Christophe Ginisty

Georges Tron ou la corruption du pouvoir


Rédigé le Mardi 21 Juin 2011



Georges Tron ou la corruption du pouvoir
Bon, je l'avoue, je n'arrive pas à me passionner pour l'affaire Georges Tron. Les trucs qui me viennent à la tête quand je pense à lui sont des images d'un ridicule consommé. C'est plus du mauvais Courteline qu'autre chose. Je l'imagine dans son grand bureau de Maire en train de regarder ses collaboratrices avec un regard libidineux et abuser de son pouvoir pour leur pratiquer des massages des pieds. Je dois dire que, si ce n'était pas évidemment condamnable, cela en serait tout simplement grotesque.

Mais derrière cette affaire, il y a toute la symbolique du pouvoir excessif, de ce pouvoir quasi-absolu que détiennent les élus locaux depuis des lustres et dans lequel ils se prélassent, sûrs de leur impunité. Certains ne se comportent plus comme des élus du peuples, humblement responsables devant les citoyens mais comme des seigneurs d'un tout autre temps.

Je me souviens lorsque j'ai débuté en politique, en mai 2007 pour être précis. Je venais de recevoir l'investiture du MoDem pour me présenter aux élections législatives dans la 10ème circonscription des Hauts de Seine (92) en face du tandem André Santini / Frédéric Lefebvre. Je dois dire que c'est le genre de début qui marque. La toute première fois que j'ai croisé Santini sur un marché, donc en situation de faire campagne contre lui, il m'a regardé de très haut et m'a dit :

« Bonjour, mais qu'est-ce que vous venez m'emmerder sur mes terres ? Il n'y a pas d'autres circonscriptions sur lesquelles vous auriez pu aller vous amuser ? »

Cette phrase m'avait choqué car elle exprimait tout ce que je détestais du pouvoir politique. Elle renvoyait à cette notion pré-révolutionnaire du seigneur qui règne sans partage sur ses vassaux alors que nous étions en réalité sur les terres de la démocratie où chaque citoyen peut se présenter au suffrage universel.

J'ai toujours pensé que la longévité politique était néfaste à la collectivité.

Je pense qu'elle est aussi néfaste à l'élu qui accepte de s'y complaire. Elle corrompt les esprits et donne le sentiment d'un pouvoir sans limite reposant sur l'intemporalité de la domination. Surtout, elle fait parfois basculer le pouvoir sur la gestion de la collectivité issu du suffrage universel vers un pouvoir malsain sur les autres.

L'affaire Geogres Tron en est une illustration déplorable.

               Partager Partager
Notez


Lu 1883 fois

Commentaires articles

1.Posté par Feodor Oblomov le 21/06/2011 12:38

2.Posté par NAHON le 21/06/2011 12:41
Belle vision, et excellentes démonstrations des ravages de la politique.
Continuez !

3.Posté par Fotini le 21/06/2011 14:33
petite correction : vassaux (et non vasseaux)

4.Posté par Ch. Romain le 21/06/2011 18:57
Et "corrompt" plutôt que "corromp".

5.Posté par présomption le 21/06/2011 21:35
Bsr,
Ne condamnez vous pas un peu vite Mr Tron, il est encore présumé innocent, n'est-ce pas?
Cordialement

6.Posté par JF le démocrate le 23/06/2011 21:35
Une petite correction également, mais sur le fond: "Je l'imagine dans son grand bureau de Maire en train de regarder ses collaboratrices avec un regard libidineux et abuser de son pouvoir pour leur pratiquer des massages des pieds. Je dois dire que, si ce n'était pas évidemment condamnable, cela en serait tout simplement grotesque. "

C'est ce qu'on a tous imaginé au début... Mais si Tron est aujourd'hui mis examen, ce n'est pas pour des massages de pieds. Que veux-tu, à force de pratiquer la réflexologie plantaire, à force effectivement de se croire "tout puissants", il semblerait que certains (il ne faut pas tous les condamner) finissent par confondre chaussettes et petite culotte...

7.Posté par Laura le 27/06/2011 16:45
Massage des pieds ??? elle bonne celle-là !!!

Lisez ceci

http://www.rue89.com/2011/05/31/les-deux-plaintes-qui-visent-georges-tron-206887


8.Posté par Christophe Landat le 27/06/2011 17:47
"L'affaire Geogres Tron en est une illustration déplorable"
!!!!!!!!
L'affaire Georges TRON est avant tout une affaire judiciaire dont on ne sait rien de fiable puisque tout est dans le dossier du juge d'instruction saisi. Réaction épidermique professionnelle, désolé : que les journalistes nourrissent l'appétit populiste par de l'info "fast-food" sans vérifications préalables, on y est habitué mais que ceux qui ont pour habitude de rédiger des billets de qualité ne se laissent pas aller à ce sport du lynchage médiatique, quelque soit le support : il sera bien temps de lancer les pierres si le procès arrive en bout de course. D'ici là, qu'on choisisse des cibles qui peuvent se défendre publiquement. A mon modeste niveau, j'ai toujours été frappé par les demi-pages des canards locaux affirmant haut et fort que le gens que je déféndais étaient les pires salauds de la planète. C'est fou ce que je me suis senti seul quand parfois la mise en examen aboutissait à un non lieu ou le procès à une relaxe. Christophe, votre billet est , sur la forme, à l'opposé des valeurs que vous défendez en général. Mon prof de musique au collège nous enseignait : on dit pas "c'est nul" ont dit "j'aime pas". Et ben j'aime pas...
Quant aux commentaires, à part celui de CH.Romain, ils ont leur place autour d'une table où on déconne avec des potes en prenant l'apéro (on l'a tous fait), pas sur une page qui pourrait être lue par un de ses enfants, s'il en a, et qui n'ont pas à subir ce genre de choses. Moche...

9.Posté par Christophe Ginisty le 27/06/2011 18:25
Christophe Landat -> Je prends toute la mesure de votre commentaire que je trouve à la fois pertinent et excessif.

Pertinent car vous savez évidemment de quoi vous parlez et la présomption d’innocence que vous mettez en avant en attendant la décision du juge est limpide.

Mais il est excessif car il vous a échappé que ce billet ne "jugeait" pas l'affaire Tron de manière hâtive mais me permettait un rebond sur un point plus général ayant trait à ces élus qui s'installent dans la vie politique pendant des années, transformant leurs villes en seigneuries.

10.Posté par Christophe Landat le 27/06/2011 18:39
Je ne veux pas polluer votre blog Christophe donc je m'autorise juste une dernière réponse. Mais vous êtes trop fin communiquant pour ne pas comprendre qu'un propos ambigü trouble le message : en l'espèce : b["restez élu trop longtemps, vous vous autoriserez des comportements déplacés, la preuve regardez Georges TRON. "]b
Pardon pour la caricature, mais faites l'exercice de réécrire votre post sans évoquer une seule fois l'aspect judiciaire... qu'est-ce que ça donne? Allez, je m'arrête, je ne suis de toute façon moi non plus pas très objectif dans cette thématique.

11.Posté par JF le démocrate le 27/06/2011 20:34
@ Christophe Landat

Puisque vous parlez des commentaires, dont un seul vous sied celui de Christian (pourquoi pas celui de présomption d'ailleurs???), c'est sûr qu'avec vous on ne doit pas déconner souvent autour d'une table...

Maintenant si vous lisez les plaintes des deux accusatrices, effectivement je vous rejoins et je crois que beaucoup vous rejoindront pour dire qu'on n'a pas vraiment envie de rigoler sur le coup, ou alors avec humour noir.

Présomption d'innocence OK, mais rigidité extrême, alors qu'il n'y a pas mort de femme... Juste mise en examen pour viol, cher maître.

Sortons donc de l'hypocrisie extrême dans laquelle vous voudriez que nous nous enfermions: motus et bouche cousue jusqu'à l'éventuel procès, son appel et pourquoi pas son pourvoi en cassation. C'est à dire "ferme ta gueule" pendant au moins 3 ans...

Sans médiatisation, beaucoup d'affaires ne déboucheraient jamais sur rien et vous le savez très bien, d'ailleurs nombreux sont vos confrères qui l'ont parfaitement compris.

12.Posté par Christophe LANDAT le 28/06/2011 11:36
JF le démocrate : premier point : effectivement c'est à Présomption que je faisais référence, j'ai loupé une ligne, merci de corriger.

S'agissant du reste de votre réaction, si on en retire les attaques personnelles et l'agressivité sans intérêt pour la question : votre propos est la parfaite illustration des raisons qui conduisent à faire en sorte de mettre à l'abri les personnes poursuivies des commentaires du public. Vous avez lu les plaintes et rien ne vous gène dans l'idée de savoir comment elles ont atterries dans la presse? Cette violation-là de la loi pénale ne vous heurte donc pas : c'est donc que l'application d'une loi doit dépendre de la morale de chacun... rassurant. Aucune décision de condamnation n'a été rendue mais vous vous faites fort par vos déclarations d'entrer déjà en voie de condamnation? On pourrait citer CALAS, DREYFUS, MAUVILLAIN, RAYNE, ou toutes les affaires où simplement une relaxe, un acquittement ou non-lieu fut prononcé que cela n'y suffirait pas avec une telle mentalité. On vous entendra sûrement moins le jour où concernant un justiciable X vous vous serez trompé, caché derrière un pseudo qui vous sied si mal. En matière pénale, ce que vous suggérez dans votre avant dernière phrase, c'est finalement la seule chose pertinente que vous ayez pu écrire. Le monde judiciaire ne se réduit pas au 20h de TF1...

13.Posté par JF le démocrate le 28/06/2011 12:34
@ Christophe LANDAT

... et le monde tout court ne se limite pas à l'application d'une Justice aux ordres... Vous avez des oeillères pour ne pas vous rendre compte que votre vision utopiste d'un idéal qui n'existe pas se heurte à la réalité des affaires qui sont étouffées.

Vous ne vous rendez pas compte que seule la médiatisation permet de faire sortir certaines affaires sensibles (celles concernant les gens qui ont du pouvoir et en premier lieu les politiques), ou alors vous faites semblant...

Moi, je ne cherche pas à juger, je ne cherche pas à défendre non plus (ça c'est votre job apparemment), mais je refuse que des gens comme vous dans des réflexes corporatistes étroits participent - volontairement ou involontairement - au pourrissement par le haut de notre société.

14.Posté par JF le démocrate le 28/06/2011 14:02
@ Christophe LANDAT (fin)

Désolé, ce midi je n'avais pas trop le temps de finir votre commentaire. Alors, voici la suite et fin.

Ne me reprochez pas SVP d'être agressif dans mes propos, alors qu'à part une ou deux piques ironiques, il n'y a aucune agressivité. Et ces piques ironiques me semblent parfaitement justifiées parce que ce que Christophe Ginisty a qualifié "d'excessif" chez vous, moi je le qualifierai autrement: vous débarquez en gros tel un éléphant dans un magasin de porcelaine, pour dire à tout le monde "vous n'êtes que des beaufs ou des populistes". C'est un peu comme si moi je parlais de votre site personnel (corrigez-moi s'il n'est pas le vôtre), en disant "tiens, voilà l'avocat qui défend les patrons". Je crois que vous serez bien d'accord pour dire qu'on serait dans le ridicule et la caricature les plus absolus.

Personne n'a à donner de leçon de morale à personne. Alors, keep cool...


15.Posté par Christophe Ginisty le 28/06/2011 14:17
JF -> Je connais un peu Christophe et je peux te dire qu'il n'est pas genre à faire des leçons de morale. Je crois qu'il est sain et apaisé de comprendre pourquoi il réagit de cette manière. C'est un avocat pénaliste confronté au quotidien à cette confusion néfaste et aux jugements à l'emporte pièce d'une société qui a vite fait de condamner. Ce à quoi nous sommes confrontés épisodiquement de l'extérieur, lui le vit de l'intérieur avec sans doute de nombreuses velléités à pousser des coups de gueule (comme nous les poussons nous-mêmes par ailleurs sur d'autres sujets).

Par contre, il est vrai que l'incompréhension qui vous sépare vient sans doute de la nature du "client". Georges Tron n'est pas un mec comme les autres, c'est un élu de la République qui tire sa légitimité du suffrage universel, nous attendons de lui qu'il soit exemplaire. Nous en attendons plus et nous avons sans doute raison d'en attendre plus.

Effectivement, la presse, voire les internautes, jouent un rôle d'aboyeurs cher à Edwy Plénel. Nous sommes nombreux à regretter que la classe politique se soit cachée derrière son immunité pendant de trop nombreuses années et il y a quelque chose de libératoire à faire sortir sur la place publique des affaires qui concernent les élus.

Encore une fois, je comprends vos deux positions et je peux même vous dire que d'une certaine manière je suis d'accord avec l'une et l'autre. Je crois seulement que négliger la valeur de l'élu est une erreur. Même s'il a droit, comme tout justiciable à la présomption d'innocence, il détient un mandat qui nous confère, à nous, citoyens, un droit de regard accru sur ses agissements.

16.Posté par Christophe Ginisty le 28/06/2011 14:51
Et ajoutons à cela que G. Tron retrouvera dès jeudi son siège de député et, par la même occasion, son immunité parlementaire, complétant ainsi le tableau d'un citoyen pas tout à fait ordinaire au regard de la justice.

17.Posté par CLOVIS SIMARD le 19/10/2011 12:12
Twitter
Blog(fermaton.over-blog.com)No-18, THÉORÈME DU POUVOIR.- La CORRUPTION ?

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter


Dans la même rubrique :

Douce France ? - 08/06/2016

1 2 3 4 5 » ... 7

Politique | Opinion | PERSO | Libertés | Communication | WebDiversity | Culture | ReputationTime



Professionnel de la communication, optimiste exigeant et idéaliste compulsif, j'essaye de consacrer du temps au projet de changer le monde.

Professionnel de la communication, optimiste exigeant et idéaliste compulsif, j'essaye de consacrer du temps au projet de changer le monde.


Facebook
LinkedIn
Skype
Twitter
Slideshare

@cginisty
Manuel Valls : la gauche sans lyrisme https://t.co/V33ua6UkFn
Mardi 6 Décembre - 11:39
Manuel Valls : la gauche sans lyrisme: Hier soir, j’ai regardé attentivement la... https://t.co/RNF0sSpEt4 https://t.co/chZ53Eo2YO
Mardi 6 Décembre - 10:11
En même temps, il parait que réduire de 20km/h la vitesse à Paris, ça revient à aller en marche arrière https://t.co/ouRNnfcfV9
Lundi 5 Décembre - 13:21
@PolitiqueInfo au contraire, je trouverais ça très malin
Lundi 5 Décembre - 12:49
Allez, je parie sur Najat Vallaud Belkacem pour remplacer @manuelvalls à Matignon @najatvb
Lundi 5 Décembre - 12:39
Fait pas chaud en moto https://t.co/DFdoxOWc5O
Lundi 5 Décembre - 08:47

Recherche