Christophe Ginisty

Faut-il libérer la communication politique ?


Rédigé le Mardi 23 Février 2010



Faut-il libérer la communication politique ?
La question est en train de resurgir, 20 ans après les "lois Rocard" qui encadrent les règles de la communication politique et du financement de celle-ci. C'est une information du Figaro et je trouve ce débat très intéressant.

Comme le rappelle la journaliste :

Depuis le 13 décembre, soit trois mois avant le premier jour de l'élection, la loi leur interdit, en effet, d'acheter de l'espace publicitaire pour leur campagne électorale en presse, par voie d'affichage, en radio ou en télévision. Pour défendre leurs couleurs, les partis peuvent uniquement s'exprimer dans les médias, s'afficher sur les emplacements réservés aux candidats ou utiliser les spots télévisés officiels diffusés selon des règles bien encadrées. C'est ce que prévoit la loi du 15 janvier 1990, dite «loi Rocard», qui encadre les dépenses liées aux élections.

Ce dispositif est aujourd'hui contesté par le collectif Démocratie et communication, qui a rencontré mardi dernier le club parlementaire Publicité Économie Société. Pour sa présidente, Evelyn Soum, cette réglementation est à l'origine des taux d'abstention records en France. «Il ne faut pas diaboliser la communication politique, c'est ainsi que l'on fait voter les gens et qu'on a un débat pluriel, assure-t-elle. D'ailleurs, dans plusieurs pays européens, c'est au contraire un décret d'autorisation qui fixe la date à partir de laquelle on peut commencer à communiquer à deux ou trois semaines avant l'élection.»

Ceux qui se souviennent du contexte dans lequel ces lois avaient été prises savent à quel point la France était engluée dans un nombre incalculable d'affaires de financements occultes. Après s'être auto-amnistiée, la classe politique dans son ensemble avait souhaité durcir les règles de la communication politique un interdisant notamment la publicité commerciale. Une manière de donner le change à l'opinion publique.

Les partisans d'un assouplissement des lois mettent en parallèle le manque de visibilité et l'abstention. De l'autre côté, ceux qui ne veulent rien changer mettent en avant la nécessaire égalité de moyens avec lesquels les formations politiques doivent se présenter devant l'électeur, arguant que le retour à la publicité conduirait à donner une chance supplémentaire à ceux qui ont de l'argent.

Pour ma part, je suis favorable à l'assouplissement pour trois raisons.

La première tient au fait que le gouvernement a la possibilité de faire de la publicité sur tous les supports de son choix (télévision, radio, journaux) et qu'il n'est pas normal que les formations d'opposition soient privées de cette possibilité en période de campagne.

La deuxième vient du fait qu'il est faux de prétendre que toutes les formations politiques, petites ou grandes sont traitées à la même enseigne grâce à l'absence de publicité. Les règles d'apparition dans les médias sont proportionnelles à la représentativité parlementaire, ce qui contribue à exclure du jeu des formations plus petites. Si elles avaient les moyens financiers de se faire entendre par voix publicitaire, elles pourraient favoriser leur visibilité.

La troisième raison enfin est que je trouve l'acte publicitaire créatif et positif. Il fait partie de notre vie de tous les jours et il contribue à passer des messages de façon alternative au compte-rendu des journalistes. Il laisse à chaque "annonceur" la liberté de se présenter sous une forme particulière et ainsi communiquer sur ce qui lui semble le plus important.

Évidemment, si l'on assouplit les lois sur la communication politique, on ouvre la boite de Pandore de son financement. Là encore, je suis favorable à une plus grande souplesse tout en ne revenant sous aucun prétexte sur l'obligation de transparence qui doit notamment veiller à la communication de l'origine des fonds.

Bref, il était temps que ce débat s'ouvre et j'espère qu'il sera nourri.

               Partager Partager
Notez


Lu 3813 fois

Commentaires articles

1.Posté par bernie le 23/02/2010 14:22
pour être honnète, je dirais que j'attendais que ton bouquin parle également de ce point ... via le net par exemple... (j'imagine que tu as traité le sujet)

A bientôt

2.Posté par Ch. Romain (Nanterre) le 23/02/2010 18:38
Bonne remarque : quid de la communication politique sur Internet ? Est-elle aussi bien (ou mal) encadrée que dans les médias classiques ?

3.Posté par FrédéricLN le 24/02/2010 14:32
Un bref passage aux Etats-Unis m'a convaincu que notre système est supérieur (même si c'est le candidat démocrate qui a gagné chez eux et le candidat bushiste chez nous).

Je doute que les budgets publicitaires apportent quoi que ce soit au débat politique et à la préparation des citoyens au vote. Je crains plutôt l'effet inverse, d'appauvrissement du débat. Car l'annonceur TV ou affichage n'a absolument pas "la liberté de se présenter sous une forme particulière et ainsi communiquer sur ce qui lui semble le plus important". Il a au contraire le devoir de se présenter sous des formes efficaces dans ces formats publicitaires. Bref, le devoir de se transformer en marchand de lessive.

Ceci n'est pas une critique générale contre la publicité, car justement, les formats publicitaires me semblent tout à fait adaptés pour accroître la notoriété d'une marque de lessive.

Enfin le gouvernement a certes le droit de communiquer (de même que les collectivités locales), mais le contenu de cette communication est à juste titre encadré : elle ne peut avoir un caractère partisan ou électoral.

4.Posté par oups i did it again le 01/03/2010 21:18
Donc, nous avons Evelyn Soum, vendeuse de lessive, a la tête d'un collectif de vendeurs de lessive, collectif qui milite pour un assouplissement des règles relatives a la réclame politique. Question, est-ce par amour de la démocratie, ou pour d'autres raisons ?
Sérieusement, vous avez vu les pubs aux EU pendant les élections, et vous pensez sincèrement que l'on aura pas exactement la même chose en france?
Avec les hommes politiques que nous avons. http://www.ginisty.com/Affaire-Soumare-ou-le-vrai-visage-d-une-certaine-droite-francaise_a350.html

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter


Dans la même rubrique :
1 2

Démocratie | Valeurs | Poléthique | Gouvernement | Parti Socialiste | UMP | Sarkozy | Communication | MoDem | Présidentielle 2012 | Numérique



Professionnel de la communication, optimiste exigeant et idéaliste compulsif, j'essaye de consacrer du temps au projet de changer le monde.

Professionnel de la communication, optimiste exigeant et idéaliste compulsif, j'essaye de consacrer du temps au projet de changer le monde.


Facebook
LinkedIn
Skype
Twitter
Slideshare

@cginisty
Manuel Valls : la gauche sans lyrisme https://t.co/V33ua6UkFn
Mardi 6 Décembre - 11:39
Manuel Valls : la gauche sans lyrisme: Hier soir, j’ai regardé attentivement la... https://t.co/RNF0sSpEt4 https://t.co/chZ53Eo2YO
Mardi 6 Décembre - 10:11
En même temps, il parait que réduire de 20km/h la vitesse à Paris, ça revient à aller en marche arrière https://t.co/ouRNnfcfV9
Lundi 5 Décembre - 13:21
@PolitiqueInfo au contraire, je trouverais ça très malin
Lundi 5 Décembre - 12:49
Allez, je parie sur Najat Vallaud Belkacem pour remplacer @manuelvalls à Matignon @najatvb
Lundi 5 Décembre - 12:39
Fait pas chaud en moto https://t.co/DFdoxOWc5O
Lundi 5 Décembre - 08:47

Recherche