Christophe Ginisty

Le pire communicant de l'année 2013 : Jean-François Copé


Rédigé le Mercredi 25 Décembre 2013



A l'heure des bêtisiers et alors que j'avais promis de vous parler de celui qui était selon moi le pire communicant de l'année, peu de personnalités rivalisent avec Jean-François Copé qui a accumulé cette année toutes les bourdes et toutes les erreurs. Ce type est une compil à lui tout seul, un best-of de ce que l'on peut faire de pire en matière de communication publique. 

Il y eut d'abord cet épisode désastreux de l'élection à la présidence du parti dont il était chargé, es qualité, d'organiser. Ce fut l'un des vaudevilles les plus grotesques de la vie politique française depuis bien longtemps, une crise gérée à l'envers, sans sens des responsabilités, sans autocritique, sans humilité, sans mesure des effets désastreux dans l'opinion publique, bien au-delà des seuls sympathisants. Il passa son temps à tergiverser et à alterner les postures divergentes au gré des renversements de la températures médiatiques, sans la moindre constance. 

Cette crise fut tellement mal gérée qu'elle n'a jamais été clôturée, comme le révèlent les propos tenus il y a quelques jours à peine par François Fillon : "Il y a eu une élection à la présidence de l'UMP qui n'a pas été honnête, qui n'a pas été transparente (...), On ne peut pas baser la légitimité d'une formation politique sur des pratiques qui ne sont pas honnêtes." Et nous sommes un an après la crise ! 

Même si cela n'a pas été pour me déplaire d'un point de vue politique (car j'étais partisan engagé de cette réforme), il y eut aussi le manque de courage politique au moment des débats sur le Mariage pour tous. De peur de se fâcher durablement avec la communauté homosexuelle à quelques années de la prochaine élection présidentielle, Copé a fui ses responsabilités de premier opposant en refusant de se mettre en première ligne, ce qui a permis à des personnages aussi exotiques que Frigide Barjot de prendre le leadership. 

Il y eut aussi en filigrane ces innombrables tentatives maladroites et désespérées de faire des clins d'oeil aux électeurs du Front National, des gesticulations opportunistes et sans idéologie, sans "drive", sans consistance réelle, à l'image de cette sortie incongrue sur la remise en cause du droit du sol. 

Je pourrais accumuler des dizaines d'éléments d'information et coller ici d'innombrables vidéos mais la seule idée de consacrer une note entière à Copé m'est déjà assez difficile que je vais essayer de l'écourter. Le "pompon" de cette année misérable en termes de communication a tout de même été ce sondage surréaliste qui abouti à la conclusion suivante : moins de 1% des sympathisants de l'UMP seraient prêts à le soutenir dans la perspective de l'élection présidentielle. 

Quand on est chef de parti et que moins de 1% de ceux qui soutiennent vos idées se déclarent prêts à vous soutenir dans une élection aussi majeure que celle-ci, moi je dis que c'est une impressionnante consécration pour une personnalité publique ! Chapeau l'artiste ! 

C'est non seulement un échec public, une claque médiatique majeure mais c'est aussi la preuve ultime d'une incapacité à communiquer et à inspirer de la confiance. 

La communication doit toujours être conçue comme une invitation : une invitation à croire, à acheter, à faire confiance, à aimer, à voter,.... Lorsque la communication fait fuir les gens comme c'est le cas aussi spectaculaire des sympathisants du parti de Jean-François Copé, on peut en conclure que le communicant responsable de cette fuite est une calamité. 

C'est ce que je pense de lui et c'est ce qui justifie sa place à la tête de mon humble bilan de l'année.

A suivre... 

               Partager Partager
Notez


Lu 1733 fois

Commentaires articles

1.Posté par JB le 27/12/2013 17:13
Le choix du "pire communiquant" me semble cette année particulièrement difficile, surtout si l'on regarde vers les hommes politiques. Si je suis d'accord avec votre analyse de Copé à droite, il serait injuste d'oublier les majistrales bourdes enchaînées par les plus hauts responsables de gauche, à commencer par le Président Hollande. Un exemple parmi tant d'autre : le vaudeville cauchemardesque de l'affaire Leonarda, où notre Président et, par voie de conséquence, cve qu'il est sensé représenté c'est-à-dire notre pays, s'est trouvé totalement ridiculisé par une gamine de 14 ans... A elle seule, cette catastrophe de communication mériterait bien un diplôme...

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter


Dans la même rubrique :

Douce France ? - 08/06/2016

1 2 3 4 5 » ... 7

Politique | Opinion | PERSO | Libertés | Communication | WebDiversity | Culture | ReputationTime



Professionnel de la communication, optimiste exigeant et idéaliste compulsif, j'essaye de consacrer du temps au projet de changer le monde.

Professionnel de la communication, optimiste exigeant et idéaliste compulsif, j'essaye de consacrer du temps au projet de changer le monde.


Facebook
LinkedIn
Skype
Twitter
Slideshare

@cginisty
RT @EmmanuelMacron: Dans quelques instants, retrouvez mon entretien avec Laurent Delahousse sur France 2. #JT20h https://t.co/VB0naAhWKF
Dimanche 30 Avril - 20:26
Comme quoi, on peut être insoumis et avoir le sens des responsabilités, n'est-ce pas @JLMelenchon ? https://t.co/HxDCuWNZwy
Dimanche 30 Avril - 19:45
RT @LaurentMauduit: Naufrage du journalisme... https://t.co/Hn5Ptu2Hhj
Dimanche 30 Avril - 19:40
RT @ruquierofficiel: @isimouns Je parle en mon nom . J'ai voté JLM au premier tour et je serai fier de voter Macron au 2eme tour .
Dimanche 30 Avril - 19:31
Je ne veux pas que la France devienne comme ça : https://t.co/NccjiydTVf #JamaisEnFrance
Dimanche 30 Avril - 18:35
Je ne veux pas que la France devienne comme ça https://t.co/eYXi4AWE8n #JamaisEnFrance
Dimanche 30 Avril - 10:39

Recherche