Christophe Ginisty

Nabila bashing : chronique énervée contre l'hypocrisie insupportable de certains bobos


Rédigé le Mardi 4 Juin 2013



Nabila bashing : chronique énervée contre l'hypocrisie insupportable de certains bobos
Au risque bien conscient de me faire des tonnes "d'amis" avec cette note, je voudrais pousser un coup de gueule contre un truc qui commence très sérieusement à me chauffer les oreilles. C'est cette nouvelle manière à la mode du printemps 2013 d'inviter la fameuse Nabila sur un plateau de télé dans l'espoir à peine dissimulé de la ridiculiser à son insu et ainsi de faire le buzz sur la toile. 

Dernier exemple en date, cette vidéo qui tourne en boucle depuis quelques jours et qui est tweetée, re-tweetée et re-re-tweetée à l'excès (pour ne pas dire à l'overdose) dans laquelle cette pauvre égérie de télé réalité est portée en dérision pour le crime impardonnable de ne pas avoir compris l'humour du si érudit Stéphane de Groodt. 

Quoi ? Comment ? Vous pouvez répéter ? Nabila n'aurait pas perçu la puissance de ce brillantissime gardien du temple du l'humour subtil alors qu'il éructait sa merveilleuse chronique truffée de ces bons mots dont on se poile encore dans les dîners mondains ? Mais comment est-ce possible ? Mais quelle idiote !!!

Regardez plutôt. 
 

Ce spectacle me désole autant qu'il me met en colère. 

Et ce qui provoque cette réaction chez moi n'est pas le manque supposé de culture de cette jeune femme que je ne connais pas, mais la mécanique médiatique un peu lâche qui s'amuse à la punaiser de façon répétitive sur le mur de la honte.

Le fonctionnement de ces petites mises à mort télévisuelles est implacable : on l'invite juste pour l'inviter, pour sa plastique, son sourire mais aussi sa spontanéité et un sens inné de la formule qui fait le buzz. On la met au milieu d'animateurs complices qui, après s'être perdus dans les courbes sans doute siliconnées d'un décolleté majestueux (bien oui, c'est un réflexe de mâle, que voulez-vous), ne cesseront d'échanger ces regards plein de sous-entendus sur la vacuité de l'organe cérébral de celle qu'ils ont néanmoins invitée. 

Puis vient la chronique de Stéphane de Groodt. Un enchevètrement de bons mots lancés à cent à l'heure et de formules que les moins de 20 ans n'ont aucune chance de pouvoir connaître ("...Il était naturel... ou Paturel si je m'étais appelé Sabine...") que le réalisateur prendra surtout soin de filmer en plan large, histoire de ne rien louper du malaise confus de la jeune fille qui ne pige pas ce que l'humoriste égraine avec une auto-satisfaction aussi déplacée que coupable.

Moins elle comprend, plus l'équipe d'animateurs jubile. Ils tiennent leur buzz, Youtube fera d'eux des rois et l'humoriste deviendra célébre non pas parce qu'il fait rire mais parce qu'il réussit à ne pas se faire comprendre. Jolie prouesse !

Ne doit-on pas se faire un point d'honneur à être compris du plus grand nombre quand on fait de la télévision ? Pensez donc, ces stars de la télévision mettent en scène le ridicule d'un combat inégal. Ils attirent le plus faible dans le filet de leur condescendance pour mieux se valoriser eux. 

C'est facile mais peu importe, ça fait du Like sur Facebook et des RT par milliers ! 

Encore une fois, je ne connais pas cette Nabila et aucun intérêt de quelque nature que ce soit ne me pousse à écrire cette note mais j'ai toujours eu une sainte horreur des logiques d'humiliation et de ces plus forts qui s'attaquent aux plus faibles. 

C'est d'une hypocrisie sans nom et ça continue sur la toile sous l'impulsion des protagonistes qui font eux-même l'avant-vente d'une émission dont ils connaissent les ressorts comiques pour l'avoir enregistrée. 

Ainsi, Stéphane de Groodt lui-même signalera par trois messages à ses 11.362 "followers" (waouh, la star !) ce moment déjà culte où la puissance de son humour haut de gamme va venir percuter et terrasser la bimbo désoeuvrée. 

Nabila bashing : chronique énervée contre l'hypocrisie insupportable de certains bobos
Vous l'aurez compris (du moins je l'espère), ce que je trouve le plus triste dans cette histoire n'est franchement pas la bêtise supposée de Nabila que l'on met en scène mais la suffisance de ceux qui l'invitent, lui reluquent ostensiblement les nichons et s'autorisent à faire de l'incompréhension confuse de cette jeune femme un spectacle de divertissement lancinant digne des légendes de la Foire du Trône. 

De la dictature du bobo dans toute sa splendeur ! 

A suivre...

               Partager Partager
Notez


Lu 81070 fois

Commentaires articles

1.Posté par Churchill le 05/06/2013 07:02
Ai-je le droit de dire que je trouve votre billet... surprenant ? Pour ne pas dire aussi énervant qu'il est énervé !

D'abord, quand je lis : "après s'être perdus dans les courbes sans doute siliconnées d'un décolleté majestueux (bien oui, c'est un réflexe de mâle, que voulez-vous)", je me dis que les deux causes du féminisme et de la lutte contre l'homophobie ont encore bien du chemin à parcourir avant de vaincre... Ce qui définit le mâle, c'est donc qu'il ne peut s'empêcher de "reluquer" les femelles. C'est intéressant.

Ensuite, il me semble que vous avez oublié UNE chose. Oh, elle est toute petite, rassurez-vous. L'invitée en question ne se contente pas de ne rien comprendre à ce qu'elle entend. Elle coupe le chroniqueur, le reprend, lui fait même la leçon ! Elle bousille son travail. Car c'est bien d'un travail qu'il s'agit. Et j'en parle d'autant plus facilement que je ne suis pas sensible à l'humour de Stéphane de Groodt, que je connaissais surtout comme acteur dans la série "Boulevard du Palais". Quand on critique publiquement le travail de quelqu'un, si on montre en même temps qu'on ne l'a pas compris, on est deux fois plus... con ?

Enfin, et c'est sans doute un oubli, vous ne rappelez pas que personne n'est venue chercher cette demoiselle. Si elle n'avait pas eu la volonté acharnée de faire parler d'elle à la télévision, personne ne saurait qu'elle est bête à manger du foin. Elle a joué, elle a perdu. Avant, seule sa famille et ses proches savaient qu'elle était idiote. Maintenant, tout Internet peut le savoir. Et c'est elle, et elle uniquement, qui l'a voulu.

En bref, je ne pleurerai pas.

2.Posté par Christophe Ginisty le 05/06/2013 07:54
Mais quelle horreur ce commentaire ! Affligeant.

Désolé de vous le rappeler mais je pense que c'est la télé réalité qui va au contraire chercher ces jeunes en leur faisant miroiter une célébrité aussi providentielle que trompeuse. Cette télévision, quand elle a de la "chance", essore à l'excès le potentiel de buzz de certains puis les rejette à la rue.

Quant à l'invité qui n'aurait pas le droit d'interrompre l'humoriste qui travaille, franchement, ça me laisse sans voix.

Quand c'est une Bimbo c'est mal et quand c'est Djamel c'est bien ?

Ah, la dictature des bobos !

3.Posté par Churchill le 05/06/2013 08:16
Merci, monsieur Ginisty ! Du fond du coeur, merci !!! C'est la première fois, en quarante ans passés, qu'on me traite de "bobo". Je ne croyais plus cela possible.

Quant à Djamel (Debbouze, j'imagine), où avez-vous lu que j'aimais ce qu'il faisait ? Non, parce que si quelqu'un l'a écrit sous mon nom, faites-le moi savoir. Vite ! Ce serait de l'usurpation d'identité.

Pour la "télé-réalité", visiblement, nous ne sommes pas d'accord. Ce n'est pas grave. Affligeant non plus, d'ailleurs.

4.Posté par Jean-Francois Pascal le 05/06/2013 16:00
Il est effectivement intéressant de voir comment un certain snobisme culturel fait son fonds de commerce des icônes de la télé-réalité. Ou comment se nourrir complaisamment de ce que l'on dénonce, le tout avec cette assez insupportable posture de surplomb, d'ironie et d'entre soi. La "private joke" des "insiders" valant désormais brevet d'esprit et autorisant, en toute bonne conscience - celle de la belle âme donneuse de leçons - le recours a de basses méthodes.
Dans un registre voisin, j'avais dénoncé le récent Naöelle bashing: http://laozistrategies.com/2013/05/02/le-naoelle-bashing-ou-la-france-moisie-a-la-fete/
Décidément la France moisie n'est jamais bien loin...

5.Posté par Jean-Baptiste Morain le 05/06/2013 17:53
Facebook
Arrêtez avec les bobos. Les bobos n'existent pas. Ce sont des bourgeois. De Groodt n'est pas un bourgeois, c'est un beauf. Nabilla s'écrit avec deux L, merci. Restepctez au moins l'orthographe de son nom.

6.Posté par Pauline Ohanna le 05/06/2013 18:07
Facebook
Merci Churchill !

Vous croyez vraiment que Nabilla est victime du snobisme des "bobos" ?

Ne pensez vous pas une seule seconde qu'elle était ravie de passer pour une cruche. C'est finalement ce qui l'a rendue célèbre et la seule chose qu'elle maîtrise avec le car wash, il faut bien l'avouer. Personne ne lui a demandé de couper l'humoriste pour préciser que sa chronique était trop "chelou" et qu'elle n'y bitait rien.

Arrêtons un peu de s'apitoyer sur cette bimbo qui semble très bien savoir ce qu'elle fait.. Versons plutôt une larme sur son buzz. Et à cet égard, je suis tout à fait d'accord que le choix des médias de donner la parole à des gens qui n'ont clairement RIEN à dire est surprenant voire affligeant.

Quelle idée d'accorder à Nabilla plus de "15 minutes of fame" ou lame devrions-nous dire.. ?!

7.Posté par jaimetonwine le 05/06/2013 19:21
Twitter
Elle ne fait qu'interrompre le monologue (incroyable) du comédien.
Elle n'a que ce qu'elle mérite.
Se taire est d'une plus grande intelligence parfois - surtout quand on n'en a pas.

8.Posté par jaimetonwine le 05/06/2013 19:22
Twitter
par ailleurs, je n'ai pu supporter que 4 min de sa vulgarité.

9.Posté par Pimousse le 05/06/2013 20:24
Ils sont tous complices de ce buzz, chacun dans son rôle : la bimbo qui tombe de son nuage, l'animatrice pro qui fait signe qu'il faut continuer l'émission coûte que coûte, l'humoriste qui ne peut pas expliquer sa blague à la plèbe, comme le magicien n'explique pas son tour de magie,... Bref ça n'a juste aucun intérêt. Mais puisqu'il faut en parler à tout prix...

10.Posté par Ju_zeppelin le 05/06/2013 21:41
Ca n'est pas la faute des membres de l'émission, c'est plus que probablement l'agent de cette fille qui a vu là une occasion en or de faire un buzz et donc du capital, sans se soucier de l'image positive ou négative de sa cliente...

11.Posté par Christophe Ginisty le 05/06/2013 22:31
Bon, j'ai supprimé quelques commentaires car la surenchère me fatigue et je n'ai pas envie que mon blog devienne de défouloir à trolls.

J'ai dit ce que j'avais à dire sur cette histoire. Si vous avez envie de continuer le débat, ce qui est évidemment votre droit le plus absolu, je ne doute pas que vous aurez la possibilité de le faire sur Facebook ou sur d'autres plateformes participatives.

Pour le moment, les commentaire sont fermés sur cette note ;-)


Dans la même rubrique :

Boulot | Web 2.0 | Analyse | Coups de com | Nouveautés | Chiffres clés | Communication de crise



Professionnel de la communication, optimiste exigeant et idéaliste compulsif, j'essaye de consacrer du temps au projet de changer le monde.

Professionnel de la communication, optimiste exigeant et idéaliste compulsif, j'essaye de consacrer du temps au projet de changer le monde.


Facebook
LinkedIn
Skype
Twitter
Slideshare

@cginisty
I can't realize #Trump is less than 1 mile next to me. I hate to feel him so close in this wonderful city of Brussels he has insulted
Mercredi 24 Mai - 18:10
Polémique Hanouna : retour sur le bad buzz https://t.co/dAHT2R9Muu
Mercredi 24 Mai - 14:04
And after meeting the Pope, did #Trump write "Great white suit, buddy, will never forget! Donald"? https://t.co/7asGu2Q1AS
Mercredi 24 Mai - 13:53
Polémique Hanouna : retour sur le bad buzz: Depuis une semaine, Cyril Hanouna est au... https://t.co/agvKRkR1cz https://t.co/lGi4vWQGK2
Mercredi 24 Mai - 11:58
@peter_otten @holmesreport Congratulations to the whole team! Well deserved
Mercredi 24 Mai - 10:06
RT @PatrickChWeber: It all comes from Manchester (Noel Gallagher) https://t.co/cBnReRddcd
Mercredi 24 Mai - 10:02

Recherche