Christophe Ginisty

Le MoDem, entre innovation et conservatisme


Rédigé le Lundi 6 Juillet 2009



Le MoDem, entre innovation et conservatisme
Depuis que je fais de la politique, j'ai régulièrement le sentiment d'une effroyable distorsion entre ce que l'on veut faire et ce que l'on arrive à faire. Je suis dans une formation qui est pourtant jeune mais un nombre impressionnant d'idées, de projets, de concepts se heurtent à la résistance de bonnes vieilles habitudes, générant frustrations et désolation chez celles et ceux qui y croient.

Au tout début de ma vie d'entrepreneur, j'avais lu et aimé le bouquin d'un entrepreneur assez emblématique d'une nouvelle génération, un certain Jacques Chaize dont le titre était La porte du changement s'ouvre de l'intérieur. A la même époque, je m'étais rapproché d'un sociologue des organisations, Michel Crozier qui avait théorisé dans des ouvrages brillantissimes sur les résistances au changement et les moyens de les dominer. Ces écoles de pensée m'inspirent encore aujourd'hui quand je pense à mon aventure au sein du Mouvement Démocrate.

Contrairement à ce que certains prétendent souvent dans les réunions de section, je ne crois pas du tout qu'il y ait un antagonisme de fait entre les "anciens" UDF et les "nouveaux" MoDem. La confrontation n'est pas dans les hommes mais dans les habitudes.

François Bayrou et Marielle de Sarnez ont imaginé un mouvement très en avance sur leur époque. Ils ont dessiné sur le papier un truc qui n'existait pas encore, incroyablement séduisant d'un point de vue intellectuel mais sans aucun repère réel dans la "vraie vie" politique. Ils ont théorisé le mouvement du 21ème siècle avec des gens du 20ème siècle et celui-ci peine à exister tel qu'il a été conçu du fait d'innombrables résistances, tant au sein de notre famille politique qu'à l'extérieur.

Samedi matin, François Bayrou pestait contre cette stratégie d'alliances à géométrie variables qui n'avait pas été comprise par les électeurs lors des municipales. Et pourtant, il demeurait persuadé qu'il s'agit d'une posture d'avenir. Samedi matin encore, de nombreuses voix s'élevaient pour stigmatiser nos propres incapacités à "faire de la politique autrement". Ce matin, j'ai discuté avec certains membres du Conseil National et nombre de personnes pointent du doigt un décalage inquiétant entre les paroles et les actes.

Le Mouvement Démocrate n'est-il qu'un concept et François Bayrou a-t-il eu raison trop tôt ? Je pense que c'est une question à poser. Je n'ai pas la réponse à cette question mais le problème, c'est qu'avoir raison trop tôt, c'est avoir tort.

Dans ses bouquins, Crozier rappelait souvent qu'il fallait faire confiance à la base, que celle-ci était infiniment plus fertile que les hiérarchies intermédiaires dont l'activité principale consiste souvent à se presser de ne rien entreprendre, pour ne rien changer par peur de perdre des parcelles de pouvoir. J'ai le sentiment qu'il est temps de faire cette révolution en notre sein. Le MoDem est une créature innovante enfantée du conservatisme le plus pervers. Si nous ne mettons pas les pieds dans le plat, notre mouvement disparaîtra et il n'aura été qu'une expérimentation séduisante intellectuellement.  

C'est pour cette raison qu'il faut le bousculer avec audace, impertinence et insolence et qu'il ne faut pas s'effaroucher des obstacles qui seront encore nombreux sur la voie de la matérialisation de notre idéal politique. C'est pour cette raison que je ne regrette pas iun seul instant d'avoir enfrein les règles de la bienséance feutrée en provoquant des réactions parfois extrêmes.

Nous sommes sur la route d'un idéal politique mais nous en sommes encore très loin.

               Partager Partager
Notez


Lu 4405 fois

Commentaires articles

1.Posté par KaG le 06/07/2009 19:10
Ouais...
Assez juste.
Ma réflexion du moment porte sur notre structure.
Le fait d'être un parti (au sens traditionnel du mot) ne nous empêche pas, justement, d'être transpartisan ?
Bref, la route est longue et j'ai des doutes sur le chemin que nous empruntons.

2.Posté par Céline le 06/07/2009 19:24
Ça me fait penser au livre de Martin Luther King "La force d'aimer", dans lequel il disait :
"La peur a frappé à ma porte. J'ai ouvert la porte : il n'y avait personne".

Encore faut-il avoir le courage de l'ouvrir, la porte.

3.Posté par lcdm le 06/07/2009 19:40
le modem doit pouvoir s'allier aux régionales avec la droite et la gauche, selon les projets régionaux et les chances de succès. J'en ai assez des alliances applaudies dans la blogo uniquement quand elles sont à gauche

4.Posté par Julien le 06/07/2009 19:54
et donc tu vas rejoindre le parti socialiste ? ils conservent eux aussi des idées depuis les années 70...

5.Posté par luciolebrune le 06/07/2009 20:03
Bonsoir Christophe,

J'ai trouvé ta vision des choses vraiment intéressante. Il y a du vrai là-dedans, et, bien que j'aie un esprit un petit peu plus conformiste que le tien, et que je ne sois pas d'accord avec tout, j'ai vraiment apprécié connaître ton avis ainsi exprimé.
Pour ma part, je ressens aussi les mêmes choses, mais plus partiellement que toi.

Je pense aussi qu'il nous a manqué d'exprimer des idées concrètes qui ont été abordées au niveau des commissions, des choses qui pouvaient changer la vie des gens au niveau de tous les jours, et qui n'ont pas suffisamment été explicitées dans le programme.

Je pense que l'on n'a pas assez communiqué là-dessus, dans les médias, envers l'électeur, mais aussi au sein du MoDem.
L'information, de manière générale, a eu du mal à passer, des lenteurs, des retards. Nous avons tous des agendas à tenir, et ce serait bien qu'on nous octroie les délais nécessaires pour nous organiser, en cas de réunion ou autre événement. Ce serait idéal que notre réseau soit ainsi tissé au niveau de l'information locale, départementale, régionale, nationale pour que chacun puisse être informé et informer les autres. Une newsletter par secteur géographique pour informer la base, un site internet de rubriques par thèmes pour que les adhérents puissent informer les responsables qui redistribueront l'information...

Ce sont aussi des changements nécessaires.

Amitiés démocrates,
luciolebrune


6.Posté par Olibé le 06/07/2009 20:29
"[...] le problème, c'est qu'avoir raison trop tôt, c'est avoir tort. "

Tout dépend dans quelle perspective on se place... Quelle est la principale recherche du MoDem ? Parfois, je me demande si c'est de réussir dans la pratique, ou d'avoir raison dans la théorie. D'emmener ce nouveau souffle, et de partir d'une théorisation pour aller vers la pratique effective. C'est une démarche intéressante, je trouve, qui mérite d'être continuée. C'est en théorisant bien les choses qu'on arrive à se former les bons outils et le bon discours afin de toucher le peuple.

Pour ce qui est de faire de la politique autrement, j'ai beaucoup apprécié une publication d'un chercheur, Bernard Guibert, appelée "Comment achever la démocratie représentative ?". C'est en quelque sorte un article-synthèse, qui reprend des thèses de sociologues comme Callon, Barthe, ou de Pierre Rosanvallon.

Il explique quels sont les défauts de la démocratie représentative telle qu'elle est pratiquée aujourd'hui : oubli des générations futures, des civilisations étrangères, et surtout manque ressenti par la population qui se contentait de ce type de démocratie à l'après-guerre, mais de moins en moins maintenant.

Comment à partir de là passer à une démocratie plus participative ?

Article téléchargeable sur :
http://www.cairn.info/article.php?ID_REVUE=RDM&ID_NUMPUBLIE=RDM_026&ID_ARTICLE=RDM_026_0171

Lien PDF direct sur :
http://www.cairn.info/load_pdf.php?ID_ARTICLE=RDM_026_0171

7.Posté par Claudio Pirrone le 06/07/2009 21:04
Je partage tout à fait ton analyse.

Dans mon canton, que je considère une expérience de succès (deuxième tour au cantonales, 12.5% aux européennes avec pointes au delà de 15 et même 20% sans élus/personnalités implantées) c'est flagrant.

Nous sommes une douzaine d'actifs pour un canton rurbain de 16.000 habitants.

Des anciens du CDS, des UDF, des CAP21, des nouveaux adhérents et même des étrangers !!
Pourtant, c'est une équipe car, en petit comité on a pu dépasser les barrières. Et tous les adhérents du canton sont des militants, alors que ce n'est pas le cas ailleurs.

Le problème est que certains pensent en termes d'élus, d'autres en termes de voix. Les opposer, c'est bête, car les uns renforcent les autres. C'est cette intelligence qui nous manque.

8.Posté par Mirabelle le 06/07/2009 21:58
D'accord avec toi mais je conclurais en ajoutant que si effectivement
"Nous sommes sur la route d'un idéal politique mais nous en sommes encore très loin.", le déclic peut arriver très vite et ce qui pouvait paraître très loin peut tout à coup se rapprocher très vite au point que nous y serons sans avoir eu le temps de dire ouf ...

9.Posté par jean-pierre B le 06/07/2009 22:08

Si tu étais en lieu et place de qui nous savons, sûr que j'y serai resté au MODEM. Je n'aurais pas changé de trottoir.
Ce que tu affirmes est évident et me ramène personnellement à Tocqueville dans le sens où l'une des caractéristiques premières de la société démocratique est l'égalité des conditions entre chaque individu.
Ce raisonnement serait-il soluble en politique et plus précisément dans le fonctionnement interne d'un parti ?
Je pense personnellement que oui.

10.Posté par France le 06/07/2009 22:49
Votre analyse me semble toout à fait pertinente.

Certains ne veulent pas comprendre peut-etre parce qu'ils ne visent que le pouvoir ? Classiquement , les adhérents forment le socle nécessaire à toute victoire, et les militants, eux, sont un mal incontournable !!
Mais Sarkozy a montré que la com peut remplacer un programme, les médias assurant le relais auprès des électeurs. Est-on encore sûrs qu'il faille un parti pour gagner les présidentielles ?? FB aurait pu gagner seul.
S'il veut t un vrai parti pourquoi a-t-il tant attendu pour nous aider à le construire ?

11.Posté par Sylvain Canet le 06/07/2009 23:14
Bonsoir Christophe,

Nous nous lisons mutuellement et j'ose penser que nous nous apprécions.
Car, que de proximité entre nous dans cette pensée politique que nous déroulons de notes en notes.
Je parlais le 9 juin dernier de ces résistances qui existent plus encore "dans les corps et instances intermédiaires" qu'à la tête du mouvement ou sur le terrain. (voir http://www.sylvaincanet.fr/2009/06/modem-la-question-du-lendemain-%C3%A9tait-d%C3%A9j%C3%A0-celle-dhier.html et http://www.sylvaincanet.fr/2009/06/le-mouvement-d%C3%A9mocrate-est-r%C3%A9actif.html#more
Comme toi je crois que François Bayrou et Marielle de Sarnez sentent la réalité et le chemin à ouvrir. Je ne suis pas toujours sûr que tous ceux qui s'en réclament réalisent le projet "démocrate" (relire la revue Commentaires, notre projet n'est pas le centre...)
Je décris souvent, pour mieux m'en expliquer, ce même décalage qu'on constate à l'Education Nationale : ministres et cabinets (que j'ai fréquenté du temps de la gauche lors de quelques missions ministérielles) sont dans une énergie, une efficacité et un désir de changement qui ressemblent souvent ce qu'on peut voir sur le terrain. Là où c'est lourd et lent, ce fameux "mammouth, c'est au niveau des rectorats et des académies qu'on le subit.

Rénover est toujours l'enjeu. Lutter de l'intérieur ou partir, et de l'extérieurre repartir à l'attaque des remparts est aussi l'éternelle question, valable pour toute organisation sociale et humaine.

Ta note est juste.
Amitiés et ... courage à nous tous !

12.Posté par antoine le 07/07/2009 00:07
pas d'accord avec Jean Pierre ; la force du Modem n'est pas de mettre les gens à la place les uns des autres mais les uns avec les autres. Le conseil du 4 juillet c'est un départ pour une cohérence collective : l'électorat est en attente d'attention sociale, d'ouverture sur le monde, de solidarité réelle mais sur une base d'efficacité et de discipline consenties.
Du haut en bas du parti nous devons achever cette république intérieure qui nous permettra de respecter nos propres statuts et de créer la force collective qui convaincra les Françaises et les Français.
Tous sont utiles dans ce chemin. c'est pourquoi la démarche de Christophe est utile et je la soutiens.
Comme la Résistance, le Modem vient de se forger dans la défaite des européennes. Comme dans la résistance, beaucoup se mobilisent pour le parti et sa doctrine sans vraiment se connaître entre eux et la solitude donne parfois envie d'abandonner.
Ils attendent de se fédérer. Alors Christophe quand te parachutes-tu sur l'Ile de France pour le créer avec tout ceux là, le conseil national de la résistance ? A quand la fédération des réseaux dans et au delà du Modem ?

13.Posté par cocobe le 07/07/2009 00:54
Christophe,

Je ne suis, pardon de le dire, pas d'accord avec tout ce que tu dis, parce que tu dis François Bayrou et Marielle de Sarnez ont imaginé un mouvement très en avance sur leur époque. On ne fait pas le bonheur des gens malgré eux, même si on a raison.

La politique n'est pas un rêve auquel on fait adhérer le plus grand nombre d'électeurs possibles. François BAYROU cite parfois la formule magnifique de Marc SANGNIER: "La démocratie est l'organisation sociale qui tend à porter au maximum la conscience et la responsabilité civiques de chacun", ça n'est pas un rêve, c'est une exigence morale d’une force incroyable.

En 2007, le discours était simple et des millions de gens se sont sentis entendus, respectés et aimés par un homme qui leur parlait de valeurs morales, qui leur disait qu’ils étaient importants, que ce « sont les électeurs, pas les élus » qui comptent.

Il avait, lors que les gens lui disaient : « qu’est-ce qui prouve que vous tiendrez vos promesse s» une réponse d’une force exceptionnelle : « parce que je l’ai promis à mes enfants ».

Tu me croiras si tu veux, mais j’ai pensé au fond de moi : « cet homme là ne peut pas être un menteur ».

Et puis le discours a changé, parce que l'homme a changé, les valeurs humanistes restent affirmées et les déclarations sont toujours aussi brillantes. Le MoDem est né dans des convulsions parfois douloureuses. Les jeunes ont disparu, l’appareil a repris ses habitudes, de nouvelles têtes ne sont pas montées, et les résultats sont sans appel.

Avait-il raison trop tôt? L' Histoire le dira peut-être... A -t-il rêvé le monde de demain, pourquoi pas, c'est d'immédiat que les gens ont besoin, de solutions, pas d'anathèmes et beaucoup sentent instinctivement que face à la crise, il n'aurait pas fait mieux que celui qui est devenu aux yeux de beaucoup sa seule raison de vivre, celui dont il dénonce les "Abus de pouvoir".

Je le dis sans aucune méchanceté, car j'ai pour l'homme et sa culture une énorme admiration et je salue en lui un "Promoteur", mais autant le général de Gaulle qu'il aime à citer avait "une certaine idée de la France" qu'il a quittée lorsqu'Elle n'a plus voulu de lui, autant je crains que le Président du Mouvement Démocrate ait d'abord "une certaine idée de lui-même".

14.Posté par Yannick le 07/07/2009 02:59
Vous devriez arrêter de faire de la politique pseudo intello avec des philosophies et des initiatives que vous seuls comprenez. La politique se doit d'être simple et accessible à tout le monnde. Moi perso je n'ai jamais rien compris dans le Modem...

15.Posté par BERANGER Etienne le 07/07/2009 08:11
Les habitudes sont souvent le visage de la crainte du changement et de la perte de pouvoir. Pour surmonter la crainte, il faut entrer dans l'espérance. Et pour espérer il faut entreprendre. Et pour entreprendre sans provoquer de résistance, il faut générer des évolutions successives qui ne soient pas des révolutions soudaines. Audace, patience, dosage et persévérance sont les seuls remèdes aux habitudes sclérosantes et les seules voies fécondes dans la durée.

16.Posté par JG le 07/07/2009 17:39
Je découvre ce blog.
Le premier mot qui me vient à l'esprit pour le caractériser c'est: narcissisime. Beaucoup de "me" de "je" de "j'".
M. Ginesty parle de lui, de ses sentiments mais où sont les propositions, où est le fond ?
Comment le Modem gouvernerait-il et avec qui ? Pour faire quoi ? M. Ginesty est un peu comme le Modem, il se cherche.

17.Posté par Christophe Ginisty le 07/07/2009 18:52
JG -> Je me cherche peut-être mais vous, apprenez à lire (notamment l'orthographe de mon nom). Et puis si vous ne voulez pas de "je" et de "moi", évitez les blogs persos. Tous les blogs persos.

18.Posté par Voltaire le 07/07/2009 19:00
Le Mouvement Démocrate est soumis à une double contrainte: faire de la politique autrement, afin de fédérer des électeurs et sympathisants sur un projet original, et conserver des élus et un poids politique dans un contexte hostile. Or, ces deux contraintes sont à la fois source de contradictions et s'inscrivent dans une échelle de temps différente. Ceci explique une espèce de balancier entre la "realpolitik" et la démocratisation du mouvement.

Lorsque l'on observe les décisions du récent conseil national de ce mouvement, et les commentaires des adhérents sur ces décisions, on retrouve ces deux éléments.

Du côté efficacité, la nomination de portes-paroles ou d'une coordination numérique par exemple. Du côté grain à moudre pour les adhérents, l'idée (démocratique mais potentiellement conflictuelle et peu professionnelle) du rôle des adhérents dans les désignations des candidats aux élections régionales par exemple.

La réelle difficulté pour ce parti est de trouver l'équilibre entre efficacité (qui réclame un certain professionnalisme) et démocratie (afin d'associer les militants et leurs compétences). Clairement, cet équilibre n'est pas encore trouvé, et c'est sans doute à cela que pourrait servir une équipe de "promoteurs" motivés. Le risque, et il est de taille, est qu'un tel travail ne soit utilisé que comme marche-pieds par ses membres pour obtenir places et candidatures.

La solution, qui curieusement n'a jamais été insérée dans la charte éthique du mouvement, est une assez sévère limitation des mandats, internes et électifs, de déclarations et de règles claires de conflits d'intérêts, et de limitation de candidatures. Ceci relève pourtant du bon sens (on n'est pas forcément un bon candidat à la fois pour un poste de député et de conseiller régional... pour ma part, je pense que C. Ginisty était un médiocre candidat aux européennes, mais serait un bon candidat aux régionales par exemple, eut égard à ses compétences), et on ne peut pas assurer des responsabilités internes dans un parti en même temps que plusieurs mandats (on l'a vu lors de ces élections européennes en ce qui concerne l'élaboration du projet et l'organisation de campagne).

Mais ce qui manque aussi est une capitalisation de l'esprit d'ouverture de ce parti, qui s'est constatée en 2007, vers la société civile. Il s'agit là d'un véritable gâchis, car de nombreuses compétences ont été négligées. De plus, la communauté internet, qui était très pro-modem, n'a pas été invitée à participer à son élaboration de façon constructive. L'idée, excellente au départ, d'un site comme les démocrates, a été vendangée par son contenu, bien trop politisé, alors qu'il aurait dû servir de plateforme ouverte aux idées de tous bords, avec des articles invités de la part d'auteurs non-politiques.

On le voit, il reste à ce jeune mouvement un certain nombre de pas à faire pour retrouver son influence sociétale. Sa chance réside dans le vide qui existe autour de lui, et au positionnement juste et inspiré de son leader sur la société française. Le potentiel demeure donc, mais le temps politique ne donne guère l'occasion de souffler. Souhaitons que ce parti murisse donc suffisamment rapidement...

19.Posté par Martine le 07/07/2009 22:33

@Voltaire,
Bah...Vous avez mal choisi votre pseudo ou mal lu les neufs points. :D

20.Posté par Danièle Douet le 07/07/2009 22:44
@ Voltaire:
Vous écrivez:

La solution, qui curieusement n'a jamais été insérée dans la charte éthique du mouvement, est une assez sévère limitation des mandats, internes et électifs, de déclarations et de règles claires de conflits d'intérêts, et de limitation de candidatures.


Absolument d'accord avec vous. La France est une exception en Europe, avec ses 85% de cumul des mandats

Le problème, c'est que ce sont ceux qui profitent de ce système pernicieux qui font les lois et qui se trouvent aussi au sein du MoDem et que toute la population a ainsi été "éduquée" que c'était "pour son bien" avec tous les arguments les plus fallacieux.

Je me souviens de l'atelier de Seignosse sur l'éthique en 2007. Il était mené par deux hommes, l'un début de la trentaine, UDF puisque le MoDem n'avait pas encore de "cadres"...

Il s'était opposé de toutes ses forces contre cette simple demande d'inscrire au flip-chart

"Un mandat unique renouvelable une seule fois".

ce qui est d'usage dans la plupart des démocraties qui nous entourent, comme le montre le tableau cité ci-dessus.

Non, cela lui semblait impossible, une "revendication" irréalisable. Et d'expliquer que lorsqu'on avait donné beaucoup de son temps à la chose politique, il était "normal" d'y faire carrière...

Comment voulez-vous que les choses changent tant qu'il n'y aura pas de prise de conscience de la perfidie d'une telle pensée - inculquée et répétée à tout moment dans la vie publique, depuis l'école ?

L'Allemagne n'a que 10% de cumul des mandats, pourtant c'est un pays fédéral... preuve que c'est possible. Même l'Italie n'en a que 16%, pays "latin" dont certains voient une proximité avec la France...

Merci en tout cas de pointer cette anomalie dans notre pays - qui se retrouve aussi au sein du MoDem...

Qui aura le courage d'insister sur ce point dans nos instances ???

21.Posté par JG le 07/07/2009 22:55
J'ai fait une tentative d'approche du Modem dans ma ville il y a quelques mois. Je pensais qu'il y avait une fenêtre pour structurer un parti neuf avec un vrai programme réformateur. Les gens comme moi qui avaient voté Bayrou en 2007 et qui d'ailleurs ont voté Europe Ecologie aux dernières élections cherchent un parti sérieux et structuré pour porter un programme de redressement. Et nous sommes nombreux. Le Modem, ou du moins ce que j'en ai vu, était peu structuré mais espérait profiter d'un élan qui lui aurait donné une nouvelle dynamique lors des élections Européennes.

Ce qui manque au Modem c'est de la structure et un programme. Le fond UDF des adhérents les pousse à tolérer les à-peu-près dans cette organisation. F. Bayrou, trop sûr de lui, n'a pas occupé ces 2 dernières années à structurer le Modem, il l'a payé en juin et a probablement grillé son image pour longtemps.

Pendant les bombardements israéliens sur Gaza en décembre et janvier dernier on a attendu vainement une prise de position claire du Modem et mes interlocuteurs dans ma vielle étaient gênés, avec leurs présidences collégiales, leur luttes d'influence toujours perceptibles, leur écoute qui ne prend pas position...

Avec l'échec du Modem aux européennes, l'opportunité de construire une alternative pour 2012 s'est échappée et les sympathisants Modem sont en grande partie allés voir Cohn Bendit. où l'organisation est encore bien pire. Votre initiative arrive trop tard, c'est avant les élections qu'il fallait la faire, les problèmes étaient déjà là, je les voyais : trop de dévotion au chef, peu de débat programmatique, une structuration balbutiante. Que deviendra la dette de la France qui bloque le pays aujourd'hui ? Face à chaque coup de hâche de Sarko on ne peut pas dire "nous Modem on réformera mais on ne touchera à rien". Nous attendons, nous qui voulons que notre pays bouge, que des politiques montrent qu'ils prennent la mesure des défis, qu'ils tracent une ligne et surtout qu'ils nous convainquent qu'ils le feront.

J'ai croisé beaucoup de gens de bonne volonté au Modem, la bonne volonté ne suffira pas pour déloger Sarkozy et sauver notre pays.

22.Posté par Danièle Douet le 07/07/2009 23:14
@ JG:
Vous écrivez:
Ce qui manque au Modem c'est de la structure et un programme. Le fond UDF des adhérents les pousse à tolérer les à-peu-près dans cette organisation.

J'ai croisé beaucoup de gens de bonne volonté au Modem, la bonne volonté ne suffira pas...


Comme vous avez raison...

23.Posté par cocobe le 07/07/2009 23:50
@18. Posté par Voltaire le 07/07/2009 19:00

Mon cher Voltaire, je lis vos propos qui m'enchantent, parce que vous avez effectivement touché là où ça fait mal. Trop de gens utilisent les appareils pour booster leurs ambitions personnelles.

Je vais vous parler d'un petit sujet que je connais un peu mieux que d'autres, celui de la section dont je suis un des trois responsables. En novembre 2008, nous avons élu trois présidents dont je suis avec des principes simples et transparents:
1-un règlement intérieur validé par le département et adopté par les adhérents de la section.
2-une présidence tournante avec production du bilan de chacun à la fin de son mandat.
3-interdiction de cumuler plus de deux mandats (interne ou externe)
4-interdiction à un élu (républicain) d'être président de la section pour ne pas dévoyer la section au profit de l'ambition d'une personne.
6-les trois présidents se sont engagés à n'être candidats à aucune élection locale, régionale, cantonale... pour se consacrer uniquement à la section et à la promotion des candidats du Mouvement et de la section.
7- les décisions sont votées à la majorité des adhérents présents, même si elles ne reflètent pas l'opinion des présidents.

Nous sommes probablement une des rares sections à avoir adopté ce type de fonctionnement. Dans la plupart des sections, on trouve à la tête des élus et la confusion des genres crée souvent des ambiguïtés ou des tensions que nous n'avons pas acceptées.

Moralité de cette affaire, nous sommes un groupe uni qui, anecdote, est celui qui a fourni le plus de signataires aux "promoteurs", 19 sur 312, parce que chez nous les rivalités personnelles ont été bannies par un mode de fonctionnement totalement transparent.

Loin de nous de penser que nous détenons la vérité et que les autres on tort, nous avons seulement essayé de séparer les compétences et d'augmenter l'efficacité. Effectivement, j'en connais qui sont maire adjoint, conseiller communautaire, conseiller régional, membre de la présidence départementale, conseiller national, je devrais dire que notre présidence départementale ne compte que des élus, ce qui veut dire que les adhérents lambda ne sont pas représentés.
Sur 7 membres de la présidence, 4 sont conseillers nationaux en plus des mandats locaux, tout fait ventre, moralité, c'est le boxon, ils sont incapables de produire un bilan personnel à deux exceptions près, mais ils vous jurent la main sur le coeur que tout va bien et qu'ils ont la situation bien en main.
Quand on sait que c'est le conseil national qui donne les investitures, on comprend mieux.

La seule solution serait d'instaurer dans les partis une séparation des pouvoirs, mais allez dire à un élu qu'il n'est pas "le chef". Je ne suis pas certain que le Président du MoDem aimerait et pourtant , c'est ce qui permettrait qu'on "le lâche".

Tout ceci, mon cher Voltaire, pour vous dire que l'on peut éviter de confondre les genres si l'on fait de la politique pour les autres avant d'en faire pour soi-même.

24.Posté par Orange pressé le 08/07/2009 00:48
Bonsoir Christophe,

Le décalage constaté par Sylvain dans ses missions pour l'Éducation nationale et toi en interne au MoDem, ne sont pas des cas isolés. Déjà, il y a plus de 10 ans, un ministère montrait comment il était difficile pour un ministère de faire bouger son administration. Ce ministre, c'était Corinne Lepage et elle a très bien décrit cela dans son livre "Tout va bien madame la ministre". Oui, les hiérarchies intermédiaires pèsent lourd et oui encore, le MoDem est un joli ensemble sur le papier, et oui toujours quand tu dis que ce sont les hommes qui bloquent et pas les mécanismes de structure.

Oui, il y a un net décalage entre les paroles et les actes. C'est pour ça que tu dois continuer les Promoteurs qui doivent continuer à exister tant que ce qui est contenu dans le texte de départ ne sera pas acté et appliqué depuis un bon moment. Alors à ce moment là, les Promoteurs disparaitront. Souhaitons que cette disparition soit rapide pour la santé de notre mouvement.

Tu insistes sur la nécessité de mettre les pieds dans le plat. Oui, c'est indispensable et encore plus après le dernier conseil national. Il y a encore d'importantes résistances au sein du Mouvement démocrate. En témoigne la relative mollesse des conseillers nationaux qui citaient les propos de leurs militants en prenant soin de s'en démarquer. Parfois, il faut prendre ses responsabilités et agir. Nous en sommes là !

25.Posté par Chui Kalm le 08/07/2009 01:17
Les propositions adoptées ne peuvent être qu' applaudies.

Mais je me permets aussi de mettre les pieds dans le plat :

La ligne politique du Modem (accord envisagé avec tels mouvements par exemple) n'est absolument pas clarifiée et on a l'impression que l'on n'ose même pas en parler.
Or c'est cela qui a déjà découragé beaucoup d'adhérents et sympathisants et qui continuera de le faire !!


26.Posté par Fraise Tagada le 08/07/2009 10:32
Le titre de ton billet résume parfaitement la situation.

Je suis de plus en plus pessimiste sur l'avenir du Modem. J'ai l'impression que le Modem ne deviendra jamais le parti le parti que Bayrou annonçait vouloir créer à savoir un parti où chacun peut apporter sa pierre et où les compétences sont reconnues.

Je pense que Bayrou a mal mesuré ce que ces propos aurait pour conséquences aussi bien sur l'espoir créé chez chaque militant et donc sur leurs attentes que sur les modifications profondes que cela aurait dû impliquer en terme d'organisation. J'ai l'impression que l'on a essayé d'additionner du vieux et du neuf sans jamais se donner réellement les moyens de le faire sous une forme cohérente, un tout.

Ceci du fait que les gens en place ne souhaitent bien évidemment de partager la moindre parcelle de pouvoir alors que cette condition est un prérequis. On ne peut pas dire à de nouveaux arrivants : "allez y proposer, nous nous déciderons". C'est deux actions ne sont pas dissociable si l'on veut que ça fonctionne bien.

Je suis pessimiste car j'ai l'impression que pour 2012, Bayrou va encore y aller seul, qu'il n'aura pas un vrai parti derrière lui et que ça va lui couter cher.


27.Posté par Pierre le 09/07/2009 17:44
J’entends parler depuis plusieurs semaines du fait que Christophe Ginisty ne serait plus conseiller municipal d’Issy les Moulineaux, ses comptes de campagnes ayant été invalidés.
2 ème bruit : il n’habite pas Issy les Moulineaux.
Info ou Intox ?
Si ce qui est chuchoté était exact je serai déçu ; une fois de plus, différence entre théories et pratiques. J’espère ne pas l’être.
Dans un souci de transparence il serait bien qu’il puisse apporter une réponse à ses électeurs. Merci.

28.Posté par Danièle Douet le 09/07/2009 20:36
@ Pierre:
Tiens je vous retrouve sur ce blog. Vous avez posté le même sur le site des promoteurs. Je vous y ai répondu:
http://www.lespromoteurs.com/Les-Promoteurs-doivent-ils-continuer-a-exister_a72.html


Votre action me rappelle le harcèlement connu dans les années tristes de notre histoire...
Vous auriez pu appeler Christophe, il vous aurait répondu...

Diffamez, il en restera toujours une trace... Triste manip...

29.Posté par GuiGrou le 09/07/2009 20:45
Il y aurait tellement de choses bien à faire au MoDem....

30.Posté par Chui Kalm le 09/07/2009 23:52
Pour les problèmes d'organisation interne, bravo on en parle.
Mais on ne parle pas des problèmes politiques !!
Pourquoi c'est interdit ?
Par exemple l'attitude des sénateurs Modem incohérente est de plus en plus visible, que faut-il faire ?
Va-t-on s'allier au 2 ème tour avec L'UMP ou NC ou autre ?
Si oui qu'on le dise tout de suite, moi je me tire.
Va-t-on rester indépendant dans notre splendide isolement avec un 1er tour sans statégie pour le 2 ème, jugeant que toute autre opposition que le Modem c'est "caca" ?
Les autres mouvement au moins en discute, je ne vois pas en quoi d'en être toujours au non dits serait un avantage !!



31.Posté par Pierre le 10/07/2009 11:35
@ Danièle Douet
Je suis très surpris de voir ma question qualifiée de harcèlement. Si poser un question équivaut à du harcèlement, nous n’avons pas du tout les mêmes valeurs.
Continuer en me disant que je diffame, c’est de la dénonciation calomnieuse.
Je ne diffame personne, je le redis, je pose deux questions, simplement.
Appeler Christophe Ginisty ? Je ne connais pas son téléphone et même si je l’avais, je ne l’utiliserai pas.
Ce blog et celui des promoteurs, sont publics. Ils posent souvent des vraies questions et se réclament de valeurs que je partage. Le lieu est donc adapté.
D’autre part, moi qui ne suis pas un ami, mais un sympathisant, de Ch Ginisty, j’ai au moins la franchise de lui poser les questions qui circulent et il me semblerait utile, pour lui, et pour ceux qui le suive, qu’il donne des réponses.
Je trouve d’ailleurs tout à fait regrettable que ses proches ne lui aient pas fait part de ces conversations qui sont d’ailleurs arrivés depuis bien longtemps au siège.
En effet, personne, en tous les cas moi c’est sur, ne met en cause sa probité, c’est pour cela qu’il est important de dire les choses et non de laisser s’enkyster les non-dits.
En ce qui concerne les comptes de campagne, il est exact que ce n’est pas simple, comme tout ce qui relève de la comptabilité publique, et qu’une erreur est vite arrivée.
De là à y voir une machination des élus de la République pour rester entre eux, cela relève d’un sentiment de l’ordre de la paranoïa politique que je ne partage pas. Gardons les pieds sur terre.

32.Posté par Danièle Douet le 10/07/2009 13:34
@ Pierre:

En ce qui concerne les comptes de campagne, il est exact que ce n’est pas simple, comme tout ce qui relève de la comptabilité publique, et qu’une erreur est vite arrivée.
De là à y voir une machination des élus de la République pour rester entre eux, cela relève d’un sentiment de l’ordre de la paranoïa politique que je ne partage pas. Gardons les pieds sur terre.


Vous vous cachez derrière un prénom, ce qui n'est pas très courageux. Mais enfin, je vous pose une question simple.

Comment expliquez-vous donc ce phénomène français - unique en Europe démocratique - de 85% de cumul des mandats dans notre pays, alors que l'Allemagne n'en a que 10% et l'Italie 16% citée souvent comme "exemple" de pays appelés "latins" pour justifier de nombreuses dérives françaises ???

Si vous connaissez les "règles" qui régissent les comptes de campagnes, vous conviendrez avec moi que ce n'est pas qu'un problème de "comptabilité", ce que fait un expert-comptable compétent sans aucun problème, c'est un problème de pur bon sens... qui empêche tout citoyen lambda honnête de concourir avec ceux qui maîtrisent ces règles et les contournent par des moyens apparemment "légaux". Ce que j'ai vécu sur le terrain et les explications des "vieux briscards" de la politique pour contourner facilement les règles, est à faire dresser les cheveux sur la tête...

C'est peut-être ce qui est arrivé à Christophe... je ne peux en juger, mais votre dénonciation anonyme sur ce site a quelque chose de malsain...

33.Posté par fletcher le 10/07/2009 14:25
@pierre,

Effectivement pour poser des questions personnelles qui n'apporteront pas d'éléments utiles pour le sujet du billet de Christophe, il serait mieux d'envoyer un message privé que de se répéter publiquement sur 2 blogs. Ne pas oublier que ceux qui suivent ce billet reçoivent (s'ils ont coché l'option) des notifications dans leurs boites mail, afin d'être au courant des derniers posts sans pour autant avoir besoin de se rendre sur le blog. Là nous faisant venir ici pour un hors-sujet, vous nous faites perdre du temps inutilement.

Pour rappel l'adresse mail de Christophe Ginisty, est disponible sous sa photo. Enfin, comptes de campagne invalidés (si cela sera le cas) ne veut pas dire fraude, si c'est ce que vous laissez entendre.

On a vu encore récemment un candidat aux cantonales (Gérard Shivardi) avoir ses comptes invalidés et être démis de ses fonctions de conseiller régional, au motif qu'il a payé sur ses propres deniers une facture d'imprimerie pour les besoins de sa campagne. Il aurait présenté un compte de campagne pour ses différents frais de campagne ça n'aurait posé aucun problème. Présentez vous donc à une élection et vous verrez le travail que ça représente et toutes les obligations et formalités à respecter....

Voir ici pour l'affaire Shivardi: http://www.lepost.fr/article/2009/01/06/1376822_l-ex-candidat-a-la-presidentielle-gerard-schivardi-ineligible-si-les-regles-doivent-etre-suivies-alors-qu-elles-soient-appliquees-a-tout-le-monde.html

34.Posté par Danièle Douet le 10/07/2009 14:51
@ fletcher:
absolument exact. Si j'en ai le temps, je vous relaterai le cas de deux nouveaux adhérents, candidats aux législatives qui ont eu des rejets pour moins que rien. En ce qui me concerne, j'ai été héberluée par les articles totalement archaïques, notamment concernant les frais d'imprimerie où on fait encore la distinction entre le noir et le blanc et la couleur, alors que toutes les affiches sont en couleurs... de la pure chicane. Certains vieux briscards demandent à leur imprimeur de faire des factures ne mentionnant pas les réalités pour éviter trop de questions. J'ai été honnête et ai vu que dans ce cas, c'est pratiquement impossible de passer... sauf avoir des relations "amicales" avec les décideurs...

Ce système est archaïque et ne sert qu'à protéger les vieux routards de la politique, personne ne le dénonce pour ne pas voir ses frais refusés. C'est une honte démocratique...

35.Posté par JML le 10/07/2009 22:19
"Celui qui veut faire le bien doit procéder à tous petits pas; le bien général est l’argument des filous, des politiciens et des patriotes." (attribué à ) Samuel Butler

Christophe : "Si nous ne mettons pas les pieds dans le plat, notre mouvement disparaîtra et il n'aura été qu'une expérimentation séduisante intellectuellement"

Pas de doute, vous êtes un politicien ;-) Vous voulez le bien général du MODEM (qui ensuite ira sauver le monde !)

Ce faisant, non seulement vos chaussures seront couverte de sauce mais en plus, vous risquez fort de renforcer les résistances et d'aggraver la situation jusqu'à votre départ à plus ou moins brêve échéance après avoir constaté votre échec. Et le Modem vous survivra. Longtemps ou pas longtemps. Qui sait ? (Ils sont experts dans l'art de la survie !) Et si le Modem meure un ou deux ans après, vous direz "Ah, vous voyez, j'avais raison !"
Mais vous aurez échoué quand même. :-)

Tout ceci est assez classique.

Cela dit, comment ne pas être ok avec Crozier sur l'activité principale des hiérarchies intermédiaires.

Mais allez doucement ! Vous augmenterez considérablement vos chances.

Confirmation pour un rejet de compte de campagne. Chez nous, c'est pour 1 jour de retard. :-(

Bonne soirée.

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter


Dans la même rubrique :
1 2 3

Démocratie | Valeurs | Poléthique | Gouvernement | Parti Socialiste | UMP | Sarkozy | Communication | MoDem | Présidentielle 2012 | Numérique



Professionnel de la communication, optimiste exigeant et idéaliste compulsif, j'essaye de consacrer du temps au projet de changer le monde.

Professionnel de la communication, optimiste exigeant et idéaliste compulsif, j'essaye de consacrer du temps au projet de changer le monde.


Facebook
LinkedIn
Skype
Twitter
Slideshare

@cginisty
Ce soir, table ronde & 'speed mentoring sessions' avec les étudiants @ihecs avec @EliseGuillet @avaltat @colingoeu
Jeudi 8 Décembre - 16:03
Et maintenant, il va falloir expliquer pourquoi un type condamné à 3 ans de prison ferme n'est pas incarcéré https://t.co/A9HkhujIOx
Jeudi 8 Décembre - 15:33
Très drôle ! https://t.co/4Fn2ubjbEm
Jeudi 8 Décembre - 11:06
Nice read! https://t.co/7emrU7422u
Mercredi 7 Décembre - 12:44
Great series of GIF created by Twitter ⚡️ “The Top 10 Global Conversations of 2016” by @twitter https://t.co/tbEPaGPTBy
Mercredi 7 Décembre - 08:00
Manuel Valls : la gauche sans lyrisme https://t.co/V33ua6UkFn
Mardi 6 Décembre - 11:39

Recherche