Christophe Ginisty

Lettre ouverte à Emmanuel Macron de la part d'un supporter confiant mais fébrile


Rédigé le Jeudi 27 Avril 2017



Cher Emmanuel, 

Permets-moi tout d'abord de te tutoyer avant que tu ne sois élu Président de la République et que le protocole m'impose de te servir des "Monsieur le Président" sur tapis rouge.

Nous ne nous connaissons pas ou, pour être plus exact, tu ne me connais pas bien que je sois pourtant l'un de tes fervents supporters dans cette course à l'Elysée dont nous apercevons désormais la ligne d'arrivée. Je gagne ma vie depuis près de 30 ans déjà comme conseil en communication et je pense ne pas être trop mauvais dans mon art. Je décrypte la communication politique depuis des années et je suis un spécialiste (autoproclamé, certes, mais spécialiste quand même) de la réputation et des stratégies d'influence sur les réseaux sociaux.

Mais assez parlé de moi ! 

Si je t'écris aujourd'hui, c'est qu'il y a des choses que tu dois désormais savoir pour éviter de te faire bouffer tout cru par la Marine et ses légions de mercenaires, comme cela a failli t'arriver dimanche soir à la Rotonde et hier matin chez Whirlpool. 

Tous les coups sont permis, feu à volonté ! 

Vous n'êtes plus que deux en finale, l'enjeu est colossal et ne crois pas un seul instant que ton opposante va user de stratégies de communication pondérées et élégantes. Ca va dézinguer et canarder à tout-va, ça va dépasser l'entendement. Comparé à ce qui va passer au-dessus de ta tête, la bataille de Moussoul, c'est une partie de bridge. Tu as eu beau envoyer bouler un journaliste pour lui dire que tu n'en avais rien à faire des remarques déplacées sur ton dîner parisien et réfuter la référence au Fouquet's de Sarkozy, tu as eu beau affirmer que ton opposante n'avait fait que des selfies grotesques sur un parking quand toi tu es resté deux heures à discuter le bout de gras avec les représentants syndicaux, tes opposants ont décidé d'attaquer les moindres de tes faits et gestes et ça va être comme ça jusqu'au 6 mai. Tu vas vivre dans une odeur pestilentielle de boules puantes où chaque ambiguïté sera exploitée. 

Du coup et même si c'est contre ta nature, redouble de vigilance et ne t'expose pas. Je sais bien que tu assumes tes actes et que tu n'as aucun complexe mais ne deviens pas pour autant la cible facile des snippers qui sont postés sur tous les toits, armés jusqu'aux dents. S'il te plait, complique-leur la tâche !

La communication c'est de la mémorisation 

J'ai bien regardé et étudié la séquence Whirlpool. Tu as mille fois raison et ce que tu as fait est bien plus important et déterminant pour les pauvres salariés de cette entreprise que ce que ton opposante a fait en mettant en scène des selfies aussi arrangés que stériles. Néanmoins, ça a très mal commencé pour toi quand elle a pointé le bout de son nez sur le parking en mode "Moi, je suis au milieu de vous quand l'autre (c'est de toi dont elle parlait) est contraint de se réfugier à la chambre de commerce. Moi je fais du terrain, pas lui... nananère..." Fais attention car cette confrontation d'images t'a été défavorable toute la matinée et t'a fait passer pour un technocrate distant, là où elle s'improvisait bonne copine. Un comble ! 

Et puisqu'on t'a collé l'image du candidat de la finance et des banquiers alors que (je sais, je sais) cela n'a occupé que quatre ans de ta vie professionnelle et que de toute manière, tu n'as pas à en avoir honte, sois conscient qu'il te faudra ramer deux fois plus pour faire passer au journal de 20h une image proche de cette France d'en bas qui n'est pas franchement copine avec le CAC40. C'est injuste mais c'est comme ça. 

La forme inspire l'émotion
 
A l'ère des réseaux sociaux, la foule est devenue un média à part entière qui passe son temps à véhiculer non pas des informations mais des émotions. C'est peut-être insupportable d'en prendre conscience mais c'est la dure réalité de l'environnement médiatique en 2017. Le public a besoin de vibrer pour être actif dans la dissémination et le partage des messages, point de départ de tous les phénomènes que l'on qualifie de buzz. 

Tu peux passer des heures à expliquer un truc par le menu, à donner des arguments et à détailler chaque aspect de la question, les gens s'attachent à des petites choses, des moments parfois insignifiants, des attitudes fugaces qui vont entrer en résonance avec ce qu'ils croyaient déjà. Alors si tu ne veux pas te faire piéger à nouveau, évite les réunions à huis clos sans journalistes, apprends à tomber la cravate et ne mise pas tout sur la dissertation. Sois ce que tu dis, ne te contente pas de l'exprimer, incarne-le.  

Tiens tes troupes 

Je sais qu'il est brillantissime (je l'ai interviewé une fois, je ne m'en suis toujours pas remis), que tu lui dois beaucoup, et que tu as sans doute lu tous ses livres mais franchement, dis à Jacques Attali et à tes autres soutiens emblématiques de se la fermer deux secondes. Fais comme on le fait dans toute organisation qui sait communiquer : organise le porte-parolat et travaille les éléments de langage. Car franchement, balancer le fait que Whirlpool n'est qu'une anecdote au moment où tu partages un café-croissant avec les gars de la CGT à la Chambre-de-Co, ça fait tâche. 

Bien sûr que tu as compris ce qu'il avait voulu dire et que lui-même s'est sans doute auto-glorifé d'avoir eu cette fulgurance toute la matinée mais il y a des moments où l'ancien conseiller spécial de Mitterrand n'est jamais meilleur que quand il se tait. 

Change de rythme

Je te vois évoluer depuis des mois et si je suis impressionné par l'incroyable campagne que tu as faite en seulement un an mais je commence à percevoir ton talon d'Achille dans la conduite de ta communication : tu as trop tendance à n'en faire qu'à ta tête, pariant sur le fait que les gens finiront pas comprendre. Rassure-toi, c'est la marque des gens qui ont vraiment du talent et qui le savent. Ils ne s'encombrent pas de stratagèmes pour faire passer un truc, ils débordent de confiance, adorent la dialectique, argumentent avec passion et sont infatigables dans le débat.  

Sauf que là, on est dans une séquence qui est marquée par un élément de contexte essentiel : le manque de temps. Tu ne cours plus un marathon avec ses hauts et ses bas, ses points de ravitaillement et ses intenses moments de réflexion solitaire où tu te dis que tu ça ira mieux au 32ème kilomètre, mais un 110 mètres haies caractérisé par le fait que tu n'as plus le droit à l'erreur car tu n'aurais pas le temps de corriger un faux pas.

Il faut donc aborder cette période différemment, marquer les esprits par des attitudes et des gestes symboliques que le public percevra et mémorisera rapidement. Ne parie pas sur une explication de texte, cultive l'art de la formule, ne suppose pas que les gens devineront, sois public, ne t'envole pas, sois facile à suivre. 

Voilà ma contribution à ton élection de dans 10 jours et pas la peine de me dire merci.

De grâce, fais toi élire et boute la Marine le plus loin possible des cercles du pouvoir.

Je compte sur toi. 

Amicalement,
Christophe

               Partager Partager
Notez


Lu 2005 fois

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter


Dans la même rubrique :

Pourquoi je vote - 29/04/2017

Il y a un an... - 22/03/2017

1 2 3 4 5

Opinion | Politique | PERSO | Libertés | Communication | WebDiversity | Culture | ReputationTime



Professionnel de la communication, optimiste exigeant et idéaliste compulsif, j'essaye de consacrer du temps au projet de changer le monde.

Professionnel de la communication, optimiste exigeant et idéaliste compulsif, j'essaye de consacrer du temps au projet de changer le monde.


Facebook
LinkedIn
Skype
Twitter
Slideshare

@cginisty
N'est-ce point le degré zéro (voire moins-zéro) de l'analyse politique que de disserter sur qui a gagné la bataille e la poignée de mains ?
Vendredi 26 Mai - 18:48
RT @jrmaidment: Macron walks directly towards Trump, swerves at the last second to greet Angela Merkel first instead. Spectacular. https:/…
Vendredi 26 Mai - 13:48
Non mais quel crétin ! Trump est "allé au Pape" et l'a trouvé "Super" https://t.co/hMbqbS2peo
Vendredi 26 Mai - 09:40
RT @Marc_de_Haan: - Ça fera bien dans le hall d'entrée, honey. - Oui mais on fera ajouter des dorures, c'est un peu cheap comme ça. https:/…
Vendredi 26 Mai - 09:38
I can't realize #Trump is less than 1 mile next to me. I hate to feel him so close in this wonderful city of Brussels he has insulted
Mercredi 24 Mai - 18:10
Polémique Hanouna : retour sur le bad buzz https://t.co/dAHT2R9Muu
Mercredi 24 Mai - 14:04

Recherche