Christophe Ginisty

Lettre ouverte à Edwy Plénel : les communicants ne sont pas tous des poisons pour la démocratie


Rédigé le Samedi 27 Avril 2013



Lettre ouverte à Edwy Plénel : les communicants ne sont pas tous des poisons pour la démocratie
Cher Edwy, 

Dans un récent entretien à la chaîne de télvision iTele, au lendemain de la diffusion par BFM-TV de "l'interview confession" de Jérôme Cahuzac, tu déclarais à propos de la mise en scène opérée par les conseillers de l'ancien ministre du budget : 

"Ces communicants, ce sont profondément un des poisons de notre démocratie. Ce sont les adversaires de ce que nous devons faire, nous journalistes. Nous devons être au service du droit de savoir des citoyens, pas de ces techniques qui essayent de cacher, de voiler, de mentir." (à partir de 10'35" dans la vidéo ci-dessous)

Avant de compléter quelques secondes plus tard par cette invitation : "Arrêtons ces mises en scène, occupons-nous d'information."

Si je me permets de t'interpeller aujourd'hui, c'est que nous nous connaissons un peu, nous avons partagé les mêmes tribunes sur le thème de la défense de la liberté d'expression sur Internet et de la liberté de la presse en ligne et je le fais aujourd'hui en tant que Président élu de l'International Public Relations Association (IPRA ). 

Les communicants ne sont pas tous des poisons de la démocratie et une grande majorité d'entre nous s'intéresse passionnément à l'information et travaille quotidiennement à rendre cette information disponible au plus grand nombre. 

Les pères fondateurs de l'IPRA se réunirent pour la première fois en 1949, au moment où les nations se reconstruisaient et tentaient de poser les bases d'un avenir apaisé. Cette année fut d'ailleurs d'une assez rare fertilité en matière de rédaction puis de promulgation de constitutions qui virent la naissance de nouveaux régimes un peu partout dans le monde. Leurs objectifs étaient de fédérer les professionnels des relations publiques au sein d'une organisation internationale garante des standards et de l'éthique dans la pratique des RP pour tenter de tourner le dos à l'insupportable propagande qui avait présidé jusque là. 

Leur première mission fut de jeter les bases d'un métier en écrivant puis en adoptant en 1965 le Code d'Athènes, longtemps considéré par beaucoup comme le texte éthique et déontologique de référence dans la pratique du métier des relations publiques. Ce texte plusieurs fois complété et amendé depuis prend son inspiration dans la déclaration universelle des droits de l'Homme s'attache déjà aux notions de transparence de l'information. 

Bien sûr, on peut toujours affirmer que les codes de ce type ne servent qu'à donner bonne conscience à ceux qui les écrivent et que leur transgression n'est sans aucune conséquence pour la longévité de leur carrière. C'est exact mais donnons tout de même quitus à ses inspirateurs d'avoir posé le débat là où il méritait d'être traité. 

Je fais ce métier de communicant depuis plus de deux décennies et je récuse le terme de "Poison de la démocratie." Je me suis battu toutes ces années pour contribuer au processus d'information de mes concitoyens. J'ai toujours conçu mon rôle comme celui d'un partenaire des journalistes qui effectivement doivent s'occuper d'information. J'ai eu à coeur de tout mettre en oeuvre pour faciliter leur travail plutôt que de créer des écrans de fumée entre l'information et les citoyens (ou les consommateurs). 

Et comme tu le sais, je suis un amoureux de la démocratie et un infatigable militant de la transparence de l'information.

J'ai applaudi des deux mains lorsque ce monde a fait l'expérience de la radicalité de la transparence et que des Wikileaks sont venus bouleverser le paysage médiatique endormi dans sa propre complaisance au pouvoir. J'ai été fasciné et émerveillé par les promesses de l'Internet et par tout ce que le réseau pouvait changer dans notre société de l'information, tout ce qu'il permettait d'offrir aux citoyens et notamment la reconquête de libertés fondamentales. C'est dans ce type d'événements que j'ai trouvé l'inspiration pour prolonger mon activité professionnelle par un engagement associatif et parfois politique. 

Crois-moi, je ne suis pas le seul dans ce cas et la grande majorité de mes confrères éprouve la même chose. 

Ceux qui ont travaillé avec Jérôme Cahuzac ne sont pas des communicants, ce sont des courtisans proches du pouvoir, installés dans les allées du pouvoir au point parfois d'être devenus eux-mêmes le pouvoir. Ils entretiennent l'illusion d'une expertise en disant à ces pauvres ministres ce qu'ils ont envie d'entendre. Ils ont une influence malsaine sur des journalistes preneurs de rendez-vous sensationnels. Ces "communicants" mettent en scène des interviews grotesques et minables telles que celle de Jérôme Cahuzac et espèrent en retour quelques juteux marchés publics qui assureront la subistance de leurs actionnaires. 

Ils nagent en pleine confusion des genres et leur métier n'a plus rien à voir avec de la communication. Ce n'est que spectacle, manipulation et propagande.

Mais, et tu le reconnaitras sans doute aussi, ce qui leur permet de durer a aussi ses racines dans une complaisance suspecte de certains de tes confrères. Dans le débat Cahuzac que tu as commenté, que dire de ces journalistes qui ont accepté d'offrir une telle tribune à ce tricheur, qui ne lui ont même pas infligé l'épreuve d'un direct et la puissance de vraies questions ? Cela t'a offert l'opportunité de critiquer "ces communicants", comprends que rien n'aurait été possible sans "ces journalistes."

Non seulement toute cette communication là n'est pas la mienne mais je te rejoindrai à chaque fois que toi ou l'un de tes confrères la combattrez. Car c'est en la combattant que nous pourrons enfin mettre la lumière sur d'autres communicants qui ont un rôle moteur sur l'information du public dans leur capacité à fluidifier les flux d'information, à créer les conditions du dialogue avec le grand public et à se mettre à la disposition des gens pour leur répondre. Ce sont des professionnels qui ne sont pas les adversaires des journalistes. 

Mais de grâce, pas d'amalgame ! Ne jette pas l'opprobre sur une profession qui a en son sein des professionnels remarquables, éthiques et intransigeants animés par le désir d'informer. 

Alors oui, j'ai été offensé et attristé par les propos que tu as tenus sur le plateau de iTele. Car je suis un communicant — je le revendique — et j'ai été blessé par l'idée d'être traité de poison d'une démocratie que je chéris. 

Je tenais à te le dire dans cette lettre ouverte en espérant que tu puisses désormais faire la part des choses afin que tous les amoureux de l'information, journalistes et communicants notamment, posent ensemble les bases d'une société de l'information moderne, respectueuse et transparente. 

Bien à toi, 
Christophe Ginisty 

               Partager Partager
Notez


Lu 3447 fois

Commentaires articles

1.Posté par Olivier Cimelière le 27/04/2013 12:28
Twitter
Je m'associe pleinement à la lettre ouverte de Christophe !
J'ai également eu l'opportunité de rencontrer Edwy Plenel à l'époque où je rédigeais mon livre sur le journalisme et dans lequel j'abordais justement le sujet des relations entre communicants et journalistes. M. Plenel était au départ plutôt partant pour signer ma préface avant de disparaître sans explications. Peut-être étais-je à ces yeux ce "poison" qu'il voit systématiquement chez les journalistes ? Dommage car c'aurait été l'occasion de briser certains clichés qui ont la vie dure et qu'Edwy Plenel entretient trop facilement.
Il se trouve que j'ai été journaliste avant d'être communicant. Or dans les entreprises où je suis passé, je me suis justement toujours évertué à contrer ces mythes où le journaliste était vu aussi comme un "poison".
M. Plenel, essayez de sortir également de vos préjugés à notre égard. Nous ne sommes pas tous des clones de Fouks & Co. Comme le rappelle fort justement Christophe, nous avons aussi une charte et entendons y faire honneur.

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter


Dans la même rubrique :

Voilà c'est fini - 21/11/2016

1 2 3 4

Politique | Opinion | PERSO | Libertés | Communication | WebDiversity | Culture | ReputationTime



Professionnel de la communication, optimiste exigeant et idéaliste compulsif, j'essaye de consacrer du temps au projet de changer le monde.

Professionnel de la communication, optimiste exigeant et idéaliste compulsif, j'essaye de consacrer du temps au projet de changer le monde.


Facebook
LinkedIn
Skype
Twitter
Slideshare

@cginisty
Ce soir, table ronde & 'speed mentoring sessions' avec les étudiants @ihecs avec @EliseGuillet @avaltat @colingoeu
Jeudi 8 Décembre - 16:03
Et maintenant, il va falloir expliquer pourquoi un type condamné à 3 ans de prison ferme n'est pas incarcéré https://t.co/A9HkhujIOx
Jeudi 8 Décembre - 15:33
Très drôle ! https://t.co/4Fn2ubjbEm
Jeudi 8 Décembre - 11:06
Nice read! https://t.co/7emrU7422u
Mercredi 7 Décembre - 12:44
Great series of GIF created by Twitter ⚡️ “The Top 10 Global Conversations of 2016” by @twitter https://t.co/tbEPaGPTBy
Mercredi 7 Décembre - 08:00
Manuel Valls : la gauche sans lyrisme https://t.co/V33ua6UkFn
Mardi 6 Décembre - 11:39

Recherche