Christophe Ginisty

Hervé Morin, ou la chronique d'une mayonnaise qui ne prend pas


Rédigé le Dimanche 27 Novembre 2011



Hervé Morin, ou la chronique d'une mayonnaise qui ne prend pas
Peu de personnalités politiques parviennent à faire de leur déclaration de candidature un tel non événement.

Hervé Morin, ancien Ministre de la Défense de Nicolas Sarkozy, devrait officialiser aujourd'hui sa décision de se présenter dans une mise en scène annoncée de longue date qui le fera s'adresser aux français dans un lieu où il a ses racines, un peu à la manière de Bayrou en 2006.

Mais, me direz-vous, si j'en parle, c'est bien qu'il s'agit d'un événement.

Non. Moi, ce qui m'intéresse dans cette séquence est de revenir sur la difficulté extrême à devenir un personnage politique de premier plan.

Au-delà des considérations de sensibilité politique, Hervé Morin n'a jamais réussi à être sur le devant de la scène et je crois que cela peut s'expliquer assez facilement en termes de communication.

L'image du traitre

Personne ne connaissait Hervé Morin avant qu'il ne décide de lâcher Bayrou entre les deux tours de l'élection présidentielle de 2007 pour retourner "au bercail" et plus tard créer le Nouveau Centre.

Même si ses motivations étaient légitimes (je ne suis pas là pour en discuter), ce qu'il a fait lui a fait endosser les habits du traitre. C'est un acte fondateur, médiatiquement parlant et c'est quelque chose qui n'est pas franchement valorisant.

Encore une fois, que l'on soit d'accord ou non avec sa posture, Hervé Morin est entré dans l'arène médiatique avec des attributs d'image très négatifs.

Or, même si l'on peut toujours corriger une image initiale, il faut du temps pour cela, beaucoup plus que quatre ans, celle-ci ayant une très grande persistance dans l'opinion publique lorsqu'elle est aussi extrême.

Le petit soldat invisible

En acceptant d'être Ministre de l'Intérieur d'un Nicolas Sarkozy hyper-président, Hervé Morin n'a jamais pu se distinguer dans les médias par son action ou sa vision. C'est d'une certaine manière une conséquence du style Sarkozy et cette impossibilité d'exister s'applique pratiquement à tous les autres ministres, à commencer par ceux de l'ouverture.

Quand on fait le bilan de cinq ans médiatiques des ministres, il est d'ailleurs frappant de constater que les seuls ministres qui ont existé médiatiquement sont les fidèles de l'UMP (Hortefeux, Bachelot, Lagarde, Guéant, Baroin,...). A l'exception notable d'Eric Besson devenu rapidement un cadre de l'UMP, tous les ministres d'ouverture ont été muselés et éteints.

Morin n'a pas échappé à la "malédiction" sarkoziste. Bien qu'à la tête d'un très grand ministère au moment où la France s'engageait sur plusieurs théâtres d'opération, il a été totalement inaudible.

Un communicant sans envergure

C'est étonnant de voir un type aussi mauvais en communication malgré de réelles prédispositions. Encore un qui est très très mal conseillé !

Voilà quelqu'un qui va systématiquement à l'encontre de ce qu'il faudrait faire pour exister politiquement. Son style est ampoulé, il parait géné quand il s'exprime, presque timide. Il ne sait pas créer l'agenda en faisant des sorties qui interpellent l'opinion publique. Il affiche une bonhommie assez maladroite et n'exprime aucune combativité dans ses prises de parole.

Il a une bonne tête, on aimerait bien l'avoir comme copain, mais il n'a pas la moindre puissance médiatique intrinsèque.

En face de personnalités déterminées et combatives comme Sarkozy — ou même Bayrou dans son style —, Morin ne dégage qui puisse inciter l'électeur à le suivre. On a l'impression que, pour lui, la politique est une dialectique, ce n'est pas un combat.


Je lui souhaite bien du courage dans son entreprise et son projet de se présenter à la présidence de la République. Quoiqu'il en soit, Hervé Morin est une autre illustration de cette élection qui s'annonce bien triste et que personne ne parvient à tirer vers le haut pour le moment.

               Partager Partager
Notez


Lu 2308 fois

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter


Dans la même rubrique :

Voilà c'est fini - 21/11/2016

1 2 3 4

Politique | Opinion | PERSO | Libertés | Communication | WebDiversity | Culture | ReputationTime



Professionnel de la communication, optimiste exigeant et idéaliste compulsif, j'essaye de consacrer du temps au projet de changer le monde.

Professionnel de la communication, optimiste exigeant et idéaliste compulsif, j'essaye de consacrer du temps au projet de changer le monde.


Facebook
LinkedIn
Skype
Twitter
Slideshare

@cginisty
RT @jjdeleeuw: Des Experts très animés demain à 12h30 mvanhees @doulkeridis @cginisty @JulieTestAchats @Karimfadoul @chauchau60 https://t…
Vendredi 9 Décembre - 18:39
Ne manquez pas demain Les Experts sur @BX1Officiel autour de @jjdeleeuw @JulieTestAchats @Karimfadoul @Marco_VanHees @doulkeridis et moi
Vendredi 9 Décembre - 17:58
Très bonne tribune de @FaljaouiAmid dans @redacTendances de cette semaine "Comment les réseaux sociaux nous ramènent à la préhistoire"
Vendredi 9 Décembre - 13:55
#FFback and a great week-end to you too @berteloot @Orange_conseil @ACF_France
Vendredi 9 Décembre - 11:59
E-réputation : quels enseignements tirer de 2016 ? https://t.co/FE48EdlskW
Vendredi 9 Décembre - 10:25
"E-réputation : quels enseignements tirer de 2016 ?" https://t.co/gQSIrx3J3D Décryptage perso de quelques événements clés via @Emarketing_fr
Vendredi 9 Décembre - 10:20

Recherche