Christophe Ginisty

Drame en Norvège : L'encombrant ennemi qui vient de l'intérieur


Rédigé le Lundi 25 Juillet 2011



Drame en Norvège : L'encombrant ennemi qui vient de l'intérieur
Beaucoup de choses sont troublantes dans ce qui vient de se passer en Norvège mais l'une des plus remarquables est la gêne avec laquelle les médias ont pris la mesure de l'identité de l'auteur des attentats et de ses déclarations.

Dans un premier temps, alors que l'on n'avait connaissance que de l'explosion près de l'immeuble du premier ministre, les commentaires des journalistes ont immédiatement supposé que nous étions face à un attentat perpétré par Al Qaida. Il y avait quelque chose de presque pavlovien dans cette réaction : attentat à la bombe = islamistes.

Mais lorsque l'identité du tueur a été révélée, les observateurs ont été à nouveau gênés et à plus d'un titre.

D'abord parce qu'il n'avait rien du barbu fanatisé par le groupuscule islamiste. Il était bel et bien norvégien, un mec "normal" comme aurait dit Coluche, blanc, blond aux yeux bleus. Il n'était plus question de stigmatiser l'étranger, ce dont certains occidentaux ont pris l'habitude depuis la théorisation sur l'axe du mal par l'administration Bush. Il convenait là de juger un compatriote.

Ensuite, parce qu'il était vivant. C'est encombrant quelqu'un qui va parler et s'expliquer. C'est bien plus facile quand l'auteur d'un tel carnage finit par retourner l'arme contre lui pour mettre fin à ses jours. Il est toujours plus aisé de lui prêter une folie meurtrière irresponsable. Et surtout, la société n'a pas à entendre la moindre tentative de justification.

Enfin parce qu'il justifie son acte avec une forme de lucidité qui fait froid dans le dos. Allant jusqu'à avouer ses actes mais en refusant qu'on le qualifie de coupable, Anders Behring Breivik manipule des contre vérités qui entrent en résonnance avec certains mouvements d'extrême droite qui, malgré l'horreur du massacre, pourraient bien en faire une sorte de héros.

Finalement, ce drame nous pousse à regarder nos sociétés en face et à ne pas détourner le regard de cette haine que nos vieilles démocraties peuvent générer en leur sein. A trop laisser s'installer la peur de l'étranger, la xénophobie, à trop laisser les inégalités croître de manière scandaleuse, à trop laisser notre classe politique donner le spectacle honteux de sa propre corruption, nos sociétés deviennent un terreau fertile aux violences les plus aveugles et les plus assumées aussi. 

Non, l'enfer, ce n'est pas nécessairement les autres.

               Partager Partager
Notez


Lu 1620 fois

Commentaires articles

1.Posté par Céline le 25/07/2011 19:33
J'attendais ton analyse sur ce qui vient de se passer. C'est plus que troublant, et je suis d'accord avec ce que tu dis, nous devons regarder les choses en face pour essayer de comprendre (pour autant que ce soit possible), en tout cas, ne jamais être naïfs sur les dangers de l'extrême droite. La bête immonde est toujours là.
J'ai parcouru quelques pages qu'il a écrit. C'est flippant, mais tout le monde devrait les lire, pour voir où mène la logique de telles idées remplies de haine de l'autre;
Cela justifie plus que jamais tous nos engagements politiques, pour offrir un avenir porteur d'espoir pour nos enfants.

2.Posté par bmalaguti le 26/07/2011 00:48
Cet attentat inqualifiable ne peut s’expliquer que par la folie d’une personne, un article du point http://www.lepoint.fr/monde/de-columbine-a-la-norvege-ces-tueurs-fous-25-07-2011-1355922_24.php en fait une liste non exhaustive, et il est dangereux d’incriminer en bloc les islamistes, l’extrême droite, internet qui sert de tribune ou les jeux vidéo quand il s’agit d’actes isolés qui n’engagent que leur auteur. La tentation est forte de céder à la démagogie et d'incriminer la société et ses injustices, d'autant que l'argument ferait de ces bourreaux des victimes, alors que ce sont de dangereux malades.

Le vrai danger est que la société se radicalise et que les gouvernants profitent de ces évènements pour nous fliquer davantage sous le prétexte de nous protéger.
C’est une banalité, mais « la peur n’évite pas le danger ».

3.Posté par Ch. Romain le 26/07/2011 09:10
Entièrement d'accord avec Bernard : la réaction de Céline me semble un peu trop simplificatrice. Parce qu'un cinglé tue au nom de l'extrême-droite, Céline nous dit "la bête immonde est toujours là" et "voyez où mène la logique de telles idées". Mais si un cinglé tue au nom du Coran et des appels à la Guerre sainte qu'il contient, d'autres (sinon Céline) nous disent : "Attention, il ne faut pas confondre la lettre, l'esprit, et ce que certains en font pour étayer leurs délires". Pourquoi ce qui est vrai dans un cas ne le serait-il pas dans l'autre ? Tous les gens qui expriment leurs craintes d'un Islam hégémonique ou qui se sentent menacés dans leur mode de vie sont-ils obligatoirement des fanatiques et doivent-ils fatalement finir par descendre dans la rue avec une mitraillette à la main ? Il me semble que la réalité doit être légèrement plus nuancée.

4.Posté par Christophe Ginisty le 26/07/2011 09:20
Bernard -> Il existe des éléments qui s'appellent des signaux faibles et qu'il est toujours très utile d'observer.

Certes, un individu isolé ne fait pas une règle mais, à l'inverse, je pense qu'il est utile (voire indispensable) de se poser la question suffisamment tôt de savoir si l'attitude de cet individu isolé ne cache pas la forêt d'une violence tapie dans l'ombre et prête à exploser à plus grande échelle.

Pour ma part, j'ai l'intuition que c'est le cas et que nos gouvernants refusent obstinément de le voir. Il est évidemment bien plus commode de ne stigmatiser qu'un seul monstre et de dire au bon peuple que tout est rentré dans l'ordre.

5.Posté par bmalaguti le 26/07/2011 11:50
D'accord avec toi sur le fait qu'il faut rester vigilant, mais le plus remarquable dans cette affaire est la réaction des Norvégiens et le commentaire du journal Dagablet : "Nous ne voulons pas d'une Norvège avec de nouveaux obstacles à la liberté de déplacement, avec plus d'uniformes et ainsi plus d'empiètement sur les vies de tous ceux qui ne comprennent pas la langue de la terreur. Car, dans le cas contraire, les terroristes l'emporteraient."

Et tout un peuple qui crie: "c'est la Norvège qui a gagné, pas le terrorisme" devrait nous donner à réfléchir sur la différence qui existe entre une démocratie responsable et les déclarations de certains de nos dirigeants qui profitent de cette tragédie pour alimenter la polémique.

6.Posté par Ch. Romain le 26/07/2011 11:52
Il y a un autre risque : c'est que cette dramatique affaire ne serve à rejeter en bloc l'idéologie d'extrême-droite ET SURTOUT SES ELECTEURS dans un outre-monde méprisé, aux cris de "Tout ça, c'est des fachos et des tueurs". Bref, de retomber dans les erreurs qui ont été commises vis à vis des électeurs FN pendant trente ans : les ignorer et refuser d'entendre ce qu'ils expriment. Avec le danger de voir les choses s'enflammer pour de bon.

7.Posté par Sibemol83 le 26/07/2011 14:27

- « ... Un individu isolé ... » ?
- « ... La folie d’UNE personne ... » !


Quel poids et quel volume d’armement est-il nécessaire d’utiliser pour tuer ou blesser par balles plus de 100 personnes en milieu ouvert ?
... ceci n’est qu’une petite question à laquelle devraient répondre les enquêteurs ; elle s’ajoute à toutes celles qui se posent en ce qui concerne la possibilité de mener à bien la synchronisation de l’ensemble d’une série d’actions remarquablement et tristement efficaces au regard du résultat recherché.
Bon courage aux enquêteurs.
La vulgarisation des résultats de l’enquête peut-elle contribuer à assurer (améliorer) la sécurité générale ?

Sibemol 83


8.Posté par Le Parisien Libéral le 26/07/2011 19:32
Reste à déterminer si la Norvège est vraiment un pays où la classe politique y donne le spectacle honteux de sa propre corruption ...?

9.Posté par Dave96 le 27/07/2011 15:56
Le terrorisme c'est avant tout des meurtres et autres transgressions, et a mon avis cela se combat par l'action policiere. La Norvege a peche par un laxisme et l'utopie selon laquelle la violence n'exite pas dans un pays si civilise. Si ils avaient eu des "renseignements generaux" efficaces prompts a detecter des comportements deviants, et si leurs policiers avaient tout simplement ete armes le drame aurait ete d'une toute autre ampleur. Maintenant les Norvegiens sont prevenus: pour maintenir leur paix et leur qualite de vie ils devront y consacrer des moyens. Le pacifisme et l'angelisme ont leurs limites qu'ils viennent de decouvrir douloureusement.

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter


Dans la même rubrique :

Douce France ? - 08/06/2016

1 2 3 4 5 » ... 7

Politique | Opinion | PERSO | Libertés | Communication | WebDiversity | Culture | ReputationTime



Professionnel de la communication, optimiste exigeant et idéaliste compulsif, j'essaye de consacrer du temps au projet de changer le monde.

Professionnel de la communication, optimiste exigeant et idéaliste compulsif, j'essaye de consacrer du temps au projet de changer le monde.


Facebook
LinkedIn
Skype
Twitter
Slideshare

@cginisty
Fait pas chaud en moto https://t.co/DFdoxOWc5O
Lundi 5 Décembre - 08:47
Question existentielle : peut-on commenter la politique en restant courtois et aimable ? https://t.co/CAKO9yYASD
Lundi 5 Décembre - 07:22
Au lieu de de focaliser sur la défaite d'un populiste, pourrait-on parler de la victoire heureuse de l'écologie en Autriche ?
Dimanche 4 Décembre - 22:51
Wow!!!! https://t.co/7I94TIfJR0
Dimanche 4 Décembre - 22:47
Peut-on commenter la politique en restant aimable ?: Cette note m'a été inspirée par une... https://t.co/CAKO9yYASD https://t.co/mKqbr1s3Ya
Dimanche 4 Décembre - 21:56
Ségolène Royal couvre Fidel Castro de louanges. Remarquez, elle avait bien vu en François Hollande l'homme idéal #okjesors #désolé
Dimanche 4 Décembre - 20:14

Recherche