Christophe Ginisty

Le Grand Journal d'Antoine de Caunes : réflexions sur un lynchage médiatique


Rédigé le Mercredi 28 Août 2013



Le Grand Journal d'Antoine de Caunes : réflexions sur un lynchage médiatique
Comme le titrent la plupart des commentateurs, Le Grand Journal piloté cette année par Antoine de Caunes était l'une des émissions les plus attendues de la rentrée. Je devrais sans doute modérer mes propos en précisant l'une des plus attendues par une certaine catégorie de la population que je ne qualifierais pas de "bobosphère" pour ne pas lui porter atteinte. Mais bon, vous voyez l'idée. 

Et depuis lundi, tout le monde se déchaîne contre ce pauvre Antoine de Caunes. Les verdicts sont tombés : c'est un échec, une déception, un plantage,...

Extraits. 

Sans les colonnes du Figaro, Anthony Palou nous dit qu'il n'a pas reçu la nourriture (intellectuelle sans doute) tant espérée et n'est pas allé jusqu'au bout : "Y a-t-il encore un pilote dans l'avion? Longtemps, on a loué le haut débit de De Caunes, son côté enfant terrible de bonne famille. C'est un gosse de la télé, il s'est nourri de son lait caillé, c'est dire qu'il est immunisé. Alors, devant notre écran, dès 19h10, on s'est dit que nous allions voir ce qu'on allait voir, que le jeu en valait peut-être la chandelle, après tout, mais le festin annoncé était si maigrichon que, non sans amertume, nous avons quitté ce début de soirée l'estomac creux."

Sur Le Plus du Nouvel Obs, Virginie Spies que l'on nous présente comme une "spécialiste des médias" nous décrit toute sa déception de ne pas avoir été surprise : "Ni incisive, ni vraiment divertissante, la première partie de l’émission est décevante. Bien entendu, il va falloir que cela se rode, mais tout de même, on ne voit pas, dans ce premier numéro, ni un nouveau ton, ni une volonté d'innover. (...) Comme je le craignais, le format est vraiment plus fort que l’animateur et visiblement, Antoine de Caunes n’a pas pu donner un nouveau souffle au programme."

Samuel Gontier sur Télérama fait un travail au scalpel dans son article et arrive à la même conclusion que son confrère du Figaro (ce qui est suffisamment rare pour être signalé) : "... on reste sur notre faim avec cette nouvelle formule menée par Antoine de Caunes, car elle ne bouscule pas tellement la recette de l'ère Denisot." 

Enfin, Véronique Cauhapé sur Le Monde.fr parle de faux départ et regrette le manque de rythme : "Antoine de Caunes avait annoncé un plateau plus resseré, un public plus proche, des invités moins nombreux, un esprit moins "promo", un ton plus chaleureux. Il avait aussi promis, pour la seconde partie, un show à l'américaine où "tout est écrit" mais où "tout peut arriver". Si ces intentions sont bel et bien apparues, hier, en filigrane, durant toute la durée du "Grand Journal", elles n'ont pas réussi à impulser rythme et vie à l'émission." Avant de flinguer la deuxième partie de l'émission : "La deuxième partie, quant à elle, créait un véritable malaise. L'impression d'"entre soi" qu'avait fini par installer "Le Grand Journal" de Denisot, et contre lequel Antoine de Caunes dit vouloir se dresser, a laissé la place à un "entre deux" (entre déconnage et interview classique) très gênant."

Ca s'appelle être habillé pour l'hiver ou je ne m'y connais pas.  

En fait, tout ceci est le résultat d'une erreur de communication qui fait suite au manque d'audace de la chaîne cryptée et Canal+ récolte assez mécaniquement ce qu'elle mérite. 

Le Grand Journal n'était pas une émission de Canal+ mais le show de Michel Denisot. Il y avait une fusion des identités comme il s'en produit dans de très nombreux cas lorsque des émissions se sont imposées et son devenues cultes. L'animateur et le programme ne font plus qu'un et c'est ce qu'avait réussi à créer magnifiquement Denisot. Et même ce tandem donnait quelques signes de fatigue durant la dernière saison. 

Confier ce programme à un autre animateur, quel qu'il soit, était voué à l'échec car c'était comme amputer une marque de l'un de ses principaux attributs. 

Ce qu'il faut bien comprendre dans la gestion de l'image et de la réputation, c'est que les attributs qui définissent une marque ou un produit ne sont pas autonomes. Ils sont dépendants des uns des autres et on ne peut que très exceptionnellement les retirer sans risquer de détruire la marque ou le produit lui-même.

Dans le cas qui nous occupe, Le Grand Journal était aussi fortement attaché à la personnalité de Michel Denisot que les interviews de Larry King l'étaient sur CNN ou encore le Divan d'Henry Chapier. Les attributs d'image qui faisaient la force de cette émission étaient dans les mains de son présentateur vedette et c'était une erreur de croire que l'on pourrait décapiter aussi facilement le programme de sa principale incarnation. 

Et on le voit bien dans tous les articles que j'ai cités et mis en lien, les rédacteurs mettent en perspective la prestation d'Antoine de Caunes au regard de celle de Denisot. 

D'une certaine manière, Antoine de Caunes est tombé dans un piège tendu par le manque d'audace de Canal+.

Quel que soit son talent (et je crois qu'il est grand), Antoine de Caunes va ramer à contre courant du torrent des nostalgiques d'une émission qui n'existe plus depuis le départ de son présentateur vedette. Il va piloter un vaisseau fantôme tout au long d'une saison qui s'annonce très longue.

Le départ de Michel Denisot aurait dû être l'opportunité de repartir d'une page blanche et, le cas échéant, lancer une toute nouvelle émission sur cette tranche horaire. Cela aurait évidemment été un pari risqué mais, du point de vue de la communication, les choses auraient été beaucoup plus simples et beaucoup plus constructives à gérer. 

L'ironie de la situation est que, c'est peut-être l'échec de la formule présentée par Antoine de Caunes qui sera à l'origine d'une réflexion créative. Et les reponsables de la chaîne devront créer sur des ruines alors qu'ils avaient l'opportunité de surfer sur un succès. 

A suivre... 

               Partager Partager
Notez


Lu 2884 fois

Commentaires articles

1.Posté par Olivier le 28/08/2013 13:26
Peut-être est-ce ici plus mon regard d'ancien journaliste que d'actuel communicant qui s'exprime mais toujours est-il que le problème rencontré avec la formule "De Caunes" tient plus que du contenu éditorial que de la forme et de l'image ? A mon sens, il fallait totalement rompre avec l'émission de Denisot et pas essayer de recycler un ersatz plus ou moins amélioré ...
Pour corser le tout, cette nouvelle version trimballe une sympathique histoire de plagiat qui a surgi sur les médias sociaux : http://www.lefigaro.fr/culture/2013/08/27/03004-20130827ARTFIG00275-une-pastille-du-grand-journal-accusee-de-plagiat.php

Bref laissons le temps à Antoine de Caunes de s'installer car c'est qqn de talentueux mais un peu plus d'audace de la part de C+ aurait évité ce lynchage médiatique ... à la hauteur du plan média concocté dans les jours précédents et les petites phrases d'Antoine !

2.Posté par ashtray le 02/09/2013 22:52
Article très lucide!
Effectivement, C+ paie un manque d'audace manifeste! Qu'elle nous déniche les decaunes d'aujourd'hui plutôt que d'aller chercher les talents d'hier devenus vieux! C'est son rôle!
Sans compter que les "sketches" à la sauce "d'aujourd'hui" sont navrants, bref.
Je pense que ce "vaisseau fantôme" va être un enfer à piloter (et à regarder) toute l'année...

3.Posté par DCI le 03/09/2013 23:01
Bien lu cet article et les commentaires y afférents. Comprend pas ! C'est quoi Canal +. Je viens de passer 10 jours au bout du monde. Noyé mon portable le premier jour. Pas de télé, pas d'internet. Juste des gars du cru qui chantent à merveille des chansons d'Islande, à 2, 3 voix... J'ai survécu.

Faut peut-être relativiser tout ça. La famille De Caunes à toujours eu du talent. Si un soir, Antoine est mou, qu'il t'ennuie, qu'il t'énerve... Change de chaîne. Va voir un film, lis un livre... Et reviens le lendemain... Et s'il n'est pas meilleur, boude le un mois, un trimestre, un an... Mais il faut le dire haut et clair : il n'y a aucun tribunal qui vous infligera comme peine de substitution de regarder Antoine toute l'année si ça ne vous plait pas.

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter


Dans la même rubrique :

Boulot | Web 2.0 | Analyse | Coups de com | Nouveautés | Chiffres clés | Communication de crise



Professionnel de la communication, optimiste exigeant et idéaliste compulsif, j'essaye de consacrer du temps au projet de changer le monde.

Professionnel de la communication, optimiste exigeant et idéaliste compulsif, j'essaye de consacrer du temps au projet de changer le monde.


Facebook
LinkedIn
Skype
Twitter
Slideshare

@cginisty
Really looking forward to going to Sofia this evening for @BAPRABulgaria award ceremony tomorrow
Mercredi 26 Avril - 09:38
RT @zariaurore: Sudpresse fait l'une des erreurs déontologiques les + infâmes de l'année et pour les excuses, faut payer ! Sérieux les gars…
Mardi 25 Avril - 16:44
Emmanuel Macron et l’opportunité historique d’une nouvelle union nationale https://t.co/HL1c8bZ8GU
Mardi 25 Avril - 11:43
@Eyrieux_07 c'est absurde
Mardi 25 Avril - 07:46
@Eyrieux_07 Wow ! Quelle haine dans le propos.
Mardi 25 Avril - 07:35
@Eyrieux_07 Quelle guerre civile ? Nous ne sommes pas en guerre
Mardi 25 Avril - 07:30

Recherche