Christophe Ginisty

Le piratage "que les moins de 20 ans ne peuvent pas connaître"


Rédigé le Lundi 13 Avril 2009

Tous ces débats sur la loi Hadopi me navrent mais me ramènent inévitablement à mes années (pas si lointaines) adolescentes pendant lesquelles j'ai piraté sans Internet les artistes du monde entier.



Le piratage "que les moins de 20 ans ne peuvent pas connaître"
En 1981, lorsque François Mitterrand est arrivé au pouvoir, il a libéré la bande FM. Les radios libres ont fleuri comme des jonquilles au printemps et pour un garçon de 18 ans comme moi, ce fut une incroyable bouffée d'oxygène médiatique. Ma première "radio libre" était Radio 7, une antenne de Radio France où un pas si beau matin, Michelle Halberstadt m'a annoncé la mort de John Lennon sur une musique de Murray Head. Puis ce fut NRJ, Hit FM et bien d'autres encore en qualité audio très supérieure aux précédentes stations "périphériques".

Ma chaîne Hi-Fi généreusement offerte par mes parents avait une platine cassette sur laquelle j'enregistrais mes morceaux préférés qui passaient à la radio. J'enregistrai comme un fou, frénétiquement et j'en abreuvais l'autoradio paternel pour les longues transumances avec exigence. Ah, la BASF C-90 !!! Que serais-je devenu sans la BASF C-90 ? J'enregistrais, j'enregistrais mais j'achetais aussi. Plus j'enregistrais et plus j'achetais.

Dans les années 80, on n'était ni traités de pirates ni de voleurs. On n'était traités de rien du tout car cette piraterie à la bande magnétique était un acte d'amour pour une musique enfin disponible dans de belles conditions acoustiques.

Je ne suis pas du genre à regarder en arrière et me délecter du passé mais je me dis parfois que ce temps était beau.

               Partager Partager
Notez


Lu 5345 fois

Commentaires articles

1.Posté par Orange pressé le 14/04/2009 00:06
Petite remarque néanmoins Christophe. Même si je n'ai pas ton âge et que je suis encore étudiant, moi aussi j'ai "copié" la radio avec des cassettes audio et je n'avais pas l'impression de commettre un crime. Mais tu omets un aspect fondamental dans ton post : la qualité du son sur une cassette est médiocre et diminue avec le nombre d'écoutes ! C'est fondamentalement différent des CDs gravés ou avec le mp3, là ce ne sont plus de vulgaires copies dont la qualité diminue avec le nombre d'écoutes mais des clones.

Toutefois, l'analogie que tu mentionnes nous rappelle que les problèmes posés sont similaires et appelle à des solutions similaires. Avec l'émergence de ce type de radios s'est posé le problème de la rémunération des artistes. Comment a-t-il été résolu ? Eh bien les radios paient maintenant une licence pour avoir le droit de diffuser de la musique, chaque recevant une rémunération +/- importante selon le nombre de fois où la chanson passe, ainsi les deux parties en sortent gagnantes.

La révolution numérique pose les mêmes problèmes notamment sur la rémunération des artistes. La licence globale a été proposé et adopté lors d'un moment similaire au celui du rejet de la loi HADOPI lors de l'adoption de la loi DADVSI pour ensuite être expurgé du texte final.
Cette révolution numérique fait chuter l'audience des radios puisque les internautes peuvent charger les morceaux sur Internet avec une meilleure qualité de son que les radios diffusées sur la bande FM ce qui d'ailleurs explique le retour sur le devant de la scène des radios généralistes. La rémunération des artistes est donc un véritable problème qui doit faire l'objet de propositions sérieuses. La licence globale est une des solutions proposées mais d'autres existent.

Bref, rappeler l'épisode que tu mentionnes est utile pour comprendre la problématique mais n'a rien à voir au niveau de certains aspects.

2.Posté par isabelle krief le 14/04/2009 00:27
Merci infiniment de me conforter dans l'idée que je ne suis pas la seule à penser comme toi. Cela devenait fatigant, à force, de ressasser la même chose.

Combien sommes-nous à avoir enregistré des émissions, avec le concours des magazines de télé ou des speakerines (le code barre est indiqué en haut sur la page de programme, ou n'oubliez pas d'enregistrer le film de ce soir, à 20h50 ...). Le hit parade, qui ne l'a pas enregistré à la radio, en essayant de capter la chanson en entier, sans larsen et sans le jingle de rtl !?

Il faut quand même faire la différence entre : enregistrer une émission, un film, une chanson qui nous plaît, et pourquoi pas la diffuser gratuitement sur le net ou prêter la cassette à quelqu'un, et faire la différence entre : faire du commerce d'une chose que l'on ne paie pas.

La majorité des internautes n'est pas fait de brigands !

Je pense que Monsieur Sarkozy a une déformation professonnelle car ayant été dans la justice pendant des années, il a fini par voir des voyous partout.

Je vous rassure, Monsieur le Président, il y a beaucoup plus d'honnêtes gens que vous ne pensez le croire !

Les cassettes audio, les cassettes vhs, les dvd vierges, les cd vierges sont là pourquoi ?

On nous prend pour des débiles, tout simplement. Afin de nous endormir le cerveau, on nous balance une loi inutile qui va énerver un maximum de gens et pendant ce temps, on ne verra peut-être pas l'essentiel. Cela s'appelle de la diversion.

En tout cas, une chose est sûre, la mémoire collective est là pour nous rappeler le passé : enregistrer une oeuvre, quelle qu'elle soit, puisque c'est une copie, n'est pas un acte illégal, sinon, cela se saurait depuis longtemps et nous serions tous en prison y compris certains de nos ministres, probablement.

Par ailleurs, en parlant de mémoire collective et puisque nos enfants ne connaissent pas assez l'histoire de France, rappelons leur aussi que les révisionnistes ont tort, tout comme ceux qui prônent la loi hadopi qui ne doit pas être adoptée, au détriment de l'art, tout simplement. Car une oeuvre qui n'est pas écoutée regardée ou transmise se meurt en silence.

L'art est une chose qui doit être partagée. Regardez les musées, ils sont pratiquement gratuits maintenant.

Une dernière chose : QUI touche les droits d'auteur de mozart, beethoven, chopin, lafontaine, molière ....

On ne devrait même plus les écouter puisqu'ils ne sont plus là pour percevoir leurs royalties.

On peut aller très loin dans la stupidité, n'est-ce pas !

Et puis, la France était le pays de la culture et aujourd'hui, c'est devenu le pays de l'inculture. Nous ne sommes pas assez productifs. Et les médias ne nous aident pas. Télé-réalité, quand tu nous tiens !...

Alors que ces incultes, ceux qui pensent que leurs pertes de revenus sont dues au téléchargement sur internet, se rassurent, je ne téléchargerai jamais leurs oeuvres, puisqu'il faut les appeler comme ça !

3.Posté par Marc le 14/04/2009 01:58
Christophe,
Excellent billet plein de mauvaise foi :-))
Tout d'abord, Radio 7 n'a jamais été une radio "libre": c'était une radio d'état qui émettait sur la région parisienne et dont les studios étaient basés dans la Maison de la Radio (c'est même VGE qui a annoncé sa création en 1980, la radio a commencé à emettre le 2 juin 80).

Ensuite, comparer le "piratage" du aux cassettes audio à celui rendu possible par la numérisation équivaut à comparer le travail d'un imprimeur moderne avec celui d'un moine copiste: copier chanson à cette époque était lent, la copie se faisant en "vitesse réelle" (à moins de disposer de platines synchronisées qui valaient une fortune). De plus, chaque nouvelle génération était détériorée par l'effet "photocopieur" qui rendait la copie un peu moins audible...
En revanche, copier un MP3 est quasi-immédiat, sans détérioration de qualité et d'une facilité déconcertante: un ordinateur et un baladeur à une dizaine d'euros suffisent pour cela.

Même si je suis violemment contre la loi Hadopi, je comprends l'angoisse des auteurs-compositeurs face au piratage. La faute en incombe majoritairement aux maisons de production qui, au lieu de réfléchir à la façon de s'adapter à la dématérialisation de la musique, ont préféré s'arcbouter sur des bénéfices juteux. Lorsqu'ils ont enfin pigé que leur modèle commercial risquait de disparaitre, ils ont préféré passer par la case DRM (qui emmerdent essentiellement les acheteurs honnêtes, pas les pirates) avec le succès que l'on sait.
A mon sens, le seul moyen de lutter contre le piratage était de baisser drastiquement le prix des CD Audio et du téléchargement légal, en faisant le pari que le volume des ventes compenserait la marge réduite... Mais non.

Remarque, les compagnies cinématographiques suivent le même chemin avec le DVD. Le prix d'un film a bien baissé, mais trop tard pour endiguer la chute des ventes. Si au moins cela avait servit de leçon aux maison de production.. mais non, le même phénomène est en train de se reproduire avec le Blu-Ray. Ces abrutis vendent des nouveautés à 30 euros pièce (contre 20 euros pour une nouveauté DVD), préférant prendre une fois de plus le consommateur pour une vache à lait: résultat, les Blu Ray ne se vendent pas (ou peu), notamment dans les "grands pays" (USA, France, UK, Allemagne).

Résultat, les méthodes de piratage et de téléchargement illégaux se développent et la pauvre loi Hadopi, si elle est un jour appliquée, n'y changera rien: avec un minimum d'astuce et de connaissance technique, il est possible de télécharger un album complet MP3 en moins de 45 secondes, un film en résolution standard en 7 minutes et un film en HD en 40 minutes, le tout indétectable car utilisant des protocoles cryptés (sans parler des adresses IP leurres qui empêchent de repérer efficacement le pirate)...

4.Posté par Anne le 14/04/2009 02:40
Avec ma soeur, on interdisait à Maman de passer l'aspirateur dans le salon pendant qu'on enregistrait nos tubes préférés du Top 50, de Marteau Esca, avec le magnétophone collé sur la télé... Salut les p'tits clous! ;-) Mais quand j'y repense, à l'époque, j'avais l'impression d'être une pirate, une voleuse... J'ai moins de 20 ans, j'ai 32 ans.

5.Posté par Claudio Pirrone le 14/04/2009 03:00
Uhm .... j'ai encore des cassettes "métal" (type de bande) où je réécoute encore décemment les copies de disques que mes copains avec une chaine HI-FI m'on fait il y a environ 25 ans.

Alors, d'accord, le mp3 c'est bcp mieux mais, par rapport à la technique de l'époque (le vinyle s'abime aussi) c'est équivalent.

Ce que je remarque est que les vinyles que j'ai acheté c'était à 90% (je suis gentil) des disques que j'avais écouté en cassette d'abord.

6.Posté par Christophe Ginisty le 14/04/2009 08:04
Loin de moi l'idée de comparer à l'identique et de nier les progrès technologiques ou encore la spécificité du contexte actuel, mais je voulais à travers cette note faire partager un souvenir personnel et nous faire réfléchir à travers cela sur une société qui est devenue frénétiquement répressive et qui a le projet de tout nous interdire, pour notre bien évidemment.

Et je l'ai déjà écrit plusieurs fois, je pense comme Isabelle que le passé de notre chef d'état au Ministère de l'Intérieur l'a formaté dans une logique pénale qu'il tente d'appliquer à tout ce qu'il touche.

7.Posté par Jérémy le 14/04/2009 10:21
L'enregistrement n'est pas mort, bien au contraire : il est l'avenir du "piratage".
En effet, si la loi Hadopi est adoptée, il deviendra risqué de télécharger via le p2p.
En revanche, il sera toujours possible d'enregistrer les streamings - légaux - sur son ordinateur.
D'ailleurs, je ne sais pas ce que dit la loi sur l'enregistrement des streamings. A mon avis, de la même manière que l'on peut enregistrer le flux hertzien qui arrive sur le poste de télévision, il doit être parfaitement légal d'enregistrer le flux numérique provenant des streamings sur son ordinateur. En tout cas c'est indétectable puisque le flux est téléchargé à l'insu de l'internaute sur son ordinateur.
C'est d'ailleurs là toute l'hypocrisie autour des sites de streamings :
- le modèle ne rapporte quasiment rien aux artistes. Les chiffres qui circulent sur Deezer le montrent.
- il est très facile de récupérer la musique de ces sites, gratuitement. Pour Deezer, c'est un peu compliqué mais pas impossible. Pour youtube et dailymotion, c'est assez simple de récupérer le flux audio d'une vidéo ; et comme la qualité audio s'améliore sur ces sites, le procédé peut remplacer le téléchargelment via p2p. En toute impunité...

8.Posté par KaG le 14/04/2009 10:59
Haha... Radio 7 :)
J'en ai parlé il y a peu justement http://www.lantredekag.fr/index.php/post/2009/03/07/906-video-killed
Et je confirme ce que dit Marc... Radio 7 était la réponse de Radio France aux radios libres ou pirates.

Le parallèle peut être fait en ce sens que l'industrie du disque hurlait au loup à propos de ces fameuses K7.
Pour l'anecdote, à Noel, avec mes potes, on commandait des disques différents de façon à pouvoir ses les prêter, se les enregistrer, etc.
Mais cela n'a pas grand chose à voir avec aujourd'hui et le MP3 où le tout peut se faire à grande échelle.

9.Posté par pazmany jeune garde 87 le 14/04/2009 11:59
Et oui le piratage a commencé par la cassette audio sur laquelle on pouvais enregistrer ses chansons favorites enfin jusqu'au moment où notre putain de lecteur nous avalait la bobine !

Maintenant on fait ça à grande échelle et quoi faire pour l'éviter ? Si seulement les artistes faisaient des albums avec 12 excellents titres, hein !

10.Posté par Orange pressé le 14/04/2009 12:17
Certes, il est évident que le modèle que tu donnes doit prendre en compte les évolutions technologiques et il est aussi vrai que Nicolas Sarkozy s'inscrit dans une logique pénale. Mais, il faut aussi prendre en compte le fait qu'il n'est pas utilisateur du web et que donc cela formate en partie son approche, et qu'un autre facteur conditionne à mon avis cette dernière : la présence dans son entourage de nombreux producteurs ou personnes directement concernées. A cela, s'ajoute aussi le fait que l'avocat qu'il était ne rechignait pas à avoir ce genre de personnes comme client et on comprend mieux son approche. Son passage au ministère de l'Intérieur s'il a pu jouer n'est pas à mon avis le point essentiel.

11.Posté par cocobe le 14/04/2009 13:25
Finalement, Christophe, plus que d'une chanson d'Aznavour, tu nous parles de liberté et ça devient une denrée rare surtout pour vous plus jeunes, qui êtes nés avec le chômage de masse, le SIDA et quelques autres saloperies dont vous vous seriez bien passés .

Au nom de la rupture avec 68 que beaucoup de tes lecteurs n'ont pas connu, tant mieux pour eux, ils n'ont pas les cheveux gris comme moi, notre époque est liberticide au nom de la liberté. La BASF, question qualité de son c'était "moyen", mais cette époque-là, question qualité de vie c'était super!

Sans tomber dans les larmoiement faciles ou dans le démago politicard, rappelons qu' un abonnement Internet vaut en moyenne 29;90€. Pour un étudiant ou un "Français moyen" qui a une famille à nourrir c'est pas mal d'argent, il serait temps que l'on se souvienne que nous vivons une crise incroyablement grave et longue, alors copier un peu de musique (qui a rapporté des millions aux éditeurs de disques) pour un peu de joie de vivre, comme dirait une publicité "c'est pas péché Seigneur".

Bises à toi.

12.Posté par bruno le 13/04/2010 12:00
Oui quand je lis le nom magique HIT FM c'est vraic'était une belle époque.
HIT FM elle nous manque cette radio qui la ressucitera ??? Via le net par exemple ??? La seule et unique radio à l'époque entièrement automatique, en plus sans animateur à l'antenne (sauf une speakerine qui donnait l'heure via une bande enregistrée !!!) où le non-stop music était à l'honneur avec quelques infos ciné en prime..... c'était vraiment original ! Il me reste des k7 de PARIS-RENNES NANTES LE HAVRE que j'écoute avec beaucoup de mélancolie ! Qui en auraient des K7 de HIT FM programme de LYON-LILLE-TOULOUSE ou BORDEAUX ???
Bruno de ROUEN

13.Posté par vivanno le 30/03/2011 22:54
un mot : merci

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter


Dans la même rubrique :

Douce France ? - 08/06/2016

1 2 3 4 5 » ... 7

Politique | Opinion | PERSO | Libertés | Communication | WebDiversity | Culture | ReputationTime



Professionnel de la communication, optimiste exigeant et idéaliste compulsif, j'essaye de consacrer du temps au projet de changer le monde.

Professionnel de la communication, optimiste exigeant et idéaliste compulsif, j'essaye de consacrer du temps au projet de changer le monde.


Facebook
LinkedIn
Skype
Twitter
Slideshare

@cginisty
Manuel Valls : la gauche sans lyrisme https://t.co/V33ua6UkFn
Mardi 6 Décembre - 11:39
Manuel Valls : la gauche sans lyrisme: Hier soir, j’ai regardé attentivement la... https://t.co/RNF0sSpEt4 https://t.co/chZ53Eo2YO
Mardi 6 Décembre - 10:11
En même temps, il parait que réduire de 20km/h la vitesse à Paris, ça revient à aller en marche arrière https://t.co/ouRNnfcfV9
Lundi 5 Décembre - 13:21
@PolitiqueInfo au contraire, je trouverais ça très malin
Lundi 5 Décembre - 12:49
Allez, je parie sur Najat Vallaud Belkacem pour remplacer @manuelvalls à Matignon @najatvb
Lundi 5 Décembre - 12:39
Fait pas chaud en moto https://t.co/DFdoxOWc5O
Lundi 5 Décembre - 08:47

Recherche