Christophe Ginisty

Grève à la SNCF : des syndicats à l'âge de pierre de la communication


Rédigé le Lundi 16 Juin 2014



S'il y a bien quelque chose que je n'ai jamais compris, c'est bien celle de l'incapacité des syndicats français à utiliser les réseaux sociaux pour mobiliser. Bon, je sais ce que vous allez me dire, vous allez hurler qu'il n'y a pas que dans le web 2.0 qu'ils sont nuls, qu'ils foutent un bordel monstre, contribuent à donner de la France cette image détestable de pays rétif au progrès, et qu'ils feraient mieux d'aller bosser plutôt que de plomber le baccalauréat de milliers de lycéens,... Vous avez sans doute raison mais ce n'est pas le propos de ma note. 

Voilà des gens qui n'ont toujours pas compris qu'entre "réseau social" et "mouvement social", il y avait un mot en commun et pas des moindres, que le web était par essence un média de mobilisation et de diffusion massive d'informations. Au lieu de ça, ils continuent à utiliser des méthodes du siècle dernier et se font tranquillement détester par la majorité de leurs concitoyens. 

Tout récemment, un compte Twitter a été créé par Sud Rail (voir illustration) pour contrecarrer un compte parodique qui avait été lancé avec un certain succès. Alors que la grève bat son plein, que les grévistes annoncent une nouvelle journée de mobilisation, qu'affiche ce compte Twitter à l'heure où j'écris ces mots ? 3 tweets misérables, signes d'un encéphalogramme désespérément plat du côté de la communication. 

Vous voulez que je vous dise ? Les syndicalistes ne se rendent pas compte qu'ils perdent la bataille de la communication et que c'est cette erreur qui va les faire exploser en vol dans les prochains jours.

Outre le fait que les porte-parole sont consternants — et je pense notamment à cette femme qui a suggéré de reporter le bac pour lui être agréable —, il serait utile que les syndicats soient là où les gens se parlent et qu'ils partent à l'assaut des réseaux sociaux, pas pour faire bien, mais pour rencontrer le public, dialoguer avec lui, faire passer des messages et, le cas échéant, se faire comprendre. 

Dans la bataille informationnelle que se livrent la SNCF d'un côté et les syndicats de l'autre, les grévistes sont totalement dépassés. On ne retient que des éléments qui nuisent à leur combat. Il y a d'abord cette émotion familiale bien compréhensible provoquée par la conscience des risques que les bacheliers ratent leur rendez-vous avec l'épreuve de philosophie. Il y a aussi cette indignation certes un peu tronquée que les cheminots sont des privilégiés disposant d'un pouvoir de nuisance abusif et sur-dimensionné. Il y a enfin cette certitude que la France est déjà suffisamment malade pour ne pas être en état de subir l'attaque d'une poignée de syndicalistes déterminés à ce que rien ne change. Voilà les trois sujets qui tournent en boucle sur les médias sociaux depuis 6 jours maintenant et voilà trois sujets sur lesquels les centrales syndicales devraient entamer la conversation. 

Encore une fois — et pour la millième fois — le web social n'est pas un truc à la mode. Le digital n'est pas une option, c'est l'air qu'on respire. Tout a désormais une composante digitale et c'est même là que les gens échangent à longueur de journée sur l'actualité, le temps qui passe, les trains qui arrivent en retard ou qui ne partent pas. 

Espérer faire aboutir une lutte syndicale, fut-elle légitime, ne pourra plus se faire sans le soutien visible de l'opinion qui aura besoin des réseaux sociaux pour se cristalliser. 

Les syndicats doivent le comprendre d'urgence car s'ils continuent d'être ainsi absents de ce terrain de jeu, ils vont perdre tout soutien populaire, comme ils l'ont déjà perdu avec le mouvement de grève qui se déroule actuellement. Et dans un pays en colère comme l'est la France, un pays où l'on cultive dangereusement l'art de détester l'autre, c'est un pari périlleux que de ne pas s'engager dans la conversation. 

A suivre... 

               Partager Partager
Notez


Lu 3175 fois

Commentaires articles

1.Posté par Lisa Thomas le 16/06/2014 20:33
Le digital n'est pas une option

Tout a désormais une composante digitale

http://academie-francaise.fr/digital

Je taquine mais il serait bien d'employer les bons mots aux bons endroits, surtout sur un blog qui traite de la communication.

2.Posté par Christophe Ginisty le 16/06/2014 20:37
Je ne suis pas forcément adepte de toutes les recommandations de l'académie française, surtout en ce qui concerne le jargon issu de l'émergence des médias sociaux. Mais je vous remercie pour votre commentaire.

3.Posté par Mathieu le 17/06/2014 08:57 (depuis mobile)
On ne dit pas "digital" mais "numérique". "Digital", ça concerne les doigts.

4.Posté par Philippe le 19/06/2014 20:30
On peut se poser la question, vu le coût de cette grève (par exemple, il y en a eu d'autres et il y en aura d'autres) pour la SNCF (150 millions d'euros à ce jour), et pour le secteur privé (probablement dix fois plus), s'il ne vaut pas mieux proposer aux gréviste de rester chez eux en étant payés jusqu'à la retraite et les remplacer par des personnes qui ont simplement une conscience, un sens du service et du respect de l'usager et du pays. C'est utopique bien sûr... quoi que...

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter


Dans la même rubrique :

Voilà c'est fini - 21/11/2016

1 2 3 4

Politique | Opinion | PERSO | Libertés | Communication | WebDiversity | Culture | ReputationTime



Professionnel de la communication, optimiste exigeant et idéaliste compulsif, j'essaye de consacrer du temps au projet de changer le monde.

Professionnel de la communication, optimiste exigeant et idéaliste compulsif, j'essaye de consacrer du temps au projet de changer le monde.


Facebook
LinkedIn
Skype
Twitter
Slideshare

@cginisty
Fait pas chaud en moto https://t.co/DFdoxOWc5O
Lundi 5 Décembre - 08:47
Question existentielle : peut-on commenter la politique en restant courtois et aimable ? https://t.co/CAKO9yYASD
Lundi 5 Décembre - 07:22
Au lieu de de focaliser sur la défaite d'un populiste, pourrait-on parler de la victoire heureuse de l'écologie en Autriche ?
Dimanche 4 Décembre - 22:51
Wow!!!! https://t.co/7I94TIfJR0
Dimanche 4 Décembre - 22:47
Peut-on commenter la politique en restant aimable ?: Cette note m'a été inspirée par une... https://t.co/CAKO9yYASD https://t.co/mKqbr1s3Ya
Dimanche 4 Décembre - 21:56
Ségolène Royal couvre Fidel Castro de louanges. Remarquez, elle avait bien vu en François Hollande l'homme idéal #okjesors #désolé
Dimanche 4 Décembre - 20:14

Recherche