Christophe Ginisty

Les communicants, ces têtes de turc de la présidentielle


Rédigé le Mardi 4 Avril 2017



Anne Méaux, conseillère de François Fillon
Anne Méaux, conseillère de François Fillon
Entre un François Fillon qui s’est pris les pieds dans le tapis de la com de crise avec l’affaire Pénélope et a été confondu en train de recevoir des éléments de langage lors du premier débat télévisé, Emmanuel Macron que la France profonde et conservatrice aime à fustiger comme un produit marketing, Jean-Luc Mélenchon qui se mue en Youtuber et devient un hologramme le temps d’un meeting ubiquitaire, Nicolas Dupont-Aignan qui a toujours un scud en réserve à destination des conseils, la référence à la communication est omniprésente dans la campagne présidentielle.
 
Les observateurs et le grand public font mine de découvrir l’envers du décor d’une pièce médiocre et en attribuent la responsabilité aux équipes de communicants qui travaillent aux côtés des candidats.

Mais si ces derniers sont tellement cités, il est néanmoins utile de rappeler quelques points à l’intention de celles et ceux qui n’ont pas de mots assez durs pour exprimer leur aversion de la communication politique.
 
Une campagne électorale est une campagne de communication…
La politique, ce n’est pas de la comm, une campagne, si ! Ne faisons pas les vierges effarouchées. En quelques semaines à peine, il faut aller à la rencontre du public (la définition même du marketing), il faut mettre en forme les éléments clés du programme, il faut se livrer à des exercices rhétoriques, seul et avec ses opposants, il faut développer des argumentaires, des éléments de mémorisation, répondre aux critiques, écouter, montrer que l’on comprend, inventer un slogan, l’incarner, le décliner, créer des visuels… Mais il faut également se mettre dans les habits d’un présidentiable, être dans le job d’après, endosser la stature, asseoir sa propre crédibilité. Au-delà des mots et des discours, tout cela se travaille avec l’art de communiquer.
 
… même si les politiques n’écoutent pas leurs conseillers
Je peux l’affirmer d’expérience, si les hommes et les femmes politiques rêvent à des lendemains de conquête et à de glorieuses victoires sous le feu des projecteurs, ils n’écoutent jamais vraiment celles et ceux qui les conseillent dans cette matière. Ils se placent tellement au-dessus des contingences de mise en forme qu’ils n’accordent pas la moindre noblesse à la communication, souvent perçue comme une minable tentative de maquiller la fulgurance de leur pensée magnifique. Je me souviens de l’un d’entre eux – que je ne citerai pas – qui avait un jour répondu sèchement à un journaliste qui lui demandait pourquoi il ne se servait pas de Twitter pour communiquer : « mais enfin, croyez-vous que l’on puisse résumer ma pensée à 140 caractères ? ». Si François Fillon avait écouté ses conseillers dès le premier jour, croyez-moi, il ne serait pas là où il en est aujourd’hui.
 
En réalité, la maîtrise de l’art de la communication est absolument indispensable dans une campagne électorale de cette importance.

Loin des clichés et des fantasmes, les conseils en communication ont deux fonctions majeures.
 
Les communicants sont avant tout des agents de compréhension la société pour le politique.
La toute première qualité d’un professionnel de la communication est l’insatiable curiosité qui l’aide à comprendre la société dans laquelle il vit. Avant de concevoir la moindre action déterminée, un communiquant doit d’abord permettre à celui ou celle pour lequel il travaille de comprendre le public cible avec le plus grand niveau de granularité.

Pour prendre une image issue de la photographie, il doit intégrer alternativement les fonctions de zoom et de grand angle lui permettant de disposer d’une vision éclairée et éclairante de l’audience, préalables indispensables à toute recommandation créative. Parce que la plupart des candidats à une telle élection sont déconnectés des réalités de l’électorat, parce qu’ils ne perçoivent plus rien après avoir passé des années dans le confort distant des cabinets ministériels ou des organes législatifs au sein desquels ils siègent depuis des années, ils ont un besoin vital des communicants pour les éclairer.
 
La communication intelligente est d’abord une forme de politesse
Traduire une pensée complexe de sorte qu’elle puisse être comprise par tout le monde, y compris et surtout par celles et ceux qui n’ont pas toutes les bases pour en maîtriser tous les concepts, est une façon intelligente de considérer son interlocuteur avec humilité et respect. Lorsque l’on tente de résumer un point clé d’un programme par quelques exemples concrets, par des images, par des mises en perspective dans la vie de tous les jours, on ne dénature pas l’idée originale, on lui confère une capacité à être comprise, on la pare d’éléments signifiants pour le plus grand nombre.

Je n’hésite pas à le dire, c’est un art noble que de donner accès à la pensée politique souvent aride dans sa technicité.  

La focalisation sur les communicants est un hors sujet. L'important est ailleurs et ne détournons pas nos regards de l'essentiel. 

A suivre... 

               Partager Partager
Notez


Lu 1775 fois

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter


Dans la même rubrique :

Il y a un an... - 22/03/2017

Voilà c'est fini - 21/11/2016

1 2 3 4 5

Politique | Opinion | PERSO | Libertés | Communication | WebDiversity | Culture | ReputationTime



Professionnel de la communication, optimiste exigeant et idéaliste compulsif, j'essaye de consacrer du temps au projet de changer le monde.

Professionnel de la communication, optimiste exigeant et idéaliste compulsif, j'essaye de consacrer du temps au projet de changer le monde.


Facebook
LinkedIn
Skype
Twitter
Slideshare

@cginisty
Lettre ouverte à Emmanuel Macron de la part d'un supporter confiant mais fébrile https://t.co/3Zob7OVHnx
Jeudi 27 Avril - 15:26
Lettre ouverte à Emmanuel Macron de la part d'un supporter confiant mais fébrile: Cher... https://t.co/nhYv5suKqi https://t.co/90vY3vDPBN
Jeudi 27 Avril - 10:19
@jomcdowell @ipraofficial @BDliveSA Wow, I need to be there
Mercredi 26 Avril - 22:55
@BGriveaux n'employez pas Le futur, de grâce, mais le conditionnel... Et ne lâchez rien
Mercredi 26 Avril - 20:36
RT @ReputationTime: PART II of @ReputationTime: What to do with a reputation crisis? Speakers @cginisty, @geocan & @axellelemaire. More: ht…
Mercredi 26 Avril - 15:47
Fait ch... ! Après la Rotonde, le silence de lundi et le coup de Whirlpool aujourd'hui, ça fait 3-0 pour #LePen... Faut se réveiller là !
Mercredi 26 Avril - 15:02

Recherche