Christophe Ginisty

Migrants : une responsabilité à laquelle nous devons faire face


Rédigé le Dimanche 16 Août 2015



Il y a quelques jours, dans un dîner familial, on m'a demandé : "Eh, toi, qui t'intéresses tant à l'actualité et à la politique, qu'est-ce que tu penses du drame des migrants en Méditerranée ? Qu'est-ce qu'on peut faire ? Comment ça va évoluer tout ça ?" 

Ma première réponse fut de dire que je n'en savais strictement rien. Que ce drame me laissait sans voix, sans la moindre idée positive. Cette absence de réponse ne fit pas le bonheur de mon interlocutrice mais je ne trouvais rien d'autre à dire. 

Puis j'y ai repensé et, comme toutes les énigmes qui percutent mon quotidien et dont j'ignore la solution, je me la suis repassée en boucle au fil des jours qui suivirent. 

Je n'ai pas plus de réponse aujourd'hui mais je commence à comprendre pourquoi cette horreur nous frappe autant et nous laisse à ce point dans la plus épouvantable perplexité. Le drame des réfugiés qui tentent de gagner l'Europe dans des conditions indignes est le miroir de nos échecs passés et de la société que nous, européens, avons construite. 

Au cours des siècles passés, nous avons colonisé l'Afrique et nous l'avons pillée de la plupart de ses richesses. Nous, les peuples d'Europe, nous sommes servis de ce continent comme d'un grenier que nous avons exploité à l'envi, faisant de ses habitants des rats de laboratoire à qui nous avons transmis le virus du capitalisme et de la société de consommation dont une infime partie de dirigeants s'est honteusement octroyé les fruits et les richesses. Nous avons piloté ces sociétés avec une nonchalance coupable et un égoïsme affligeant, exigeant des africains qu'ils cessent de cultiver de quoi les nourrir pour se concentrer sur des cultures pouvant nous engraisser. Nous avons dessiné des frontières à la serpe au mépris des traditions ethniques et avons périodiquement instrumentalisé des coups d'état et des guerres civiles au gré de nos intérêts commerciaux sans nous préoccuper des conséquences sociales et politiques locales,...

Michel Rocard disait jadis que nos pays n'avaient pas "vocation à accueillir toute la misère du monde." Mais avions-nous au moins le droit de la créer, cette misère ? Car nous l'avons bel et bien créée ! 

Je le pense sincèrement, le spectacle auquel nous assistons depuis quelques années aux frontières de l'Europe doit nous interpeller au plus profond de nos êtres car nous en sommes responsables. Nous sommes responsables de n'être intervenus en Afrique que pour nos intérêts, nous sommes responsables d'avoir favorisé la corruption et la cupidité de ces régimes qui furent des fournisseurs dociles, nous sommes responsables d'avoir imposé notre culture pour mieux mettre les peuples à notre service, nous sommes responsables d'avoir déraciné les populations quand nous en avions besoin, nous sommes responsables de leur avoir fait croire que le paradis était chez nous,... 

Que nous soyons de droite ou de gauche, nous ne pouvons pas nous dérober devant cette responsabilité et avant que la sublime Mer Méditerranée ne devienne le plus grand cimetière humain au monde (2 000  migrants y ont déjà péri), notre devoir est de comprendre la réalité de notre responsabilité collective dans ce désastre et d'œuvrer avec humanité pour les accueillir dignement et surtout tenter de réparer sur place les dégâts que nous avons causés.

C'est moins un choix politique qu'un devoir historique. Je ne suis pas un apôtre de la repentance (pas du tout), juste des notions de responsabilité et solidarité. 

Je forme le voeu que quelqu'un le comprenne ici-bas. 

A suivre...

               Partager Partager
Notez


Lu 4072 fois

Commentaires articles

1.Posté par Colgis le 16/08/2015 18:23
Je partage cette analyse. Et si on y ajoute les futurs migrants "climatiques" le phénomène va s'amplifier'

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter


Dans la même rubrique :

Douce France ? - 08/06/2016

1 2 3 4 5 » ... 7

Opinion | Politique | PERSO | Libertés | Communication | WebDiversity | Culture | ReputationTime



Professionnel de la communication, optimiste exigeant et idéaliste compulsif, j'essaye de consacrer du temps au projet de changer le monde.

Professionnel de la communication, optimiste exigeant et idéaliste compulsif, j'essaye de consacrer du temps au projet de changer le monde.


Facebook
LinkedIn
Skype
Twitter
Slideshare

@cginisty
Très bon papier de @MBecquembois sur les approximations de #VanessaBurggraf dans #ONPC à l'encontre de @najatvb https://t.co/epS7yCazaX
Lundi 22 Mai - 17:45
RT @AndreeaHirica: On the #PostTruth Era: "Fake news is not new, the power of the medium is" https://t.co/MORwbDewYP by @cginisty #Reputat…
Lundi 22 Mai - 17:01
@marcelsel C'est la mère Michel comme dans la chanson?
Lundi 22 Mai - 14:26
@Efkouts Have a great day!
Lundi 22 Mai - 12:57
RT @P_T_MM: "Sharing & curation obsessions are the problem. '#FakeNews' is NOT" @cginisty on #digital newsgathering #EBS2017 https://t.co/u…
Lundi 22 Mai - 12:37
Another pic of my presentation at #EBS2017 about #FakeNews and media challenges https://t.co/sfGojzpCQY
Lundi 22 Mai - 12:22

Recherche