Christophe Ginisty

Discours sur l'économie numérique : une approche franchouillarde et imprécise


Rédigé le Mardi 19 Janvier 2010



Discours sur l'économie numérique : une approche franchouillarde et imprécise
J'ai écouté et lu attentivement le discours que François Fillon a prononcé hier sur le thème du développement du très haut débit et de l'économie numérique à Vélizy. J'attendais ça avec une immense impatience et je dois avouer que je suis particulièrement déçu ce matin.


4,5 milliars d'euros administrés par quelqu'un qui n'y connait rien

Le premier ministre en a fait le coeur de son intervention. Un fonds spécial va être créé pour financer l'économie numérique et celui-ci sera piloté par René Ricol. Et voici une première grande spécialité française : confier un sujet stratégique à des gens qui n'y connaissent rien. Je ne veux pas manquer de respect à René Ricol, 59 ans, de formation expert comptable et commissaire aux comptes, médiateur du crédit depuis octobre 2008, mais voici quelqu'un qui n'a absolument aucune expérience en matière de gestion des nouvelles technologies et à qui on a va tout simplement confier le plus gros investissement public jamais mobilisé en la matière. Technocratie, quand tu nous tiens...

Une focalisation sur le très haut débit

François Fillon l'a rappelé hier, l'état compte continuer à s'impliquer fortement dans le déploiement de la fibre optique. 2 milliards d'euros (parmi les 4,5 milliards) y seront consacrés. L'objectif du premier ministre est de lutter contre la fracture territoriale, tout en démocratisant l'accès à Internet haut débit. A ce titre, il exprimé sa satisfaction de pouvoir déjà proposer à toute la population éligible "deux offres d'accès à Internet à 2 mégabits par seconde pour moins de 35 euros par mois, matériel compris".

Il est peut-être satisfait. Moi je considère ce tarif tout à fait exorbitant. Il faut dire la vérité aux gens : l'accès à Internet devrait être quasiment gratuit, compte tenu de l'avancée des technologies et de l'état du réseau, tant filaire que satellitaire ou hertzien, et cela pourrait être le rôle de l'état (ou des collectivités) de définir un service public de l'accès à Internet qui consisterait à garantir un raccordement gratuit pour un débit limité.

Un programme qui rappelle le plan câble

"Nous voulons que les opérateurs soient les fers de lance de ce programme national. Il y aura des appels à projets ouverts, région par région, pour bénéficier de prêts et d’un label via le programme des investissements d’avenir. La contrepartie attendue des opérateurs c’est un engagement en terme d’étendue, d’exhaustivité et de rapidité du déploiement, ainsi naturellement que de co-investissement"

Voilà des déclarations qui rappellent furieusement le Plan Câble de sinistre mémoire lancé en 1982 par l'état pour rattraper son retard en matière de télévision câblée. Ce fut un échec retentissant car les conditions d'attribution des territoires se sont révélées d'une absurdité peu commune. Parce que des règles de non concurrence ont été instaurées, parce que des plafonds de nombre de prises raccordables ont rendu les investissements improductifs,

"Je souhaite que d’ici six mois, tous les opérateurs qui le souhaitent puissent proposer une offre sociale spécifique pour permettre aux foyers les plus modestes d’accéder à Internet dans des conditions attractives. Cette offre sociale devrait être aux alentours de 20 euros."


Encore une fois, nous sommes là à des tarifs totalement disproportionnés et ce n'est pas en fixant le prix de l'accès à Internet à 20 euros par mois que l'on pourra parler d'une véritable démocratisation.

2,5 milliards d'euros pour quoi faire ?

Le discours du premier ministre est assez étonnant. Il promet d'investir 4,5 milliards d'euros pour le développement de l'économie numérique, précise que 2 milliards seront investis sur la déploiement du réseau mais ne donne aucune indication sur les 2,5 milliards restant.

Il se contente d'une déclaration assez lapidaire :

"... nous devons récuser l’idée reçue selon laquelle il suffirait de fabriquer des tuyaux pour construire l’économie de la connaissance du 21ème siècle. J’ai eu l’occasion, lors du colloque qu’avait organisé Nathalie KOSCIUSKO-MORIZET, d’exposer mes réflexions sur ce sujet : pour moi, la civilisation du numérique doit rester maîtresse de l’économie du numérique et Frédéric MITTERRAND ne me contredira pas lorsque j’affirme que la révolution numérique n’a de sens que si elle est aussi traitée comme une affaire démocratique et culturelle. Les tuyaux aussi performants soient-ils, ne créeront pas de bien-être social durable s’ils n’ont rien à relier ou s’ils ne s’accompagnent pas de services, d’usages ou de contenus riches et renouvelés et c’est la raison pour laquelle nous avons décidé de mettre deux milliards et demi sur cette question des contenus."


2,5 milliards d'euros sur les contenus ? Mazette ! Mais pourquoi ne dispose-t-on d'aucun détail sur les choix du gouvernement en la matière ? Est-il responsable de promettre la mobilisation d'une telle somme sans présenter les arbitrages qui ont été faits ? Mystère...

Les grands absents du discours de François Fillon

Le discours d'hier est finalement assez décevant, et notamment parce qu'il passe sous silence un certain nombre de chantiers qui auraient mérités d'être traités avec le même soucis de priorité.

- L'éducation
Programme d'équipement et de connexion de tous les établissements scolaires français dès la primaire sur l'ensemble du territoire.

- L'équipement des foyers
Création d'une politique offensive pour favoriser notamment les filières de reconditionnement et de recyclage de matériels informatiques. Plusieurs millions d'ordinateurs sont abandonnés tous les ans par les entreprises après 3 ans d'utilisation et faute de filières adaptées, ces matériels sont détruits alors que la plupart pourrait continuer de servir à des fins sociales.

- L'accès des personnes handicapées
Le développement des technologies est une chance pour les personnes souffrant d'un handicap. Mais pour qu'elles puissent en tirer parti, il faut que les technologies mais aussi les sites Internet soient adaptés aux contraintes de ces populations. L'état doit être à la pointe de ce chantier.

- L'aide à la création d'entreprises innovantes
Développer l'économie du numérique ne revient pas à faire les yeux doux à France Telecom ou Dassault Systèmes. C'est aussi favoriser la création d'entreprises innovantes qui sont le ciment de cette économie partout dans le monde.

- L'exemplarité de l'état
La France ne passera pas à l'ère de l'économie numérique si ses services n'en tirent pas partie. L'état doit se montrer à la pointe dans la modernisation de ses administrations, dans la rationalisation de son fonctionnement et améliorer ainsi l'accès des administrés aux services publics de l'état.

Voilà ce que je voulais partager sur le discours d'hier. Un discours malheureusement en profond décalage avec la réalité de la révolution numérique. Un discours qui démontre que la France est encore très loin d'avoir pris la mesure des opportunités liées à cette économie.

               Partager Partager
Notez


Lu 4825 fois

Commentaires articles

1.Posté par Pierre Guillery le 19/01/2010 17:17
Facebook
Christophe, tu es (un peu) injuste.

Je suis d'accord que tout ça a un parfum très Français, très technocratique. Mais entre les gens de la DATAR, NKM et quelques autres - pour moi il y a un "ce qui ressemble à une vision." On ne peut pas m'accuser de complaisance envers le gouvernement de N.Sarkozy : je prétend que là, on peut avancer. Les usages ne sont pas oubliés, non plus - ce qui change. Même s'il faut faire plus. (Avec un compliment façon coup de griffe à France Telecom au passage.)

D'accord, tout ça est un peu brouillon - mais le contexte politique est incroyablement touffu (régions, départements, DATAR, PM, Mercier, NKM, et maintenant Estrosi...), ce qui (selon moi) explique en partie. Dans ce contexte, précisément, il se pourrait que le choix de Ricol s'explique : un type "sans bagage" sur ce sujet, et qui sait apprendre vite. Peut être devons nous lui donner le bénéfice du doute ?

Et je peux affirmer (parce que je travaille sur le même sujet aux Etats-Unis en ce moment, le "package broadband" d'Obama, et que je suis aussi familier avec ce qui se passe - ou pas - en Australie ou au Royaume-Uni) que ce nous faisons en France peut être cité en exemple ailleurs (et l'est). C'est suffisamment rare pour qu'on en parle... :)

Cordialement,
Pierre Guillery

2.Posté par Ch. Romain (Nanterre) le 19/01/2010 18:30
Je suis frappé par une phrase du discours de Fillon :

"Les tuyaux aussi performants soient-ils, ne créeront pas de bien-être social durable s’ils n’ont rien à relier ou s’ils ne s’accompagnent pas de services, d’usages ou de contenus riches et renouvelés"

Qu'est-ce donc au juste que ce "bien-être social" qui devrait être créé par les "tuyaux" Internet et leur contenu ? Le "bien-être social" est-il le résultat d'une musique, d'un film piraté, d'une vidéo sur Dailymotion, d'un achat en ligne, d'un échange téléphonique et autres "services et contenus riches et renouvelés" ? J'ai l'impression qu'on est plus que jamais dans le "Panem et circenses", sauf que le versant "Panem" est de plus en plus négligé et qu'on essaie désormais de tout miser sur le versant "Circenses".

Sinon, dire qu'on va miser 2,5 milliards d'euros sur les contenus, ça veut plus ou moins dire qu'on va subventionner les boîtes de prod et les fournisseurs du type Lagardère, non ?

3.Posté par christophehumbert le 20/01/2010 14:32
- L'équipement des foyers
Création d'une politique offensive pour favoriser notamment les filières de reconditionnement et de recyclage de matériels informatiques. Plusieurs millions d'ordinateurs sont abandonnés tous les ans par les entreprises après 3 ans d'utilisation et faute de filières adaptées, ces matériels sont détruits alors que la plupart pourrait continuer de servir à des fins sociales.


Monter une association dans ma ville sur ce sujet me turlupine depuis quelques temps maintenant. Et ton post ne fait que relancer cette envie..

4.Posté par FrédéricLN le 20/01/2010 22:25
Je tends à être d'accord avec l'essentiel de ce billet ... cela me stresse toujours quand on met des enveloppes géantes sur des choses floues : à mon avis la création des contenus devrait être le fait de mécanismes "de marché" au sens large, c'est-à-dire dépendre des usages qui en sont faits plus que d'un décideur centralisé. Le plan câble n'était peut-être pas top, mais dans le domaine du soft, je crois me souvenir qu'il y a eu des ratages vingt fois plus ratés encore.

M'enfin, si Pierre Guillery dit que c'est bien, je suis prêt à suspendre mon jugement d'ignorant.

5.Posté par FraiseTagada le 25/01/2010 02:52
Le financement publique des nouvelles technologies ou comment jeter l'argent publique par les fenêtres...

Cette histoire me rappelle l'appel à projet NKM sur les technologies 2.0 et le serious game où n'ont été finalement financés que ceux qui étaient bien "connectés" avec le jury...

Allez voir la liste des grands gagnants, c'est vraiment honteux... Certaines entreprises ont obtenus plusieurs financements, d'autres ont obtenus des financements pour des investissements déjà réalisés et qui n'ont même pas fait leurs preuves (MyMajorCompagny).

Et encore si c'était le seul exemple... Je connais bien le milieu du financement de l'innovation en France et tout ce qu'on me donne avoir jour après jour me fait dire que parfois, on ferait mieux de garder tout cet argent pour des missions qui ont une VRAIE utilité publique...

6.Posté par FraiseTagada le 25/01/2010 02:59
Et pour info, l'économie numérique ça se résume en trois points :

0€ pour réaliser son projet
99,99% de projets non viables économiquement
Craiglist : 25 employés pour 150 millions de dollars

Tout ça pour dire que le financement publique pour ce secteur n'est pas adapté...

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Démocratie | Valeurs | Poléthique | Gouvernement | Parti Socialiste | UMP | Sarkozy | Communication | MoDem | Présidentielle 2012 | Numérique



Professionnel de la communication, optimiste exigeant et idéaliste compulsif, j'essaye de consacrer du temps au projet de changer le monde.

Professionnel de la communication, optimiste exigeant et idéaliste compulsif, j'essaye de consacrer du temps au projet de changer le monde.


Facebook
LinkedIn
Skype
Twitter
Slideshare

@cginisty
Ce soir, table ronde & 'speed mentoring sessions' avec les étudiants @ihecs avec @EliseGuillet @avaltat @colingoeu
Jeudi 8 Décembre - 16:03
Et maintenant, il va falloir expliquer pourquoi un type condamné à 3 ans de prison ferme n'est pas incarcéré https://t.co/A9HkhujIOx
Jeudi 8 Décembre - 15:33
Très drôle ! https://t.co/4Fn2ubjbEm
Jeudi 8 Décembre - 11:06
Nice read! https://t.co/7emrU7422u
Mercredi 7 Décembre - 12:44
Great series of GIF created by Twitter ⚡️ “The Top 10 Global Conversations of 2016” by @twitter https://t.co/tbEPaGPTBy
Mercredi 7 Décembre - 08:00
Manuel Valls : la gauche sans lyrisme https://t.co/V33ua6UkFn
Mardi 6 Décembre - 11:39

Recherche