Christophe Ginisty

Etat d'alerte permanent ?


Rédigé le Lundi 29 Août 2011



(Les chutes du diable dans le parc de Mont Tremblant)
(Les chutes du diable dans le parc de Mont Tremblant)
Finalement, l'ouragan Irene n'aura pas dévasté la ville de New York comme certains pouvaient le redouter. C'est tant mieux, même si les Etats-Unis doivent malgré tout déplorer 14 morts.

De mon côté, je suis depuis quelques jours à Montréal et, sur tous les écrans de télévision depuis ce matin, des flashs spéciaux étaient diffusés en boucle pour alerter la population sur les dangers de ce qui était devenu depuis un tempête tropicale. Faisant route vers le nord, Irène promettait de faire de gros dégats sur cette partie du Canada. En réalité, il n'en a rien été. Encore une fois, c'est heureux.

Mais en repensant au traitement médiatique qui a précédé puis accompagné Irene, je me disais que nous vivions finalement dans une société de la peur, une société en alerte permanente, alimentée dans sa psychose par le duo formé par des médias avides d'exceptionnel et des politiques hantés par une obligation idiote de masquer leur impuissance face à l'exceptionnel.

Un coup de vent à l'horizon ? Une sécheresse précoce au printemps ? Un toussotement d'une place boursière ? Le drapeau orange ou rouge est brandi, le branle-bas de combat est de mise, le temps suspend son vol un instant et les gouvernants, graves, nous rapellent sur tous les médias du monde qu'ils nous auront prévenus.

Ce que m'inspire cette situation est multiple.

Tout d'abord, j'y vois le signe d'une infantilisation des peuples face aux politiques. On a tellement pris l'habitude d'être assisté que l'on attend tout de ceux qui nous gouvernent qu'ils règnent sur nos peurs et nos angoisses et qu'ils administrent notre sûreté dans tous les compartiments de la vie, y compris les plus aléatoires. On se trompe évidemment dans de pareilles circonstances et l'on perd l'habitude de se débrouiller par nous-mêmes avec un peu de bon sens et de créativité.

Mais il y a aussi le rôle ridicule du politique qui s'est engouffré, bien heureux, dans cette brêche médiatique pour prouver à l'opinion publique qu'il s'occupait de tout, entrant par anticipation dans les habits du super héros prédicateur et salvateur. Afin qu'on ne puisse pas lui reprocher quoi que ce soit, il a appris à déployer un zèle inouï pour s'afficher comme l'autorité de la situation.

Et puis il y a enfin le sentiment que nous sommes entrés dans un monde qui refuse le risque et l'incertitude propres aux éléments naturels. Cela va au-delà du refus de souffrir pour s'étendre à la négation de l'aléatoire.

Même si, à plein d'égards, j'adore l'époque dans laquelle je vis, je regrette parfois la relation que nos aînés pouvaient avoir avec la nature dans toute son imprévisibilité et, pour paraphraser Einstein, sa malice. Les volontés farouches de contrôle, de savoir et d'assistance ont flétri l'homme dans sa relation avec son environnement.

Pas étonnant alors qu'il ne le respecte pas.

               Partager Partager
Notez


Lu 1036 fois

Commentaires articles

1.Posté par Dave96 le 29/08/2011 18:10
Je suis bien d'accord, aux USA les medias nous gavent a n'en plus finir avec il y a peu le mini-tremblement de terre et maintenant l'houragan. Ce harcellement mediatique a en effet des cotes infantilisants et cela depasse selon moi en effet le simple role d'onformation de la tele, et le role regalien de l'homme politique. Cependant que ne vois rien de choquant la-dedans, ni rien de nouveau.

Christophe dans le passe quand ils voyaient les hirondelles voler au ras du sol les gens se precipitaient a l'abrit. Ou tu noteras que les vieux villages etaient blotis tout en haut des rochers pour eviter les crues meurtrieres des rivieres. La seule difference entre avant et aujourd'hui c'est qu'on a des photos satellitaires qui nous permettent de prevoir la meteo, au lieu de connaissances empiriques anciennes a la limite de la supersition (ex: ne pas marcher sous une echelle car ca porte malheur...). Ce qu'on a aussi en plus aujourd'hui c'est les centrales nucleaire et notre urbanisme decomplexe en zones inondables que moi je trouve pas toujours digne d'une sagesse ancestrale si elle existait.

Je pense qu'il n'y a que sagesse a prendre ses precautions et que les administrations americaines ont sauve des vies en organisant les evacuations et diverses actions de prevention.

Je ne vois en tout cas aucune contradiction entre ces actions energiques de protection des populations contre les elements, et le respect de l'environnement. Si il y avait eu plus de morts, je ne crois pas que l'environnement y aurait gagne quoi que ce soit.

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter


Dans la même rubrique :

Douce France ? - 08/06/2016

1 2 3 4 5 » ... 7

Politique | Opinion | PERSO | Libertés | Communication | WebDiversity | Culture | ReputationTime



Professionnel de la communication, optimiste exigeant et idéaliste compulsif, j'essaye de consacrer du temps au projet de changer le monde.

Professionnel de la communication, optimiste exigeant et idéaliste compulsif, j'essaye de consacrer du temps au projet de changer le monde.


Facebook
LinkedIn
Skype
Twitter
Slideshare

@cginisty
Manuel Valls : la gauche sans lyrisme https://t.co/V33ua6UkFn
Mardi 6 Décembre - 11:39
Manuel Valls : la gauche sans lyrisme: Hier soir, j’ai regardé attentivement la... https://t.co/RNF0sSpEt4 https://t.co/chZ53Eo2YO
Mardi 6 Décembre - 10:11
En même temps, il parait que réduire de 20km/h la vitesse à Paris, ça revient à aller en marche arrière https://t.co/ouRNnfcfV9
Lundi 5 Décembre - 13:21
@PolitiqueInfo au contraire, je trouverais ça très malin
Lundi 5 Décembre - 12:49
Allez, je parie sur Najat Vallaud Belkacem pour remplacer @manuelvalls à Matignon @najatvb
Lundi 5 Décembre - 12:39
Fait pas chaud en moto https://t.co/DFdoxOWc5O
Lundi 5 Décembre - 08:47

Recherche