Christophe Ginisty

Crise Grecque : crise de la mondialisation ?


Rédigé le Vendredi 30 Avril 2010



Crise Grecque : crise de la mondialisation ?
Ce qui me frappe le plus dans la crise grecque à laquelle nous assistons, c'est finalement que nous soyons confrontés aux effets les plus pervers de la mondialisation. On le voit bien, la Grèce est en train de réaliser qu'elle a perdu les attributs de sa souveraineté. Elle n'est plus maître de son destin et sous les coups de boutoir du FMI et de l'Union Européenne, au cœur d'un incendie attisé par les agences de notation qui soufflent sur les braises, le pays va devoir se plier à la volonté des autorités mondiales pour s'engager dans l'une des plus graves périodes d'austérité.

Ne revenons pas sur les causes et notamment sur le fait que les autorités grecques ont menti pendant des années sur leurs finances publiques. Ne revenons pas non plus sur les aides considérables dont les grecques ont bénéficié de la part de l'Union européenne. C'est un autre débat. Ce que je trouve intéressant, c'est finalement qu'on soit à l'aube de se rendre compte que le monde était peut-être plus calme avant la mondialisation.

Et ça, c'est un vrai débat sur l'identité nationale que sont en train de vivre les grecques. Et que nous vivrons peut-être nous aussi dans un avenir proche.

En acceptant de mêler son destin aux règles de l'économie mondiale, en s'en remettant aux régulations des marchés et à leurs arbitres implacables et spéculatifs, la question de la gestion des politiques nationales n'a plus du tout le même sens et la même portée. C'est ce que prouve la crise grecque et cela va devenir bien plus fondamental que les débats politiciens nauséabonds sur la place des musulmans dans nos sociétés.

               Partager Partager
Notez


Lu 14523 fois

Commentaires articles

1.Posté par l'hérétique le 30/04/2010 12:38
Affirmation contestable : la Grèce n'est plus maîtresse de son destin parce qu'elle tellement faussé ses comptes et dépensé sans compter qu'elle s'est mise elle-même dans de beaux draps. c'est le principe même par excellence du surendettement. Elle a heureusement ses amis européens qui vont tout de même essayer de l'aider, condition qu'elle fasse un effort pour équilibrer ses comptes.

2.Posté par Christophe Ginisty le 30/04/2010 12:41
Oui, évidemment. Je connais l'histoire et ce qui arrive aujourd'hui est la conséquence d'une gestion calamiteuse.

Mais réfléchissons tout de même à la dimension "mondialisation" et notamment à l'impact des agences de notation et des marchés sur cette situation. Je crois que ce n'est pas anodin du tout.

3.Posté par l'hérétique le 30/04/2010 12:52
@Christophe
Certes, mais à la limite, ce qui eût été logique, c'est que les agences sanctionnent la Grèce plus tôt. Et ce qui serait logique, c'est que nous aussi soyons sanctionnés compte-tenu de notre évolution sur les dix dernières années.
Pour le reste,le marché est un troupeau de brontosaures nerveux : si tu en agites un...

4.Posté par l'hérétique le 30/04/2010 12:53
Tu suggères quoi pour les agences : qu'elles deviennent publiques ?

5.Posté par Christophe Ginisty le 30/04/2010 12:59
D'abord qu'il n'y ait pas de confusion des genres et pas de conflit d'intérêt. Car lorsque l'on regarde ce qui s'est passé pour la crise des subprimes, on s'aperçoit qu'elles ont été globalement complices d'un système qu'elles n'ont pas sanctionné plus tôt.

Par ailleurs, il est urgent que les banques ne soient plus tenues de suivre à la lettre les recommandations de ces agences de notation. Peu de gens le savent mais certains organismes financiers ont l'obligation légale de détenir une part importante de créances les mieux notées par les agences de notation au sein de leur portefeuille. C'est absurde et cela crée des déséquilibres violent, amenant brusquement tout le monde à aller dans la même direction.

6.Posté par Céline le 30/04/2010 13:39
en effet, les agences de notation ont un réel pouvoir sur les banques, dans le sens où ces dernières étant elles-mêmes notées par ces mêmes agences, la note obtenue conditionne le prix de leur propre accès aux marchés financiers...

7.Posté par Phil le 30/04/2010 14:10
Ce qui m'inquiète, c'est que ce qui arrive en Grêce pourrait arriver en France... :-(

8.Posté par l'hérétique le 30/04/2010 14:33
@Christophe
Tu fais allusion aux règles prudentielles bâle III ? Je n'ai rien vu concernant les banques et la note des actifs qu'elles doivent posséder.
Si une agence devient publique, elle sera à la botte des États. Encore pire que la situation qui prévaut actuellement.
Concrètement, que suggères-tu à la place du système actuel ?

9.Posté par FrédéricLN le 02/05/2010 21:23
Comme l'hérétique … si dans le cas de la Grèce "la mondialisation" a joué, c'est sans doute en rendant les prêteurs longtemps aveugles à la situation financière de la Grèce.

Une communication mondialisée, "unique" tout le monde suivant le même buzz, ne peut traiter qu'un problème à la fois.

A confirmer par les spécialistes des marchés actions : Je me rappelle un article d'il y a 3-4 ans dans la presse économique au sujet du "picking". Je découvrais ainsi le terme. Ça signifie : investir dans les actions "entreprise par entreprise", selon les performances de chacune, et non pas sous forme d'indices, et autres produits synthétiques. L'article chantait bien sûr les louanges du picking. Pour conclure, chiffres en main, que les achats en picking *reculaient*, les investissements se faisant au contraire de plus en plus "à l'aveugle", dans des produits synthétiques. Sur lesquels la visibilité est nulle - l'acheteur s'en remet aux notations et aux graphiques d'évolutions passées.

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter


Dans la même rubrique :
1 2

Démocratie | Valeurs | Poléthique | Gouvernement | Parti Socialiste | UMP | Sarkozy | Communication | MoDem | Présidentielle 2012 | Numérique



Professionnel de la communication, optimiste exigeant et idéaliste compulsif, j'essaye de consacrer du temps au projet de changer le monde.

Professionnel de la communication, optimiste exigeant et idéaliste compulsif, j'essaye de consacrer du temps au projet de changer le monde.


Facebook
LinkedIn
Skype
Twitter
Slideshare

@cginisty
@inesevoika you've got mail ;-) thanks for your spontaneous cooperation
Samedi 3 Décembre - 13:10
@inesevoika sure, that would be great
Samedi 3 Décembre - 12:51
I do remember 3 years ago when I spoke at #PRilika2016 - it remains a great souvenir
Samedi 3 Décembre - 10:57
Looking for a speaker who could elaborate on the importance of social networks for women in the Arab world as an emancipation tool
Samedi 3 Décembre - 10:55
RT @jjdeleeuw: Grand moment. Les expertes à 12h30 sur @BX1Officiel : @celinefremault @Assita_Kanko @SylvieLausberg @Bea_Ercolini @zariauror…
Samedi 3 Décembre - 09:03
RT @ldcRTBF: #Molenbeek Un nouveau panneau au style hollywoodien à l’entrée de la commune @FredericNicolay #InitiativeBruxelloise #UCLWebCo…
Samedi 3 Décembre - 08:53

Recherche