Christophe Ginisty

Douce France ?


Rédigé le Mercredi 8 Juin 2016



Ce matin, je lisais une note sur l’excellent blog d’Hervé Monier, professionnel aiguisé de la communication et contributeur prolifique des questions de branding (sans doute l'un des tout meilleurs blogs d'un communicant de la toile française, si ce n'est le meilleur).

A quelques jours du début de l’Euro de football, l’auteur débute son article par rappeler combien la France est un pays doté d’atouts considérables dont nous ferions mieux d’être fiers plutôt que de passer notre temps à les négliger pour nous livrer à un autre sport national, le French bashing.

Je cite Hervé :
« Au-delà des trésors séculaires de notre patrimoine national et de ce mythe inépuisable que représente Paris, nos régions regorgent elles aussi de destinations prisées et de sites internationalement réputés, le tout justifiant sans aucun doute notre classement flatteur de première destination touristique mondiale. Pour compléter ce « panier de la mariée » déjà bien garni, notre récit national, empreint de valeurs universelles et humanistes, conjugé au talent de nos créateurs et de nos entreprises, dans le secteur du luxe notamment, nous sont toujours enviés.»

Je suis tout à fait d'accord avec lui mais c'est là que je voudrais relever un point qui me parait absolument fondamental pour éviter une probable confusion.

Tout ce qui est cité ci-dessus et à très juste titre par l’auteur est un héritage du passé. Je ne dirais que c’est la France d’avant mais plutôt que c’est la France que les générations précédentes ont bâtie de leurs mains et qu'ils nous ont laissée en héritage, donnant à notre pays un éclat scintillant dans le monde entier.

Notre patrimoine culturel, Paris, capitale du romantisme, et puis toutes ces régions formidablement dotées de merveilles dont l’auteur se fait écho méritent évidemment respect et fierté. Mais au-delà de la permanence de ces trésors, qu’en est-il de la société française d’aujourd’hui dans cette énumération flatteuse ?

Autant est-il inapproprié voire indécent de se livrer au French bashing qui consiste à dénigrer systématiquement tout ce qui se passe en France, autant est-il parfaitement naïf de ne pas commenter ce que nous avons fait de ces trésors légués par nos pères, grands-pères et arrières grands-pères.

Sommes-nous toujours le pays des lumières et des Droits de l’Homme dont l'influence inspira le monde par un foisonnement culturel hors du commun et par une audace à inventer en brisant les conservatismes ?

Pour ma part, je n’en suis pas certain et j’irais même jusqu’à affirmer que l’origine du French bashing est animé par cet immense regret d’avoir à constater un gâchis monumental dans la manière avec laquelle nous nous sommes abstenus de valoriser cet héritable unique.

Depuis la fin des années 80, la société française a eu un peu trop tendance à se comporter comme un héritier qui dilapide par son inconscience et sa légèreté les biens accumulés par ses ancêtres au cours des siècles.

J'ai le sentiment que les valeurs humanistes se flétrissent à vue d’œil dans un pays où les citoyens courent vers le populisme, lassés d’avoir affaire à une classe politique "professionnelle" incompétente et consanguine. Je vois le mythe du bouc-émissaire resurgir comme aux pires années de notre histoire. Je pense aussi que nous sommes devenus médiocres et négligeants dans notre capacité à intégrer les populations issues de l’immigration et leur proposer un modèle social apaisé.

Il faut le reconnaître, nous sommes incapables de nous réformer et faire la course en tête de l’innovation : il a fallu attendre 2010 pour qu’un poste ministériel soit créé pour dynamiser et soutenir l’économie du numérique. Les budgets consacrés à la recherche ne cessent de s’amenuiser et contribuent à l’exil de nos meilleurs scientifiques, sans parler de la justice, de la culture ou de l’écologie qui ne sont que des accessits dans les arbitrages budgétaires de nos politiques publiques.

C’est précisément parce que nous avons une histoire fantastique que nous devons comprendre que ce que nous vivons collectivement n’est pas satisfaisant aujourd'hui. Il ne s’agit pas de critique mais d'exigence et de la volonté de nous situer à un niveau de dignité qui fasse honneur à notre héritage.

Le meilleur service que nous puissions rendre à ce pays est précisément d'être exigent. 

La France est un pays formidable mais, si l’on met en perspective notre passé sans angélisme et sans patriotisme excessif, c’est un pays en souffrance, un pays qui n’est, sur certains aspects, plus que l’ombre de lui-même. Collectivement, nous méritons mieux et surtout, nous valons mieux que ce que nous avons laissé faire par tout un tas de négligences qu’il serait trop fastidieux d’énumérer ici.

Je suis français et j’aime la France. Et cela ne fait pas de moi quelqu’un qui crache dans la soupe si je dis que je n’aime pas cette France de 2016. Ce n'est pas du bashing mais une forme de réalisme mêlée de pragmatisme. 

Mais comme je suis quelqu’un de fondamentalement positif et optimiste, je suis certain que nous sommes au plus bas dans un cycle dont le mouvement ne tardera pas à s’inverser et que nous allons retrouver prochainement le chemin de nos valeurs fondamentales et notre lumineuse identité.

Un jour.

A suivre…

               Partager Partager
Notez


Lu 1848 fois

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter


Dans la même rubrique :
1 2 3 4 5 » ... 7

Politique | Opinion | PERSO | Libertés | Communication | WebDiversity | Culture | ReputationTime



Professionnel de la communication, optimiste exigeant et idéaliste compulsif, j'essaye de consacrer du temps au projet de changer le monde.

Professionnel de la communication, optimiste exigeant et idéaliste compulsif, j'essaye de consacrer du temps au projet de changer le monde.


Facebook
LinkedIn
Skype
Twitter
Slideshare

@cginisty
@inesevoika you've got mail ;-) thanks for your spontaneous cooperation
Samedi 3 Décembre - 13:10
@inesevoika sure, that would be great
Samedi 3 Décembre - 12:51
I do remember 3 years ago when I spoke at #PRilika2016 - it remains a great souvenir
Samedi 3 Décembre - 10:57
Looking for a speaker who could elaborate on the importance of social networks for women in the Arab world as an emancipation tool
Samedi 3 Décembre - 10:55
RT @jjdeleeuw: Grand moment. Les expertes à 12h30 sur @BX1Officiel : @celinefremault @Assita_Kanko @SylvieLausberg @Bea_Ercolini @zariauror…
Samedi 3 Décembre - 09:03
RT @ldcRTBF: #Molenbeek Un nouveau panneau au style hollywoodien à l’entrée de la commune @FredericNicolay #InitiativeBruxelloise #UCLWebCo…
Samedi 3 Décembre - 08:53

Recherche