi 22 Mars 2016



Alors que la barbarie et la violence aveugles viennent de frapper ce matin à Bruxelles, et notamment tout proche de mon lieu de travail, je voudrais partager avec vous quelques sensations à chaud.

A l'heure où la première bombe à explosé à l'aéroport de Bruxelles, j'étais dans les transports en commun que je prends tous les matins pour parcourir la petite distance qui me sépare du bureau. J'ai découvert l'info sur mon smartphone et j'ai immédiatement pensé que cela aurait pu m'arriver à moi, que ces barbares auraient pu choisir le tram dans lequel j'avais pris place sans me douter que la mort pouvait être au rendez-vous, à l'image de ces pauvres gens qui allaient prendre leur avion ou, pour les autres, étaient tout simplement dans une rame de métro dans le quartier européen. 

Quand on connaît un peu l'aéroport de Bruxelles et le lieu où ils se sont fait exploser, on mesure que les terroristes étaient sûrs de faire un carnage. A proximité du "Kiss and fly" (la dépose minute), il y un hall relativement étroit par lequel transitent tous les passagers. L'aérogare est tout en longueur, de sorte qu'il provoque des files indiennes, concentrations assez naturelles. 

J'ai eu un sentiment de dégoût et j'ai suivi les rebondissements de la journée sur mon ordinateur, connecté en permanence aux chaînes d'informations locales qui se sont évertuées à égrainer les nouvelles de manière implacable. 

Au bureau, nous sommes un peu moins de 70 personnes arborant plus de 20 nationalités différentes. Le temps s'est arrêté, puis nous nous sommes comptés les uns les autres avant de nous résigner malgré tout à bosser. Il y avait beaucoup d'émotion et de colère en chacun d'entre nous mais nous sommes restés ensemble après avoir annulé tous les rendez-vous extérieurs. La journée est passée dans un ralenti pesant. 

J'ai reçu de nombreux messages d'amis et de proches qui se sont inquiétés de mon état et cela m'a infiniment touché. Je vais bien ainsi que chacun des membres de ma famille, sans oublier tous ceux qui me sont chers ici. 

Ce qui s'est passé est évidemment injuste en plus d'être monstrueux. La Belgique est un pays pacifique et accueillant. Bruxelles est la capitale de l'Europe mais c'est aussi un bassin de population à la diversité formidable. Depuis que je vis ici, je mesure à quel point la tolérance est une valeur pratiquée par la plupart des habitants, toutes générations confondues. 

Les observateurs du monde entier pointent du doigt la commune de Molenbeek en oubliant qu'elle n'a rien d'un ghetto et que c'est une commune du royaume qui a élevé ses enfants avec la plus grande bienveillance.

Je vous assure, venez le constater par vous-même, il n'y a pas à Molenbeek ce sentiment de tension et d'exclusion que l'on rencontre dans les banlieues des grandes villes françaises. La vie y est assez paisible et l'on ne se sent pas soi-même en danger lorsque l'on s'y rend (j'y vais presque toutes les semaines lorsque j'enregistre l'émission des 'Experts' sur BX1 - ex-Télé Bruxelles). Il y a certes une très grande concentration de population musulmane, mais on est très loin de ces situations potentiellement insurrectionnelles telles que la France les a connues en 2005 notamment. 

Il serait superflu de dire que nous ne méritons pas ce qui s'est passé et que tout doit être fait pour punir ces terroristes. Toutes les boutiques de Bruxelles ont baissé le rideau et un deuil de 3 jours a été décrété. La ville semble s'être vidée de ses habitants. C'est une sensation très particulière. 

Ce monde est devenu fou. 

Entre ceux qui s'acharnent à saccager la planète sur laquelle ils vivent, ceux qui ne pensent qu'à spéculer et s'en foutre le plus possible plein les poches, ceux qui se sont promis d'éradiquer la civilisation judéo-chrétienne en se faisant exploser la tronche dans des aéroports bondés, sans oublier ces politiques qui ne s'engagent dans la vie publique pour y satisfaire leur propre égo en veillant à y rester le plus longtemps possible, je me demande sans arrêt à quoi ressemble l'horreur que nous sommes en train de laisser à nos enfants. J'en suis meurtri. 

J'aimerais tellement avoir le pouvoir de contribuer à empêcher ce chaos. Mais des jours comme aujourd'hui ne me laissent pas beaucoup d'espoir. 

Que les victimes de cette folie reposent en paix.  

A suivre...

               Partager Partager
Notez


Lu 1521 fois

Commentaires articles

1.Posté par Florence le 22/03/2016 19:25
Merci Christophe....

2.Posté par Christophe Ginisty le 22/03/2016 19:30
Florence, ravi de te lire et de savoir ainsi que tu vas bien.

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter


Dans la même rubrique :

Douce France ? - 08/06/2016

1 2 3 4 5 » ... 7

Politique | Opinion | PERSO | Libertés | Communication | WebDiversity | Culture | ReputationTime



Professionnel de la communication, optimiste exigeant et idéaliste compulsif, j'essaye de consacrer du temps au projet de changer le monde.

Professionnel de la communication, optimiste exigeant et idéaliste compulsif, j'essaye de consacrer du temps au projet de changer le monde.


Facebook
LinkedIn
Skype
Twitter
Slideshare

@cginisty
@inesevoika you've got mail ;-) thanks for your spontaneous cooperation
Samedi 3 Décembre - 13:10
@inesevoika sure, that would be great
Samedi 3 Décembre - 12:51
I do remember 3 years ago when I spoke at #PRilika2016 - it remains a great souvenir
Samedi 3 Décembre - 10:57
Looking for a speaker who could elaborate on the importance of social networks for women in the Arab world as an emancipation tool
Samedi 3 Décembre - 10:55
RT @jjdeleeuw: Grand moment. Les expertes à 12h30 sur @BX1Officiel : @celinefremault @Assita_Kanko @SylvieLausberg @Bea_Ercolini @zariauror…
Samedi 3 Décembre - 09:03
RT @ldcRTBF: #Molenbeek Un nouveau panneau au style hollywoodien à l’entrée de la commune @FredericNicolay #InitiativeBruxelloise #UCLWebCo…
Samedi 3 Décembre - 08:53

Recherche