Christophe Ginisty

Communication de François Hollande : analyse et décryptage


Rédigé le Vendredi 4 Janvier 2013



Voici une tribune que j'ai rédigée et qui a été publiée par L'Express.fr sur la communication du Président de la République. 

Communication de François Hollande : analyse et décryptage

"Hollande considère que communiquer revient à altérer la vérité"

La semaine qui vient de s'écouler a été exceptionnelle pour François Hollande tant ses apparitions directes ou indirectes furent nombreuses. Lui qui avait imposé un style tout en retrait -les mauvaises langues diraient tout en absence- s'est soudain distingué par un zèle de communicant assez inhabituel.
 
Au-delà du traditionnel message télévisé à l'occasion des voeux, il y a eu divers signes élyséens d'une tentative de reprise en main de l'agenda: conseils aux ministres sur leurs déplacements, déclarations répétées sur le chômage,conseil des ministres de rentrée, officialisation de la nomination de Claude Serillon au Palais,... François Hollande, qui affiche volontiers sa défiance vis a vis de la communication, en aurait-il enfin compris les vertus? Serait-il sur le point d'infléchir sa posture pour être mieux compris des Français?
 
Rien n'est moins sûr.
 
S'il est notable que le volume de la voix de François Hollande a été temporairement amplifié lors de cette toute dernière séquence, cela n'a été fait que sur un mode de justification et en réaction aux critiques. Aucune nouvelle annonce n'est venue animer ces interventions. Or, communiquer, c'est annoncer, proposer, lancer une idée qui va être suivie de réactions. C'est créer les conditions du débat. C'est un peu comme au tennis le fait d'avoir l'avantage du service et des balles neuves.
 
Rien dans les dernières apparitions de François Hollande n'a pu le montrer à l'offensive. Tout au plus a-t-il démontré qu'il était -lui aussi finalement- attentif aux sondages et désireux de rétablir quelques vérités sur son action. Le zèle ainsi déployé le fut en mode réactif.
 
La communication, une altération de la vérité?
En France, le terme "communication politique" est presque un gros mot. Cela revient pour certains à décrire comment on va souiller une matière noble par quelque chose d'infiniment sale. François Hollande fait partie de ces responsables politiques qui considèrent que communiquer est une altération insupportable de la vérité et que la seule posture possible consiste à oeuvrer en silence et laisser les gens juger du résultat. A cela s'est ajoutée la volonté d'incarner une rupture par rapport à Nicolas Sarkozy qui avait usé et abusé des ficelles d'une communication souvent outrancière.
 
Le "President normal", ce devait être aussi cela, une institution dont la parole serait rare pour reprendre les conseils prodigués jadis par Jacques Pilhan à François Mitterrand et Jacques Chirac. Souvenons-nous à ce titre de la célèbre tirade du "Moi, President,..." dans laquelle quelques promesses concernaient un aspect particulier de la communication politique et notamment celle-ci qui définissait implicitement l'esprit de l'attitude médiatique: "Moi président de la République, j'essaierai d'avoir de la hauteur de vue, pour fixer les grandes orientations, les grandes impulsions, mais en même temps je ne m'occuperai pas de tout, et j'aurai toujours le souci de la proximité avec les Français."
 
Les écueils de la rareté de parole de Hollande
Le problème de François Hollande est que la rareté de parole vient se heurter à deux écueils bien connus des professionnels de la communication:
 
- Elle laisse le champ libre aux critiques qui peuvent dès lors se développer tranquillement et prendre de la consistance. Les gaffes anodines d'une équipe gouvernementale peu expérimentée prennent une ampleur inhabituelle et les caricatures dressées par l'opposition deviennent autant de vérités. L'absence du leader dans la parole publique se transforme en cadeau pour le camp d'en face.
 
- Elle ne correspond pas au rythme où va l'information à l'heure des médias sociaux. Il est très périlleux de choisir le silence comme stratégie de communication, car les observateurs se sont habitués à la permanence de l'actualité et à son incroyable rapidité de propagation dans les commentaires. A cet égard, la rareté observée par Francois Hollande s'apparente à une position de hors jeu au sens premier du terme.
 
A force de se comporter ainsi, peu à peu, le président va devenir le spectateur médiatique de sa propre action, ce qui est la pire des postures de communication. Au terme de son mandat, on ne lui attribuera même pas les éventuels bons résultats car les français penseront qu'il n'y est pour rien. A ne pas ou peu communiquer, le chef de l'exécutif accepte d'être acculé dans les cordes du débat public, d'y être presque étranger. Or, que l'on soit ou non en accord avec sa politique, ce n'est pas là que se situe sa place et les Français vont lui rappeler rapidement qu'ils ont besoin qu'un président communique.


               Partager Partager
Notez


Lu 1271 fois

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter


Dans la même rubrique :

Voilà c'est fini - 21/11/2016

1 2 3 4

Politique | Opinion | PERSO | Libertés | Communication | WebDiversity | Culture | ReputationTime



Professionnel de la communication, optimiste exigeant et idéaliste compulsif, j'essaye de consacrer du temps au projet de changer le monde.

Professionnel de la communication, optimiste exigeant et idéaliste compulsif, j'essaye de consacrer du temps au projet de changer le monde.


Facebook
LinkedIn
Skype
Twitter
Slideshare

@cginisty
Fait pas chaud en moto https://t.co/DFdoxOWc5O
Lundi 5 Décembre - 08:47
Question existentielle : peut-on commenter la politique en restant courtois et aimable ? https://t.co/CAKO9yYASD
Lundi 5 Décembre - 07:22
Au lieu de de focaliser sur la défaite d'un populiste, pourrait-on parler de la victoire heureuse de l'écologie en Autriche ?
Dimanche 4 Décembre - 22:51
Wow!!!! https://t.co/7I94TIfJR0
Dimanche 4 Décembre - 22:47
Peut-on commenter la politique en restant aimable ?: Cette note m'a été inspirée par une... https://t.co/CAKO9yYASD https://t.co/mKqbr1s3Ya
Dimanche 4 Décembre - 21:56
Ségolène Royal couvre Fidel Castro de louanges. Remarquez, elle avait bien vu en François Hollande l'homme idéal #okjesors #désolé
Dimanche 4 Décembre - 20:14

Recherche