Christophe Ginisty

Coup de gueule : Non à "l'absentionnocratie !"


Rédigé le Mardi 9 Mai 2017



Depuis dimanche soir, nombreux sont les voix qui s'élèvent, dans le sillage des déclarations stupéfiantes de Jean-Luc Mélenchon, pour dire que ce sont les abstentionnistes qui ont gagné l'élection, qu'il faut les entendre et que, du coup, Emmanuel Macron aurait été mal élu, qu'il ne serait le candidat que d'une minorité de français, blablabla... 

Ces prises de positions émanent souvent de gens qui n'ont eux-mêmes pas voté et qui opèrent d'autorité une OPA malhonnête sur toutes celles et tous ceux qui se sont abstenus, disant alternativement que ce sont tous des insoumis, des déçus de la politique, des "gens normaux que l'on a trop longtemps manipulé" (si, si, je l'ai lu). Bref, les abstentionnistes seraient la crème de la crème de la république française, les seuls citoyens exemplaires, détenteurs d'une vérité absolue que le président élu ferait mieux d'entendre. Ce sont des gens qui savent et, paradoxalement, dont la voix qui ne s'est pas exprimée devrait presque compter plus que celle de ceux qui sont allés dans l'isoloir. On franchit les frontières de l'absurde où des cohortes de silencieux exigent d'avoir plus de poids que ceux qui s'expriment. 

On croit rêver ! Cela revient à détourner l'esprit de la démocratie en faisant émerger de manière fantasmée l'abstentionnisme comme seul fait de société remarquable, une sorte de pouvoir par le vide.

Tout d'abord quelques chiffres pour tordre le cou à l'idée qu'Emmanuel Macron n'aurait pas été bien élu, en comparaison avec les scrutins précédents. 

La France de 2017 compte 47.582.183 électeurs inscrits sur les listes électorales. Emmanuel Macron a recueilli 20.753.798 suffrages, soit 43,61% des inscrits. 10.644.118 personnes ont voté contre lui en votant Le Pen. 

En 2012, le corps électoral comptait 46.066.307 électeurs inscrits. François Hollande a obtenu 18.000.688 voix, soit 39,07% des inscrits, contre 16.860.685 pour Nicolas Sarkozy. 

En 2007, le corps électoral comptait 44.472.733 inscrits. Nicolas Sarkozy a été élu avec 18.938.138 suffrages, soit 42,58%, contre 16.690.440 pour Ségolène Royal. 

Que l'on prenne en compte le nombre total de suffrages exprimés en sa faveur ou le pourcentage des votes en sa faveur par rapport à l'ensemble du collège électoral, ont voit bien que, comparé aux deux derniers présidents, Emmanuel Macron arrive en tête sur les deux critères, ce qui fait de lui le président le mieux élu des trois précédentes consultations démocratiques. Ce sont les chiffres qui le disent, pas moi. 

Alors bien-sûr, ces mêmes chiffres montrent que 16.184.267 électeurs sont dans une sorte de zone grise car ils ne se sont pas exprimés pour ou contre Emmanuel Macron. Parmi eux, 3.019.724 personnes ont mis un bulletin blanc et 1.049.532 un bulletin nul dans l'urne, marquant ainsi clairement leur décision de ne cautionner aucun des deux candidats. 

Mais les autres ? Ceux qui ne se sont pas déplacés, que peut-on en dire ?

Ils ne sont pas allés voter, point !

Certains sont allés à la pêche, d'autres ont eu la flemme d'aller au bureau de vote, avaient autre chose à faire, sont partis pour le week-end de trois jours, pensent que ça ne sert à rien, ne voulaient pas voter pour l'un ou l'autre des candidats,... les raisons de leur absence sont multiples. 

Le tour de passe-passe qui transforme ces 12 millions de personnes en un bloc homogène de farouches opposants à Emmanuel Macron est d'une grande malhonnêteté intellectuelle. Car rien ne le permet et l'aigreur de certains de ne pas avoir gagné cette bataille ne doit pas conduire à manipuler le silence par lequel ces électeurs se sont caractérisés.  

S'il y a évidemment dans le lot des déçus de la démocratie, des gens qui ne croient plus que leur voix compte, des gens qui sont désespérés d'assister au spectacle lamentable des joutes politiques, il n'est pas possible pour autant d'attribuer des opinions politiques tranchées à des gens qui ont choisi de ne pas s'exprimer. 

Alors pour ma part, j'aimerais que tous et toutes respections sereinement le verdict des urnes avec un peu plus d'intelligence, d'esprit de rassemblement et de sérénité et que nous le considérions comme l'expression démocratique de françaises et français qui, eux, ont fait un choix en leur âme et conscience.

Et laissons le quinquennat d'Emmanuel Macron débuter. 

A suivre... 

               Partager Partager
Notez


Lu 1397 fois

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter


Dans la même rubrique :

Pourquoi je vote - 29/04/2017

Il y a un an... - 22/03/2017

1 2 3 4 5

Opinion | Politique | PERSO | Libertés | Communication | WebDiversity | Culture | ReputationTime



Professionnel de la communication, optimiste exigeant et idéaliste compulsif, j'essaye de consacrer du temps au projet de changer le monde.

Professionnel de la communication, optimiste exigeant et idéaliste compulsif, j'essaye de consacrer du temps au projet de changer le monde.


Facebook
LinkedIn
Skype
Twitter
Slideshare

@cginisty
N'est-ce point le degré zéro (voire moins-zéro) de l'analyse politique que de disserter sur qui a gagné la bataille e la poignée de mains ?
Vendredi 26 Mai - 18:48
RT @jrmaidment: Macron walks directly towards Trump, swerves at the last second to greet Angela Merkel first instead. Spectacular. https:/…
Vendredi 26 Mai - 13:48
Non mais quel crétin ! Trump est "allé au Pape" et l'a trouvé "Super" https://t.co/hMbqbS2peo
Vendredi 26 Mai - 09:40
RT @Marc_de_Haan: - Ça fera bien dans le hall d'entrée, honey. - Oui mais on fera ajouter des dorures, c'est un peu cheap comme ça. https:/…
Vendredi 26 Mai - 09:38
I can't realize #Trump is less than 1 mile next to me. I hate to feel him so close in this wonderful city of Brussels he has insulted
Mercredi 24 Mai - 18:10
Polémique Hanouna : retour sur le bad buzz https://t.co/dAHT2R9Muu
Mercredi 24 Mai - 14:04

Recherche