Christophe Ginisty

L'Equipe de France de foot a bien mérité qu'on lui foute la paix maintenant


Rédigé le Mercredi 20 Novembre 2013



Au lendemain de la victoire des bleus face à l'Ukraine, Jean-Marc Morandini proposait ce matin sur Europe 1 à ses auditeurs de l'appeler pour débattre de la question suivante : "Après tout ce qu'elle nous a fait endurer comme attitudes, l'équipe de France a-t-elle mérité sa victoire ?"

En entendant le sommaire de l'émission, j'ai eu le sentiment que cette invitation, outre le fait d'être totalement déplacée, était pour le moins révélatrice d'une tentation fréquente de certains médias à vouloir être "l'arbitre des élégances" et s'arroger le droit de vie ou de mort sur la réputation de ceux qui sont à la une de l'actualité. C'est une dérive, une sorte de hors sujet permanent alimenté par la confusion des émotions. 

Notre société est tellement hyper médiatique qu'elle détourne chacun de ses acteurs phares de leurs terrains de prédilection. 

On demande à des chanteurs et des acteurs de prendre des positions politiques, d'avoir des avis sur tout dans les talk-shows où, au départ, ils se déplacent seulement présenter leur boulot. On demande à des politiques de jouer les saltimbanques et les émissions de variété sont leurs nouveaux terrains de jeu. Quant aux joueurs de l'équipe de France de foot, emblèmes ultimes d'une nation qui a besoin de vibrer, on leur demande d'incarner des choses qui n'ont rien à voir avec leur sport. 

Hier soir, ceux qui étaient sur le terrain du Stade de France ont gagné. Ils ont rempli le contrat sportif qu'on leur avait demandé de remplir, je pense qu'il est désormais légitime qu'on leur foute la paix et qu'on n'aille pas se demander s'ils l'ont mérité ou non.

Si nous savions juger les personnalités publiques uniquement pour ce qu'elles sont sensées faire, nous éviterions beaucoup de déceptions. 

Au moment où je travaille sur le thème des "foules sentimentales" pour la prochaine édition de la conférence ReputationWar, je trouve ces phénomènes de distorsion de l'identité tout à fait passionnants à observer. La dimension sociale dans nos sociétés communicantes favorise l'émergence d'émotions qui n'ont rien à voir avec le sujet principal.

En d'autres termes, nous sommes nombreux à aimer un produit, une personne, une marque, une équipe de foot, non pas pour ce qu'elle est supposée apporter mais plus pour ce qu'elle évoque, laquelle évocation est alimentée de manière frénérique par la vitalité des conversations.

Ribery est sans doute le meilleur exemple que l'on puisse citer pour illustrer ce travers. Footballistiquement parlant, c'est un joeur fantastique, doué de qualités rares, meneur de jeu d'une des meilleures équipes au monde (le Bayern de Munich). Si nous nous contentions de juger ses prestations, balle au pied, il forcerait notre respect sans la moindre équivoque. Or, son image est beaucoup plus contrastée que cela car elle se pare d'attributs parasites tels 
que ses frasques avec la malheureusement célèbre Zahia, un physique ingrat et une élocution pénible. Nous avons tous entendus au moins une fois quelqu'un de notre entourage dire de lui que c'était une racaille, un pauvre type. 

Or, ce n'est pas le sujet. C'est une perversion de la réalité, un détournement du sujet principal.  

On travaille son image et on mérite sa réputation. Quand on sort de son terrain de prédilection, de ce pour quoi on demande à être jugé — et c'est une grande tentation que celle d'une célébrité plus globale —, on prend un risque énorme car on devient une proie facile et automatique de ce type de détournement. 

Regardez autour de vous. Faites l'inventaire des personnalités que vous aimez ou que vous détestez et demandez vous sincèrement si vos sentiments sont uniquement inspirés par leur art ou leur fonction principale. Je pense que vous serez surpris car vous comprendrez qu'il n'en est rien dans la plupart des cas. 

Les émotions du public régissent et nourrissent les règles de la réputation et elles sont fréquemment périphériques au sujet principal. 

D'où l'intérêt de les étudier et de les comprendre. 

A suivre... 

               Partager Partager
Notez


Lu 1851 fois

Commentaires articles

1.Posté par gab master case le 25/11/2013 11:39
Surtout qu'ils se sont qualifiés,tout à été dit sur eux,maintenant laissons les savourer cet exploit qui en est un,et laissons les prendre du plaisir car c'est le meilleur moyen de faire de bon matchs.

2.Posté par Siddiqi le 06/12/2013 04:34
Bim, Découpez moi ces maillots de l'Inter http://www.maillotdefr.com/

3.Posté par cheapjersey le 22/08/2016 04:56
Ce gars était trop vieux pour France équipe nationale de football.

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter


Dans la même rubrique :

Douce France ? - 08/06/2016

1 2 3 4 5 » ... 7

Politique | Opinion | PERSO | Libertés | Communication | WebDiversity | Culture | ReputationTime



Professionnel de la communication, optimiste exigeant et idéaliste compulsif, j'essaye de consacrer du temps au projet de changer le monde.

Professionnel de la communication, optimiste exigeant et idéaliste compulsif, j'essaye de consacrer du temps au projet de changer le monde.


Facebook
LinkedIn
Skype
Twitter
Slideshare

@cginisty
@inesevoika you've got mail ;-) thanks for your spontaneous cooperation
Samedi 3 Décembre - 13:10
@inesevoika sure, that would be great
Samedi 3 Décembre - 12:51
I do remember 3 years ago when I spoke at #PRilika2016 - it remains a great souvenir
Samedi 3 Décembre - 10:57
Looking for a speaker who could elaborate on the importance of social networks for women in the Arab world as an emancipation tool
Samedi 3 Décembre - 10:55
RT @jjdeleeuw: Grand moment. Les expertes à 12h30 sur @BX1Officiel : @celinefremault @Assita_Kanko @SylvieLausberg @Bea_Ercolini @zariauror…
Samedi 3 Décembre - 09:03
RT @ldcRTBF: #Molenbeek Un nouveau panneau au style hollywoodien à l’entrée de la commune @FredericNicolay #InitiativeBruxelloise #UCLWebCo…
Samedi 3 Décembre - 08:53

Recherche