Christophe Ginisty

From Brussels, with Love...


Rédigé le Samedi 21 Novembre 2015



Quelle époque !

Vous le savez peut-être, mais je vis désormais à Bruxelles depuis quelques mois déjà. J'aime cette ville qui m'a accueilli en janvier dernier et dans laquelle je me sens vraiment bien. Une ville si proche de Paris et en même temps tellement loin, tellement différente !

La vie ici est beaucoup plus douce, les gens étant bien plus respectueux les uns des autres, plus détendus, dans une atmosphère cosmopolite renforcée par la présence des institutions européennes et son aéropage de professionels qui gravitent autour et dont j'ai la chance de faire partie. 

Et pourtant, depuis les attentas de Paris et singulièrement ce week-end, la ville est quasiment en état de siège. Les policiers et les militaires quadrillent les rues, patrouillent ensemble lourdement armés dans les endroits touristiques et commerçants. On ressent une vraie fébrilité et hier soir, en parourant les quelques centaines de mètres qui séparent mon bureau du tram qui me ramène chez moi, j'avais vraiment le sentiment que l'heure était grave. 

Je ne me sens pas en danger mais effectivement l'heure est grave. A quelques kilomètres de chez moi, les terroristes qui ont attaqués Paris avaient leur base arrière. Leur "cerveau" a semble-t-il été au collège dans une institution réputée à quelques mètres de ma maison. "L'un des meilleurs collèges de la ville" nous avait vanté l'agent immobilier lors de notre première visite. 

Certains amis me demandent si je vais bien, si je suis en sécurité. Je le suis et ma famille également mais j'ai parfois envie de leur répondre que personne ne l'est vraiment, que c'est ce que j'ai compris des attentats qui expriment la haine de ces jeunes qui ont grandi dans nos démocraties et qui n'ont d'autre dessein que d'exterminer ce que nous représentons. Les victimes de la semaine dernière en sont les symboles, tout comme les journalistes de Charlie Hebdo et les autres victimes de Boko Haram. 

Nous vivons une période sombre de notre histoire, sans doute un tournant dans la longue aventure de nos civilisations. Contrairement aux guerres du passé, nos assaillants n'en veulent pas à nos terres ou à notre argent (si tant est que nous en ayons encore), mais à nous et à ce que nous sommes. L'enjeu qui les motive n'est pas de nous annexer mais de nous éliminer purement et simplement. 

J'ai du mal à vivre avec cette idée mais j'ai aussi du mal à assumer ce que nos sociétés ont enfanté. Car même si je ne suis pas un apôtre de la contrition, je ne peux m'ôter l'idée que nous sommes les inspirateurs coupables de cette haine et que nous récoltons une partie de ce que nous avons semé depuis des années, au Moyen-Orient ou dans nos cités. Ceux qui nous ont dirigé depuis des décennies et qui hantent encore les arcanes du pouvoir ou aspirent à le reconquérir sont responsables des drames que nous vivons. 

Je leur en veux terriblement. 

Il y a quelques années, je me suis engagé furtivement mais avec sincérité en politique parce que je voulais changer les choses, contribuer à changer le monde, agir pour le bien de mon prochain. Je n'y ai trouvé que de piètres bougres accrochés à de minables ambitions court-termistes et personnelles, se torchant le cul avec les exigences de l'intérêt général, artificiers de nos peurs primales et prêts à toutes les stigmatisations pour concerver leur mandat. J'ai trouvé le pire de la nature humaine, là où j'espèrais y cotoyer des lumières. 

Je ne vais vour servir le couplet mièvre de celui qui vous dit qu'il avait prévu comme les choses allaient se passer, je ne vais pas non plus vous sortir une solution magique de mon chapeau. Mais à l'heure où les rues de Bruxelles sont quadrillées par tout ce qui porte un gilet pare balles, je souffre physiquement et moralement en pensant aux victimes de cette barabarie car je sais qu'ils sont tombés sous les balles de la médiocrité de nos dirigeants. 

Et comme je suis certain qu'ils ne changeront pas et ne comprendrons pas la leçon, je me dis que cette guerre, c'est à nous et à nous seuls de la gagner. Sans eux.

Portez vous bien. 

A suivre... 

               Partager Partager
Notez


Lu 1880 fois

Commentaires articles

1.Posté par Jean-Pascal le 22/11/2015 08:51
Au lendemain des attentats je me suis réveillé avec un sentiment de culpabilité
Quel monde allons nous laisser à nos enfants? Ai je pensé
Je me suis senti coupable d'avoir laissé les politiques être ce qu'ils sont et que tu décrit très bien
Coupable de n'avoir était que spectateur même si je sais bien au fond que......
Coupable de mettre laissé emprisonné par un système qui nous lie les mains car c'est au fond son objectif et nous condamne quand on en a conscience au supplice d'un spectacle que l'on ne peut ni changer ni fuir
Ce sentiment d'impuissance et de culpabilité à fait monter en moi un sentiment de haine mais pas envers les meutriers barbares du moment
J'ai voulus en faire part sur notre Rs favori, comme un exutoire
Mais je venais d'avoir des nouvelles de mon fils, parisien qui s'était endormi comme une masse en ce siinistre vendred, son mobile en mode avion pour ne se reveilker que le lendemain un peu avant 10 heures
Alors je me suis bien rangé à nouveau dans la cohorte des laches

2.Posté par Christophe Duhamel le 22/11/2015 09:29
Je dresse le même constat que toi, sans appel : nous n'avons pas d'hommes politiques, mais des politiciens, voire des politicards. Egocentriques, ambitieux non pas pour leur pays mais pour leur pomme et pour leurs proches. Nous avons eu beau jeu de critiques les républiques bananières, les régimes fantoches, mais force est de constater que nos politiciens ne valent guère mieux que les dictateurs à vie et autres généraux fantoches. C'est moins direct, moins visible, mais ils ont laissé les lobbies, les industriels, les financiers, prendre le pouvoir. Nous vivons dans la pollution, nous mangeons des aliments industriels qui font le lit des maladies qui sont soignées par des labos qui se font de l'argent sur notre dos. Depuis 40 ans, depuis les "plans" des derniers gouvernements de De Gaulle, personne n'a eu de vision long terme. Personne n'ai ne serait-ce qu'essayé.
En agitant devant nos yeux le chiffon de la "croissance" et en nous hypnotisant de slogans publicitaires, on nous a donné une vision du monde à la Disney. Alors que chaque morceau de plastique est produit par du pétrole qui enfonce un autre pays dans la misère (ou aide une dictature à enfoncer ses voisins).
On pourrait parler du diesel, on pourrait parler des phtalates (tiens, il y a des problèmes de fertilité ? Quel hasard avec un mode de vie où on range notre nourriture dans des récipients bourrés de perturbateurs endocriniens), on pourrait parler du sucre (facteur énorme de maladies modernes), on pourrait parler de beaucoup de scandales sanitaires connus (pas encore assez) ou à venir. En l'occurence, on peut aussi parler de Daesh, qui sort du chapeau de l'Occident, à l'intersection d'une politique étrangère court-termiste depuis les années 70 et d'une non-gestion du problème de l'absence d'espoir pour les jeunes des familles défavorisées (et de l'échec d'un système éducatif complètement obsolète).
On pourrait parler de toutes ces élections qui n'intéressent plus grand monde tant on a à choisir entre la peste et le choléra (quoique le cancer monte de plus en plus), tant tout le pays sent bien que personne n'a la vision ni même la volonté de changer les choses.
Pourtant il va falloir que ça change. Et je préférerais que ça change vite,si possible sans trop de douleur. Car les révolutions induisent trop d'injustices et de dégâts collatéraux. Mais une révolution démocratique est inéluctable. La classe politique "professionnelle" a fait trop de dégâts. Mettons-les à la retraite. Je ferai tout ce qui est en mon pouvoir pour aider ce mouvement. Et je pense que je ne serai pas le seul.

3.Posté par Christophe Ginisty le 22/11/2015 09:42
Merci pour ces deux commentaires.
Il nous reste à trouver le chemin et nous donner les moyens. Ne lachons rien.

4.Posté par Colette Gissinger le 23/11/2015 15:32
Moi, ce qui me désole c'est l'inconscience des français (dont je suis, même si je vis à l'étranger) devant cette situation. Ils se prétendent courageux en proclamant haut et fort "Même pas peur" et ne sont pas capables de faire l'effort, devant une réalité objective qu'ils ont toujours voulu niée, de changer leurs habitudes. Ce qui veut dire que OUI il va peut-être falloir faire des efforts et renoncer à son petit crème à la terrasse d'un café. Car ils ne sont pas conscients que cette liberté à un coût : celui qui fait que pour les protéger contre leur incivisme il faut mettre un flic à tous les coins de rue, il faut exposer des gens dont c'est certes le métier... mais quand même !!!!
Quand je vois cette inconscience je suis désespérée... et comme vous, je me demande comment on a pu en arriver là. J'ai bien des réponses ... mais elles ne font pas plaisir car il y a beaucoup de lâcheté, et de compromissions individuelles et collectives... de nos "élites" en premier lieu mais aussi de chacun d'entre nous.

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter


Dans la même rubrique :

Douce France ? - 08/06/2016

1 2 3 4 5 » ... 7

Politique | Opinion | PERSO | Libertés | Communication | WebDiversity | Culture | ReputationTime



Professionnel de la communication, optimiste exigeant et idéaliste compulsif, j'essaye de consacrer du temps au projet de changer le monde.

Professionnel de la communication, optimiste exigeant et idéaliste compulsif, j'essaye de consacrer du temps au projet de changer le monde.


Facebook
LinkedIn
Skype
Twitter
Slideshare

@cginisty
RT @jjdeleeuw: Des Experts très animés demain à 12h30 mvanhees @doulkeridis @cginisty @JulieTestAchats @Karimfadoul @chauchau60 https://t…
Vendredi 9 Décembre - 18:39
Ne manquez pas demain Les Experts sur @BX1Officiel autour de @jjdeleeuw @JulieTestAchats @Karimfadoul @Marco_VanHees @doulkeridis et moi
Vendredi 9 Décembre - 17:58
Très bonne tribune de @FaljaouiAmid dans @redacTendances de cette semaine "Comment les réseaux sociaux nous ramènent à la préhistoire"
Vendredi 9 Décembre - 13:55
#FFback and a great week-end to you too @berteloot @Orange_conseil @ACF_France
Vendredi 9 Décembre - 11:59
E-réputation : quels enseignements tirer de 2016 ? https://t.co/FE48EdlskW
Vendredi 9 Décembre - 10:25
"E-réputation : quels enseignements tirer de 2016 ?" https://t.co/gQSIrx3J3D Décryptage perso de quelques événements clés via @Emarketing_fr
Vendredi 9 Décembre - 10:20

Recherche