Christophe Ginisty

Dominique de Villepin a-t-il ses chances pour l'Elysée ?


Rédigé le Lundi 1 Février 2010



Dominique de Villepin a-t-il ses chances pour l'Elysée ?
Dominique de Villepin a incontestablement marqué des points la semaine dernière. En obtenant un non-lieu en première instance dans l'affaire Clearstream, il a gagné sa première manche par K.O. dans le combat qui l'oppose à distance à Nicolas Sarkozy.

Il avait parlé de l'acharnement du Président de la République, cet acharnement n'a pas payé. En quittant la salle d'audience, il a annoncé la couleur en se mettant "à la disposition des français".

A deux ans et demi de l'élection, l'ancien premier ministre de Jacques Chirac a-t-il ses chances ?

Voici, selon moi, les éléments du débat.

Les éléments favorables

Dominique de Villepin a de nombreux atouts pour se positionner dans la course à l'Elysée.

Le premier d'entre eux est d'être issu de la majorité présidentielle. Ne croyez pas qu'il s'agisse d'un handicap, c'est tout le contraire. Le sarkozisme s'écroulera de l'intérieur ou ne s'écroulera pas. Les opposants traditionnels à gauche sont trop pris par des querelles d'ordre personnelles pour donner une vraie lisibilité aux électeurs. Ils vont y aller en ordre dispersé malgré leur promesse de s'en remettre aux primaires et ne se donneront pas les moyens d'une alternance.

Ensuite, Dominique de Villepin, de par son expérience ministérielle et notamment une stature internationale gagnée lors du déclenchement de la guerre en Irak, dispose de la carrure de l'homme d'état dans l'esprit de beaucoup de concitoyens. Ils sont extrêmement peu nombreux à pouvoir s'en prévaloir et c'est un avantage concurrentiel majeur.

Enfin, Dominique de Villepin communique particulièrement bien. Au-delà d'un physique avantageux, il a deux qualités majeures en communication politique : il est clair et il est constant. Ceci n'est pas un jugement de valeur mais une analyse de ma part. Quand on fait le bilan de la communication de crise qu'il a dû gérer tout au long du procès Clearstream, on voit que c'est extraordinairement bien géré. Il fait toujours face, il est présent, responsable. Il se montre entouré des siens et il ne varie pas dans son mode de communication.

Les éléments défavorables

La course à l'Elysée n'est cependant pas gagné car Dominique de Villepin a de très lours handicaps.

Le premier est évidemment l'appel dans l'affaire Clearstream. Il va falloir attendre un an pour que le second procès ait lieu et personne, dans la majorité présidentielle, ne prendra le risque de rejoindre Dominique de Villepin avant qu'il ne soit totalement blanchi par la justice. Le temps joue évidemment contre lui car tant que le procès n'est pas jugé en appel, il ne peut pas décemment se lancer dans la course à l'Elysée.

Ensuite, Dominique de Villepin n'a pas d'appareil. Il n'incarne même pas un courant au sein de la très puissante UMP et l'on ne peut pas espérer gagner l'élection présidentielle sans une machine de guerre qui vous accompagne et vous porte. C'est ce que Nicolas Sarkozy a remarquablement bien compris en 2005 lorsqu'il a pris la tête de l'UMP. Raymond Barre avant lui, mais aussi Edouard Balladur, ont fait les frais de cette absence d'appareil.

Enfin, je pense que les jeunes ne lui pardonneront pas si facilement le CPE et l'acharnement dont il avait fait preuve tout au long de cette crise. Il a méjugé la jeunesse, et il a surtout fait la démonstration d'une absence d'écoute et de flexibilité face à l'appel de la rue. Je crois que c'est un boulet qu'il traîne et dont il ferait bien de se débarrasser en s'adressant à nouveau à cette jeunesse et faire amende honorable.

Un coup de pouce du Procureur de la République

En décidant de faire appel du jugement de premier instance, le Procureur de la République vient de donner un incroyable coup de pouce à Dominique de Villepin en terme de communication. Il contribue à enfermer Nicolas Sarkozy dans sa haine et fait désormais de Dominique de Villepin la victime du procès Clearstream.

Un comble qui pourrait avoir de nombreuses conséquences politiques.

               Partager Partager
Notez


Lu 4273 fois

Commentaires articles

1.Posté par Voltaire le 01/02/2010 09:17
DdV n'a quasiment aucune chance de remporter l'élection présidentielle. Se situer dans les deux premiers du premier tour est inenvisageable en l'état actuel des forces: il n'est pas au gouvernement, et n'est pas aux commandes de l'UMP.
En revanche, il peut aider à faire tomber N. Sarkozy, ce qui lui suffirait sans doute en 2012. DdV n'est pas très âgé: il peut donc tenter de reprendre l'UMP après 2012 en cas d'échec de NS et lui redonner une orientation de droite plus traditionnelle, afin de remporter 2017.
Certes, il aura devant lui JF Copé qui a déjà très avancé dans sa campagne 2017, mais qui n'a lui jamais été premier ministre...

A suivre donc...

2.Posté par Céline le 01/02/2010 09:43
Merci pour cette note. Le sujet est passionnant.

Je pense que Dominique de Villepin a de très sérieuses chances pour 2012. Nous avons assisté cette semaine à un tournant dans la vie politique française dont on ne mesure pas encore tous les effets, en terme d'impact sur l'opinion publique. Mais c'est très profond.
Il a acquis aux yeux des français une stature de présidentiable plus que crédible "hors parti".

Je pense en fait que Dominique de Villepin possède aujourd'hui toutes les qualités pour réaliser le rassemblement initié par François Bayou, mais non abouti car ce dernier a fait l'erreur d'enfermer l'élan de 2007 dans les carcans d'un parti à l'ancienne, ce qui a tout pourri.

C'est vrai, ce n'est absolument pas gagner pour lui, il a de lourds handicaps, mais je pense que le fait de ne pas avoir d'appareil pourra se révéler une très grande chance au contraire, justement pour rassembler au-delà des partis, à droite, au centre et à gauche.

En tous les cas, la page qui s'ouvre sera très intéressante à suivre.

3.Posté par Céline le 01/02/2010 10:07
A écouter, en souvenir du discours prononcé à l'ONU.

"Dans ce temple des nations unies" résonnent encore les mots de Dominique de Villepin et de Colin Powell, prononcés lors de la bataille diplomatique qui a précédé la guerre en Irak. Inspiré par la tension extrême de ce moment d'histoire, mais sans aucun parti-pris politique, Arnaud Fleurent-Didier propose ici une relecture en musique de ces phrases relayées par les télévisions du monde entier."

4.Posté par Fotini le 03/02/2010 16:04
Je n'y crois pas.
Il me fait malheureusement penser au film "La grande illusion" de Jean Renoir où on voit pendant la 1ère guerre mondiale un vieil officiel allemand et un officier français issus de l'aristocratie se mettre d'accord sur le fait que leur code d'honneur à l'ancienne est dépassé, incompris par la chair à canons et par la logique des guerres modernes.

De Villepin se bat avec des armes et un code d'avant le sarkozysme. Il ne peut malheureusement y faire face quant bien même il pourrait incarner la nostalgie d'une certaine Vème république idéalisée. Il lui faut du fric et des réseaux puissants.

5.Posté par Fotini le 03/02/2010 16:07
Sans compter le fait qu'il s'est couché devant Sarkozy le lendemain de son élection, espérant une certaine clémence en retour. C'est vrai que les gens oublient, mais quand même, ces photos de copinage parues dans la presse étaient déplacées, quand bien même c'était son camp qui avait gagné et qu'il avait assuré des places à ses copains.


6.Posté par sunnie le 03/02/2010 17:05
Dominique de Villepin n'a certes pas de parti, mais d'ores et déjà il part à la rencontre des Français qui se détournent de Sarkozy, de plus à l'intérieur de l'UMP, il doit être en train d'accomplir un lent travail de sape sur la politique de Sarkozy qui est un échec incontestable, d'ailleurs, nous le verrons bien lors des résultats des régionales, si ces résultats sont catastrophiques, alors cela pourrait grandement faciliter la tâche de DDV. l"UMP non sarkozyste pourrait se détacher graduellement de Sarkozy. Mais c'est sûr que DDV a encore un long chemin à accomplir !!

7.Posté par FrédéricLN le 03/02/2010 21:12
Que "ne pas avoir d'appareil" soit jugé, par divers commentateurs, comme un handicap tout à fait raisonnable - car après tout un Président ne devrait pas être un chef de parti... - en dit long sur la portée de certaines critiques contre François Bayrou … et sur la perspicacité des commentateurs selon lesquels l'évolution décevante du MoDem garantirait à François Bayrou de ne jamais remporter l'élection présidentielle.

8.Posté par jc75 le 03/02/2010 21:31
Si je ne me trompe, Dominique de Villepin ne s'est jamais présenté à une élection jusqu'à présent, mairie, assemblée ou autre, non?
Pour moi il n'a pas l'ombre d'une chance, et il ferait un score à un chiffre...et mis à part son brillant discours à l'ONU, l'affaire Clearstream ne fera pas oublier la rigidité du personnage alors premier ministre..

9.Posté par Céline le 03/02/2010 23:57
Pour le comprendre, et être perspicace justement, il faut enlever ses œillères, se détacher de l'esprit partisan des choses, et observer.

DDV aura des chances de rassembler sous son nom des citoyens de toutes tendances, s'il le fait en son nom, et non pas sous la bannière d'un parti. Les gens voteront pour les valeurs qu'il représente et pour lesquelles il s'est battu justement dans l'affaire cleastream, notamment l'indépendance de la justice. Son intervention lors de l'émission du Grand Journal était tout à fait remarquable d'ailleurs sur ce point.

Depuis, certains signes ne trompent pas. Les adhésions au Club Villepin ont plus que doublé en l'espace de quelques jours, et Il suffit d'observer l'activité des réseaux sociaux, et les conversations autour de soi depuis la semaine dernière. Je ne compte pas le nombre de fois où j'ai lu ou entendu "l'idée de Bayrou était bonne, Villepin le fera".

Cela ne veut rien dire en soi, ce sont juste des indicateurs d'une tendance nouvelle qui peut redessiner durablement le paysage politique pour 2012, et changer la donne. Et qu'il serait idiot de ne pas vouloir regarder.





10.Posté par Christophe Ginisty le 04/02/2010 12:51
Frédéric LN -> Je crois que personne n'a jamais reproché à Bayrou d'être à la tête d'un parti. Mais par contre, de ne pas savoir le diriger, ça oui.

11.Posté par Caroline le 04/02/2010 13:59
Vous oubliez une chose. C'est que les parlementaires de droite ne l'aiment pas, et pas seulement parce qu'il est la cause de la dissolution de 97.

12.Posté par Géraldine le 06/02/2010 00:02
Imaginer la tête de NS lisant cet article me remplit de bonheur :
http://www.marianne2.fr/Sondage-2012-Villepin-superstar,-DSK-devance-Sarkozy_a184828.html

13.Posté par Rihab Mrizek le 16/02/2011 17:27
"Le parti de la France" pourrait résumer l'esprit de la machine à mettre en oeuvre par l'équipe de De Villepin s'il avoir ses chances de gagner les elections 2012.

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter


Dans la même rubrique :

Douce France ? - 08/06/2016

1 2 3 4 5 » ... 7

Politique | Opinion | PERSO | Libertés | Communication | WebDiversity | Culture | ReputationTime



Professionnel de la communication, optimiste exigeant et idéaliste compulsif, j'essaye de consacrer du temps au projet de changer le monde.

Professionnel de la communication, optimiste exigeant et idéaliste compulsif, j'essaye de consacrer du temps au projet de changer le monde.


Facebook
LinkedIn
Skype
Twitter
Slideshare

@cginisty
Manuel Valls : la gauche sans lyrisme https://t.co/V33ua6UkFn
Mardi 6 Décembre - 11:39
Manuel Valls : la gauche sans lyrisme: Hier soir, j’ai regardé attentivement la... https://t.co/RNF0sSpEt4 https://t.co/chZ53Eo2YO
Mardi 6 Décembre - 10:11
En même temps, il parait que réduire de 20km/h la vitesse à Paris, ça revient à aller en marche arrière https://t.co/ouRNnfcfV9
Lundi 5 Décembre - 13:21
@PolitiqueInfo au contraire, je trouverais ça très malin
Lundi 5 Décembre - 12:49
Allez, je parie sur Najat Vallaud Belkacem pour remplacer @manuelvalls à Matignon @najatvb
Lundi 5 Décembre - 12:39
Fait pas chaud en moto https://t.co/DFdoxOWc5O
Lundi 5 Décembre - 08:47

Recherche