Christophe Ginisty

Deux ou trois trucs que vous ignorez de moi


Rédigé le Mercredi 15 Avril 2009

Non, je ne tiens pas un journal intime et un blog - mon blog - n'est pas cet espace d'expression exhibitionniste que l'on veut bien caricaturer parfois. Car si cela fait des années que j'écris tous les jours, je me rends compte que je ne parle presque jamais de moi.



Deux ou trois trucs que vous ignorez de moi
Je me faisais cette réflexion en discutant avec quelques amis dernièrement, je parle souvent des autres sur mon blog mais assez rarement de moi. Je critique beaucoup, je dis ce que je suis en train de faire, de lire ou de voir mais si vous venez me lire, vous avez finalement assez peu d'infos sur qui je suis réellement.

Voyez-vous, je suis d'une pudeur extrême. Si si, et d'ailleurs c'est peut-être la première des choses que vous ignoriez. J'ai souvent peur de me raconter à livre ouvert, par crainte que l'on s'en serve à mes dépens. C'est un mécanisme d'autodéfense chez moi qui vient de l'adolescence, au temps où j'étais perclus de complexes. C'est un mécanisme si bien rodé qu'il a permis d'élaborer une carapace d'une efficacité redoutable, aussi rassurante que pesante.

Je ne sais pas pourquoi je me suis levé ce matin dans cet état d'esprit, mais j'avais l'âme intimiste au réveil alors je vais vous donner quelques infos que je ne donne pas souvent.

Je suis né le 8 septembre 1963, je suis vierge ascendant vierge et les premières images de mon enfance qui me reviennent son liées à l'enseignement de la musique. Je suis rentré au conservatoire de Bourg-la-Reine (92) à l'âge de 6 ans pour y apprendre la flûte à bec. Je voulais pratiquer la guitare ou le piano mais j'étais trop petit et l'on ma donc inscrit dans la classe d'un certain Monsieur Paubon qui a beaucoup marqué ma vie. C'est lui, plus que tous les autres instits qui m'a appris à travailler. Il était d'une exigence redoutable et je le craignais; Quand je n'y arrivais pas il me répétait à loisir que je ne m'étais pas donné les moyens d'y arriver. Il me traitait de fûmiste pour me provoquer et il avait raison. J'ai continué une carrière musicale avec un certain succès. J'ai au pas mal de prix de conservatoire,donné quelques concerts puis je me suis spécialisé en musique baroque grâce à l'enseignement d'un maître, un professeur du nom de Nicolas Burton-Page que j'ai rencontré à l'âge de 14 ans. J'allais tous les mercredi en 103 Peugeot de ma banlieue sud à Aubervilliers pour y prendre une simple leçon d'une heure avec cet homme qui me fascinait. Quand je pense aux divers enseignements académiques que j'ai reçus dans ma vie, la musique vient en tête de tout ce que j'ai appris de meilleur dans l'approche du travail. Un peu las de l'époque baroque que je défrichais avec mon voisin de palier et compère Hugo Reyne (qui est devenu d'ailleurs un éminent concertiste), j'ai appris la clarinette puis le saxophone en un week-end.

J'ai aussi pratiqué pas mal de sports dans ma vie mais le plus important d'entre eux fut la natation. Dès l'âge de 11 ans, j'ai fréquenté les bassins, essentiellement à L'Hay-les-Roses (94) où il y avait un entraîneur de très grande réputation. C'était à côté de chez moi car nous habitions désormais à Chevilly-Larue (94). Mes spécialités en compétition ? Le 100m papillon, le 200m 4 nages puis aussi le 100m nage libre. Je suis descendu deux fois en dessous de la minute dans cette dernière épreuve vers l'âge de 17 ans et j'éprouvais un réel plaisir à être dans l'eau. Si je parle de la natation en particulier, c'est que tout comme la musique, cette pratique m'a enrichi. D'abord dans l'art de méditer. Oui, cela peut vous paraître grotesque mais quand on fait des longueurs sans arrêt, on réfléchit beaucoup. En tout cas moi je réfléchissais beaucoup, je repensais à ce qui m'arrivait dans la journée, j'imaginais ce que j'allais faire et je trouvais plein d'idées. Je peux dire que la pratique de la natation m'a aidé à avoir cette conversation permanente avec mon petit moi intérieur et faire parfois jaillir la créativité dont j'avais besoin dans certaines situations. Et puis la natation a fait de moi un "aquatique" pour l'éternité. Si vous voulez savoir où je suis le plus heureux du monde, c'est sur un bateau et sous l'eau. La présence de l'élément marin dans le premier cas, l'enveloppement total par l'eau dans le second et je suis heu-reux. D'ailleurs, plus les années passent et plus je me dis que j'aurai un jour à me rapprocher de tout cela.

Bon, sinon de façon plus anecdotique, j'ai cassé la gueule à Jean-Luc Delarue dans la cour de mon collège. Il était déjà insupportable à l'époque (et déjà aussi plus petit que moi). J'ai vu les débuts d'Elie Semoun qui était au Lycée Descartes à Antony (92) avec moi et qui, un jour de fête de fin d'année, m'a demandé d'écourter le concert pour que les gens aient le temps d'aller voir son spectacle dans le réfectoire.

Musicalement, j'ai zappé la musique baroque qui finissait par me contenir dans une seule époque et celui qui m'a initié sans le savoir au 20ème siècle fut Elvis Presley dont je suis toujours un fan absolu. J'ai acheté un jour un peu par hasard à Angers (49) un disque d'Elvis sur lequel il y avait notamment Heartbreak hotel et Hound dog et je dois dire que ça m'a bouleversé. Ca n'a pas eu pour seul effet de me changer d'univers, ça m'a déniaisé musicalement et plongé dans une culture rock qui ne m'a jamais quitté (un jour, il faudra que je vous montre mes sublissimes tiags que je ne porte que trop rarement). En fait, quand je vous parle d'Elvis, ce n'est pas tant pour vous faire partager mes goûts musicaux que pour toujours vous parler de moi, de ce qui m'anime et de ce qui m'a fait.

Que dire d'autre sur moi que vous ignorez ? En écrivant cette note, il y a tellement de choses qui me viennent à l'esprit comme sans doute cette passion pour De Funès qui fut plus qu'un comique incomparable mais le peintre d'une certaine société française que je retrouve si souvent en politique. Vous savez que je suis marié, que j'ai trois filles de 16, 14 et 5 ans que mes parents sont toujours et dieu merci vivants et bien vivants. Qu'ils passent une belle retraite à Mandelieu, tout près de Cannes et que leur énergie et leur générosité font toujours mon admiration. Je pourrais aussi vous parler de mes deux grands-mères disparues qui ont "assisté" mes parents dans leur éducation, de la "petite" qui était d'une gentillesse incomparable et qui vivait son handicap avec grâce, de la "grande" avec laquelle j'avais une relation fusionnelle qui ne s'explique pas et à laquelle je pense tous les jours. Mais là, je m'avance sur un terrain émotionnel sur lequel je ne suis pas encore prêt à aller publiquement.

Professionnellement et politiquement vous savez presque tout. Il vous manque peut-être des infos sur mes passions. Là, pour faire simple, je vous dirais que je suis une sorte de touche à tout et que ce qui me détend vraiment dans un agenda surchargé, c'est de faire la cuisine, de jardiner et de bricoler. Je suis pas mal doué dans ces disciplines et j'essaye de progresser tous les jours. Je n'ai qu'un seul regret, le fait que mon emploi du temps m'empêche d'avancer dans le brevet de pilote que j'ai entamé de passer il y a déjà quelques années.

Voilà, il est près de 8h20, il est temps que j'aille prendre une douche pour aller bosser. J'espère que je ne vous ai pas ennuyé avec ces quelques confidences. En tout cas, cela m'a fait tout drôle de les partager avec vous.

               Partager Partager
Notez


Lu 4026 fois

Commentaires articles

1.Posté par KaG le 15/04/2009 09:31
Je trouve ça "intéressant " de se dévoiler un peu sachant qu'on est beaucoup de ce que l'on fait, au fil du temps.

Ce n'est pas impudique, ça apporte un éclairage légèrement différent sur ta personnalité.

(c'est marrant la concentration sur les collèges et lycées de Paris et la région parisienne de ceux qui sont devenus des "célébrités" ou des "fils/fille de". J'ai connu un peu le même genre de trucs.)

2.Posté par fwedc le 15/04/2009 11:11
Bravo pour ce billet !
Et si revenir à ce genre de fondamentaux était la base de la communication ?
En effet, au fil de mes lectures web, j'ai cru remarquer une forme d'acharnement des "pour" ou des "contre" Christophe Ginisty. Que font-ils finalement, si ce n'est juger un ÊTRE qu'ils ne connaissent pas ?
Jugeons les actes, les faits, mais pas la personne.
Grâce à un billet comme celui-ci, je comprend mieux la personnalité de l'auteur, sa vie, ses aspirations profondes et je suis plus apte à l'empathie.
Et je crois profondément que l'empathie est une des bases de la communication.
D'ailleurs, la pudeur, la timidité et la réserve que j'ai pu remarquer au fil des rencontres publiques et "virtuelles" de l'auteur, ne sont-elles pas à l'origine de ce goût pour la musique et désormais de son univers professionnel : "la communication" ?
Une façon d'attirer l'attention sur ce qu'il fait et non sur ce qu'il est, mais toujours avec le besoin de "donner" aux autres et de partager.
Revenir à l'être est pour moi essentiel dans la communication. J'avais justement proposer à l'auteur d'en discuter en privé sur FB, ( en ce qui concerne la com politique) mais ce dernier ne m'a pas répondu.
Sans doute par réserve, timidité et emploi du temps très chargé.
Bref, je n'ai pas juger, si ça doit se faire, ça se fera. Sinon , c'est pas grave, la vie continue ;-)

3.Posté par La Nueva le 15/04/2009 11:19
Très joli blog ce matin, je te connais bien tout est exact, je n'en dirais pas plus, également par pudeur

4.Posté par Alexandre le 15/04/2009 11:20
Outre beaucoup d'idées, je vois que je partage avec toi le plaisir de la voile et celui de l'évolution subaquatique dans laquelle je n'excelle vraiment pas mais que j'aime infiniment.
La mer est un juge impitoyable mais juste. La coexistence sur un bateau est le meilleur révélateur de l'humain que je connaisse.

Une idée me vient et je te la soumets par email.

5.Posté par Bao le 15/04/2009 11:32
:-) (désolée, je ne trouve rien à ajouter à ce sourire qui exprime absolument tout ce que je ressens à la lecture de ta note)

6.Posté par cocobe le 15/04/2009 11:33
Contrairement à ce que tu dis, tu parles beaucoup plus souvent de toi que tu veux bien le dire lorsque tu abordes certains sujets "sensibles".

Commencer à raconter sa vie, c'est un peu préfacer ses futures mémoires, bien que tu sois encore un peu jeune pour cela. A moins que ce début de bio soit l'amorce d'une carrière publique et que tu rejoignes un jour prochain le gotha de ceux dont il suffit de cliquer pour connaitre la vie apparente.

Tu passes aujourd'hui de l'autre côté du miroir, bravo car c'est un exercice difficile, la frontière entre l'impudeur et le touchant est impalpable, surtout lorsqu'on fait un métier de communiquant ou qu'on est à l'aube d'une vie plus exposée.

Pas facile de devenir adulte surtout lorsqu'on a la chance d'avoir encore ses parents!

Bises.

7.Posté par Ghislain le 15/04/2009 13:16
Que dire de plus à part... allons refaire le monde ;o) De bonnes valeurs, simples, auxquelles je m'identifie complètement. Tout le reste fait parti du combat de tous les jours avec ce que l'on est, ce que l'on devient, pour essayer d'être à la hauteur, le meilleur, mais toujours avec passion. La difficulté dans ce monde d'image et d'apparence est d'arriver à déceler la nature profonde qui guide un homme ou une femme, sa vraie richesse intérieure.

A bientôt

8.Posté par Céline le 15/04/2009 15:11
Très belle note, comme on aime les lire ici. Merci à toi ;-)

9.Posté par isabelle krief le 15/04/2009 16:00
Bonjour,

Décidément, je sens que je vais venir plus souvent sur ton blog, Christophe.

Nous sommes de la même génération (je suis née en 1962) et je nous trouve beaucoup de points communs : les différents goûts musicaux, du classique au rock, le conservatoire, l'éducation que nous avons reçue grâce à nos parents (musique, sports ...), le besoin de nous exprimer librement sur des sujets qui peuvent fâcher, comme d'autres un peu plus légers. Parler des nôtres avec sincérité (ta famille, ta femme, tes enfants).

Je suis bien contente de savoir qu'au modem, nous sommes beaucoup à avoir le sens des responsabilités, une certaine sensibilité, et un besoin clair de liberté (pour toi, la mer veut dire beaucoup... le grand large, l'immensité).

Ton geste pour te dévoiler n'a rien d'impudique, bien au contraire, tu as dit l'essentiel aux yeux de tous et c'est très bien.

Mais, je vais te faire une confidence : à te lire et à voir les choix des sujets que tu défends, on devinait bien que tu avais l'âme généreuse et l'esprit touche à tout.

Ne dit-on pas qu'il n'est pas nécessaire de savoir d'où on vient mais où on va, et quel chemin on pend pour y arriver ?

Pour ma part, j'adore écrire, faire de la musique (piano, mais j'ai perdu en souplesse, suite à un accident à la main, pour mon plus grand malheur). Il n'en reste pas moins que j'ai quelques textes, dont certains que j'ai mis sur mon blog perso.

Il y en a un qui me tient à coeur, car il concerne le sida et je recherche des musiciens afin de finaliser la chose et mettre en route une collecte de fonds pour financer la recherche et venir en aide aux malades (tout l'argent ira dans ce sens).

Je mets le lien vers cette chanson (j'ai la musique aussi) : http://www.isabelle.k.over-blog.com/article-27481520.html

Si cela te dit ...

A bientôt


10.Posté par Renaud le 15/04/2009 18:14
Après la cravate de Ben Ali, la ceinture "Victor Glandouille" de Christophe Ginisty...
;-))

11.Posté par opio le 15/04/2009 19:32
c'est vrai qu'elles déchirent, ces tiags....

12.Posté par Christophe Ginisty le 15/04/2009 19:32
Renaud, c'est malin !

13.Posté par Christine le 15/04/2009 23:04

14.Posté par Fotini le 16/04/2009 21:12
Merci pour ce billet intime. Tu devrais jouer un peu de musique lors du conseil municipal d'Issy , ça adoucit les moeurs. En privilégiant peut-être la clarinette au pipeau :-) ?

15.Posté par Emmanuel le 16/04/2009 23:59 (depuis mobile)
Voilà l'ami que je pensais connaître et qui vient de surprendre encore. Tu sais que le jardinage te fais du bien! Life 2.0: la vie, la vraie, avec les amis ;-)
Long life buddy!

16.Posté par Emmanuel le 16/04/2009 23:59 (depuis mobile)
Voilà l'ami que je pensais connaître et qui vient de surprendre encore. Tu sais que le jardinage te fais du bien! Life 2.0: la vie, la vraie, avec les amis ;-)Long life buddy!

17.Posté par Fanal Safran le 18/04/2009 11:54
Comme tu as l'âge de mes fils je me permettrais seulement de dire que " que tu sois timide" cela se ressent dans "un oeil sur la Com", mais tu as le temps de prendre du mordant comme les autres. Ou plutôt, non, reste nature, c'est bien mieux.

Bonne journée Christophe, et merci.

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter


Dans la même rubrique :

Mes voeux pour 2013 - 30/12/2012

J - 1 avant ça ! - 23/11/2010

1 2

Privé | Politique | Destinations | Inclassable | Livre | Pensées | Mon blog | Mémoires | IPRA | Conférences



Professionnel de la communication, optimiste exigeant et idéaliste compulsif, j'essaye de consacrer du temps au projet de changer le monde.

Professionnel de la communication, optimiste exigeant et idéaliste compulsif, j'essaye de consacrer du temps au projet de changer le monde.


Facebook
LinkedIn
Skype
Twitter
Slideshare

@cginisty
Fait pas chaud en moto https://t.co/DFdoxOWc5O
Lundi 5 Décembre - 08:47
Question existentielle : peut-on commenter la politique en restant courtois et aimable ? https://t.co/CAKO9yYASD
Lundi 5 Décembre - 07:22
Au lieu de de focaliser sur la défaite d'un populiste, pourrait-on parler de la victoire heureuse de l'écologie en Autriche ?
Dimanche 4 Décembre - 22:51
Wow!!!! https://t.co/7I94TIfJR0
Dimanche 4 Décembre - 22:47
Peut-on commenter la politique en restant aimable ?: Cette note m'a été inspirée par une... https://t.co/CAKO9yYASD https://t.co/mKqbr1s3Ya
Dimanche 4 Décembre - 21:56
Ségolène Royal couvre Fidel Castro de louanges. Remarquez, elle avait bien vu en François Hollande l'homme idéal #okjesors #désolé
Dimanche 4 Décembre - 20:14

Recherche