Christophe Ginisty

Manuel Valls : la gauche sans lyrisme


Rédigé le Mardi 6 Décembre 2016



Hier soir, j’ai regardé attentivement la déclaration de candidature de Manuel Valls.

C’était bien rodé, bien écrit et une mise en scène digne d’une publicité Benetton, avec tout plein de United Colors of the World pour faire la claque, comme dans les meilleurs séries américaines où les producteurs d’assurent que tous les groupes humains auront leur représentant parmi les héros.

Comme d’habitude, je me suis attaché à essayer de décrypter la séquence sous l’angle de la communication et, au-delà des mots, ce qui m’a frappé dans ce discours très volontariste et déterminé, c’est qu’il s’agit d’un authentique discours de gauche dénué de tout lyrisme, de tout idéal, de tout ce qui est propre à l’imaginaire de gauche dans mon esprit.

Comprenez-moi bien. Je ne vis pas dans un pays de bisounours et je ne dis pas que la gauche a le "monopole du cœur" pour reprendre une injonction célèbre mais il y a malgré tout dans l’idéologie socialiste une dialectique plus idéaliste et plus disruptive d’un point de vue sociétal que dans le camp conservateur qui s’illustre davantage par la recherche d’une bonne gestion à la recherche du profit et la protection des acquis.

Je sais que certains d’entre vous vont trouver ça affreusement caricatural mais je l’assume car je le pense sincèrement pour l’avoir vérifié à de nombreuses reprises.

Or, Manuel Valls est probablement l’un des seuls leaders de gauche que je connaisse qui, lorsqu’il prononce un discours (de gauche), donne l’impression qu’il vous engueule.

Non seulement ça manque de lyrisme mais, dans la forme et l’intonation, ça ressemble à s’y méprendre à un discours de Sarkozy (et Dieu sait que ça me fait mal de dire ça !). Il y a chez les deux hommes la même forme de raideur et de crispation qui les fait occuper tout l’espace et prendre l’ascendant sur l’auditoire de manière essentiellement autoritaire. Evidemment, ils ne disent pas les mêmes choses mais leur captation de l’attention est similaire.

Sans préjuger du moins du monde de la suite de la campagne qui va être longue et sans doute pleine de rebondissements (et puis il est temps que j’arrête de faire des prévisions pour éviter de me couvrir de ridicule), je trouverais utile que Manuel Valls, pour lequel j’ai beaucoup d’affection, essaye de briser l’armure et enrichisse son image actuelle de quelques attributs inspirés d’une véritable idéologie progressiste et socialiste.

Les gens ont déjà voté dans le passé pour un candidat marqué par son passage au Ministère de l’Intérieur (je mets de côté François Mitterrand qui ne l'a été que 7 mois) mais c’était l’électorat de droite, pas de gauche.

Même si j’assume là encore la critique de la caricature, je pense confusément que le peuple de gauche aspire à se rassembler autour d’un projet de société à long terme, audacieux et innovant, respectueux de chacun et déterminé à lutter contre les inégalités de toutes sortes, ouvert sur l’autre et conscient de l’urgence environnementale.

En matière de communication, il ne suffit pas de créer ce programme et le théoriser, il faut l’incarner et chacune des prises de parole doit en devenir une illustration.

Depuis ce matin, il n’est plus Premier Ministre. Il est important qu’il cesse de l’être aussi dans l’attitude.

A suivre…

               Partager Partager
Notez


Lu 2213 fois

Commentaires articles

1.Posté par jpascal le 06/12/2016 21:58
bien vu
il u a longtemps que ma gauche ne fait plus rever personne et que plus personne n attends plus rien d'elle
Elle s'est approprié le social elle a manipule les opinions en confisquant abusivement les valeurs humanistes qui ne sont plus depuis longtemps deja qu un positionnent markrting vide de sens et surtout vide d

pas tres claur peut être...hips

2.Posté par Michel Le Séac''''h le 06/12/2016 23:23
Manuel Valls n'a pas la tâche facile. Il a construit son image auprès de l'ensemble de l'électorat à coup de petites phrases souvent clivantes (style "la gauche peut mourir" ou "j'aime l'entreprise"), sans chercher à respecter les frontières traditionnelles entre la gauche et la droite. Mais voilà que, pour participer à la primaire, il doit reconstruire en quelques semaines auprès du seul électorat socialiste une image de meilleur candidat de la gauche. Sans pour autant ruiner ses chances auprès du reste de l'électorat... Il a donc tenté de tenir un langage de gauche qui serait bien reconnaissable par les gens de gauche sans l'être trop pour les gens de droite.
Son discours a paru laborieux ? Pas étonnant : il l'était.

3.Posté par Michel Le Séac'h le 07/12/2016 08:46
Manuel Valls n'a pas la tâche facile. Il a construit son image auprès de l'ensemble de l'électorat à coup de petites phrases souvent clivantes (style "la gauche peut mourir" ou "j'aime l'entreprise"), sans chercher à respecter les frontières traditionnelles entre la gauche et la droite. Mais voilà que, pour participer à la primaire, il doit reconstruire en quelques semaines auprès du seul électorat socialiste une image de meilleur candidat de la gauche. Sans pour autant ruiner ses chances auprès du reste de l'électorat... Il a donc tenté de tenir un langage de gauche qui serait bien reconnaissable par les gens de gauche sans l'être trop pour les gens de droite.
Son discours a paru laborieux ? Pas étonnant : il l'était.

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter


Dans la même rubrique :

Voilà c'est fini - 21/11/2016

1 2 3 4 5

Politique | Opinion | PERSO | Libertés | Communication | WebDiversity | Culture | ReputationTime



Professionnel de la communication, optimiste exigeant et idéaliste compulsif, j'essaye de consacrer du temps au projet de changer le monde.

Professionnel de la communication, optimiste exigeant et idéaliste compulsif, j'essaye de consacrer du temps au projet de changer le monde.


Facebook
LinkedIn
Skype
Twitter
Slideshare

@cginisty
Great news! https://t.co/NLmmlFxjcj
Mercredi 18 Janvier - 15:02
RT @HerveMonier: Ce matin, SUITE et FIN de ma liste des 300 twittos du marketing et de la communication à suivre en 2017 (Part. 2) ⏩ https:…
Mercredi 18 Janvier - 13:39
Impossible de mettre le contact sur la moto. Serrure gelée ou serrure forcée ? Mystère !
Mercredi 18 Janvier - 08:10
RT @flahertyrob: An awesome new service from Ketchum... https://t.co/Zqdzb1cfaI
Mercredi 18 Janvier - 06:38
Analyse : Comment sortir de la post-truth? https://t.co/BiC8HYee4r
Mardi 17 Janvier - 07:25
RT @xavierwargnier: Les sommets du digital 2017 https://t.co/yklpWOf73u
Mardi 17 Janvier - 07:19

Recherche