Christophe Ginisty

Grèves : Tout ça pour une réforme sortie de nulle part et avancée de 2 ans


Rédigé le Mardi 19 Octobre 2010



Grèves : Tout ça pour une réforme sortie de nulle part et avancée de 2 ans
Il y a peu de gens qui le savent, et pourtant, c'est la vérité : la réforme des retraites pour laquelle tant de gens sont dans la rue, ne devrait pas être effectuée par ce gouvernement. Lors de la précédente réforme de 2003, il était prévu de respecter un calendrier quadriennal pour ajuster les lois Fillon.

Un premier rendez-vous a eu lieu en 2008, quatre ans révolus après l'entrée en application de cette réforme. Le rapport rédigé par le Conseil d'Orientation sur les Retraites commençait ainsi par ces mots :

Le présent rapport s’inscrit dans le cadre du « rendez-vous sur les retraites » prévu par la loi du 21 août 2003 portant réforme des retraites. Cette loi institue, en effet, des rendez-vous quadriennaux destinés à faire le point sur les régimes de retraite, en fonction des données démographiques, économiques, financières et sociales.Le premier de ces rendez-vous, en 2008, sera ouvert, selon les dispositions de l’article 5 de la loi, par un rapport que le Gouvernement doit rendre public avant le 1er janvier 2008...

Les lois de 2003 prévoyaient donc clairement que des ajustements puissent être faits en fonction de évolutions démographiques et de la conjoncture. Il n'était pas prévu de "grande réforme", de "réforme du quinquennat" mais de vigilance périodique afin de sauver le système par répartition.

Si l'on respecte ce calendrier, un nouveau rendez-vous devait être pris en 2012.

Ce qu'il faut comprendre, c'est que Nicolas Sarkozy — qui rappelait au début de son mandat qu'il ne toucherait pas aux retraites — a créé artificiellement ce besoin de réforme d'ampleur. Il a jeté aux orties le calendrier raisonnable et consensuel des lois Fillon pour s'inventer une réforme à lui, un truc qui porterait son nom. Nous connaissons la suite. Et nous pouvons avoir aussi une idée des raisons qui ont fait que Nicolas Sarkozy ne voulait pas de ce débat en pleine campagne présidentielle.

Toutes les postures de communication qui consistent à affirmer que c'était une réforme urgente, majeure, indispensable, vitale sont des postures fondamentalement mensongères qui ignorent l'existence des lois Fillon et de leur calendrier.



               Partager Partager
Notez


Lu 2164 fois

Commentaires articles

1.Posté par Momo le 19/10/2010 23:22
Je pense qu'il faut faire preuve de bon sens : le problème ici n'est pas le calendrier ! Mais l'acceptation d'une situation urgente : cela à été voté en Grèce sans heurts et dieu sait si nos amis grecs sont bien plus touchés par la crises que nous !

Attendre 2 ans de plus serait une faute grave !

La France regarde son nombril et causera certainement sa perte...

2.Posté par europium le 20/10/2010 08:42
La peur des agences de notation y est aussi pour beaucoup.....

3.Posté par julie le 20/10/2010 13:36
Je suis d'accord avec Momo, attendre 2 ans ou comment reculer pour mieux sauter ? De toute façon honnêtement qui pense encore pouvoir être en retraite à 60 ans, surtout dans les moins de 35 ans ? Ca serait de l'utopie ! Autant être lucide. Personnellement je sais que je ne serais pas en retraite à 60 ans même si la loi ne passe pas, je sais que je dois me faire mon capital retraite moi même et que je dois commencer aujourd'hui. Alors j'ai envie de dire aux lycéens de retourner bosser pour s'assurer une carrière professionnelle et de redescendre un peu sur terre, car d'ici 2050 / 2060 (le temps qu'ils aient 60 ans) le concept de retrait n'existera surement plus et le monde capitaliste aura eu raison de tout cela. Alors allez bosser et arrêtons de nous regarder le nombril, acceptons que notre système évolue, que nos droits et devoirs évoluent. On ne peut pas décemment penser à 15, 20 ou 30 ans avoir les mêmes droits et devoirs que nos parents ou grands parents. Ce serait la perte assurée. Le pays a évolué économiquement, démographiquement, les mentalités doivent en faire de même.

4.Posté par Christophe Ginisty le 20/10/2010 13:45
Je crois que vous ne m'avez pas compris, donc cela signifie que je me suis mal exprimé.

La réforme a eu lieu en 2003 avec un calendrier précisant que l'on devait ajuster les curseurs tous les 4 ans en fonction des évolutions démographiques.

Le propos n'est d'attendre deux ans de plus mais tout simplement de respecter ce rendez-vous tous les quatre pour faire les ajustements nécessaires (et ils peuvent être importants ces ajustements).

5.Posté par PB le 22/10/2010 10:22
Bien d'accord avec Christophe. Le calendrier prévu en 2003 ne nécessitait pas d'être bouleversé.
Tout au plus adapté pour tenir compte de ce qui était dans la loi de 2003 (=en cas de données démographiques, économiques et sociales).
Or, rien n'a changé en matière démographique depuis 2003 (personne ne peut le prétendre sérieusement!). le seul changement, c'est la crise dont la solution dépend de la réponse à la question : crise conjoncturelle ou structurelle ?

Le gouvernement ne met en avant que des motifs démographiques pour avancer sa réforme, ce qui ne correspond pas à la situation ou (au choix) est une forme de mensonge

Pour répondre au déficit lié à la crise, il faut prendre des mesures qui prennent en compte les caractéristiques des effets de cette crise :
-précarité accrue, en particulier de la jeunesse
-part accrue des profits financiers
-inégalité accrue etc..
Donc une réponse sur l'emploi, sur les inégalités, tout autant que sur les déficits eux-mêmes

A mon avis, il fallait :
avant tout éviter de confondre vitesse et précipitation et faire de la concertation/ négociation et non une sorte de simulacre
prendre des mesures court termistes en conséquence directe de la crise
tout en préparant l'étape suivante, en y incluant le passage à une réforme à points 'sans attendre 2013 pour enclencher la réflexion) qui implique temps, méthode et remise à plat

6.Posté par Lorraine le 25/10/2010 22:18

Vous êtes bien conditionnée. Le bourrage de crâne fonctionne. IL va y avoir un hold-up sur les retraites comme cela s'est passé pour les retraites complémentaires .Le groupe Médéric est en embuscade et le frérot Guillaume sera un des grands bénéficiaires. Il est déjà question de confier la dépendance aux assureurs.
Et ce sera fini de ce magnifique système basé sur la solidarité. Les retraités actuels ne sont pas des profiteurs .Ils ont cotisé toute leur vie pour payer les retraites des anciens qui les ont précédés. Le problème n'est pas les retraites mais le manque de salariés .Il serait grand temps que l'on reprenne à bras le corps la ré-industrialisation de notre pays. J'habite à quelques km de l'Allemagne . Ils ont su y conserver , contrairement à la France, une partie non négligeable de leur industrie. La France ne peut pas être seulement un pays de services .J'ai la crainte qu'on finisse un jour par délocaliser nos vieux. On les enverra dans les pays pauvres, là où se trouvent déjà toutes tant de plateformes …
Que Sarkozy dégage et au plus vite. Certains commentaires sur ce blog me font penser qu'il y a de l'affinité à droite dans l'air … Je me trompe ?

7.Posté par Lorraine le 25/10/2010 22:20
j'ai oublié de préciser que mon commentaire s'adresse à Julie. Post 3

8.Posté par Le Parisien Liberak le 04/11/2010 08:42
une reforme inutile, surtout. La repartition est morte.

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter


Dans la même rubrique :
1 2

Démocratie | Valeurs | Poléthique | Gouvernement | Parti Socialiste | UMP | Sarkozy | Communication | MoDem | Présidentielle 2012 | Numérique



Professionnel de la communication, optimiste exigeant et idéaliste compulsif, j'essaye de consacrer du temps au projet de changer le monde.

Professionnel de la communication, optimiste exigeant et idéaliste compulsif, j'essaye de consacrer du temps au projet de changer le monde.


Facebook
LinkedIn
Skype
Twitter
Slideshare

@cginisty
Nice read! https://t.co/7emrU7422u
Mercredi 7 Décembre - 12:44
Great series of GIF created by Twitter ⚡️ “The Top 10 Global Conversations of 2016” by @twitter https://t.co/tbEPaGPTBy
Mercredi 7 Décembre - 08:00
Manuel Valls : la gauche sans lyrisme https://t.co/V33ua6UkFn
Mardi 6 Décembre - 11:39
Manuel Valls : la gauche sans lyrisme: Hier soir, j’ai regardé attentivement la... https://t.co/RNF0sSpEt4 https://t.co/chZ53Eo2YO
Mardi 6 Décembre - 10:11
En même temps, il parait que réduire de 20km/h la vitesse à Paris, ça revient à aller en marche arrière https://t.co/ouRNnfcfV9
Lundi 5 Décembre - 13:21
@PolitiqueInfo au contraire, je trouverais ça très malin
Lundi 5 Décembre - 12:49

Recherche