Christophe Ginisty

Info en continu :chronique d'une nécessaire déconnexion


Rédigé le Lundi 30 Novembre 2015



Depuis les attentats du 13 novembre de manière exacerbée mais depuis bien plus longtemps encore, l'atmosphère est lourde, l'air est irrespirable et les informations qui se succèdent en boucle sur le web et ailleurs sans jamais s'arrêter dans une spirale de l'horreur et de l'innommable me plombent le moral.

Dans ce monde hyper connecté, je suis – nous sommes – au contact de l'hyper-horreur et tout se passe comme si, à chaque seconde, on nous faisait une piqure de rappel sur des abominations qui se déroulent en direct aux quatre coins du monde, histoire que nous les ayons en permanence à l'esprit.

Des attentats de Paris aux décapitations sur Youtube en passant par le kidnapping de collégiennes au Nigeria, les tueries aux USA, la corruption politique et les crimes de l’humanité contre sa propre planète, il y a franchement de quoi désespérer.

Bien sûr qu’il y a par ailleurs du positif et des choses fantastiques qui se passent dans nos vies et qui sont de nature à nous rendre le sourire mais, franchement, se frotter à l’information devient quelque chose approchant la torture. Et c’est d’ailleurs la question que tout cela m’inspire. Sommes-nous équipés pour supporter tout ça durablement ?

L’une des conséquences de la révolution numérique est de nous avoir permis d’accéder à l’information en temps réel et ce de manière quasi universelle et gratuite. Puis le boom des smartphones nous a permis de prolonger l’expérience à des moments où nous n’étions pas devant nos ordinateurs, faisant de chacun d’entre nous des consommateurs en continu de news en tout genre.

Ce que nous avons pris pour un progrès serait-il en réalité une régression ?
 
En dehors du fait de savoir si nous sommes capables d’absorber tout ce flot d'un point de vue quantitatif, qu’en est-il lorsque ce flot est toxique et dominé par l’horreur ?

Je vous l’avoue, depuis les attentats de Paris, j’ai changé progressivement mon rapport à l’information. Je ne lis plus les infos postées sur Twitter et Facebook en relation avec les attaques, je ne clique plus sur les vidéos qui en proposent des images et je me désabonne de tout un tas de flux qui me poussent des alertes et auxquels je m’étais pourtant abonné en conscience. Je ne lis plus le moindre « avis d’expert » de tel ou tel spécialiste ou du moindre lanceur d’alerte. Bref cela fait quelques jours que je m’extraie, ou plutôt que je tente de m’extraire de tout ce bruit en redécouvrant le temps un peu plus long du journal du soir et des hebdos.

Ce week-end, j’ai même pensé quitter Facebook (C’est vous dire si c’est sérieux). Et ce n’est pas par snobisme ou animé par la volonté ordinaire des activistes anti réseaux sociaux de reprendre la main sur l’intégrité de leurs données personnelles mais parce que j’en ai presque ressenti le besoin physique.

En dehors de mon petit cas personnel, je pense sincèrement que l’homme n’est pas équipé psychologiquement pour supporter tout ça dans la durée. Même lorsque des événements se produisent et méritent évidemment un traitement médiatique adéquat, je crois que notre nature profonde est incompatible avec ce que je crois être devenu un empoisonnement sous perfusion.

J’en suis persuadé, si nous n’en trouvons pas rapidement l’antidote, l’impact sur nos sociétés sera majeure.

Il ne s’agit pas de se voiler la face et de sombrer dans la « bisounourserie » confortable et trompeuse mais je crois que nous devons nous protéger pour ne pas déprimer et pour refuser une vision du monde exclusivement mortifère.

La relation de chacun d'entre nous à l'information est un élément fondamental pour l'équilibre de nos sociétés. Des citoyens correctement informés forment une société qui avance et potentiellement plus sereine. Or, l'infobésité est trompeuse : nous croyons être informés alors que nous ne sommes que gavés. Nous croyons savoir alors que nous ne nous donnons pas les moyens de comprendre avec tout le recul nécessaire que cela impose.

Cet excès d’informations anxiogène sonnera peut-être la fin des grands réseaux sociaux généralistes car j’espère que les utilisateurs, dans un souci d’adaptation quasi darwinien, auront à cœur de retrouver une vie médiatique un peu plus équilibrée et épanouissante. Après tout, cela ne tient qu'à nous. 

A suivre…

               Partager Partager
Notez


Lu 1981 fois

Commentaires articles

1.Posté par Louis Costenoble le 01/12/2015 15:04
Bonjour Christophe,

Je rejoins parfaitement vos propos et vous remercie de poser les mots sur cette réalité qui nous concerne tous.
Gérard Chaliand rappelle dans le #1 du numéro du 18 novembre combien les médias participent et entretiennent la terreur des évènements que nous avons connu et le terrorisme en général (dans la poursuite de la définition de Raymond Arond qui explique le terrorisme comme une action violente dont les effets psychologiques surpassent les impacts physiques).
Il est du ressort de chacun de sélectionner son information et de ne pas laisser les flux médiatiques dicter notre conscience.
Ma conviction est bien que les solutions doivent se trouver d'abord individuellement.
Prudence est bien mère de sûreté.
A bientôt,

Louis Costenoble

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter


Dans la même rubrique :
1 2

Boulot | Web 2.0 | Analyse | Coups de com | Nouveautés | Chiffres clés | Communication de crise



Professionnel de la communication, optimiste exigeant et idéaliste compulsif, j'essaye de consacrer du temps au projet de changer le monde.

Professionnel de la communication, optimiste exigeant et idéaliste compulsif, j'essaye de consacrer du temps au projet de changer le monde.


Facebook
LinkedIn
Skype
Twitter
Slideshare

@cginisty
@CChaffanjon et Bayrou, ne l'oublions pas
Vendredi 24 Février - 12:44
Alliance Macron Bayrou : le bricolage improbable dont les élécteurs ne veulent plus:... https://t.co/Omku8mI39M https://t.co/2j9yfr4lOa
Vendredi 24 Février - 11:49
RT @SenSanders: The attacks against transgender people are part of a bigotry which has got to end. To young transgender people I say: We st…
Jeudi 23 Février - 21:52
Soit #Macron met un vent à #Bayrou et reste anti système, fidèle à son début de campagne, soit il accepte et se désintègre. À suivre...
Mercredi 22 Février - 18:34
Turning point? https://t.co/IQvpHwdgwp
Vendredi 17 Février - 19:23
Et voilà l'élément viral qui va faire le buzz et se répandre partout en France ;-) https://t.co/Ju16TZqe5S
Vendredi 17 Février - 19:22

Recherche