Christophe Ginisty

Emmanuel Macron et l’opportunité historique d’une nouvelle union nationale


Rédigé le Lundi 24 Avril 2017



En 2002, lorsque Jean-Marie Le Pen fut qualifié pour le deuxième tour de la présidentielle, la très grande majorité des démocrates fut prise de sidération.

Personne n’avait imaginé que le représentant de l’extrême droite pouvait se retrouver en situation d’emporter la présidence de la République. Immédiatement, des voix s’élevèrent à droite comme à gauche pour faire barrage au FN et Jacques Chirac remporta l’élection avec 82% des suffrages exprimés, passant de 5,6 millions d'électeurs au premier tour à 25,5 millions au second. Des électeurs de gauche s'étaient résignés à voter pour lui et faire barrage au Front National.

Comment furent-ils remerciés ? Ils ne le furent pas car, au lieu d’élargir son gouvernement à toutes les forces progressistes et démocrates qui avaient assuré l'élection de son champion, la droite se mura dans son propre camp en créant l’UMP.
 
J’ai toujours pensé que Jacques Chirac avait loupé là une occasion historique de changer la face de la vie politique française et de faire entrer notre pays dans une ère de modernité apaisée et fraternelle, au-delà des clivages.
 
En 2017, quinze  ans plus tard, Emmanuel Macron a la formidable opportunité de réaliser ce grand projet et construire ce que Jacques Chirac n’a pas daigné imaginer, trop englué dans ses vieux réflexes d’animal politique.
 
La victoire d’Emmanuel Macron au 1er tour de l’élection présidentielle face à Marine Le Pen, l’avalanche de soutiens empressés venant de toutes parts dès l’annonce du résultat, la déconfiture des deux grands partis parlementaires, le Parti Socialiste et Les Républicains, le fait qu'En Marche ne soit pas un parti politique traditionnel, toutes les conditions sont remplies pour que l’ancien ministre de l’économie ose le pari d’une grande union nationale au-delà du terrible clivage droite-gauche.
 
C’est ce projet qui m’excite le plus dans la perspective de confier à Emmanuel Macron les clés du pouvoir.
 
Ce serait un formidable pas en avant. Je peux même dire que ce serait une révolution pour la société française, tant notre pays est piégé par l’opposition frontale de deux camps qui font de leur incompatibilité une raison d’être.
 
Souvenez-vous. Au lendemain des élections présidentielles de 2007, c’est ce que Bayrou avait théorisé et ce pourquoi j’avais décidé d’adhérer au Mouvement Démocrate dès sa fondation. Son idée était précisément de créer un mouvement politique au-delà des clivages absurdes et paralysants. Il ne fut pas l’homme de la situation mais son idée était bonne et elle peut prendre corps demain avec l’élection d’Emmanuel Macron.
 
J’entends les gens qui critiquent son attitude un peu trop empressée à crier victoire, à la Porte de Versailles ou à la Rotonde mais s’il y a un tel élan d’enthousiasme au sein du mouvement En Marche et chez les électeurs qui ont voté pour lui, je crois que c’est le signe d’une certaine fébrilité à la veille de ce qui pourrait être un grand jour pour notre pays.
 
Oui, il est possible qu’une refondation de l’échiquier politique débouche de cette élection, que notre démocratie en soit régénérée et que les partis traditionnels soient contraints de se réinventer pour continuer d’exister.
 
Pour cela, il faut deux choses essentielles. Il faut d’une part qu’Emmanuel Macron le veuille vraiment, qu’il le proclame haut et fort et fasse de cette idée une urgence absolue qu’il déclinera, s’il est élu, dans la composition de son tout premier gouvernement et dans l’attribution des investitures pour les prochaines législatives.
 
Mais il faut aussi qu’il résiste aux forces centripètes des vieux briscards de la politique qui vont tenter de pervertir son mouvement en tentant de le ramener au centre de leurs ambitions personnelles. Car si les français ont beaucoup à gagner de cette rénovation de la vie politique, ceux qui nous gouvernent depuis 40 ans ont beaucoup à perdre dans cette aventure audacieuse.
 
Emmanuel Macron Le voudra-t-il et le pourra-t-il ? Je n'en ai pas la moindre idée mais j'ai envie de l'espérer. 

Pour le moment, il y a d’abord une élection à gagner.
 
A suivre… 

               Partager Partager
Notez


Lu 1647 fois

Commentaires articles

1.Posté par Guillaume Riottot le 25/04/2017 11:40
Christophe,
je souhaite comme toi cet élan, ma crainte est qu'il ne puisse ou n'ait le courage de se libérer des contraintes des lobbys et de la financiarisation de la société, car si il ne le fait pas, en 2022 Le Pen sera présidente.
"Dans le coeur des gens les raisins de la colère murissent, annonçant les vendanges prochaines"

A bientôt Guillaume

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter


Dans la même rubrique :

Pourquoi je vote - 29/04/2017

Il y a un an... - 22/03/2017

1 2 3 4 5

Opinion | Politique | PERSO | Libertés | Communication | WebDiversity | Culture | ReputationTime



Professionnel de la communication, optimiste exigeant et idéaliste compulsif, j'essaye de consacrer du temps au projet de changer le monde.

Professionnel de la communication, optimiste exigeant et idéaliste compulsif, j'essaye de consacrer du temps au projet de changer le monde.


Facebook
LinkedIn
Skype
Twitter
Slideshare

@cginisty
N'est-ce point le degré zéro (voire moins-zéro) de l'analyse politique que de disserter sur qui a gagné la bataille e la poignée de mains ?
Vendredi 26 Mai - 18:48
RT @jrmaidment: Macron walks directly towards Trump, swerves at the last second to greet Angela Merkel first instead. Spectacular. https:/…
Vendredi 26 Mai - 13:48
Non mais quel crétin ! Trump est "allé au Pape" et l'a trouvé "Super" https://t.co/hMbqbS2peo
Vendredi 26 Mai - 09:40
RT @Marc_de_Haan: - Ça fera bien dans le hall d'entrée, honey. - Oui mais on fera ajouter des dorures, c'est un peu cheap comme ça. https:/…
Vendredi 26 Mai - 09:38
I can't realize #Trump is less than 1 mile next to me. I hate to feel him so close in this wonderful city of Brussels he has insulted
Mercredi 24 Mai - 18:10
Polémique Hanouna : retour sur le bad buzz https://t.co/dAHT2R9Muu
Mercredi 24 Mai - 14:04

Recherche