La politique, c'est fini pour moi !


Rédigé le Lundi 4 Juin 2012


La politique, c'est fini pour moi !
Après plus de cinq ans à bloguer quasi-exclusivement sur la politique et accessoirement à en faire un peu, j'ai décidé de passer à autre chose et notamment sur ce blog.

Beaucoup de raisons me conduisent à cette décision.

La principale est évidemment de l'ordre de l'expérience personnelle. J'ai modestement participé à la construction d'une formation politique en 2007, côtoyé d'assez prêt son état-major en commençant par son président, milité à tous les échelons, pris mes responsabilités lorsque l'on me demandait de le faire. Je me suis présenté à trois élections et j'ai tenté de prendre une part active à la structuration du parti en question. Sans succès.

Ce que j'en retire est un immense sentiment de gâchis. Aucune aigreur ni regret mais la certitude que la vie politique est cadenassée et qu'elle obéit à des lois qui ne m'intéressent pas.

Ceux qui ont les clés sont souvent médiocres et ils tolèrent des comportements franchement douteux à la poursuite frénétique d'une seule ambition personnelle, aux antipodes de l'intérêt général et de l'abnégation nécessaire au devoir de servir.

Contrairement à ce qu'ils affirment, les professionnels de la politique n'ont pas besoin de nous, les citoyens engagés. Ils ont peur de nous et n'ont de cesse que de poser au-dessus de nos têtes un plafond de verre pour mieux nous tenir à distance tout en nous utilisant sur le terrain.

Arrêter la politique pour moi est avant tout la nécessité de m'éloigner de ces gens et ne pas continuer d'en subir les influences négatives. Arrêter la politique, c'est peut-être finalement continuer à en faire mais d'une autre façon, dans un autre cadre et avec d'autres personnes.

Pourquoi m'étais-je lancé ?

D'abord parce que j'ai toujours été passionné par la politique, depuis ma plus tendre enfance. J'ai continuellement suivi l'actualité sous cet angle dont les plus lointains souvenirs remontent à l'élection de VGE en 1974. J'avais alors 10 ans.

Ensuite parce que j'ai été emporté par la ferveur de l'élection présidentielle de 2007 qui m'avait mis devant les yeux deux impératifs : lutter contre les dérives prévisibles du sarkozisme en les dénonçant et contribuer à prolonger l'élan amorcé par Bayrou.

Tout cela est derrière moi. Sarkozy a été battu et Bayrou n'existe plus sur la scène politique nationale, son ambition n'aura pas survécu à 2007.

Il est donc temps pour moi de passer à autre chose.

Néanmoins et même si je tire un trait sur ce qui restera un épisode marquant de mon existence, je garde précieusement en moi le souvenir de quelques belles rencontres que l'engagement politique m'aura permis de faire. Certaines personnes sont devenues et resteront ainsi longtemps que possible des amis proches et chers et je tiens à leur dire que je ne les jette pas "avec l'eau du bain." Ils se reconnaîtront.

Dans quelques jours, je vais relooker mon blog pour mieux illustrer ce nouveau virage. Je ne sais pas de quoi je vais vous parler ensuite. Sans doute encore d'actualité, peut-être aussi un peu plus de moi.

Pour le reste, je continuerai à m'engager au service de mon prochain sous une forme beaucoup plus discrète en réactivant des projets associatifs sur lesquels j'ai vraiment envie d'avancer.

Voilà ce que j'avais à vous dire aujourd'hui.

Merci à vous qui avez lu et toléré mes vociférations politiques. Tentons de continuer la route ensemble autour de nouvelles conversations.

Différentes, constructives et assurément apaisées.

Merci de votre fidélité.


               Partager Partager

Christophe Ginisty
Notez

Commentaires articles

1.Posté par BAIRI Michel le 25/12/2012 22:03
Je partage modestement votre analyse et vos conclusions; J'ai partagé la même expérience; j'en était arrivé aux mêmes résultat comme beaucoup. Je garde un regret tout de même.Mais je suis passé à autre chose.
Bonne route. je continuerai à vous lire.

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter


Dans la même rubrique :
1 2 3

Citoyenneté | PERSO | Libertés | Communication | WebDiversity | Culture