Christophe Ginisty

La connerie peut-elle l'emporter ?


Rédigé le Mercredi 3 Mai 2017



J'ai eu hier matin une conversation téléphonique avec un ami. Sans surprise et au menu de nos premiers échanges, notre fébrilité commune face à la menace de l’élection de Marine Le Pen à la présidence de la république occupa la première demi-heure de nos échanges.
 
Ce qu’il me dit me fit réfléchir et m’inspira cette note. En quelques mots rapportés de manière approximative et de mémoire, il exprima son très grand désarroi face à cette perspective.
 
« Tu comprends – me dit-il – ce qui m'attriste le plus dans cette campagne, c’est qu’il faut vraiment être con pour penser que ce que nous propose Le Pen est plausible. Il faut être con pour imaginer qu’elle va éradiquer le terrorisme de cette manière, il faut être con pour croire qu’on va avoir deux monnaies, il faut être con pour penser que nos maux viennent de l’immigration…» Il marqua une petite pause avant de poursuivre : « d’ailleurs, c’est peut-être ça la vraie définition de la connerie.»  Puis de conclure : « En fait, ce deuxième tour est un peu l’affrontement des cons et des autres car, sans faire l'apologie du programme de Macron, on est tout de même dans une démarche réaliste, pragmatique et un minimum réfléchie. Les deux programmes n'ont pas la même profondeur.»
 
J’ai beaucoup réfléchi à ça ce matin. S’il n’est pas politiquement correct de mépriser des votants, quels qu’il soient, il faut tout de même admettre que son propos n’est pas dénué de bon sens.
 
Car finalement, comment qualifier le programme de Marine Le Pen ? Il est un peu à l’image de ce qu’était celui de Donald Trump l’année dernière, c’est une succession de mensonges et de recettes simplistes totalement surréalistes et délirantes appliquées à des problèmes bien réels. Une accumulation de « y’a qu’à – faut qu’on » qui flattent les peurs des gens sur tous les sujets du moment et dont l’applicabilité est impossible.
 
Comme pour le mur de Trump entre le Mexique est les USA financé par le Mexique et qui aurait la vertu de régler en un coup de truelle le chômage, le trafic de drogue et la délinquance, les solutions de Marine Le Pen sont des insultes à l’intelligence.
 
Mais comment peut-elle faire croire que l’elle va expulser des milliers de « fichés S » le lendemain de son élection alors que ces gens-là sont uniquement sous surveillance préventive et n’ont commis aucun délit ? Ce n’est pas juste impossible, c’est anticonstitutionnel. Comment peut-elle soutenir l’idée que l’on va vivre simultanément avec deux monnaies alors qu’il ne faut pas avoir fait Polytechnique pour comprendre que les gens vont épargner dans cette qui sera la plus stable et délaisser l’autre qui deviendrait pour le coup une monnaie de singe ? Comment peut-on gober que la restauration des frontières nationales aura raison du terrorisme, alors que de très nombreux pays aux frontières contrôlées (Israël, les Etats-Unis, l’Inde…) ont été durement frappés par le terrorisme au cours des dernières années ? Je pourrais continuer des heures...
 
Les problèmes qu’elle évoque sont sérieux mais méritent bien mieux qu’une réponse lapidaire et surtout, les français devraient se rendre compte qu’au-delà d'être l'héritière d'un extrémisme répugnant, elle dit tout simplement n’importe quoi.

Alors vous allez me dire que les gens ne lisent pas les programmes, qu’ils en ont marre et veulent renverser la table. Certes, c’est une envie louable et je ne vais pas vous dire le contraire, moi qui porte un activisme chevillé au corps mais, de grâce, pas avec ça !
 
Nos colères ne doivent en aucun cas nous priver de notre intelligence et de notre discernement. Soyez révoltés mais ne soyons pas cons.
 
Sans aucun mépris de ma part, je rejoins les propos de mon ami. Ce second tour de l’élection présidentielle 2017 est finalement un défi lancé à la plus élémentaire des intelligences car en réfléchissant deux secondes, on ne peut pas glisser un bulletin Le Pen dans l’urne, c’est impossible.
 
Et c’est aussi ça que les candidats à l’abstention devront comprendre. J’espère qu’ils le réaliseront à temps et, qu’au-delà de leur déception bien compréhensible de ne pas voir leur candidat se qualifier pour le second tour, auront tout de même à cœur de faire barrage à la connerie.
 
A suivre…

               Partager Partager
Notez


Lu 1467 fois

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter


Dans la même rubrique :

Pourquoi je vote - 29/04/2017

Il y a un an... - 22/03/2017

1 2 3 4 5

Opinion | Politique | PERSO | Libertés | Communication | WebDiversity | Culture | ReputationTime



Professionnel de la communication, optimiste exigeant et idéaliste compulsif, j'essaye de consacrer du temps au projet de changer le monde.

Professionnel de la communication, optimiste exigeant et idéaliste compulsif, j'essaye de consacrer du temps au projet de changer le monde.


Facebook
LinkedIn
Skype
Twitter
Slideshare

@cginisty
N'est-ce point le degré zéro (voire moins-zéro) de l'analyse politique que de disserter sur qui a gagné la bataille e la poignée de mains ?
Vendredi 26 Mai - 18:48
RT @jrmaidment: Macron walks directly towards Trump, swerves at the last second to greet Angela Merkel first instead. Spectacular. https:/…
Vendredi 26 Mai - 13:48
Non mais quel crétin ! Trump est "allé au Pape" et l'a trouvé "Super" https://t.co/hMbqbS2peo
Vendredi 26 Mai - 09:40
RT @Marc_de_Haan: - Ça fera bien dans le hall d'entrée, honey. - Oui mais on fera ajouter des dorures, c'est un peu cheap comme ça. https:/…
Vendredi 26 Mai - 09:38
I can't realize #Trump is less than 1 mile next to me. I hate to feel him so close in this wonderful city of Brussels he has insulted
Mercredi 24 Mai - 18:10
Polémique Hanouna : retour sur le bad buzz https://t.co/dAHT2R9Muu
Mercredi 24 Mai - 14:04

Recherche