Christophe Ginisty

Dis Papa, ça marche comment un créatif ?


Rédigé le Mercredi 11 Juin 2014



Hier soir, j'ai échangé longuement avec ma fille sur le thème de la créativité et du processus créatif dans le cadre d'un devoir qu'elle doit rendre aujourd'hui sur le sujet à l'Université de Concordia où elle fait ses études. Dans cet échange passionnant, nous avons ensemble évoqué la manière avec laquelle certaines personnes pouvaient trouver des idées neuves et porteuses et j'ai lui fait part de mon expérience personnelle. En toute modestie, je pense être habité par cette passion de créer et disposer dans mon ADN de cette espèce d'énergie intellectuelle obsédante qui m'impose de vivre avec la nécessité de trouver des projets disruptifs.

Ne pensez pas que je me la pète en écrivant ça, je ne le vis pas forcément que comme un avantage, bien au contraire. J'ai souvent eu des idées que je trouvais excellentes mais qui étaient en décalage sur le temps des autres, anachroniques en somme. Et puis, quand on est ainsi fait, on ne peut vivre que dans l'innovation, dans le futur, le quotidien est assommant et sa routine pesante. 

Ceci étant dit, ce dialogue m'a permis de décrire le processus créatif en mettant en avant quatre facteurs clés, quatre conditions qui vont être propices à l'émergence d'idées neuves, en tout cas chez moi. 

1/ Se laisser surprendre 
L'idée maîtresse, ce que j'appelle le contenant, surgit en général de manière assez inopinée. On ne maîtrise pas le temps, le moment où ça arrive. Un jour, une idée générale et très vague émerge : c'est l'idée d'un projet, d'une réalisation. C'est dans les très grandes lignes et pas précis du tout. On est percuté par cette idée, un peu à la manière d'un excellent plat que l'on est en train de déguster. On sent tout de suite que c'est bon, que c'est délicieux. On ne sait pas de quoi c'est fait ni comment c'est fait mais c'est immédiatement séduisant, et ça on le sait tout de suite, comme une évidence. Cela provoque souvent un petit choc car, comme conséquence immédiate de cette percussion, le cerveau va immédiatement changer de direction, s'approprier l'idée et commencer à se diriger vers une nouvelle voie. 

En septembre 2012, lorsque j'ai imaginé la conférence ReputationWar, il s'est passé très exactement ce phénomène. Je revenais d'une conférence à Lima au Pérou et dans l'avion du retour, j'ai vu très distinctement la conférence qu'il fallait que j'organise pour démarrer ma présidence de l'IPRA. J'avais le nom, le thème, le format, tout. Il ne manquait plus que les détails pratiques :-) 

2/ Faire l'éponge 
Une fois qu'on a le contenant, c'est-à-dire l'idée maîtresse, ce que le cerveau doit désormais faire est de se comporter comme une éponge. Il ne faut pas le brider, le limiter, le diriger, il faut lui laisser conserver l'idée maîtresse comme une petite musique de fond et lui donner la possibilité d'accueillir tout et n'importe quoi pour l'enrichir. Il faut lire la presse, rencontrer des gens, goûter les conversations, passer du temps sur le web, s'imprégner de toutes les sources possibles, même les plus insignifiantes. Il faut être en état d'accueillir tout ce qui se présente. Ce n'est pas une phase de recherche car on ne lance pas son cerveau en quête d'idées géniales pour alimenter le contenant, ce sont les idées géniales qui nous trouvent, pour peu que nous soyons prêts à les accueillir.

Je ne le dirai jamais assez, la première qualité d'un créatif doit être cette capacité à faire l'éponge et absorber une quantité infinie d'informations en tout genre. C'est pour cela que je conseille toujours à mes étudiants de lire la presse, le web, tout ce qui leur passe par la main et de stimuler en permanence cette boulimie à la source de leur future créativité. La culture de l'actualité est la meilleure amie de l'idée neuve. 

Pour reprendre l'exemple de la création de ReputationWar, c'est en écoutant un jour et par hasard une interview de Gérald Bronner sur Europe 1 que m'est venu le thème de l'édition de 2014 et que me suis mis en marche vers les "Foules sentimentales."

3/ Tirer le fil l'écheveau 
Une fois qu'on a l'idée maîtresse — le contenant — et que l'on a trouvé le commencement d'un contenu qui permet d'aller plus loin dans le processus créatif, grâce à une attitude en éponge, il faut désormais donner corps au projet et là, je ne vois pas de meilleure image pour illustrer mon propos que d'évoquer l'acte de tirer le fil d'un écheveau de laine. 

Une idée de contenu, c'est comme un fil dont on saisit un bout. Au départ, ce n'est pas grand chose mais il faut le tirer pour qu'il vous amène à démêler les idées qui suivent et pour faire apparaître de nouveaux horizons. Le processus créatif est un acte qui peut vous amener très loin de votre point de départ mais le point de départ est toujours relié par ce fil imaginaire qui vous a conduit à faire un chemin tout à fait passionnant. 

Toujours dans l'exemple de ReputationWar 2014, lorsque j'ai entendu Gérald Bronner à la radio, je me suis précipité pour acheter son bouquin, certain que le thème de ma conf tournerait autour des croyances et du web. Puis, petit à petit, cette lecture m'a amené vers d'autres auteurs, vers des thèmes complémentaires et m'a convaincu qu'il fallait que je parle d'autre chose que des croyances. Que je devais aussi parler des émotions qui résultent de ces croyances puis des mobilisations que les émotions provoquent sur la toile. Bref, le fil de laine que j'avais capté en écoutant cette interview m'avait amené beaucoup plus loin. 

Se laisser surprendre, faire l'éponge et tirer le fil de l'écheveau, voilà selon moi les trois phases du processus créatif mais il y a un quatrième facteur qui va contribuer à l'émergence des grandes idées et ce facteur est un facteur physique, chimique même sans doute, c'est la pression. 

4/ Se mettre volontairement la pression 
Je ne sais pas si c'est partageable ou si cela ne concerne que mon processus créatif personnel, mais j'ai absolument besoin du maximum de pression pour créer. Cette espèce de conscience du danger, cette perception de l'urgence et de la nature de l'enjeu sont des éléments qui favorisent la créativité de manière spectaculaire. Je ne devrais pas le dire mais je me suis créé des centaines de fois les conditions d'une pression maximale afin d'accoucher de grandes idées pour mes clients. Lorsque je n'arrivais pas à commencer une proposition créative, je prenais souvent mon téléphone pour appeler mon client et lui dire que c'était terminé, que j'étais prêt à lui présenter. C'était évidemment faux mais je passais cet dans le seul but de me mettre la pression de devoir créer absolument et dans un temps ridiculement réduit.

C'est un peu comparable à ce qui se passe lorsque certaines personnes sont victimes d'un accident. Elles déploient parfois une créativité que l'on qualifie volontiers de surnaturelle pour se sortir d'une situation présentée comme inextricable. On a tous entendu des histoires de ce type.

Voilà ce que je voulais partager avec vous aujourd'hui sur le thème de la créativité. En fin de conversation, ma fille — à qui je souhaite plein de courage pour son devoir ;-) — m'a demandé si c'était inné ou si cela se travaillait. Je pense que ça se travaille et que le cerveau, puisque c'est de là que viennent les plus grandes idées, est un muscle comme les autres qui a besoin d'entrainement pour donner le meilleur de lui-même. Et la créativité est l'une de ses plus belles productions. 

A suivre...  

               Partager Partager
Notez


Lu 1837 fois

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Privé | Politique | Destinations | Inclassable | Livre | Pensées | Mon blog | Mémoires | IPRA | Conférences



Professionnel de la communication, optimiste exigeant et idéaliste compulsif, j'essaye de consacrer du temps au projet de changer le monde.

Professionnel de la communication, optimiste exigeant et idéaliste compulsif, j'essaye de consacrer du temps au projet de changer le monde.


Facebook
LinkedIn
Skype
Twitter
Slideshare

@cginisty
RT @jjdeleeuw: Des Experts très animés demain à 12h30 mvanhees @doulkeridis @cginisty @JulieTestAchats @Karimfadoul @chauchau60 https://t…
Vendredi 9 Décembre - 18:39
Ne manquez pas demain Les Experts sur @BX1Officiel autour de @jjdeleeuw @JulieTestAchats @Karimfadoul @Marco_VanHees @doulkeridis et moi
Vendredi 9 Décembre - 17:58
Très bonne tribune de @FaljaouiAmid dans @redacTendances de cette semaine "Comment les réseaux sociaux nous ramènent à la préhistoire"
Vendredi 9 Décembre - 13:55
#FFback and a great week-end to you too @berteloot @Orange_conseil @ACF_France
Vendredi 9 Décembre - 11:59
E-réputation : quels enseignements tirer de 2016 ? https://t.co/FE48EdlskW
Vendredi 9 Décembre - 10:25
"E-réputation : quels enseignements tirer de 2016 ?" https://t.co/gQSIrx3J3D Décryptage perso de quelques événements clés via @Emarketing_fr
Vendredi 9 Décembre - 10:20

Recherche