Christophe Ginisty

Les 3 conseils de communication que je donnerais à François Hollande


Rédigé le Mercredi 27 Mars 2013



Les 3 conseils de communication que je donnerais à François Hollande
Demain soir, François Hollande s'exprimera à la télévision au cours d'une longue émission politique attendue par un très grand nombre d'observateurs.

Au moment où sa cote de popularité ne cesse de baisser, où les français ont le moral dans les chaussettes et où l'actualité nous apporte jour après jour des informations anxiogènes sur la situation du pays, l'intervention télévisée du chef de l'état revêt une importance particulière.

Si j'étais l'un de ses conseillers en communication (ce que je ne suis pas) et s'il m'était demandé de synthétiser quelques recommandations simples, ce que je dirais au chef de l'état tiendrait en trois mots : empathie, lucidité et changement.

L'empathie serait ma toute première priorité. Le dictionnaire Larousse définit l'empathie comme "la faculté intuitive de se mettre à la place d'autrui, de percevoir ce qu'il ressent" et c'est la première qualité que je demanderais au président de développer.

Il s'agirait ici de le développer à deux niveaux : d'abord en montrant qu'il comprend le désarroi et l'anxiété des français face à la crise mais aussi — et ça s'est plus compliqué — qu'il comprend les inquiétudes des français face au manque de lisibilité de son action.

Car tous les sondages l'ont démontré, l'opinion publique est larguée et ne voit pas où veut aller le gouvernement.

Je l'ai déjà exprimé longuement dans cette note récente : "En réalité, le président de la République et le gouvernement travaillent, s’affairent mais ils le font de manière totalement désordonnée, indisciplinée et sans que les français puissent comprendre quoi que ce soit à ce qui est en train d’être entrepris."

François Hollande doit envoyer un message aux français et leur dire qu'il a bien compris cette confusion car il est au coeur d'une situation de crise qui concerne son image personnelle et celle du gouvernement dans son ensemble.

Je lui recommanderais donc de reconnaître qu'il a commis des erreurs en ne communiquant pas et en laissant s'installer une certaines pagaille en la matière.

Le deuxième conseil que je lui donnerais consisterait à l'inviter à briser les tabous de l'expression politique et faire face de lucidité.

Non mais franchement, c'est quoi ces politiques qui évitent de prononcer des mots bêtement élevés au rang d'interdits ? Ces mots de rigueur, récession, austérité que l'on essaye de contourner pour s'embarquer dans des périphrases improbables. C'est non seulement absurde mais contre productif car cela donne l'impression que le dirigeant ne parle pas des mêmes choses que nous.

La situation économique actuelle commande au chef de l'exécutif d'adopter une stratégie de communication débarrassée de ces précautions de langage. Il faut appeler un chat un chat et les français ont besoin de ça pour comprendre que leurs dirigeants sont lucides.

C'est de la certitude que le dirigeant a bien perçu la réalité que naît la confiance.

Tenter de se parer des habits du super-héros ou pire, du niais qui pense que tout va s'arranger au moment il saute de l'avion sans parachute, c'est empêcher que se crée l'indispensable confiance dans le leader, quel qu'il soit.

A ce titre, il faut être capable de créer un choc de communication, un rupture par rapport à tout ce qui a été fait par ailleurs et affronter une vérité que l'on va décider d'assumer publiquement.

Quant au changement, troisième et dernier conseil que je donnerais au Président s'il me demandait mon avis, ce point consisterait à l'inviter à modifier totalement sa méthode de communication et sa stratégie de prise de parole.

François Hollande apparaît tous les 6 mois dans une grande émission de télévision puis disparait. Il fixe un cap et son intervention est saluée par les observateurs mais elle n'est pas suivie d'actions de communication ou d'interventions publiques qui permettent aux français de savoir qu'ils sont sur la bonne route.

Quand on fait une promesse dans une prise de parole publique, il faut assurer le "Service Après Vente" si vous me permettez l'expression. Il faut revenir périodiquement devant les gens, leur dire où on en est, leur expliquer le chemin qui a été parcouru et les rassurer sur le fait que la détermination est intacte.

Je l'ai écris à plusieurs reprises déjà mais le fait que François Hollande répugne à communiquer de manière récurrente et ordonnée nuit à la lisibilité de son action et le plonge dans une crise d'image. Et ce ne sont pas les opérations de com telles que le déplacement à Dijon monté avec les gros sabots et les grosses ficelles des communicants qui vont réussir à le sortir de cette situation.

Non, il faut changer d'attitude et repenser la communication. Il faut lui réinjecter du rythme, de l'ordre, de la détermination, de la modestie aussi et s'assurer que les membres du gouvernement feront leur ces impératifs.

Voilà ce que je voulais écrire à la veille de l'intervention du chef de l'état. Je crois sincèrement qu'une partie significative du rejet dont il est l'objet dans l'opinion publique trouve ses origines dans des erreurs de communication et non pas dans des erreurs politiques.

Nous allons voir s'il est capable avec ses conseillers de prendre conscience de ce chantier.

A suivre...

               Partager Partager
Notez


Lu 1389 fois

Commentaires articles

1.Posté par Jarodd le 27/03/2013 11:05
Au moment où sa cote de popularité ne cesse de baisser

Le conseil que je lui donnerai (et qu'on lui donne sûrement) c'est de ne pas se fier à ces indicateurs ! Tous les présidents sont impopulaires, ensuite ce n'est qu'une bataille de chiffre approximatifs. Et une fois qu'il ne sera plus président, il redeviendra populaire, c'est ainsi, et au final c'est peu important. Il n'est pas là pour être populaire, sinon il ferait les Enfoirés !

2.Posté par Christophe Ginisty le 28/03/2013 00:48
L'objectif n'est évidemment pas la popularité. Mais en même temps c'est idiot d'affirmer que la popularité n'est pas un facteur clé car la popularité crée l'adhésion, la confiance, et emporte l'envie de participer.

Et ça, c'est loin d'être anodin.

3.Posté par Didier Marlier le 28/03/2013 09:36
Je vous ai entendu sur la Radio (Suisse) Romande et ai trouvé votre interview encore meilleure que ce post. Je me permettrai de vous reprendre pour mon blog (en citant bien évidemment vos références), vos conseils au Président de la République étant applicables à tout C.E.O. ou autre exec. Bravo et merci!

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter


Dans la même rubrique :

Douce France ? - 08/06/2016

1 2 3 4 5 » ... 7

Politique | Opinion | PERSO | Libertés | Communication | WebDiversity | Culture | ReputationTime



Professionnel de la communication, optimiste exigeant et idéaliste compulsif, j'essaye de consacrer du temps au projet de changer le monde.

Professionnel de la communication, optimiste exigeant et idéaliste compulsif, j'essaye de consacrer du temps au projet de changer le monde.


Facebook
LinkedIn
Skype
Twitter
Slideshare

@cginisty
Nice read! https://t.co/7emrU7422u
Mercredi 7 Décembre - 12:44
Great series of GIF created by Twitter ⚡️ “The Top 10 Global Conversations of 2016” by @twitter https://t.co/tbEPaGPTBy
Mercredi 7 Décembre - 08:00
Manuel Valls : la gauche sans lyrisme https://t.co/V33ua6UkFn
Mardi 6 Décembre - 11:39
Manuel Valls : la gauche sans lyrisme: Hier soir, j’ai regardé attentivement la... https://t.co/RNF0sSpEt4 https://t.co/chZ53Eo2YO
Mardi 6 Décembre - 10:11
En même temps, il parait que réduire de 20km/h la vitesse à Paris, ça revient à aller en marche arrière https://t.co/ouRNnfcfV9
Lundi 5 Décembre - 13:21
@PolitiqueInfo au contraire, je trouverais ça très malin
Lundi 5 Décembre - 12:49

Recherche