Christophe Ginisty

Communication de crise : Stagiaires : 1 - PSG : 0


Rédigé le Mardi 27 Novembre 2012



Communication de crise : Stagiaires : 1 - PSG : 0
L'information ne pouvait pas mieux tomber pour illustrer le propos de la conférence ReputationWar que je co-organise à Paris le 11 janvier prochain.

Cette histoire est du pain béni pour illustrer notre projet.

Figurez-vous que le directeur du marketing du très riche club de foot Paris Saint-Germain vient d'être projeté au centre d'une polémique un peu absurde mais franchement dévastatrice du point de vue de la réputation.

L'affaire que relatent déjà certains sites d'information est la suivante (source ) :

Alors que, ces dernières semaines, des stagiaires s'étaient indignés de leurs conditions précaires au sein du club, le "petit personnel" et des "travailleurs précaires" ont eu droit à un scud de la part de Michel Mimran, le directeur marketing du Paris Saint-Germain. En effet, malgré la victoire des Rouge et Bleu ce week-end contre Troyes sur un score fleuve (4-0), l'homme fort du marketing au Parc des Princes a pris le temps de rédiger un courrier électronique pour décharger tout son stress sur des CDD et des stagiaires.

"Afin de ne pas perturber ma concentration, qui atteint déjà 130% de sa capacité à 8h du matin, flirtant avec des sommets que jamais vous n’atteindrez, je vous prierais de vous abstenir dorénavant de venir me serrer la main à votre arrivée au bureau, très tardive j’ai noté, sous peine de devoir immédiatement organiser votre pot de départ", aurait rédigé Michel Mimran, le directeur marketing du Paris Saint-Germain, dans un mail interne destiné à plusieurs employés en CDD et à quelques stagiaires ce lundi matin. Suite à ce courrier électronique, le quotidien francilien précise que Michel Mimran aurait été convoqué par ses supérieurs hiérarchiques...


De nos jours, on peut avoir des moyens colossaux, dépenser des fortunes en marketing et communication, on peut être adulé par des milliers de personnes, un e-mail méprisant et insultant peut vous projeter en un éclair de temps sous les projecteurs d'un feu médiatique indésirable (et quelque peu hors sujet).

J'ignore ce que je le principal intéressé va dire pour sa défense - j'imagine qu'il va plaider sur le thème d'un humour noir mal compris - mais je suis déjà certain que cela va avoir des conséquences non négligeables pour le manager incriminé. Car dans un contexte d'extrême tension qu'implique la Lingue 1 de Foot et avec l'objectif impératif de redorer l'image d'un club qui a souffert par le passé, ce genre d'affaires est vraiment mal venue.

Certes, cela ne va pas coûter sa saison au club sur le plan sportif et les supporters se moquent sans doute dans leur majorité de la manière avec laquelle le directeur du marketing s'adresse à ses équipes mais il est imprudent de totalement négliger cet incident.

La surexposition des organisations et des personnes augmente le niveau de vulnérabilité et toutes les attitudes non conformes à l'éthique ou à la morale sont prêtes à être publiquement dénoncées par ceux qui en sont victime.

Comme nous l'évoquons sur le site de la conférence : "Demain, la gestion de la réputation se fera dans un contexte agité. Les marques, les entreprises, les dirigeants et même le commun des mortels verront leur image scrutée par une opinion publique en quête de toujours plus de transparence et d’éthique. L’objectif de la conférence Reputation War est  de décortiquer ces phénomènes et de donner aux participants les armes pour mieux anticiper et gérer ces nouvelles situations."

Mon intuition est que ces situations vont se multiplier. Il faut que les dirigeants qui étaient habitués à régner en vase clos réalisent qu'il n'y a plus de frontière entre l'interne et l'externe. Tout est potentiellement public comme je l'écrivais dans une récente note.

Les organisations ne sont pas vulnérables du sommet mais de la base, c'est la morale que nous devons retenir de cette histoire. Les collaborateurs sont des parties prenantes comme les autres et ils peuvent se transformer en porte-parole occasionnels du fait des médias sociaux.

Les stagiaires qui ont organisé la fuite de l'e-mail du directeur du marketing ont magnifiquement réussi leur coup et marqué des points. S'ils ont réellement été victimes de brimades et d'attitudes dégradantes, ils tiennent à coup sûr leur vengeance.

C'est bien joué. Je dirais même que c'est du beau jeu.

Si vous voulez en savoir plus et continuer la discussion sur ce thème, je vous invite à vous inscrire à la conférence ReputationWar. C'est ici que ça se passe.

               Partager Partager
Notez


Lu 1537 fois

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Boulot | Web 2.0 | Analyse | Coups de com | Nouveautés | Chiffres clés | Communication de crise



Professionnel de la communication, optimiste exigeant et idéaliste compulsif, j'essaye de consacrer du temps au projet de changer le monde.

Professionnel de la communication, optimiste exigeant et idéaliste compulsif, j'essaye de consacrer du temps au projet de changer le monde.


Facebook
LinkedIn
Skype
Twitter
Slideshare

@cginisty
@CChaffanjon et Bayrou, ne l'oublions pas
Vendredi 24 Février - 12:44
Alliance Macron Bayrou : le bricolage improbable dont les élécteurs ne veulent plus:... https://t.co/Omku8mI39M https://t.co/2j9yfr4lOa
Vendredi 24 Février - 11:49
RT @SenSanders: The attacks against transgender people are part of a bigotry which has got to end. To young transgender people I say: We st…
Jeudi 23 Février - 21:52
Soit #Macron met un vent à #Bayrou et reste anti système, fidèle à son début de campagne, soit il accepte et se désintègre. À suivre...
Mercredi 22 Février - 18:34
Turning point? https://t.co/IQvpHwdgwp
Vendredi 17 Février - 19:23
Et voilà l'élément viral qui va faire le buzz et se répandre partout en France ;-) https://t.co/Ju16TZqe5S
Vendredi 17 Février - 19:22

Recherche