Christophe Ginisty

Claude Allègre, l'atout anti Ségolène Royal pour Sarkozy


Rédigé le Samedi 23 Mai 2009



Claude Allègre, l'atout anti Ségolène Royal pour Sarkozy
Il y a deux manières de voir l'ouverture politique pratiquée par Nicolas Sarkozy. L'une, très premier degré et promue par l'UMP, qui consiste à affirmer que l'on se donne l'opportunité de gouverner avec des personnalités politiques issues d'autres sensibilités et l'autre, bien moins naïve et très politicienne, qui voit dans l'ouverture un moyen de détruire l'opposition. Dans le premier cas, on ouvre par la volonté d'ouvrir, dans le second cas, on ouvre pour mieux fermer la possibilité d'alternance.

Depuis des semaines et encore plus depuis hier et les déclarations de Pierre Moscovici, on parle de l'arrivée prochaine au gouvernement de Claude Allègre et les uns et les autres apprécient son côté iconoclaste et compétent et saluent du bout des mots un homme de gouvernement qui sait briser les tabous.

Mais n'avons-nous rien oublié ?

Si l'on croit - comme je le crois - que l'ouverture pratiquée par Nicolas Sarkozy est bassement politicienne et conçue avant tout pour affaiblir le camp d'en face, il est essentiel de se souvenir que Claude Allègre est le plus virulent et sans doute aussi le plus crédible de tous les "snipers" anti Ségolène Royal. Virulent, il l'a toujours été et à de très nombreuses reprises dès la campagne présidentielle, crédible car c'est le seul qui critique la présidente du Poitou Charentes sur le fond, sur la base de son expérience ministérielle, rappelant ainsi qu'elle fut de 1997 à 2000 sous ses ordres en tant que ministre déléguée à l'Enseignement scolaire lorsque lui-même était Ministre de l'Education Nationale du gouvernement Jospin. Il raconte ainsi sans pudeur à quel point Ségolène Royal ne travaillait pas ses dossiers et à quel point elle ne cherchait que l'exposition médiatique au lieu d'oeuvrer à la tâche.

L'entrée annoncée de Claude Allègre dans un futur gouvernement n'est pas qu'une ouverture pour plus de diversité. C'est aussi, et vous le verrez très prochainement, un coup politique destiné à décrédibiliser Ségolène Royal en vue des prochaines élections présidentielles. Dans quelques mois, on chargera ce nouveau ministre de monter au front lorsque la présidente de Désirs d'Avenir sortira du guêt.

Ce sont les petites trahisons qui font les grandes victoires en Sarkoland. Il va falloir vous y faire.

               Partager Partager
Notez


Lu 3832 fois

Commentaires articles

1.Posté par cocobe le 23/05/2009 22:14
Tu as raison de rappeler que la politique et les bonnes manières ne font pas souvent bon ménage, mais l'histoire de la cinquième est riche des ces situations, souvenons nous d'Edgard FAURE, d'Olivier STIRN ou de Jean- Pierre SOISSON qui ont eu des carrières et des convictions à géométrie variable.

Ce qui est plus inquiétant, c'est ce que dit Nicolas HULOT sur les prises de position de Claude ALLEGRE en matière de d'écologie, ce dernier se positionne à l'inverse des experts du GIEC.

Au fait, qui avait organisé le GIEC?

En février 2007 : à Paris, Conférence internationale « pour une gouvernance écologique mondiale ». Le président Jacques Chirac propose que les Nations unies adoptent une « Déclaration universelle des droits et devoirs environnementaux ».

Ça aussi, ça fait partie de ce que tu appelles les « petites trahisons »

2.Posté par nina le 24/05/2009 00:10
LYNCHAGE + PLAGIAT :
Ceci est une tentative de gros scandale public parce que ça calme pas mal les gros connards en attendant de trouver enfin un avocat qui réglera ce problème de non respect de mes droits les plus élémentaires et je le conseille à chacun qui peut avoir des ennuis avec ce gros connard de sarkozy ou sa clique de clowns de flics minables : je suis donc en train de régler un petit problème du genre détail avec cette grosse tache de si peu président de la république Française, en lui envoyant un avocat pour mises sous surveillance illégales, lynchage numérique inspiré de bonnes vieilles méthodes qui ne déplairaient pas au ku klux klan, lynchage qui n'a mobilisé personne sur le web ou dans la presse et plagiat vulgaire et ridicule qui passe à la télé, de mes petits textes web.

Quant a sarkozy, s'il n'aime pas le web, et s'il n'aime pas la rue qui sait, la preuve, très bien se défendre, qu'il la quitte !

3.Posté par CedricA le 24/05/2009 00:11
Tu sembles apprécier l'homme. Cependant il a une casserole de taille avec sa remise en cause du réchauffement climatique. Ce sujet fait hérisser le poil à toutes les personnes avec une fibre environnementale.

Je suis curieux de savoir à quel marocain il est destiné ? Si c'est l'environnement, le message serait terrible.

4.Posté par Christophe Ginisty le 24/05/2009 08:15
Cédric -> Non, je n'ai aucune sympathie particulière pour Allègre. Je le crois au contraire suffisant et très dangereux du point de vue précisément de ses idées sur le réchauffement climatique.

Les points positifs de ma note sont une traduction de ce que je lis notamment dans la communauté pro-gouvernementale.

5.Posté par blanchard le 24/05/2009 11:33
C'est clair que c'est pour affaiblir le PS ! De ce point de vue Sarko est trés habile, il faut le reconnaitre ! Mais il faut dire que le PS lui facilite bien la tache.


6.Posté par Keszey le 24/05/2009 13:18
L'arrivée de Claude Allègre au gouvernement serait un déni du Grenelle de l'environnement, à partir de sa négation du rôle des activités humaines dans le réchauffement climatique qui l'isole dans la communauté scientifique. Il avait aussi nié la gravité de la présence d'amiante dans une université parisienne, amiante au contact de milliers d'étudiants. Mais vous avez le mérite, M Ginisty de souligner la vraie raison de ce choix. Claude Allègre est en effet un des pires ennemis de Ségolène. Heureusement que votre dévoilement répond à cette stratégie "finement tordue" du Pouvoir. Merci. Faute d'expérience politique cette raison essentielle m'avait échappé. Annie Keszey.

7.Posté par JF le démocrate le 24/05/2009 15:04
Quand je vois la tactique déployée per Sarkozy, je me demande si secrètement il ne travaille pas pour Bayrou. Car à force de vouloir affaiblir le PS - c'est visiblement obsessionnel chez lui - il va finir par mener notre Béarnais directement au second tour de la présidentielle de 2012.

8.Posté par Voltaire le 25/05/2009 12:54
Je ne suis pas certain qu'il faille se focaliser sur l’aspect « politicien » de cette éventuelle nomination.

La nomination de Mr Allègre pose t-elle un problème au PS ? Probablement pas. Il y a bien longtemps que Mr Allègre gène ce parti, qu’il a d’ailleurs quitté, et le PS doit se dire « bon débarras ». Mr Allègre n’a jamais été une personnalité « politique » du PS, un artisan de son idéologie ou de son projet de société. Il n’a pas valeur de symbole, sauf comme repoussoir pour les fonctionnaires de l’éducation nationale. Son passage au gouvernement du président de la république sera donc sans effet néfaste, car il ne sera pas perçu par l’opinion comme une trahison de celui qui a toujours été un franc-tireur à l’ego démesuré.
Certes, l'auteur a raison de souligner l'aspect anti-Royal de cette nomination, mais Ségolène Royal n'est probablement pas la cible la plus urgente du pouvoir, et je m'attendrais plutôt à ce que celui-ci l'aide à remonter la pente.

Mais le plus important n’est pas là.

Le plus important est le double signal qu’une telle nomination signifierait aux yeux des défenseurs de l’environnement et de la recherche.

Le premier point a été parfaitement décrit par Nicolas Hulot : une telle nomination serait un bras d’honneur aux scientifiques du GIEC qui ont eu le prix Nobel, collectivement, pour leurs travaux sur le climat. Non pas que Mr Allègre ne puisse pas avoir un point de vue sceptique vis à vis du lien entre activité humaine et réchauffement climatique, mais parce qu’une telle nomination signifierait que le gouvernement de la France est sceptique vis à vis de cet effet, et qu’il est donc inutile de prendre des mesures pour le contrer.

Le second point a été lui explicité par François Bayrou : nommer Claude Allègre ministre de l’industrie et de la recherche, et donc disjoindre le lien qui existe entre enseignement supérieur, recherche et innovation en instaurant un lien unique entre industrie et recherche, ce serait signifier une mise sous tutelle de la recherche sous la rentabilité économique (chose que ni les US ni le Japon n’a jamais fait, contrairement à ce que prétend Mr Allègre). Cela signifierait aussi la disparition de nouveau d'un vrai ministère sur ces sujets (il a souvent été un simple ministère délégué), ce qui serait catastrophique.

On le voit, ce n’est pas l’aspect politicien qui importe le plus, mais le signal politique d’une telle nomination en ce qu’il implique en matière de politique environnementale et de recherche de la part de la France. Et, de façon complémentaire, le signal qui serait envoyé aux communautés de la recherche et de l’environnement. En matière de politique publique, une telle nomination sonnerait le glas d’un processus de Grenelle déjà menacé, et la fin de toute possibilité de réforme de notre système d’enseignement supérieur et de recherche en raison de la révolte de l’ensemble de la communauté scientifique déjà méprisée par la Présidence de la République


9.Posté par Nicolas. le 25/05/2009 16:08
allégre à doite c'est bien.
ça dégage déja au PS des boulets.
Au niveau compétences ? à part la chasse au mammouth !!

Nul il était, donc il fera un bon ministre. Il faudrait le remettre à l'éducation nationale pour qu'il échoue à nouveau. peut être qu'il aura le mamouth, cette fois ci?
Sarkozy plein d'idées : on prend les nuls, on recommence.

10.Posté par lcdm le 25/05/2009 19:00
Bof, je crois au contraire que Sarkozy aimerait que ce soit de nouveau ségolène...

11.Posté par Renaud le 26/05/2009 13:47
A propos d'Allègre tout est remarquablement dit là par Corinne Lepage:
http://tempsreel.nouvelobs.com/actualites/opinions/20090526.OBS8094/allegre_et_loxymore_gouvernementale.html

12.Posté par Nicolas le 26/05/2009 15:39
Allégre ne risque t'il pas d'alourdir Sarkozy ?.

Déja qu'il avait grillé les socialistes en son temps avec sa chasse au mammouth.
Allégre ça doit être ça la rupture tranquille avec les "nouvelles" idées qui "marchent".
On prend les nuls et on recommence

Moi je suis pour que ce boulet aille à droite..
Au moins ça nettoie à gauche.

13.Posté par alain shava le 23/09/2009 12:25
Alain Shava présente Ségolène Royal dans: Super Pouffiasse
SUPER POUFFIASSE
http://www.youtube.com/watch?v=ytd_HrkUOhs

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter


Dans la même rubrique :
1 2

Démocratie | Valeurs | Poléthique | Gouvernement | Parti Socialiste | UMP | Sarkozy | Communication | MoDem | Présidentielle 2012 | Numérique



Professionnel de la communication, optimiste exigeant et idéaliste compulsif, j'essaye de consacrer du temps au projet de changer le monde.

Professionnel de la communication, optimiste exigeant et idéaliste compulsif, j'essaye de consacrer du temps au projet de changer le monde.


Facebook
LinkedIn
Skype
Twitter
Slideshare

@cginisty
Manuel Valls : la gauche sans lyrisme https://t.co/V33ua6UkFn
Mardi 6 Décembre - 11:39
Manuel Valls : la gauche sans lyrisme: Hier soir, j’ai regardé attentivement la... https://t.co/RNF0sSpEt4 https://t.co/chZ53Eo2YO
Mardi 6 Décembre - 10:11
En même temps, il parait que réduire de 20km/h la vitesse à Paris, ça revient à aller en marche arrière https://t.co/ouRNnfcfV9
Lundi 5 Décembre - 13:21
@PolitiqueInfo au contraire, je trouverais ça très malin
Lundi 5 Décembre - 12:49
Allez, je parie sur Najat Vallaud Belkacem pour remplacer @manuelvalls à Matignon @najatvb
Lundi 5 Décembre - 12:39
Fait pas chaud en moto https://t.co/DFdoxOWc5O
Lundi 5 Décembre - 08:47

Recherche