Christophe Ginisty

Fin de l'Internet illimité ? Le pavé dans la mare de Free


Rédigé le Lundi 22 Août 2011



Fin de l'Internet illimité ? Le pavé dans la mare de Free
Depuis la fin de la semaine dernière, une partie du web français est en émoi devant la menace de la fin de l'Internet illimité qui serait en discussion chez les trois principaux opérateurs, France Telecom, SFR et Bouygues Telecom. Mais derrière cette information "épouvantail" se cache à mon avis d'autres réalités.

La main invisible de Free

La France est un territoire particulier pour l'accès à Internet. Il se caractérise par deux éléments assez remarquables : un taux d'accès à l'ADSL record (plus de 95% des internautes français sont raccordés et bénéficient de ce type d'accès) et un prix de l'accès à Internet très bas (un forfait illimité aux USA coûte près de 100 US$).

Or, une société est en partie responsable de cet état de fait, Free qui a connu une réussite fulgurante dans l'illimité et qui a "plombé" la concurrence pour des années en mettant dans la tête du consommateur lambda à grands coups de publicités qu'un forfait Internet illimité devait coûter 29,90€, pas plus.

En "inventant" ce prix et en le marketant à loisir, l'opérateur Free a eu une idée de génie qui a fait son succès mais qui empoisonne depuis près de 10 ans tous les opérateurs contraints de s'aligner sous peine de perdre immédiatement et gravement en compétitivité.

C'est un symbole français, une sorte de droit acquis par l'internaute. Un tabou commercial aussi que les concurrents aimeraient faire sauter en coeur, histoire d'améliorer leurs marges dans un monde en proire à la saturation et qui demande des investissement colossaux.

Or, Free veut rester maître du prix bas et il est prêt à tout pour empêcher les autres de s'entendre sur la fin de du mythe illimité à 29,90€.

D'ailleurs, est-ce vraiment un hasard si le document qui a mis à jour les discussions des trois opérateurs sur la fin de l'illimité a été sorti par le site OWNI dont Xavier Niel, propriétaire de Free, est également actionnaire ?

Pour ma part, je ne le crois pas une seule seconde.

La guerre de l'Internet mobile

Depuis qu'Apple a démontré de quelle manière on pouvait gagner de l'argent, voire beaucoup d'argent en fabriquant puis en commercialisant des smartphones et des tablettes innovants liés à un modèle économique révolutionnaire pour l'achat et le téléchargement d'applications, le monde du mobile a pris conscience de ses extraordinaires potentiels.

Dans l'info sortie la semaine dernière sur la fin de l'Internet illimité, peu d'observateurs ont relevé que la Fédération Française des Télécoms, auteur de la note en question, était dominée par les trois principaux opérateurs de téléphonie mobile et que, là encore, le spectre de Free planait sur cette organisation depuis qu'il avait acquis la licence pour développer le quatrième réseau mobile en France.

Encore plus étonnant : les rédactions ont crié à la fin de l'illimité, sans relever qu'en matière d'Internet mobile, l'illimité n'existe pas (ou de manière très marginale), faisant ainsi une coupable confusion entre l'accès dont on bénéficie à la maison et celui que l'on utilise via les réseaux de téléphonie mobile.

Un vrai risque de saturation

Derrière cette bataille de communiqués et de lobbying se cache pourtant un vrai problème : le réseau Internet tel que nous le connaissons dans le monde est au bord de la saturation. Nous sommes plus de 2,5 milliards d'individus à l'utiliser et la prochaine décennie verra arriver sur la toile un nouveau milliard d'internautes.

Les adresses IP sont presque épuisées dans leur format actuel, les réseaux physiques ne sont pas conçus pour de telles montées en charge et les connections mobiles ont besoin de ressources inouies pour faire face à la demande, notamment dans les pays en voie de développement.

Tous les acteurs de l'Internet, gouvernements et institutions internationales y compris, doivent prendre se chantier à bras le corps pour nous permettre dans quelques années de continuer à vivre une expérience universelle ouverte, neutre et non limitée. C'est un enjeu planétaire éducatif, culturel, économique, démocratique, social qui dépasse de loin les intérêts particuliers des uns et des autres et qui va bien au-delà de nos considérations nationales.

               Partager Partager
Notez


Lu 2080 fois

Commentaires articles

1.Posté par Alexandre le 22/08/2011 09:35
Je partage ton analyse sur le lien Owni/Free/fuite du document, mais je suis plus mesuré sur les liens que tu fais sans les établir sur la suite.

D'abord, il a été largement commenté, sur Owni même, le fait que Free n'est pas dans la FFT.
Ensuite, ce document fait suite à une demande de clarification de l'ARCEP sur le vocable "illimité". On ne pourra nier qu'en la matière, sur le mobile, il a été très largement exploité de manière abusive.
Owni est peut-être allé un peu vite et on ne se demandera pas pourquoi.

Les quotas IP ne sont de toute façon pas nouveau. À la fin des années 90, Noos (aujourd'hui Numéricable, qui a eu le toupet de communiquer sur le fait qu'elle n'était pas concerné par la question actuelle) instaurait le quota en upload. Ce qui, techniquement, bride le download. Cette politique désastreuse a coûté sa réputation naissante à Noos dans le domaine de la fourniture d'accès à Internet.

2.Posté par Christophe Ginisty le 22/08/2011 10:28
Merci Alexandre pour ton commentaire.

Je partage ton point de vue sur Noos qui fut l'un des tristes héritier du sinistre plan câble français et peut-être te souviens-tu que j'ai bossé pour Noos-Numéricâble que j'ai accompagné dans la gestion de leur communication de crise lorsqu'ils ont été mis sous surveillance par la DGCCRF. Je connais un peu ce dossier là.

3.Posté par Alexandre le 22/08/2011 13:57
Je ne me souvenais pas de cela :-)

Toujours est-il que la vraie questions sous-jacente est toujours et encore celle de la neutralité du réseau.
Si je suis chez Free, pourra-t-on me taxer si je vais surfer sur le portail d'Orange ?
Si je suis abonné Orange, me faudra-t-il souscrire au forfait Deezer si je veux écouter de la musique en ligne ou pourrais-je toujours écouter ma webradio préférée ?
Qu'est-ce qu'un usage "normal" d'Internet ?

Plus loin derrière, se pose le problème des boîtiers de TV connectés, voire des téléviseurs eux-mêmes. Si un jour il y a bridage, alors une Apple TV sera-t-elle considérée comme un outil amenant à un usage abusif par tel opérateur qui veut privilégier son propre service de VOD ?
Si cela se produit un jour, je prédis que la toute puissance financière de société comme Google ou Apple servira à croquer des opérateurs tout entier, qui l'auront bien cherché, pour installer leur système propriétaire, à l'exclusion de tous les autres. La capitalisation boursière d'Apple vaut celle des 32 1ères banques européennes réunies. Personne ne pourra lutter contre ce genre de manœuvre, même hostile.

4.Posté par François le 22/08/2011 20:19
Je trouve que vous occultez un peu trop hâtivement le rôle bienfaisant d'Iliad/Free dans l'accès ADSL en France depuis ses débuts...
En effet, sans cette société pionnière, le prix d'une connexion haut débit à domicile serait aujourd'hui à coup sûr bien plus élevé, et les "box" n'en seraient sûrement qu'à leur balbutiements.
La dimension sociale qui découle d'une offre triple-play la meilleure d'Europe (voire du monde) est inéluctable.

5.Posté par Christophe Ginisty le 22/08/2011 21:06
Relisez moi. Je ne l'occulte pas, au contraire, je le dis en reconnaissant à Free une idée de génie qui a contraint le marché à s'aligner.

6.Posté par Dave96 le 23/08/2011 02:19
Je veux bien croire que cette info qui a fait un assez bon buzz est un coup de pub a mon avis plutot efficace et tout a fait en ligne avec l'image que Free veut se donner de defenseur du consommateur contre l'entente des 3 geants affairistes.
Christophe en tant que communiquant je me serais attendu a une reaction du type "chapeau l'artiste".
En tout cas personellement je n'ai rien a reprocher a Free, qui permet a des millions de francais d'economiser de l'ordre de 20 euros, tout en etant une entreprise rentable malgre la litanie que tu fais des investissements que cette boite comme les autres a consentis.

Sur la rentabilite des 3 geants du mobile: tu noteras qu'aucun n'est cote de facon independante, mais que quel que soit le groupe auquel ils appartiennent (bouygues, sfr ou orange) ils sont la poule aux oeufs d'or. A mon avis ils font des marges enormes: il n'y a qu'a voir le siege que Bouygues telecom s'estr construit il y a qq annees.

7.Posté par Dave96 le 23/08/2011 02:22
Christophe, je suis un liberal double d'un idealiste. Pour moi le marche stimule. Il ne contraint pas.

8.Posté par Christophe Ginisty le 23/08/2011 07:49
Dave96 -> Plus encore que la communication, j'aime l'information transparente et indépendante.

9.Posté par michel catelin le 23/08/2011 12:58
Twitter
"Les adresses IP sont presque épuisées dans leur format actuel" en IPv4 certes mais pas en IPV6 me semble-t-il ?

Quand a la soi-disant limite des réseaux, je n'y crois pas une seconde, si il y a de l'argent a se faire, les limites disparaitront comme par miracle.


10.Posté par Jarodd le 24/08/2011 20:13
Internet à moins de 30 euros, c''est fini depuis janvier. MêMe chez Free, où on paye 6 euros de plus si on est dégroupé, + 2 euros si on veut la tv. Pour les non dégroupés, ils payent aussi l''abonnement FT, donc encore plus cher par mois.

Chez les autres, c''est pareil, le forfait moyen (en incluant le décodeur, la location de la box,...) est plus proche des 40 euros que des 30.

Ceci dit cela n''enlève en rien au mérite de Free, comme vous le dites. On verra si ça bouge dans le mobile, Free va être en fin d''année le 4e opérateur. Mais déjà, Free a fait bouger les lignes avec ses annonces (quadruple play pas cher,...) les MVNO sont obligés d''anticiper et de s''aligner, et les trois gros cochons aussi...

11.Posté par Frédéric-Michel Chevalier le 30/08/2011 01:27
Facebook
Il faut dire que Free a déjà brisé le tabou du 29,90 avec la Freebox révolution où l'accès à la télévision est devenu payant.
Pour ce qui est du risque de saturation, c'est vrai. Mais il y a déjà un point qui a été anticipé : le passage à l'IPv6.

By the way, pourquoi à tu ressuscité ce débile de Rodolphe. La pub de Free nous a heureusement débarrassé de lui et de son successeur. Il est vrai qu'avec le design Stark, ses nouveaux Freestores et son réseau mobile, Free voudrait plutôt s'identifier à Apple qu'à un truc pour Geeks.

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter


Dans la même rubrique :

Boulot | Web 2.0 | Analyse | Coups de com | Nouveautés | Chiffres clés | Communication de crise



Professionnel de la communication, optimiste exigeant et idéaliste compulsif, j'essaye de consacrer du temps au projet de changer le monde.

Professionnel de la communication, optimiste exigeant et idéaliste compulsif, j'essaye de consacrer du temps au projet de changer le monde.


Facebook
LinkedIn
Skype
Twitter
Slideshare

@cginisty
Presidentielle : Pourquoi je vais voter pour Emmanuel Macron https://t.co/D6KJMqdPPw
Vendredi 24 Mars - 07:48
@CedricAugustin @EmmanuelMacron Cédric, je veillerai à faire attention à mes virgules ;-)
Jeudi 23 Mars - 18:13
I wish I could have been there to listen ;-) https://t.co/ICbMRIDb8M
Jeudi 23 Mars - 16:41
@OlieventsV @lauhaim @axelletess @enmarchefr @EmmanuelMacron @JeunesMacron Merci. Avec le lien : https://t.co/D6KJMpWeXY
Jeudi 23 Mars - 15:42
Pourquoi je vais voter pour Emmanuel Macron: A un mois pile du premier tour de la... https://t.co/D6KJMpWeXY https://t.co/sSOZX5laXn
Jeudi 23 Mars - 14:58
@dujardinv Oh que non... :-)
Jeudi 23 Mars - 14:44

Recherche