François Hollande : la métamorphone du candidat en président


Rédigé le Jeudi 3 Mai 2012


François Hollande : la métamorphone du candidat en président
Après avoir regardé attentivement le débat d'hier soir et tenté de l'analyser du point de vue de la communication, un commentaire s'impose : nous avons assisté à la transformation du candidat Hollande en un président potentiel.

C'est à une véritable métamorphose à laquelle nous été témoins hier et je dois dire les quelques personnes avec lesquelles j'ai échangées et qui n'étaient pas totalement convaincues sur la stature présidentielle du candidat socialiste ont été impressionnnées.

Evidemment, vous vous attendiez à ce que je sois positif à l'endroit de Hollande après avoir révélé que je votais pour lui.

Ce n'est pas tout à fait exact. Je n'idolâtre personne et je n'ai jamais caché un relatif manque d'enthousiasme dans le choix de François Hollande. Même si je suis souvent excessif, j'ai conservé tout mon esprit critique.

Mais hier j'ai été sincèrement bluffé.

Hollande a développé une véritable autorité de compétence dans ce débat. Son regard était précis et il a su résister aux provocations d'un Nicolas Sarkozy sur la défensive en prenant à chaque fois de la hauteur. Il a su parler aux français quand Nicolas Sarkozy parlait aux électeurs.

Il a su aussi mettre Sarkozy face à ses contradictions avec des phrases assassines : "ne cofondez pas votre personne avec la France", "moi, je protège les enfants, vous vous protégez les plus fortunés", "Monsieur Sarkozy, vous aurez du mal à passer pour une victime",...

C'était juste et absolument pertinent.

Mieux, il a su relever l'abominable amalgame du candidat sortant lorsqu'il a honteusement confondu immigré et musulman, se débattant comme il le pouvait dans des considérations géographiques historiques, à des années lumières d'un président d'une république laïque qui doit évidemment se prémunir de ce genre de confusion.

Et puis il y a eu ce moment fort où François Hollande a pris le pouvoir sur son adversaire en déclamant plus d'une dizaine de fois "Moi, Président de la République,...", vrai point d'orgue de la soirée.

Vous pouvez évidemment contester cette analyse et j'accepte totalement l'idée que vous puissiez avoir une autre lecture de ce qui s'est passé hier.

Toujours est-il que je suis ce matin totalement conforté dans mon choix, et encore une fois sans la moindre idôlatrie.

François Hollande a fait une course de fond depuis un an et il a atteint hier soir un niveau que je n'avais pas anticipé et qui m'a vraiment positivement surpris.

Very well done!


               Partager Partager

Christophe Ginisty
Notez

Commentaires articles
Nouveau commentaire :
Facebook Twitter


Dans la même rubrique :
1 2 3

Citoyenneté | PERSO | Libertés | Communication | WebDiversity | Culture