Christophe Ginisty

Petite chronique agacée sur la dictature de l'opinion


Rédigé le Lundi 15 Septembre 2014



La révolution du web social a conféré aux internautes, aux individus lambda un pouvoir à la fois personnel et collectif de prendre la parole et de se faire entendre au-delà des chambres d'écho dont nous pouvions bénéficier jadis. En quelques années et à la faveur d'une appropriation massive au sein de nos sociétés, sans en prendre véritablement conscience, nous sommes tous devenus des juges de paix, des commentateurs ordinaires souvent furieux, des colporteurs de rumeurs plus ou moins avérées,...

Nous avons joui et nous jouissons encore de ces nouveaux pouvoirs, faisant un pied de nez malicieux et revanchard aux médias traditionnels qui ne sont à nos yeux que les héritiers déchus d'un ancien temps, les aristocrates d'une information figée dans le formol d'une déontologie excessive. 

Génial me direz-vous ! Qu'est-ce qu'on se marre ! 

Mouais. Autant ai-je été totalement subjugué par cette promesse de reconquête de la liberté d'expression que j'ai portée et encouragée en créant notamment en 2008 l'association Internet sans Frontières, autant suis-je fréquemment sidéré par quelques unes de ses dérives. Et voyez-vous, celle qui me choque le plus est le fait que l'indiscipline joyeuse et débridée des internautes ait totalement déteint sur les médias traditionnels qui les singent désormais par mimétisme, animés par la peur panique de perdre le leadership sur l'autorité d'informer. 

La plus flagrante des illustrations de cette dérive est évidemment le sort médiatique réservé à François Hollande depuis quelques temps et qui, de vous à moi, me désole à un point qu'il m'est difficile d'exprimer. 

Rassurez-vous tout de suite (et calmez vous), je ne suis pas en train de défendre la politique de l'actuel hôte de l'Elysée et de faire l'apologie de sa méthode de gouvernement. A quelques jours du retour en fanfare de son prédécesseur avec Rolex et Kärcher, la question n'est pas tant de savoir si François Hollande est un bon ou un mauvais président que de s'incliner devant sa légitimité démocratique absolue et sans contestation possible. Il a été élu par une majorité de français pour un mandat de cinq ans. Que l'on respecte sa fonction et surtout la durée du contrat que les français lui ont signé par leurs bulletins de vote. Car en respectant ceci, ce n'est pas le bonhomme que l'on protège mais la démocratie, ce bien commun qui nous fait vivre ensemble. 

La semaine dernière, lorsque j'ai vu ce sondage concluant que 62% des français voulaient le départ de François Hollande, je ne me suis pas foutu en boule contre les français mais contre ces sondeurs (l'Ifop pour ne pas les citer) qui se permettent eux aussi tous les populismes en piétinant la notion même de démocratie pour nous faire sombrer dans les limbes de la dictature d'opinion. Ça mène à quoi de faire de mesurer cette connerie et de l'ériger en message adressé à l'exécutif ? 

Et là, je vous imagine me dire avec une pointe d'agacement : "Mais voyons Christophe, il est nul ! La preuve ? Seuls 13% des français lui font confiance !" 

Respirez un bon coup, allez faire du sport et prenez de la hauteur. La popularité n'a aucune forme de légitimité démocratique. Je dirais même comme je l'ai déjà écrit un jour que la résistance à l'impopularité est l'ultime manifestation de courage politique.

Vous ne supportez pas Hollande ? Il vous reste quelques mois. Munissez vous de votre bulletin de vote et glissez le dans la petite enveloppe bleue la prochaine fois qu'on vous demandera votre avis. Car c'est la république qui valorise votre avis, pas les sondeurs. Sanctionnez son action si telle est votre inclinaison, votez pour qui vous voulez et soyez pleinement conscient du fait que vous disposerez à ce moment là du pouvoir démocratique ultime.

Et ne venez pas me dire en ce dimanche de 2017 qu'il faisait trop beau, que le barbecue chez les potes ou le déjeuner chez belle maman vous a empêché d'aller faire votre devoir de citoyen ! Vous n'aurez aucune excuse et, à mes yeux, vous n'aurez même plus le droit de vous plaindre quand "les gars de la Marine" se distribueront les ministères. 

J'aime, j'adore le web social. J'y passe beaucoup de temps et, vous le savez, j'y suis fidèle depuis des années. Mais je déteste cette outrance idiote qui revient à faire croire à l'opinion qu'elle dispose du droit de vie ou de mort sur les institutions républicaines au gré de sa mauvaise humeur. Je déteste l'illusion tragique et irresponsable de cette justice médiatique auto-proclamée qui ne s'appuie sur rien d'autre que sur le sentiment confus que les internautes disposeraient désormais d'un pouvoir absolu mu par une forme sournoise de panurgisme 2.0.  

Je ne défends ni François Hollande ni son gouvernement. Je défends juste l'idée qu'il faut chérir la démocratie et ne pas la laisser se faire violer par les éruptions intempestives de la mauvaise humeur de nos concitoyens. Le vrai pouvoir dont nous disposons tous n'est pas le tweet mais le bulletin de vote. 

A suivre...

               Partager Partager
Notez


Lu 3422 fois

Commentaires articles

1.Posté par Gonthier Jos le 17/09/2014 08:19
b[BRAVO Michel ]ipour cet article
Je partage votre point de vue à 1000 pour cent.
Je ne défends pas FH car je suis une Socialo "frondeuse" mais, puisque nous l'avons élu (j'ai voté pour lui bien entendu) ; je défends la fonction.
Son ex-compagne dans son livre torchon bafoue, non pas l'homme, mais la France !!

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter


Dans la même rubrique :
1 2

Démocratie | Valeurs | Poléthique | Gouvernement | Parti Socialiste | UMP | Sarkozy | Communication | MoDem | Présidentielle 2012 | Numérique



Professionnel de la communication, optimiste exigeant et idéaliste compulsif, j'essaye de consacrer du temps au projet de changer le monde.

Professionnel de la communication, optimiste exigeant et idéaliste compulsif, j'essaye de consacrer du temps au projet de changer le monde.


Facebook
LinkedIn
Skype
Twitter
Slideshare

@cginisty
Nice read! https://t.co/7emrU7422u
Mercredi 7 Décembre - 12:44
Great series of GIF created by Twitter ⚡️ “The Top 10 Global Conversations of 2016” by @twitter https://t.co/tbEPaGPTBy
Mercredi 7 Décembre - 08:00
Manuel Valls : la gauche sans lyrisme https://t.co/V33ua6UkFn
Mardi 6 Décembre - 11:39
Manuel Valls : la gauche sans lyrisme: Hier soir, j’ai regardé attentivement la... https://t.co/RNF0sSpEt4 https://t.co/chZ53Eo2YO
Mardi 6 Décembre - 10:11
En même temps, il parait que réduire de 20km/h la vitesse à Paris, ça revient à aller en marche arrière https://t.co/ouRNnfcfV9
Lundi 5 Décembre - 13:21
@PolitiqueInfo au contraire, je trouverais ça très malin
Lundi 5 Décembre - 12:49

Recherche