Christophe Ginisty

Père retranché dans une grue : les médias coupables d'un embrasement irraisonné


Rédigé le Lundi 18 Février 2013



Père retranché dans une grue : les médias coupables d'un embrasement irraisonné
Ce week-end s’est produit un événement absolument incroyable qu’il est extrêmement intéressant de décoder pour comprendre l’époque médiatique et politique dans laquelle nous vivons.
 
Vous avez tous vu passer cette histoire qui fait la une de tous les médias depuis 72 heures, Serge Charnay, un homme d’une quarantaine d’année s’est retranché en haut d’une grue à Nantes pour attirer l’attention sur son combat qui l’oppose à la justice au sujet de la garde de son fils.
 
Ce qui est incroyable dans cette actualité n’est pas l’acte de l’homme en question mais l’embrasement médiatique et politique qu’il a suscité.
 
Nous sommes là face à une histoire personnelle, intime même, dont personne ne sait rien et dont nous ignorons tous les tenants et les aboutissants. Malgré cela, cette histoire devient en quelques heures propice à un début de débat national où le type passe comme par magie pour une victime représentative d’une frange entière de population à laquelle les politiques s’empressent de venir en aide.
 
Rappel des faits :

Serge Charnay, ancien ingénieur informaticien, avait profité du brouillard pour s'introduire vendredi matin dans une grue géante haute d'une quarantaine de mètres, l'une des deux grues Titan conservées en souvenir des anciens chantiers navals nantais, qui ont fermé à la fin des années 1980. Il avait ensuite déployé une banderole blanche, sur laquelle est écrit : "Benoît [son fils] 2 ans sans papa." Serge Charnay avait été privé de droit de garde mais aussi de droit de visite de son fils depuis deux ans, à la suite d'une condamnation pour, notamment, "soustraction d'enfant" (source )

Jusque là, on se dit que c'est une affaire privée et qu'elle va le rester. Erreur. L'affaire est tellement médiatisée, mise en ouverture de tous les journaux télévisés du week-end que le politique est acculé dans les cordes et contraint de réagir.

Et la réaction va être sidérante :

Jean-Marc Ayrault a demandé à la ministre de la Justice, Christiane Taubira, et à la ministre déléguée à la Famille, Dominique Bertinotti, de recevoir la semaine prochaine l'association "SOS Papa et d'autres associations de défense des droits des pères", a indiqué Matignon dimanche. "Le Premier ministre suit avec la plus grande attention la situation du père qui s'est retranché en haut d'une grue à Nantes", souligne Matignon dans un communiqué (source )

Et là, on tombe des nues. En tout cas moi je tombe des nues.

Le rouleau compresseur médiatique est en marche et le politique suit, misérable mais "concerné". L'opinion, elle, est peu éclairée puisque rares sont les médias qui prennent la peine de donner la parole à l'autre partie, la mère de l'enfant.

Comme le relate cependant Libération, les choses ne sont pas aussi simples que les images peuvent laisser le penser.

L'avocate (de la mère de l'enfant) fait ainsi état de deux soustractions d'enfant -l'une de 15 jours en 2010 et une seconde de deux mois et demi en 2011- ainsi que de propos menaçants de Serge Charnay à l'égard de la mère de son fils.

Elle rappelle qu'à la suite de ces soustractions, auxquelles les forces de l'ordre avaient mis un terme dans les deux cas, "la cour d'appel de Rennes a suspendu le droit d'accueil du père et accordé à la mère le seul exercice de l'autorité parentale".

"Le 12 septembre 2012, Serge Charnay a été condamné pour des faits de violences suivies d'une incapacité supérieure à huit jours, de soustraction d'enfant, et de menace contre les personnes avec ordre de remplir une condition (...) Il ne s'est pas présenté à l'audience mais a interjeté appel du jugement (source )

Que devons-nous retenir de ce qui est en train de se passer pourquoi est-ce que je qualifie cet événement d'incroyable ?

Tout simplement parce que ce traitement médiatique est toxique pour notre société.

Ce qu'a fait le père est un acte de communication pur et il a piégé tout le monde avec. Il l'a fait au bon moment (début de week-end), dans la bonne ville (Nantes, terre électorale du Premier Ministre), sur un beau symbole (une grue lui permet d'installer sa position et d'être vu) et avec les bons arguements ("c'est mon fils ma bataille,..."). Jusque là, c'est très réussi et ce n'est pas moi qui suis dans la communication qui vous dira le contraire.

Ce qui ne va pas, c'est que les médias ont plongé et ils sont sur-réagi. Ils n'ont pas fait preuve de discernement en mettant ce fait divers familial à la une de leurs éditions et leur responsabilité est très sérieuse.

Pourquoi ? Parce que cela va inciter d'autres personnes à utiliser ce type de démonstration pour se faire entendre. Rendez-vous compte, un type se perche en haut d'une grue et moins de deux jours après le Premier Ministre et deux autres ministres étudient son dossier. La belle aubaine, c'est un succès inespéré !

Et pourquoi ne ferais-je pas la même chose si je suis moi-aussi confronté à un problème insurmontable ?

En faisant instantanément de ce père un quasi martyre national de la cause des pères divorcés et sans se préoccuper de savoir si le gars est taré ou non, les médias s'emballent et se prennent les pieds dans la communication de ce dernier.

Je ne juge pas le fond de l'affaire que je ne connais pas en détail et je ne dis pas que la cause de la garde d'enfant suite à un divorce n'est pas une affaire sérieuse, je dis uniquement que les médias se sont pris les pieds dans le tapis.

Je trouve cela préoccupant pour notre société car c'est bien le rôle des médias de trier et sélectionner l'information. C'est grâce à cette sélection éclairée que les médias jouent un rôle indispendable dans notre équilibre démocratique et nous en avons tous besoin.

A l'inverse et comme c'est le cas depuis quelques jours, nous faire croire implicitement qu'il suffit de faire une action désespérée pour être sorti d'affaire est une illusion dangereuse qui pourrait inciter d'autres personnes à commettre des actes irréparables, comme ces hommes qui se sont immolés par le feu ou ont tenté de le faire, il y a quelques jours encore.

Dans ce monde connecté où tout va très vite à commencer pour l'embrasement médiatique et l'émotion qui l'accompagne, nous avons besoin de médias qui résistent à la dictature de l'urgence et qui nous permettent de développer notre discernement.

Ils n'ont pas su le faire ce week-end et c'est regrettable.

               Partager Partager
Notez


Lu 1257 fois

Commentaires articles

1.Posté par le journal de personne le 18/02/2013 18:23

2.Posté par Virginie DEBUISSON le 18/02/2013 19:14
Je partage la qualification d'absurde.
Il suffit de monter sur une grue, quel que soit le délit commis (nous parlons bien d'un délit au sens de la loi) pour que le gouvernement convoque les associations dites "masculinistes" et donne presque raison à cet individu à travers cet intérêt purement politique.

Que fait-on de cette femme et de cet enfant qui ont subi sa violence ? Quel message adresse t'on aux associations qui viennent en aide aux femmes victimes de violences dans un pays où la preuve de cette dernière reste emminemment difficile à faire ?

Quelle est la cohérence de cette réaction politique hâtive, avec les messages adressés il y a un mois ou deux par Najat Valaud Belkacem en faveur de la lutte contre les violences faite aux femmes ? Les associations de défense des victimes de violence, les associations qui luttent contre la maltraitance des enfants sont en train de lever les boucliers. En tant que femme je suis indignée, en tant que RP, je déplore cette attitude de "fast communication", qui fait précéder l'action à la pensée. Ce qui est drôle, c'est que je disais exactement la même chose sous Sarkozy. L'hyper com est dangereuse en politique, surtout quand elle met en situation de crainte et de danger des populations fragiles. Faire de l'exception la règle est une erreur colossale dont à mon avis Monsieur le Premier Ministre paiera le prix.

Les médias avaient pour la plupart rapporté le passé lourd ce ce "père". Ils ont exposé des faits. Il semblerait que Matignon et consors aient oublié que l'analyse était une étape essentielle dans la construction de toute stratégie. Pour le coup je suis indignée. Très.

3.Posté par Christophe Ginisty le 18/02/2013 19:55
Merci pour ce commentaire, Virginie.

4.Posté par PsyOps le 19/02/2013 15:54
Personnellement j'ai l'impression que c'est le nouveau paradigme de notre société de communication et je ne pense pas que la télévision, qui a toujours couru (et qui s’essouffle maintenant qu'elle est en concurrence avec le web) après le scoop et le sensationnel, n'a apporté, n'apporte ou n'apportera une quelconque dose de discernement.

Les Femen, mercenaires de l'agitprop l'ont bien compris, il faut fournir des images, des scandales, des scoop et des communiqués de presse pré mâchés pour faire valoir son point de vue et faire vibrer les foules en touchant leurs réflexes conditionnés.

5.Posté par PsyOps le 19/02/2013 15:58
Rédiger un éditorial ne peut pas se faire dans l'instantanéité, demande de maîtriser le sujet et de prendre du recul. La télévision délivre de l'information et du pathos. Elle s'adresse, comme tout bon média de propagande aux tripes et pas au cerveau

6.Posté par Virginie DEBUISSON le 19/02/2013 19:08
Et si nous étions en présence d'une opération de préparation de l'opinion en vue d'une législation ? Je partage avec vous ce point de vue d'un cinéaste publié dans le monde, et je vous invite à vous documenter sur l'opération menée par "Father of Justice" outre-atlantique. Si cela était vrai, concernant l'homme sur la grue, je dis "erreur de casting" et je ne puis que constater l'efficacité du dispositif d'influence mis en place. :))))
http://mobile.lemonde.fr/idees/article/2013/02/18/l-escalade-des-peres-a-nantes-cache-une-proposition-de-loi_1834399_3232.html

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter


Dans la même rubrique :

Douce France ? - 08/06/2016

1 2 3 4 5 » ... 7

Politique | Opinion | PERSO | Libertés | Communication | WebDiversity | Culture | ReputationTime



Professionnel de la communication, optimiste exigeant et idéaliste compulsif, j'essaye de consacrer du temps au projet de changer le monde.

Professionnel de la communication, optimiste exigeant et idéaliste compulsif, j'essaye de consacrer du temps au projet de changer le monde.


Facebook
LinkedIn
Skype
Twitter
Slideshare

@cginisty
Ce soir, table ronde & 'speed mentoring sessions' avec les étudiants @ihecs avec @EliseGuillet @avaltat @colingoeu
Jeudi 8 Décembre - 16:03
Et maintenant, il va falloir expliquer pourquoi un type condamné à 3 ans de prison ferme n'est pas incarcéré https://t.co/A9HkhujIOx
Jeudi 8 Décembre - 15:33
Très drôle ! https://t.co/4Fn2ubjbEm
Jeudi 8 Décembre - 11:06
Nice read! https://t.co/7emrU7422u
Mercredi 7 Décembre - 12:44
Great series of GIF created by Twitter ⚡️ “The Top 10 Global Conversations of 2016” by @twitter https://t.co/tbEPaGPTBy
Mercredi 7 Décembre - 08:00
Manuel Valls : la gauche sans lyrisme https://t.co/V33ua6UkFn
Mardi 6 Décembre - 11:39

Recherche