Christophe Ginisty

Décryptage : Pourquoi Fillon ne pourra pas s’en sortir


Rédigé le Mercredi 15 Février 2017



Les jours passent et François Fillon semble toujours pris dans la nasse, dans l’incapacité de se débarrasser de cette histoire de PenelopeGate liée aux soupçons d’emploi fictif de son épouse. L’édifice commence à se fissurer avec des députés de l’intérieur du parti qui interpellent publiquement le candidat à la présidentielle pour qu’il renonce et un François Fillon qui soulève des manifestations sur son passage.
 
Pourquoi en est-il là aujourd’hui malgré ses éclaircissements et ses efforts de transparence ? Pourquoi les choses ne semblent pas s’arranger. Voici quelques explications issues des techniques de communication de crise.
 
On ne décrète pas unilatéralement la fin de la partie
C’est un point fondamental dans la gestion de toute crise de réputation. Ce n’est pas parce que le principal accusé estime avoir payé de sa personne et fait ce qu’il fallait faire que la crise est pour autant terminée. La fin de la partie ne peut être qu’un consensus, entendez par-là que toutes les parties en présence doivent être implicitement d’accord sur le fait que la crise est effectivement réglée.
 
François Fillon a tout du monarque qui estime que sa conférence de presse a conclu la séquence alors que le public et la presse ne sont pas d’accord. Il s’installe donc une sorte de décalage grotesque entre le candidat qui repart en campagne comme si de rien était et les observateurs qui restent figés sur l’affaire.
 
La banalisation des faits aggrave la perception
A chacun des grands meetings de François Fillon, des journalistes interrogent les militants et les sympathisants à propos du PenelopeGate et ce que l’on entend de leur bouche est accablant. On a soit des personnes qui estiment que Fillon « n’est pas plus malhonnête que les autres, qu’ils le font tous », soit des personnes qui affirment sans sourciller que « la presse s’acharne sur un pauvre victime, que les journalistes sont des nazillons.»
 
Dans les deux cas, ces vociférations spontanées des supporters contribuent à rendre la situation de Fillon encore plus difficile, aucun ne prenant la défense du candidat sur des éléments de langage positifs et convaincants.
 
Un supporter a besoin de bonnes raisons
Quand vous êtes confronté à une crise, comptez vos supporters, c’est-à-dire ceux qui seront prêts à aller au front pour vous défendre dans les médias. Mais attention, ne vous arrêtez pas là. Après les avoir comptés, demandez-vous sincèrement pourquoi ils vont vous défendre et quel est leur intérêt. C’est absolument fondamental car il n’est jamais simple de voler au secours de quelqu’un en prenant le risque de s’exposer soi-même. Seuls ceux qui ont une excellente raison de vous défendre, un intérêt personnel indiscutable, vous aideront.

Or, en l’espèce, les députés Les Républicains ont une excellente raison de ne pas défendre Fillon. Plus ils sentent le candidat fragilisé et plus ils mesurent que leur propre réélection à la députation est compromise. Et ça, ça suffit à vous transformer des hordes de supporters en ennemis jurés.  
 
Les excuses ont été stériles
Certes, François Fillon a présenté ses excuses mais des excuses pour quoi ? Pour avoir fait quelque chose de légal ? Pour avoir employé sa femme et confié accessoirement quelques missions à deux de ses enfants ? Non, en réalité, si vous visionnez à nouveau son intervention lors de la conférence de presse, il a présenté ses excuses pour avoir fait quelque chose que les gens n’approuvent plus et dont il n’avait pas mesuré les effets dans l’opinion.
 
So what ? La réalité est que ces excuses sont stériles car elles ne sont pas précédées de l’aveu d’avoir commis une faute. Comprenez-moi bien, les excuses sont hors sujet si le fait générateur n’est pas d’abord précisément qualifié et c’est ce qui se produit en l’espèce dans cette affaire.
 
La rémanence a besoin d’une disruption
On ne combat pas une longue traine, un sentiment qui s’installe et se répand dans l’esprit du public en priant Sainte Rita pour que ça finisse par s’estomper et que les gens passent d'eux-mêmes à autre chose.  Non, les choses ne se passent pas comme ça et une crise aussi mal gérée que celle-ci a besoin d’un événement fort pour briser la logique d’enracinement.
 
François Fillon et son équipe ont sans doute misé sur le fait que la conférence de presse allait être ce virage décisif dans la communication de crise. Ce n’a pas été le cas, très loin de là, et nous en sommes toujours au même point. Seul un acte disruptif aura raison de cette salle histoire.
 
Alors, pour toutes ces raisons, je pense que Fillon ne pourra pas s’en sortir s’il continue son chemin avec la même décontraction apparente. Je ne prédis pas qu’il va renoncer, je n’en sais rien, mais je peux prédire par contre qu’il n’a aucune chance de réussir sa campagne dans ces conditions.
 
A suivre… 

               Partager Partager
Notez


Lu 1929 fois

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter


Dans la même rubrique :

Voilà c'est fini - 21/11/2016

1 2 3 4 5

Opinion | Politique | PERSO | Libertés | Communication | WebDiversity | Culture | ReputationTime



Professionnel de la communication, optimiste exigeant et idéaliste compulsif, j'essaye de consacrer du temps au projet de changer le monde.

Professionnel de la communication, optimiste exigeant et idéaliste compulsif, j'essaye de consacrer du temps au projet de changer le monde.


Facebook
LinkedIn
Skype
Twitter
Slideshare

@cginisty
De retour à Bruxelles... sous la pluie :-( (Était-il utile de préciser ce détail météorologique ?)
Lundi 27 Février - 14:41
Very interesting read by @paulholmespr about strong influence consumers have over the messaging of their brands https://t.co/oyDQlKo1Dp
Lundi 27 Février - 13:17
Bien d'accord avec @VenturaAlba la campagne manque de fond pour le moment https://t.co/SUewccw1np
Lundi 27 Février - 11:45
Intéressant et bien tourné. Portrait à lire : https://t.co/WVDA73ovZk
Lundi 27 Février - 07:53
RT @JurisSleiers: "The battlefield [for presidency] today has shifted online." Le Pen’s online army leads fight for French presidency: http…
Dimanche 26 Février - 12:05
Flight attendants from #AirFrance welcome passengers with masks in Rio to celebrate #Carnaval https://t.co/Pvgxx6wGuh
Dimanche 26 Février - 09:42

Recherche