Christophe Ginisty

Ne devrait-on pas encadrer les dépenses de communication de l'exécutif ?


Rédigé le Vendredi 4 Novembre 2011



Ne devrait-on pas encadrer les dépenses de communication de l'exécutif ?
Je viens de lire avec effarement le long papier de Mediapart qui fait écho au rapport de la Cour des Comptes (téléchargez le rapport en attachement disponible en bas de cette note) sur les dépenses de communication du pouvoir exécutif en France. On y apprend des choses tout de même ahurissantes sur l'obsession d'utiliser des deniers publics pour soit convaincre l'opinion de la qualité de son action, soit le sonder.

«  Entre 2006 et 2010, 600 millions d'euros (hors personnel) ont ainsi été dépensés par les dix ministères ciblés par la Cour des comptes (...) Au-delà des montants, la Cour a surtout découvert un grand nombre de «procédures irrégulières ou contestables». Notamment en matière de conseil stratégique en communication, une catégorie qui regroupe des recommandations opérationnelles, des coaching ou media-training, voire de l'assistance à la communication de crise,... »

Même si la méthode a changé suite au scandale des sondages de l'Elysée, le rapport pointe quand même le fait que les études d'opinion commandées par les dix ministères auront coûté la bagatelle de 30 millions d'euros en quatre ans.

Ce qui est à tomber par terre, c'est que le pouvoir mesure tout et n'importe quoi. Et c'est nous qui payons.

Morceaux choisis dans le rapport de la Cour des Comptes :

Par exemple, l’institut Médiascopie a analysé, dans une étude fournie au ministère de la défense en 2008, le niveau d’adhésion suscité par les propos tenus par le ministre de la défense au cours d’une émission télévisée (Mots croisés), mais également par ceux d’autres intervenants de l’émission, extérieurs au ministère. Ces propos, au moins partiellement étrangers aux questions de défense, auraient dû être exclus du champ de la prestation.

De même, dans un post-test qualitatif commandé par le ministère de la défense sur la prestation du ministre au cours d’une émission de radio-télévision, réalisé par Internet du 3 au 6 avril 2011, l’institut OpinionWay a interrogé les sondés sur le caractère plus ou moins convaincant de l’intervention du ministre concernant 19 « enjeux », dont trois n’intéressaient pas le ministère de la défense : « la progression du Front national ; le rôle du Premier ministre et du secrétaire général de l’UMP ; le conflit entre François Fillon et Jean-François Copé ».


Bien oui, c'est ça la société hypermédiatique. On passe à la télé et on mesure immédiatement, sur le dos du contribuable, la perfomance du ministre.

De même, dans le cadre d’un marché à bons de commande passé avec la société TNS SOFRES le 10 août 2004, le ministère de la justice a commandé, en juillet et novembre 2007, deux enquêtes intitulées « baromètre de suivi de l’opinion sur l’actualité du ministère de la justice et l’action du ministre » (coût total : 60 948,16 € TTC).

Le rapport d’analyse de la première vague était structuré en sept rubriques, dont l’une concernait l’image du ministre ; à cet égard, les sondés étaient invités à dire, pour une série de qualificatifs (« volontaire », « travailleuse », « dynamique », « tenace », « ouverte au dialogue », « à l’écoute des préoccupations des gens », « rassembleuse »…), s’ils s’appliquaient « plutôt bien ou mal à Rachida Dati, le ministre de la justice ». Lors de la seconde vague, les questions portaient aussi sur « sur la manière dont les médias parlent de Rachida Dati depuis qu’elle est ministre de la Justice ».


J'en passe et des meilleurs.

C'est évidemment consternant. 600 millions d'euros de dépenses pour consulter le miroir magique relève ni plus ni moins d'un abus de bien public et d'un détournement flagrant de l'argent du contribuable à des fins personnelles.

Ce n'est pas une dépense à but pédagogique visant à expliquer la compexité d'une réforme ou à fournir des informations utiles aux citoyens, c'est de la basse gestion de carrière personnelle, à des années lumières, voire aux antipodes de l'intérêt général.

Pour ma part, je crois que ce type de dépenses devrait tout simplement être interdit et que le législateur serait bien inspiré de légiférer en la matière pour ramener un peu de décence dans la gestion des affaires publiques.

Car encore une fois, tout ceci est honteusement orchestré avec l'argent du contribuable.

71546981_depenses_com_gouvernement_mediapart.pdf 71546981-Depenses-Com-Gouvernement-Mediapart.pdf  (1.05 Mo)


               Partager Partager
Notez


Lu 9028 fois

Commentaires articles

1.Posté par Jarodd le 04/11/2011 19:08
le législateur serait bien inspiré de légiférer en la matière

Oui, mais le législateur en question est pote avec les ministres en question non ? Je vois mal un Parlement çà majorité de droite voter contre des pratiques des ministres de droite...

D'ailleurs si le vote se faisait, je ne suis même pas sûr qu'ils voteraient contre ses pratiques ! Ils trouveraient une parade, "cabale médiaque", "propos de la CC mensongers et sortis de leur contexte",...

Donc quelle solution vraiment envisageable reste-t-il ?

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter


Dans la même rubrique :

Voilà c'est fini - 21/11/2016

1 2 3 4

Politique | Opinion | PERSO | Libertés | Communication | WebDiversity | Culture | ReputationTime



Professionnel de la communication, optimiste exigeant et idéaliste compulsif, j'essaye de consacrer du temps au projet de changer le monde.

Professionnel de la communication, optimiste exigeant et idéaliste compulsif, j'essaye de consacrer du temps au projet de changer le monde.


Facebook
LinkedIn
Skype
Twitter
Slideshare

@cginisty
Manuel Valls : la gauche sans lyrisme https://t.co/V33ua6UkFn
Mardi 6 Décembre - 11:39
Manuel Valls : la gauche sans lyrisme: Hier soir, j’ai regardé attentivement la... https://t.co/RNF0sSpEt4 https://t.co/chZ53Eo2YO
Mardi 6 Décembre - 10:11
En même temps, il parait que réduire de 20km/h la vitesse à Paris, ça revient à aller en marche arrière https://t.co/ouRNnfcfV9
Lundi 5 Décembre - 13:21
@PolitiqueInfo au contraire, je trouverais ça très malin
Lundi 5 Décembre - 12:49
Allez, je parie sur Najat Vallaud Belkacem pour remplacer @manuelvalls à Matignon @najatvb
Lundi 5 Décembre - 12:39
Fait pas chaud en moto https://t.co/DFdoxOWc5O
Lundi 5 Décembre - 08:47

Recherche