Christophe Ginisty

Peguy avait raison - Par Etienne Béranger


Rédigé le Dimanche 2 Août 2009

J'ai pris la décision hier de mettre en sommeil provisoirement le site des Promoteurs pour le mois d'août. Celui-ci réouvrira à la fin du mois, à quelques jours de l'Université de rentrée. Mais juste avant de prendre cette décision, mon ami Etienne Béranger, élu du MoDem à issy-les-Moulineaux avait publié une note que je trouve si juste et si intelligente que j'ai voulu la reproduire ici pour la livrer au débat. C'est rarissime que les notes de mon blog ne soient pas de moi mais je pense pouvoir faire une exception avec celle-ci. A vous de juger.



Peguy avait raison - Par Etienne Béranger
Voici donc ce qu'Etienne a écrit :

Au siècle dernier, l'écrivain Charles Péguy a déclaré "qu'il y a quelque chose de pire que d'avoir une âme perverse et même une âme mauvaise, c'est d'avoir une âme habituée". Cette phrase souvent mal comprise n'est pas une apologie de la perversité mais un dénigrement des habitudes qui sont de très loin les plus gros obstacles aux évolutions souhaitables dans quelque domaine que ce soit. Et le Mouvement Démocrate, en tant que groupe d'hommes et de femmes ayant une finalité commune n'échappe pas, loin s'en faut, à ce travers inscrit dans la nature humaine.

Les habitudes qui entravent le bon fonctionnement du MoDem sont en premier lieu celles issues de son histoire et donc héritées de l'UDF. Cette dernière était un mouvement de notables organisé en chapelles autour d'élus locaux ayant une notoriété assise et considérant les militants des sections comme leurs serviteurs, le tout sans grande coordination nationale. Ce fonctionnement a laissé dans les esprits des traces dont certaines sont encore présentes à ce jour. Il est en particulier symptômatique que l'analyse du gadin électoral européen ait amené beaucoup de militants à dire qu'ils avaient trop eu le sentiment d'être réduits à des exécutants de tâches logistiques organisées localement avec un manque d'instructions claires en provenance du siège. 

Depuis sa création, le MoDem a accueilli un nombre significatif de jeunes militants n'ayant jamais adhéré auparavant. Ils sont jeunes, dynamiques, motivés et ambitieux et ils ont également besoin d'une formation politique. Du temps de l'UDF, l'habitude avait été prise de former surtout les élus. Il est donc urgent de ne pas retomber dans le même travers et de mettre enfin sur pied un véritable système de formation militante. Il a été promis à Villepinte. Il n'a toujours pas vu le jour. Si nous  ne passons pas la vitesse supérieure sur ce sujet, les dissensions entre les élus et les militants constatées dans bien des sections ne feront que s'accroître, ralentissant encore la bonne marche du Mouvement Démocrate.

Au MoDem comme ailleurs, des carriéristes existent. Lors des élections internes, nous les avons vu s'entretuer piétinant au passage la charte éthique et la charte des valeurs qu'ils avaient tous applaudies des deux mains à Villepinte. L'habitude de l'indiscipline et de l'intérêt personnel avant l'intérêt général avait déjà cours à l'UDF et il serait temps de mettre fin à ces pratiques par une discipline interne pouvant le cas échéant déboucher sur des sanctions. Les chartes étaient sensées constituer des garde-fous contre de tels agissements et le Comité de Contrôle et de Conciliation était sensé canaliser et contrôler cette discipline interne. Il serait donc temps dans ce domaine que les mauvaises habitudes fassent place aux saines pratiques responsables.

Enfin, une bonne gouvernance passe par un juste équilibre entre la démocratie participative et la démocratie représentative c'est à dire par une organisation professionnelle ou se pratique la délégation selon un principe interne de subsidiarité. Le moment est venu de mener à bien cette évolution encore trop embryonnaire au MoDem afin qu'elle ne reste pas elle aussi au stade de la promesse non tenue. Car les bonnes résolutions sans suite sont malheureusement encore trop monnaie courante chez les démocrates. La définition de notre stratégie politique pour les Régionales devrait déjà en particulier être définie et opérationnelle. Ce retard à l'allumage électoral est encore lui aussi trop récurrent dans nos rangs.

Ce tableau réaliste que chacun pourrait aisément compléter avec son vécu propre a pour seul objectif d'attirer l'attention sur des dysfonctionnements internes qui sont des erreurs de jeunesse naturelles pour un mouvement encore récent mais qu'il faut corriger au plus vite afin d'arrêter la machine à perdre. Car la réalité des chiffres est là, jamais depuis sa création, le MoDem n'a réalisé de score électoral conforme à ses espérances.

Nous ne sommes pas les Promoteurs d'une contestation de principe mais nous voulons promouvoir une organisation efficace pour en finir avec les gâchis successifs que nous avons tous regrettés. Nous avons souvent eu les meilleurs programmes et de bons candidats avec au bout du compte des résulats électoraux insatisfaisants. Nous nous devons d'arrêter cette machine à perdre pour que notre projet démocrate soit vraiment un Projet  d'Espoir pour la Nation.

Alors finissons en avec nos vieilles mauvaises habitudes pour cesser de constater avec amertume que Péguy avait raison. 

Etienne Béranger
Conseiller Municipal à Issy-les-Moulineaux
Membre du Conseil départemental des Hauts de Seine


               Partager Partager
Notez


Lu 2472 fois

Commentaires articles

1.Posté par Arnaud le 03/08/2009 01:20
Je reconnais bien ici la fine plume d'Etienne, mélange de culture politique et de bon sens. Cela fait plaisir d'avoir un ex UDF aussi lucide sur les pratiques qui ont toujours cours. Je fais parti des primo-adhérents MoDem, sans aucun passé politique. Je constate aussi ces luttes de pouvoir entre telle ou telle chapelle, pratique détestable qui ne s'est pas arrêtée après les élections internes. Merci Etienne pour ta lucidité. Il est vrai qu'il est temps de penser à l'intêret général. Bravo aux ex MoDem passés à l'Alliance Centriste pour avoir des titres et des places éligibles aux régionales. Vous rendez un grand service au MoDem en le quittant. Que tout les carriéristes du MoDem fassent de même et aillent constituer cette armée mexicaine.

2.Posté par cocobe le 03/08/2009 02:14
Superbe article qui montre que le MoDem a reproduit ce qu'il dénonçait chez l'UDF: un discours de lettrés pour des lettrés. Ton analyse est lumineuse, ta critique parfaite, ton diagnostic excellent, mais nous pensons qu’il est déjà trop tard pour refaire « du neuf avec du vieux ».

Rassure-toi, cher Étienne, nous ne faisons pas le complexe des autodidactes que nous ne sommes pas. Nous pensons simplement que nous sommes à côté de la plaque, parce que "faire de la politique autrement" a signifié pour beaucoup d'entre nous essayer de faire assaut d'intelligence et de propositions toutes plus originales et innovantes les unes que les autres, moralité c'est devenu une usine à gaz incontrôlable.

Dans l'échec du MoDem dans sa version 1.0, c'est-à -dire jusqu'au 7 juin, nous portons tous une part de responsabilité. Pas seulement nos hiérarques, mais aussi les cadres intermédiaires. Parce que nous avons oublié que "faire de la politique autrement", c'est d'abord faire de la politique tout court.

Cela veut dire avoir pour le citoyen ordinaire un discours compréhensible et un langage qui parle à son cœur et à sa raison avant de chercher à l'épater par des mots savants ou des propositions compliquées. C’est ce que François BAYROU avait fait en 2007 : il nous parlait de choses simples comme la famille, deux emplois sans charge, il nous disait que sa première préoccupation serait la dette des Français, donc de nos enfants, il nous parlait des principes intangibles de notre République : Liberté, Égalité, Fraternité, toutes choses qui nous touchaient, qui nous "rassuraient" comme l'a dit un jour Vincent LINDON.

Nous ne voulons pas minimiser la qualité de ton, de tes écrits qui sont toujours remarquables d'intelligence et de culture. Nous pensons qu'il faut passer sans délai au MoDem version 2.0 qui est tout simplement le modem au sens premier du mot : Modulateur/Démodulateur capable de décoder et transformer une idée ou une proposition en un langage compréhensible par tous.

Tu mets en lumière une évidence : il est difficile de changer et l'erreur est d'avoir reproduit un parti calqué sur un modèle ancien en se contentant de changer quelques textes et le nom. Mais comme ses fondateurs et beaucoup de ses adhérents étaient issus de formations qui, à quelques nuances près, se ressemblent, il était à craindre que l'on reproduise les mêmes travers.

Nous en avons discuté quelques fois avec Christophe : la notion de parti porte en elle-même sa limite. Par nature, un parti ne peut représenter tout le monde et s’adresser à tout le monde. Or la démocratie appartient à tout le monde et les sujets qui la concernent s’adressent à tout le monde sans esprit partisan, donc au-delà des partis. François BAYROU avait ce discours, il avait cette vision, mais il ne sait plus l’expliquer parce que justement il est « bouffé » par son parti. Un de ses amis et proches a dit le 4 juillet, c’est Christophe qui nous l’a raconté: " François se fait manger par ses propres enfants ". Créer un parti vraiment démocrate est peut-être tout simplement une utopie, un schéma intellectuel qui ne peut se décliner pratiquement.

Pourquoi ? Tu l’expliques admirablement, cher Étienne " Au MoDem comme ailleurs, des carriéristes existent ", à défaut d’être louable, c’est humain! Tu ajoutes : " L'habitude de l'indiscipline et de l'intérêt personnel avant l'intérêt général avait déjà cours à l'UDF et il serait temps de mettre fin à ces pratiques par une discipline interne pouvant le cas échéant déboucher sur des sanctions ".

Pardonne-nous de te contredire, mais ce qui fait que le MoDem version 1.0 était vivable, c’est qu’on y jouissait d’une grande liberté de parole et tu ne nous proposes rien moins que de " normaliser " les pratiques avec des sanctions à la clé, bref de devenir encore un peu plus un parti comme les autres.

Nous doutons que partir sur ces bases produise de bons résultats. Ça nous rappelle un récent courrier de Martine AUBRY à Manuel VALLS ou encore une certaine Présidence départementale qui a signé un recours pour faire exclure un Conseiller national qu’elle juge - elle a raison sur certains points, mais pas de l’exclure - encombrant parce qu’il tient des propos et a des attitudes iconoclastes contre certains de ses élus, dont de nombreux Ex-UDF.

Nous nous souvenons d’un discours de Jean-Pierre RIOUX lors de la création du MoDem au Zénith, il avait employé cette formule merveilleuse : " il faudrait bien que ce pays entre en insurrection de l’intelligence ". C’est exactement ce que le MoDem, donc nous tous, UDF ou pas UDF, n’avons jusqu’à ce jour, pas su faire.

La réponse appartient aux citoyens qui doivent reprendre le pouvoir en " en entrant en insurrection " et le rôle du politique est de les aider à reprendre ce pouvoir, pas de le prendre à leur place en créant des partis qui n’auront qu’une partie de la réponse ou une réponse partisane.

À la rigueur un peu austère de PÉGUY, nous préférons l’humour un peu décalé de George Bernard SHAW qui avait un esprit rigoureux, mais aussi ce fond d’autodérision qui nous manque parfois cruellement : "Il est beaucoup plus dangereux d'être un saint qu'un conquérant ".

Pour notre part, nous entendons rester des conquérants et des résistants. Les nouvelles technologies permettent facilement de s’affranchir des barrières, des codes et des sanctions pour revenir aux fondements de la démocratie : les citoyens s’adressent aux citoyens, c’est bien ce qui fait peur aux partis.

3.Posté par Danièle Douet le 03/08/2009 09:42
Que de choses vraies dans ce qui vient d'être écrit. Je me permets de citer tout d'abord une partie mon post sur le site des Promoteurs:

14. Posté par Danièle Douet le 16/07/2009 22:49
Tiens, je viens de lire sur le site officiel le lancement de l'institut de formation des élus: http://www.ifed.fr/ et notamment la page intitulée: "Droit à la formation des élus"
...
Quand je repense au Congrès fondateur de Villepinte où nous avions présenté - Michel Hinard, Virginie Votier et moi-même - un amendement demandant une formation pour les adhérents :

Tout adhérent au Mouvement Démocrate a droit à une formation permanente, afin d’encourager l'exercice d'une citoyenneté active et participative, pour favoriser la connaissance et l’exercice des mécanismes de participation à la vie sociale, culturelle, économique et politique.
Ce droit permet l’exercice des fonctions de mise en œuvre de projets de société et de programmes au service du Mouvement et de la communauté.

Les élus et les adhérents, sur la base du volontariat, mettent bénévolement leurs compétences au service du droit à la formation.
Les modalités de fonctionnement du droit à une formation permanente seront définies dans le Règlement intérieur


F. Bayrou avait répondu:
Amendement 11 : La formation est absolument indispensable, mais cela relève de la charte éthique (des comportements). L'application sera explicitée dans le règlement intérieur. Amendement 11 rejeté.

et le RI dit:

g - formation :
Une session d’accueil est organisée à l’intention des nouveaux adhérents. Un programme de formation est proposé à tous les adhérents, gratuitement sur internet, ou en sessions organisées à l’intention des adhérents.
Des dossiers de documentation et d’argumentaires sont mis à la disposition des adhérents sur internet, ou, sur demande, par documents papiers.
Les universités de rentrée sont organisées pour permettre des formations et des débats d’approfondissement.


Quand on voit ce qui en a été depuis... et pourtant ce n'était pas difficile à faire, il y avait tant de bénévoles compétents... Et puis réduire la formation aux "Universités de rentrée" alors que si peu d'adhérents peuvent se payer ces voyages... c'est triste...

Par contre, pour les élus, là, on met le paquet.

Je le comprends dans un sens, car ce n'est pas parce qu'un citoyen x est "élu" qu'il devient compétent, et les lois sont faites pour les professionnels de la politique dans un pays qui pratique le cumul des mandats à 85% - unique en Europe démocratique !

Alors, on suit les pratiques, on forme les élus mais surtout pas les citoyens... pour éviter qu'ils ne soient trop informés. Ce n'est pas qu'au MoDem qu'il en est ainsi, c'est partout.

Je pensais juste que le MoDem voulait faire de la politique "autrement"...

Et c'est F. Bayrou qui déclarait dans son Discours en clôture du Forum des Démocrates

"nous sommes démocrates, car nous croyons que l'irruption de la société de l'information rend nécessaire et permet enfin que se réalise la conviction que Marc Sangnier a exprimée admirablement, le premier, il y a exactement cent ans, et je n'en ai jamais rencontré de plus concise. Marc Sangnier a dit : "La démocratie est l'organisation sociale qui porte au plus haut la conscience et la responsabilité des citoyens".
Nous, nous voyons, dans cette conscience et cette responsabilité, le moteur même du progrès de la société et du progrès individuel des hommes."


Simple question: "Comment porter au plus haut la conscience et la responsabilité des CITOYENS si ils ne sont pas formés à la démocratie et à ses rouages???" ...
----------------------
Pour revenir à l'article d'Etienne:

"Depuis sa création, le MoDem a accueilli un nombre significatif de jeunes militants n'ayant jamais adhéré auparavant. Ils sont jeunes, dynamiques, motivés et ambitieux et ils ont également besoin d'une formation politique. Du temps de l'UDF, l'habitude avait été prise de former surtout les élus. Il est donc urgent de ne pas retomber dans le même travers et de mettre enfin sur pied un véritable système de formation militante. Il a été promis à Villepinte. Il n'a toujours pas vu le jour."


qui confirme ce que j'écrivais plus haut.

et cocobe écrit:

"la démocratie appartient à tout le monde et les sujets qui la concernent s’adressent à tout le monde sans esprit partisan, donc au-delà des partis. François BAYROU avait ce discours, il avait cette vision, mais il ne sait plus l’expliquer parce que justement il est « bouffé » par son parti. Un de ses amis et proches a dit le 4 juillet, c’est Christophe qui nous l’a raconté: " François se fait manger par ses propres enfants "
.

qui confirme ce que m'écrivait un membre de sa propre famille:

i[Je continue de croire en l'intégrité de François Bayrou, ..., mais je crois nettement moins en [...] de bons organisateurs. ... Par ailleurs il y a dans son entourage proche, effectivement, pas mal de morgue et de mépris pour les non-courtisans. C'est regrettable.]i

Alors, que faire ?

J'aime assez le rappel de Jean-Pierre RIOUX et la conclusion de cocobe:

La réponse appartient aux citoyens qui doivent reprendre le pouvoir en " en entrant en insurrection " et le rôle du politique est de les aider à reprendre ce pouvoir, pas de le prendre à leur place en créant des partis qui n’auront qu’une partie de la réponse ou une réponse partisane.


A suivre donc... encore quelques semaines pour voir comment le tout s'organise...

4.Posté par FrédéricLN le 05/08/2009 22:37
Joli et juste billet d'Etienne, merci Christophe de l'avoir reproduit ici.

Il me semble tout de même que, vu de Paris, il y avait à l'UDF quelque chose qui a peut-être disparu avec le départ des "grands élus" : le débat au sommet, le pluralisme. Les présidents départementaux étaient souvent des élus de poids, dont la voix au sein du parti pouvait donc avoir elle aussi du poids. Nos différents porte-parole médiatiques ne pensaient pas tout à fait tous la même chose, donc ils pensaient chacun quelque chose. Des "notables" ? souvent au mauvais sens du terme, souvent au bon sens aussi.

Aujourd'hui, qui peut-on entendre, à part François Bayrou ? Un non-adhérent, J.-F. Kahn, et une adhérente par parti interposé, C. Lepage. Deux personnalités que j'estime énormément, mais enfin, vivement que les tribunes se remplissent !

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter


Dans la même rubrique :
1 2 3

Démocratie | Valeurs | Poléthique | Gouvernement | Parti Socialiste | UMP | Sarkozy | Communication | MoDem | Présidentielle 2012 | Numérique



Professionnel de la communication, optimiste exigeant et idéaliste compulsif, j'essaye de consacrer du temps au projet de changer le monde.

Professionnel de la communication, optimiste exigeant et idéaliste compulsif, j'essaye de consacrer du temps au projet de changer le monde.


Facebook
LinkedIn
Skype
Twitter
Slideshare

@cginisty
Fait pas chaud en moto https://t.co/DFdoxOWc5O
Lundi 5 Décembre - 08:47
Question existentielle : peut-on commenter la politique en restant courtois et aimable ? https://t.co/CAKO9yYASD
Lundi 5 Décembre - 07:22
Au lieu de de focaliser sur la défaite d'un populiste, pourrait-on parler de la victoire heureuse de l'écologie en Autriche ?
Dimanche 4 Décembre - 22:51
Wow!!!! https://t.co/7I94TIfJR0
Dimanche 4 Décembre - 22:47
Peut-on commenter la politique en restant aimable ?: Cette note m'a été inspirée par une... https://t.co/CAKO9yYASD https://t.co/mKqbr1s3Ya
Dimanche 4 Décembre - 21:56
Ségolène Royal couvre Fidel Castro de louanges. Remarquez, elle avait bien vu en François Hollande l'homme idéal #okjesors #désolé
Dimanche 4 Décembre - 20:14

Recherche